Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Après plusieurs annĂ©es d’existence, j’ai dĂ©cidĂ© de ne pas renouveler le domaine Toutvisuel.
Je ne m’en occupais quasiment plus, très peu de visiteurs, des images que je ne regardais plus, sans oublier des sites d’images toujours plus nombreux, et bien plus fournis.

Donc je mets fin Ă  ce site, je ne pense pas qu’il manque Ă  grand monde de toutes façons, mĂŞme si Ă  la base je l’avais fais surtout pour moi et mes images.

Popularity: 1% [?]

Pour mieux vivre, il suffit de s’en tenir à quelques règles simples : éviter certains ingrédients potentiellement cancérigènes, éviter la nourriture à bas prix qui est faite industriellement (les fast food ne sont pas nommés les junk food pour rien), éviter de trop consommer de viande, qui coûte chère, mais, surtout, qui est souvent remplie de graisse et bourrée d’autres produits pas forcément très recommandables, et qui, au final, toutes les études le prouvent, augmentent le risque de cancer et de nombreux autres troubles de la santé.
Lorsqu’on vous préconise de manger bio, cela ne veut pas forcément dire qu’il vous faut ne manger QUE des produits bio, qui se différencient dans le commerce classique par un prix généralement plus élevé, pour une raison bassement capitaliste, puisque, en théorie, ces produits coûtent moins chers à la production… Non, manger bio, ce n’est pas que manger des produits aux labels bio ; mais bel et bien consommer des produits issus d’un commerce dont vous maîtrisez le transport, c’est à dire, des produits locaux, qui sont issus de petits paysans et autres producteurs : à vous de vous informer s’ils usent et abusent de produits chimiques, et à vous de leur signaler que vous seriez nettement plus réceptifs à leurs aliments s’ils étaient dépourvus de toute trace chimique.

Pour plus de conseils, achetez l’ebook en vente en ligne uniquement.

Popularity: 1% [?]

Niveau jeux vidĂ©os, mon niveau gĂ©nĂ©ral est moyen Ă  bon. Rien d’exceptionnel, hein, je pense que je me dĂ©brouille dans la plupart des jeux, j’assimile plutĂ´t vite, je joue assez vite et prends souvent de bonnes dĂ©cisions.
Je ne suis pas en train de dire que je suis un Dieu vivant en jeux vidĂ©os, loin de la, je ne suis ni le meilleur, ni très bon, et je suis très loin d’avoir le niveau d’un joueur au sommet, mĂŞme français (niveau jeux, les corĂ©ens du sud sont en gĂ©nĂ©ral très en avance sur les autres, un très bon joueur français est Ă  peine un joueur moyen lĂ  bas).

Cependant, certains jours, pour une raison que j’ignore, mon niveau est lamentable. Mais vraiment. De moyen Ă  bon, je deviens simplement mauvais. Je perds absolument toutes mes parties, je ne fais que des mauvaises parties, je joue mal, tout simplement. Je suis lent, prend toujours des mauvaises dĂ©cisions, n’anticipe rien et ne m’adapte pas, mĂŞme quand je me fais massacrer. Et dans ces moments, inutile de m’acharner Ă  enchainer les parties, le rĂ©sultat sera toujours le mĂŞme, j’ai dĂ©jĂ  essayĂ©.
Et malgrĂ© les annĂ©es, ces journĂ©es de nullitĂ© continuent encore Ă  venir de temps en temps, sans jamais que je n’ai rĂ©ussi Ă  identifier la ou les raison(s), sachant que quand je suis alcoolisĂ© ou trop fatiguĂ©, je ne joue jamais.
Parce que, imaginez bien que si je savais par avance les jours ou je suis mauvais, je n’essaierais mĂŞme pas de jouer. DĂ©jĂ  que je joue nettement moins qu’avant, si en plus c’est pour mal jouer, c’est d’autant plus Ă©nervant. Je prĂ©cise aussi que je prends bien en compte le fait que je joue moins ; forcĂ©ment, en jouant moins, notre niveau diminue, mais les jours de nullitĂ© n’ont mĂŞme rien Ă  voir avec cela : le niveau devient inexistant, tout simplement ! Il y a des jours comme ça.

Et vous, est-ce que ça vous arrive aussi, d’ĂŞtre plus mauvais que d’habitude ? Avez vous rĂ©ussi Ă  rĂ©gler le problème ?

Popularity: 2% [?]

Je m’accroupis là où la rivière que j’ai suivi se jette dans l’autre, et commence à suivre, fasciné, le cours de l’eau. Le débit de cette nouvelle rivière est bien plus important que la précédente, et l’eau paraît plus propre. Ce n’est bien sûr qu’une illusion, la force de l’eau charrie simplement les déchets que la précédente rivière ne faisait que déplacer lentement.
Comment peut-on en arriver à vouloir changer de telles beautés uniquement pour des intérêts bien trop souvent personnels ?

Mêlé à mon expression continue sur l’eau, des pensées m’assaillent, une fois de plus, concernant l’humanité. J’aimerais tant changer le cours des choses. Tant que l’humanité sache enfin préserver la nature dans son intégralité. Il y’a encore un siècle, elle avait une excuse, même si peu valable : l’ignorance. La plupart des gens pensaient qu’en mettant leurs déchets dans l’eau, ils seraient recyclés. L’ignorance est une chose, le manque de réflexion en est une autre. Il est quasiment certain qu’au moins quelques personnes se souciaient de ce qu’arrivait aux déchets qu’ils engendraient. Encore que. A l’époque, les déchets produits n’avaient rien à voir, tant au niveau de la nocivité que la quantité, avec ceux d’aujourd’hui. Le pire, c’est qu’aujourd’hui, on a –enfin- pris conscience de tout cela, mais pourtant on pollue plus que jamais.
Perdu dans ces pensées, et enragé par le comportement de l’humanité, une larme se met à perler sur ma joue gauche. Je pleure de rage, mais aussi de honte concernant mon appartenance au genre humain, mais aussi à cause de mon incompétence. Je ne peux rien faire. Ou si peu. Même en se rallait aux associations, que peuvent faire 10, 100, 1000, 10000, voir 100000 contre près de 6 milliards ?
Ma larme tombe dans la rivière, et je me sens en quelque sorte soulagé qu’une partie de moi rejoigne directement ce cycle infini si beau, si simple et si complexe à la fois, qu’est l’eau. Source vitale de tout les êtres vivants. Sans elle, nous…
- “…un… raie..”
Surpris, je me retourne. J’ai eu l’impression que quelqu’un me parlait. Pourtant, après un rapide tour d’horizon, puis un tour d’horizon plus minutieux, il n’y a personne. La cascade au loin, les 2 rivières qui se rejoignent sur l’autre rive, des arbres et des buissons, pas de sentier, et de mon côté, les arbres et les buissons ne sont coupés que par l’unique chemin que j’ai emprunté. A moins qu’il ou qu’elle ne se cache.
C’est lorsque je veux demander si il y’a quelqu’un dans les environs que je réentends, beaucoup plus clairement cette fois, le message, un chuchotement bien distinct :
- “Tiens-toi prĂŞt…”

L’intĂ©gralitĂ© de l’ouvrage en achetant l’ebook complet.

Popularity: 2% [?]

Oui, j’ai dĂ©jĂ  parlĂ© de Dragon ball super dans ce prĂ©cĂ©dent post, mais maintenant que la sĂ©rie est terminĂ©e, un bilan s’impose. Il s’impose par rapport Ă  mon avis du dĂ©but, mais aussi par rapport aux nombreuses polĂ©miques suscitĂ©es, et par rapport Ă  Dragon ball de façon gĂ©nĂ©rale.

Dragon ball (Z)

Commençons par le dĂ©but : je suis fan de Dragon ball. J’ai adorĂ© la sĂ©rie ainsi que le manga, c’est toute mon enfance, et c’Ă©tait Ă  chaque fois une Ă  plusieurs semaine(s) d’attente entre chaque Ă©pisode.
Je ne vais pas faire le listing des qualitĂ©s de la sĂ©rie, mais globalement, de Dragon ball Ă  Dragon ball Z, l’univers est cohĂ©rent, structurĂ©, Ă©volutif, avec des personnages imbriquĂ©s les uns avec les autres, c’est une continuitĂ© jouissive qui amène toujours plus Ă  l’univers.
D’un univers un peu dĂ©jantĂ© avec en personnage principal un garçon humain surpuissant Ă  la queue de singe, on est passĂ© Ă  l’histoire des saiyens esclavagistes puis Ă  leur maitre, Freezer ; puis on est passĂ© aux cyborg issus de l’armĂ©e du Ruban Rouge, armĂ©e dont Sangoku s’est dĂ©fait plus jeune, un retour vers le passĂ© avec un focus sur le futur.
C’est pas forcĂ©ment un scĂ©nario très novateur mais il est suffisamment bien construit pour qu’il en devienne gĂ©nial ; de plus, l’Ă©volution des puissances est cohĂ©rente et Ă  chaque fois justifiĂ©e -on y reviendra.
Bref, Dragon Ball reste gĂ©nial… Jusqu’Ă  l’arc Cell.

Oui, avouons le : l’arc Boo dans Dragon ball Z a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© d’une qualitĂ© moindre, au moins pour 2 raisons : il n’y a plus de continuitĂ© dans l’histoire, vu qu’on subit une coupure de 7 ans ; et l’ennemi n’a aucun lien avec le reste de l’histoire.
On sent que l’auteur en avait un peu marre (on l’a obligĂ© Ă  continuer la sĂ©rie), il a donc fait dans la facilitĂ©, qui n’apporte pas grand chose Ă  la saga. Et hĂ©las, Dragon ball super va continuer dans la facilitĂ©, en pire.

Dragon ball super : du super fan service

En fait, quand on dĂ©cortique Dragon ball super, on rĂ©alise que ce n’est que du fan service, agrĂ©mentĂ© de nouvelles transformations.
Je m’explique : l’idĂ©e de base d’un Dieu de la Destruction est pas mal ; mĂŞme si en rĂ©alitĂ© les Dieux ont Ă©tĂ© introduit dans Dragon ball z au tout dĂ©but, avec Kaio : en rĂ©alitĂ©, ce n’est que la continuitĂ© des Dieux, puisque après les Dieux des morts, on est passĂ©, avec l’arc Boo, aux Dieux des vivants, et dĂ©sormais, avec Dragon ball Super, on passe aux Dieux des univers tout entier. C’est dans la continuitĂ© et c’est bien vu.
Souci : non pas une mais 2 transformations, dès le début. Oui très bien, mais ça fait déjà un peu surchargé, non ?
Eh bien non, puisqu’on passe dans le fan service : le retour de Freezer. Était-ce justifiĂ© ? En tant que fan absolu de ce personnage, je vous dirais bien oui, mais en y mettant un peu de bonne foi et d’objectivitĂ©, je ne peux que rĂ©pondre par la nĂ©gative : Freezer a Ă©tĂ© tuĂ© 2 fois (sans compter les films), mis Ă  part pour faire plaisir aux fans, son retour n’est pas justifiĂ©.
Puis on passe au tournoi, très mal amenĂ© et dĂ©cevant au niveau des combattants, avec en plus un rab de chantilly jusqu’Ă  en devenir Ă©cĹ“urant puisque voila qu’on nous ramène un clone de Freezer (second retour dans DBS) et un remake de sayens…

Vous ne voulez plus de rab ? Pas grave, on vous en remet encore : le retour de Trunks. Alors, pour cet arc, j’avoue, c’est le meilleur arc de la sĂ©rie, il est bien construit, on a un ennemi crĂ©dible, assez charismatique, très puissant, bien sur agrĂ©mentĂ© de nombreuses scènes fan services notamment les attaques. Alors, je met ce dĂ©faut ici car l’arc de Trunks n’a pas vraiment de dĂ©fauts, si ce n’est des dĂ©fauts gĂ©nĂ©raux que tout DBS possède : la reprise des attaques. Alors, ok, le kamehameha revient un peu tout le temps, mais une des spĂ©cificitĂ©s de Dragon ball, c’est de mettre en scène les attaques spĂ©ciales, les mettre en scène Ă  tel point qu’elles n’apparaissent bien souvent qu’une seule fois dans toute la sĂ©rie : Masenco, Final Flash, Big bang attack… Ben non, dans DBS, c’est le festival, toutes les attaques vont rĂ©gulièrement revenir, et souvent dans des versions “rayon magique” qui n’a aucun impact… C’est fan service, mais ça ne sert Ă  rien puisque ça ne change pas la situation, ce qui rend l’attaque d’autant moins impactante puisqu’elles ne sont mĂŞme plus mises en scène… On pourra aussi parler des longueurs et de certains Ă©pisodes très mal animĂ©s, mais comme dit, c’est pas spĂ©cifique Ă  cet arc.
L’autre critique que je pourrais faire Ă  cet arc -enfin, ce n’est pas vraiment une critique, plutĂ´t un avis- c’est sa fin. D’abord, parce qu’assez abrupte ce qui fait un peu “on avait pas d’idĂ©e donc on clĂ´ture rapidos”, mais mĂŞme, d’un point de vue scĂ©naristique, c’est une fin incroyablement triste pour Trunks… Toute sa jeunesse il aura luttĂ© contre les cyborgs, devenu adulte alors qu’il avait rencontrĂ© (?) l’amour, le voila face Ă  un ennemi qui va dĂ©truire son monde, rĂ©duisant Ă  nĂ©ant tout ses efforts de toute sa vie… Il n’y a que lui et sa copine qui survit, c’est très triste et vraiment dĂ©primant pour lui…

Puis vint le tournoi multi univers. Je prĂ©sentai que ça n’allait pas ĂŞtre terrible, c’est pire : c’est franchement mauvais. D’abord, une fois encore, niveau originalitĂ©, c’est du zĂ©ro pointĂ©. C’est quasiment la mĂŞme interface que le prĂ©cĂ©dent tournoi, qui n’avait aucun enjeu. Ici, il y a un pseudo enjeu, mais niveau facilitĂ© scĂ©naristique, c’est abusĂ©… Et ça casse tout le potentiel des univers, puisqu’au lieu de les introduire un par un, on nous balance un tournoi avec ses reprĂ©sentants sans rien connaitre d’aucun d’entre eux, si ce n’est l’univers 6 dĂ©jĂ  vu et du grand ennemi, sur la mĂŞme base que le prĂ©cĂ©dent tournoi puisque dès le dĂ©part, on sait qui c’est.

Mais j’ai malgrĂ© tout espĂ©rĂ© que ça allait ĂŞtre bien fait. Eh bien non. Aucun personnage introduit, aucun combat montrĂ© en dehors des combats de l’univers 7, qui par ailleurs combat quasiment tout le monde. Je croyais que c’Ă©tait un FFA (Free For All) ? Je veux bien croire que Sangoku, de par son comportement, a pu suscitĂ© la colère de quelques uns, ce qui rend crĂ©dible que l’univers 7 doive combattre plusieurs univers alors que la logique est de combattre tout le monde et de ne pas se focaliser sur un seul adversaire, mais de lĂ  Ă  ce que tout le monde lui en veuille, c’est n’importe quoi.

Et si ce n’Ă©tait que ça… Plus le tournoi avance, plus on rĂ©alise que les combattants sont inutiles. 10 par univers c’est 2 fois trop. Et niveau puissance, c’est du grand n’importe quoi… Dragon Ball Z, c’Ă©tait une escalade au niveau puissance, mais ça restait globalement cohĂ©rent, mĂŞme quand le niveau des puissances a Ă©normĂ©ment augmentĂ©. DĂ©sormais, on fait dans la surenchère Ă  un tel point que ce n’est plus mesurable ; ok, très bien, on est du niveau des Dieux, ça pourrait ĂŞtre cohĂ©rent, alors pourquoi ramener des personnages d’une puissance Ă©quivalente Ă  l’arc Freezer de Dragon Ball Z ? La quasi totalitĂ© des personnages n’ont mĂŞme pas la puissance de Cell dans le tournoi, la diffĂ©rence de niveau est un gouffre impossible Ă  combler ; et pourtant, on aura droit Ă  des combats qui dure trois plombes, sans parler du retour de Krilin, Tenshinhan et de Tortue GĂ©nial… Alors oui, ils sont relativement bien mis en scène dans leurs combats, mais ça ne m’enlèvera pas le goĂ»t amer du fanservice (oui encore) qui nous est imposĂ©, pour faire vibrer les plus vieux fans… Sauf que ces personnages sont complètement laminĂ© en terme de puissance, au moins au niveau thĂ©orique… Tenshinhan avait Ă©tĂ© battu d’un coup de pied par Boo, Boo Ă  la puissance Ă©quivalente Ă  Sangoku, lui mĂŞme battu de deux coups par Beerus… Krilin Ă©tant Ă  peu près du mĂŞme niveau, voir encore plus faible. Tortue gĂ©niale, lui, aux dernières nouvelles, n’Ă©tait pas au niveau de Satan… Dans Dragon Ball. Donc d’un niveau complètement HS par rapport au tournoi. Alors oui, comme dit, il est bien mis en scène, son cĂ´tĂ© expĂ©rience Ă©tant mis en avant, mais mĂŞme : ce n’est pas crĂ©dible.

Sangohan et Piccolo ? Bouais, peuvent mieux faire. Piccolo n’a finalement que peu d’impact dans le tournoi, Sangohan brille un peu plus mais ça comble Ă  peine sa branlĂ©e en survĂŞtement contre Freezer…
C-18 et surtout, C-17, brillent Ă©normĂ©ment dans cet arc et ça, c’est une excellente chose, ce sont les personnages les mieux mis en avant Ă  mon goĂ»t.
Pour le reste, du cĂ´tĂ© des ennemis, plus de la moitiĂ© a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© effacĂ© de ma mĂ©moire, autant leur nom que leur prestation : de la chair Ă  canon qui n’a fait que prolonger la sĂ©rie de façon artificielle et inutilement.

Et les autres personnages ? Très peu ont eu de rĂ©el impact en fait. DĂ©jĂ , comme l’a dit Ă  de nombreuses reprises le chef, aucun personnage n’est dĂ©veloppĂ©. Aucun. On ne saura pas leur passĂ©, ni leur histoire, ni leurs motivations, rien. On saura Ă  peine pour Jiren, et encore, son histoire est d’une banalitĂ©…
En terme de puissance et de combat, c’est un peu mieux. Certains combats, surtout vers la fin en fait, vont vraiment ĂŞtre excellents, et c’est un peu le souci : ce n’est qu’en approchant de la fin que le niveau va monter, mais on aura du attendre environ 3 plombes.
D’ailleurs, le timeur imposĂ© ne sert strictement Ă  rien. Il n’a aucune cohĂ©rence, ne donne aucune tension (au contraire mĂŞme puisque pendant longtemps Ă  l’avantage de l’univers 7) et ne fait que du remplissage inutile.
Pour en revenir aux combats, pendant trèèèès longtemps, ce ne sont que des rayons balancĂ©s et des animations de coup sans aucune surprise ni recherche. Heureusement, après une dizaine d’Ă©pisodes, le niveau des combats va augmenter, mais c’est beaucoup trop long… Mais ils valent le coup, il faut admettre. Kefla, Toppo, Jiren, sont des combats vraiment excellents Ă  tout les points de vue, mĂŞme si leur intensitĂ© maximal ne dure bien souvent qu’un seul Ă©pisode…
La fin, bouais, elle est très convenue, plutĂ´t bien amenĂ© mais c’est un peu trop happy end, ce qui confirme le manque d’enjeu durant cet arc… Ou plutĂ´t, durant toute la sĂ©rie.

En fait, c’est surtout ça le problème de DBS : des bonnes idĂ©es, tout du moins intĂ©ressantes, mais mal exploitĂ©es ; agrĂ©mentĂ©s d’Ă©pisodes gĂ©niaux distillĂ©s parmi des dizaines d’Ă©pisodes moyens voir mauvais. Il aurait Ă©tĂ© bien mieux de rĂ©duire le nombre d’Ă©pisodes pour en garder la meilleure intensitĂ©… Je veux dire, quand on voit le combat de Golden Freezer, le super dragon sacrĂ©, le combat contre Zamasu, Kefla, Toppo et Jiren, oui, DBS est cool ! Mais ça fait mĂŞme pas 10 Ă©pisodes pour 131 au total. C’est mĂŞme pas 10% d’Ă©pisodes de rĂ©elle qualitĂ©.
Les quelques renouveaux amenĂ©s ne sont qu’Ă  peine effleurĂ©s. Goku qui se sent vieux, les diffĂ©rents styles de combat. C’est juste introduit durant quelques Ă©pisodes, et ensuite, on n’en parle plus.

Les transformations

Rappel : dans Dragon ball, il n’y a aucune transformation, juste des Ă©volutions ; il faut dire que Sangoku grandit, c’est donc cohĂ©rent.
Dragon ball Z ? Une transformation par arc, mais des transformations qui donnent à chaque fois une orientation nouvelle à la série. Super Saiyen de Sangoku ? Suite à la mort de son meilleur ami, Sangoku éprouve de la haine contre Freeze.
Super Saiyen 2 de Gohan ? Suite Ă  la mort de C-16, Gohan rĂ©alise qu’il veut et doit sauver la planète.

Bon, ok, dans l’arc Boo, comme indiquĂ© prĂ©cĂ©demment, ça partait dĂ©jĂ  un peu en cacahuète… La 3ème transformation n’est pas du tout expliquĂ©e et on ne peut pas savoir comment elle arrive. D’ailleurs, elle n’aura pas vraiment d’impact, jusqu’Ă  prĂ©sent, chaque transformation terminait l’arc ; pas ici… Et ne parlons mĂŞme pas de Goten et petit Trunks, leur transformation est totalement incohĂ©rente dans la mesure ou elle arrive après de la colère… En temps de paix, je ne vois pas trop comment ils auraient pu s’Ă©nerver. Et ne me dites pas qu’ils sont des gĂ©nies, Goku, Vegeta et Gohan le sont aussi, aucun n’a pu se transformer enfants…

Bref, revenons a DBS : donc, Super Saiyen Bleu. Ok, 5 Ă©nergies qui se rĂ©unissent, bouais, pas vraiment crĂ©dible mais on va faire semblant… Vegeta y arrive sans mĂŞme passer par cette Ă©tape, ce qui la rend d’autant moins crĂ©dible, mais admettons…
Goku rouge… Pas vraiment d’Ă©vènement ni d’explication.. Et Ă  cĂ´tĂ© de cela, on a Black Goku qui se fait un peu toutes les couleurs sans trop d’explications non plus… Mais le pire est Ă  venir, retournons au dernier arc, le tournoi.
D’abord, beaucoup critiquent Broly version femme, alors oui, c’est 100% fan service, encore et encore, mais c’est presque crĂ©dible, puisqu’elle se transforme suite Ă  sa haine… Contre elle-mĂŞme, ce qui est inĂ©dit et pourrait justifier sa transformation. Après, qu’elles passent de Saiyen normal Ă  Saiyen version 2 en mĂŞme pas une heure, oui c’est totalement stupide et incohĂ©rent, on repasse dans la puissance ajustable et incohĂ©rente, nous n’allons pas y revenir.
Donc, les transformations. La phase une de l’ultra instinct est relativement bien amenĂ©e en fait, plutĂ´t cohĂ©rente, le souci Ă©tant qu’il y a la phase “ultra instinct maitrisĂ©e”, une phase 2 quoi, qui ne fait que rallonger la durĂ©e de la transformation.
Et Vegeta se fait sa propre nouvelle transformation, Gohan maintient celle obtenue durant l’arc Boo, en fait, de par la personnalitĂ© diffĂ©rente des personnages, c’est plutĂ´t bien vu, mais ça donne cette amère goĂ»t de surenchère, et c’est ça qui m’Ă©nerve un peu, d’autant plus que la surenchère n’est pas cohĂ©rente au niveau des diffĂ©rents niveaux…

Conclusion

Oui ça faisait longtemps que je n’avais pas fait de conclusion, alors j’en fait une pour cette fois.
Donc, DBS, il y a de bons Ă©pisodes, il y a de bons combats, mais il n’y a pas d’enjeux. En fait, Dragon Ball est devenu beaucoup trop grand public, Dragon Ball est devenu politiquement correct, ce qui enlève beaucoup de sa saveur. Plus de mĂ©chant qui veulent dĂ©truire l’univers, plus de sang, plus de morts, juste des Ă©pisodes de remplissage, certes agrĂ©mentĂ©s de quelques Ă©pisodes cool voir Ă©piques -mais ils sont vraiment rares- mais ne suffisant pas Ă  honorer le Dragon Ball originel qui nous aura tant fait vibrer.
DBS, c’est une sĂ©rie qui vient avec 20 ans de retard, qui, en voulant se mettre au goĂ»t du jour, a rĂ©ussi son pari. Sauf qu’actuellement, les sĂ©ries sont souvent fades, sans saveur, sans originalitĂ©, d’un conventionnel qui peut arriver jusqu’Ă  l’ennui… Ou la dĂ©ception.

Dragon Ball Super

Popularity: 3% [?]

Les mĂŞmes questions reviennent souvent, donc on va tacher d’y rĂ©pondre ici.
Attention, il n’y a pas de rĂ©ponse pour tout ce qui est pratique ; pour la pratique, mieux vaut aller voir le syndicat apicole le plus proche, sur le terrain, vous aurez les rĂ©ponses de façon nettement plus fiable que sur le net !

- Avec quoi débuter en apiculture ?
J’ai rĂ©pondu dans cet article

- quel est le meilleur combustible pour l’enfumoir ?
Celui disponible ! Il faut qu’il soit sec et qu’il produise une fumĂ©e blanche, selon la rĂ©gion ou vous habitez, ce sera des Ă©pines de pin, de la paille ou d’autres dĂ©chets verts secs. On peut crĂ©er des variantes pour donner des odeurs plus agrĂ©ables, lister toutes les combinaisons serait beaucoup trop long, demandez aux autres apiculteurs de votre rĂ©gion comment ils font.
Sinon, ce qui se vend en magasin peut être intéressant.

- comment faut-il enfumer ? Avant la visite ? Quelle quantité ?
La fumĂ©e est souvent considĂ©rĂ©e comme indispensable Ă  l’apiculteur. Contrairement Ă  ce qu’on peut lire, elle ne permet pas de calmer les abeilles, mais de les dĂ©sorienter, camouflant les phĂ©romones Ă©mises, et leur faisant croire Ă  un incendie, ce qui limite la dĂ©fense des abeilles. Cependant, cela limite les dĂ©fenses, cela ne les annule pas. De plus, dans certains cas, si l’essaim est Ă©nervĂ©, peu importe la quantitĂ© de fumĂ©e que vous y mettrez, elles continueront d’attaquer.
L’idĂ©al n’a pas de norme. Cela dĂ©pend uniquement de la rĂ©action des abeilles, mais mettre un peu de fumĂ©e dès l’ouverture permet de les contenir pour voir leur Ă©tat, puis de temps en temps, si les abeilles remontent ou commencent Ă  trop s’agiter.
Il y a des moments ou l’agitation est telle qu’il vaut mieux arrĂŞter la visite plutĂ´t que de surenfumer l’essaim.

- grille Ă  reine ou pas ?
La grille Ă  reine Ă©vite Ă  la reine de monter dans les hausses. Mais elle limite aussi les autres abeilles Ă  grimper, surtout au dĂ©but. En soit, la grille Ă  reine n’a pas vraiment d’intĂ©rĂŞt, si ce n’est pour les essaims de productions ou la reine peut s’Ă©taler sur plus de 8 cadres : en clair, mis Ă  part pour la buckfast, la grille Ă  reine n’est pas obligatoire.

- quelle race pour débuter ?
Cela dĂ©pende de ce que vous voulez faire. Mais sachez que mĂŞme si les races ont des traits particuliers, ce n’est pas forcĂ©ment vrai pour toutes les abeilles de la race en question.. Par exemple, un essaim d’abeilles noires peut ĂŞtre doux tandis qu’un essaim buckfast peut ĂŞtre sur la dĂ©fensive…
En terme de production pure de miel et de douceur, la buckfast reste le meilleur choix, après, si vous voulez prĂ©server l’espèce “locale”, la noire semble plus conseillĂ©e… Mais tout dĂ©pend de l’emplacement et de ce que vous voulez, mettre un essaim d’abeilles noires Ă  proximitĂ© d’un emplacement public n’Ă©tant peut ĂŞtre pas la meilleure idĂ©e.

- Avec combien d’essaims faut-il commencer ?
On pourrait penser qu’un essaim suffit, mais il faut savoir que niveau matĂ©riel, idĂ©alement, il faut tout avoir en double. Donc pour une ruche dadant standard, avec un essaim, mieux vaut avoir une vingtaine de cadres, 2 hausses, 2 ruches.
Mais pour dĂ©buter, je vous conseille de vous lancer avec 2 essaims, donc 4 ruches, si si ! Afin de mieux voir la diffĂ©rence d’Ă©volution. Et honnĂŞtement, cela ne prends pas beaucoup plus de temps, une ou deux ruche(s).

Si vous avez d’autres questions, n’hĂ©sitez pas Ă  les poser, je mettrais Ă  jour cet article.

Popularity: 3% [?]

… Comme cette sĂ©rie est gĂ©niale. DĂ©butĂ©e en 2008, la sĂ©rie comporte dĂ©sormais 3 saisons, la 3ème ayant dĂ©butĂ©e dĂ©but septembre, et de 3 oav, qui font suite Ă  la seconde saison. Wakfu, c’est quoi ? Aie, vous venez de mettre un pied dans un univers immense, dĂ©butĂ© par un jeu vidĂ©o, Dofus, un MMORPG, sorti en 2004, qui a eu un beau succès, avec des pics de plus de 200000 connexions simultanĂ©es. Wakfu est sa suite directe, sorti en 2012, prĂ©cĂ©dĂ© par sa sĂ©rie, qui se joue dans un univers très fantasy et très Dofus.

On y suit les aventures d’un bĂ©bĂ© qui a l’air d’ĂŞtre poursuivi par une entitĂ© mĂ©canique, protĂ©gĂ© par un vieil homme qui semble ĂŞtre un dragon ; après avoir dĂ©fait son poursuivant, l’homme dragon va confier le bĂ©bĂ© Ă  un homme, Alibert. On va donc suivre les aventures de ce bĂ©bĂ©, nommĂ© Yugo, qui, Ă  ses 12 ans, le jour oĂą il rĂ©alise qu’il possède le pouvoir de crĂ©er des portails pouvant l’amener lĂ  oĂą il veut, va faire la rencontre de sire Tristepin possĂ©dĂ© par son Ă©pĂ©e, mais aussi d’Amalia et d’Evangelyne, qui vont le joindre dans la quĂŞte de son passĂ©, et des mystères des 12 mondes.

Dès le premier Ă©pisode, on ne peut qu’accrocher Ă  cette sĂ©rie. Intrigue intĂ©ressante, animation de folie, personnages attachants, monde fantasy attachant, musiques excellentes… Et vous savez le pire ? C’est que ce niveau va se maintenir tout au long des Ă©pisodes et des saisons. La qualitĂ© technique est sublime, il n’y a jamais de baisse de niveau, au contraire mĂŞme ! Avec certains Ă©pisodes d’anthologie en terme d’animation (LE combat), de musiques ou de rĂ©vĂ©lations, la sĂ©rie ne s’essouffle jamais et arrive toujours Ă  se renouveler.
Disons mĂŞme : les sĂ©ries ! Car contrairement Ă  de nombreuses sĂ©ries, point de baisse de rĂ©gime d’un Ă©pisode Ă  un autre ou d’une seconde saison ratĂ©e : la seconde saison est largement Ă  la hauteur de la première ! MĂŞme plus que cela : elle est dans la parfaite continuitĂ© de la saison 1, elle la sublime. Et les oav vont encore plus loin. La saison 3 s’est terminĂ©e il y a quelques mois, la qualitĂ© reste largement Ă©quivalente aux deux autres saisons, mĂŞme si elle est peut ĂŞtre un peu plus “classique” ; mais c’est faire la fine bouche d’autant plus que Wakfu arrive Ă  faire Ă©voluer ses personnages dans le temps et la personnalitĂ©, ce que bon nombre d’animes n’osent pas.

L’univers a mĂŞme su s’enrichir Ă  de nombreuses reprises et Ă  de nombreux niveaux : voyez donc ce que propose l’univers Wakfu !
Des mangas, bds, jeux vidĂ©os, magazines, sans oublier les goodies ; je suis loin d’avoir tout fait; j’ai dĂ©butĂ© le manga et lui aussi a son intĂ©rĂŞt, en gardant le style Wakfu Ă©videmment.

Bref, Wakfu, c’est une sĂ©rie Ă  voir et Ă  lire, un univers riche et plaisant. Je ne mettrais qu’un bĂ©mol par rapport au jeu, que j’ai essayĂ©, sur pc, mais dont je n’ai pas tant accrochĂ© que cela. Ceci dit, je ne joue plus beaucoup, peut ĂŞtre ai-je ratĂ© quelque chose ?

Wakfu

Popularity: 3% [?]

Le tome 34 de Hunter X Hunter est sorti il y a quelques semaines dĂ©jĂ , mais je ne l’ai lu que dernièrement.
L’affiche promettait : enfin, le combat Kuroro VS Hisoka.

Hunter x Hunter 34

Oui, enfin, car le manga en parlait dès le tome… 20. Et vu le rythme de parution de cette sĂ©rie, pensez bien que ça plusieurs annĂ©es. D’ailleurs, vous l’aurez surement devinĂ©, mais je vais spoiler l’intrigue et le contenu du tome 34, si vous ne l’avez pas lu, vous pouvez aller l’acheter, avant de revenir ici.
Bref, le voila enfin, le fameux duel entre le magicien fou et l’araignĂ©e ! Le plus beau combat de la sĂ©rie ? Nan. Et de loin pas. En fait, tout est dĂ©cevant dans ce combat, voir incomprĂ©hensible.

D’abord, le lieu du duel. La tour cĂ©leste. Pourquoi ? Pourquoi Kuroro ne combat-il pas Hisoka après avoir rĂ©cupĂ©rĂ© ses pouvoirs ? Oui, Hisoka comprendra qu’il “fuyait” pour rĂ©cupĂ©rer des nouveaux pouvoirs pour ce duel, mais c’est assez bancal comme explication, Kuroro n’a jamais fait cela auparavant, mĂŞme contre le père de Kirua, aurait-il peur de Hisoka ? Pas possible. Et ce n’est pas comme si Kuroro ne combattait que dans des moments prĂ©cis, il a toujours combattu dès qu’il le pouvait.
Après, admettons, pour sa stratĂ©gie, il lui fallait du monde, mais c’est assez dĂ©cevant.

Pourquoi dĂ©cevant ? Car en fait, il ne combat pas Hisoka, il ne fait que le fuir. Tout au long du combat, Hisoka porte 3 coups Ă  Hisoka, 2 pour Hisoka. Ce n’est pas vraiment un duel… Alors, ouiiii, c’est vrai que la stratĂ©gie de Kuroro est parfaite contre Hisoka et sa capacitĂ©, l’empĂŞchant de faire toute manĹ“uvre efficace, d’oĂą sa dĂ©faite cuisante, mais c’est vraiment frustrant de voir un tel duel alors qu’on nous faisait saliver depuis plus de 10 tomes dessus.

Hisoka perd, donc. Et lĂ , nous entrons dans l’incomprĂ©hensible. DĂ©jĂ , parce qu’il meurt en perdant. Qu’il mets du nen dans ses organes vitaux pour ressusciter, c’est un peu tirĂ© par les cheveux, mais admettons… Mais ensuite, pourquoi une telle rĂ©action ? Il est déçu d’avoir perdu, ce qui est logique jusque la, d’autant plus que, il le dit lui-mĂŞme, il a perdu surtout parce qu’il s’est mis consciemment en dĂ©savantage, allant sur un terrain prĂ©parĂ©. Mais il rĂ©agit Ă  cela en voulant… Tuer tout les membres de la brigade fantĂ´me ? WTF ?? Mais pourquoi ?? Pour quelle raison ?!

Hisoka est une personne qui aime combattre. Il aime combattre et tuer des adversaires puissants. Si il considère qu’ils ne sont pas assez puissants, soit il va les tuer rapidement, soit il ne va mĂŞme pas s’en intĂ©resser. Si il considère qu’ils ne sont pas assez puissants mais ont du potentiel, il va les suivre pour les combattre dès qu’ils seront prĂŞts. Il n’hĂ©site pas Ă  aller sur le terrain favori de ses cibles, d’ailleurs, il le dit lui mĂŞme : plus que de tuer des adversaires puissants, il adore tuer des adversaires sur leur propre terrain, pour les humilier d’autant plus.

La brigade fantĂ´me n’est constituĂ©e que de personnes puissantes. Rapidement, Hisoka dira qu’il aimerait combattre ses membres, mais il ne le fait pas pour deux raisons : la première, essentielle, c’est parce qu’il veut combattre son boss, Kuroro, et que s’il est considĂ©rĂ© comme un adversaire, il devra combattre les membres de la brigade avant, au risque de se faire tuer. Non pas qu’il serait moins fort qu’eux, mais il serait difficile, voir impossible, mĂŞme pour lui, de les combattre tous en mĂŞme temps ou mĂŞme l’un après l’autre.
La seconde raison, c’est qu’ils Ĺ“uvrent souvent au moins par paires. Lui aime plus spĂ©cialement les duels, cela n’est donc pas dans son intĂ©rĂŞt.

Donc, durant le temps ou il se fait passer par un de leur membre, il ne pourra pas les combattre. Le temps que Kuroro retrouve ses pouvoirs, du fait qu’il est l’unique lien restant entre Kuroro et la brigade, il ne peut les attaquer.
Mais du moment qu’il ne fait plus parti des membres et que Kuroro a ses pouvoirs, rien ne l’empĂŞche d’affronter les membres de la brigade, alors, pourquoi ne le fait-il pas avant son duel avec Kuroro ? Pourquoi ça donne l’impression que Hisoka veut se venger de Kuroro en tuant sa brigade alors mĂŞme qu’aucun Ă©lĂ©ment de vengeance n’existe ? Il s’est fait tuer certes, mais c’est lui qui voulait ce duel.

Et pourquoi commence t-il en tuant le plus faible de la brigade ? En temps normal, il n’aime pas les faibles, pourquoi commencer par lui ? Et pourquoi tuer le second, logiquement plus fort, mais qui n’a plus ses pouvoirs Ă  ce moment ?

Bref, ce tome est assez dĂ©cevant de par son duel et de par les rĂ©actions d’Hisoka. Le voyage vers le nouveau monde sera t-il plus intense ?

Popularity: 3% [?]

Voler. Le rĂŞve des hommes depuis toujours. Un rĂŞve devenu “rĂ©alitĂ©”, grâce Ă  notre technologie, et de nombreux moyens de transport nous permettent de voler dĂ©sormais : avions, hĂ©licoptères, montgolfières… Mais ce n’est pas nous qui volons rĂ©ellement, nous sommes simplement portĂ©s par des machines bruyantes et peu maniables.
Mais il existe des moyens plus lĂ©ger, plus maniables, moins confortables et plus exposĂ©s peut ĂŞtre, mais qui permettent de meilleures sensations, notamment l’ulm et le pendulaire.

C’est quoi le rapport avec le fait de voler avec des oies ? J’y viens. Avez vous dĂ©jĂ  vu le film L’EnvolĂ©e sauvage ? Film sorti en 1996 :

Ou Le Peuple migrateur, sorti en 2001 ?

L’envolĂ©e sauvage raconte l’histoire d’un père et de sa fille qui “adoptent” des oies et se dĂ©cident Ă  les accompagner pour leur migration, tirĂ© d’une histoire vraie. Le peuple migrateur nous narre la migration des oiseaux, le tournage a surtout eu lieu grâce Ă  l’aide d’oies dressĂ©es pour le tournage.
Le point commun des 2 films ? Les prises de vue qui ont lieu Ă  bord d’un ulm… Ulm que suivent les oies ! Comment est-ce possible ? Les poussins, Ă  leur naissance, prennent le premier ĂŞtre qu’ils voient comme son parent, et vont donc la suivre partout. Dans la quasi totalitĂ© des cas, il s’agit de leur mère, mais de temps en temps, par accident ou volontairement, on peut se substituer aux parents biologiques.
Évidemment, pour les oiseaux domestiques, c’est beaucoup plus simple, surtout si on regarde du cĂ´tĂ© des oiseaux locaux. Dans l’envolĂ©e sauvage, il s’agit des Bernaches du Canada, puisque le film est amĂ©ricain, alors que Le peuple migrateur montre des oies cendrĂ©es.
MĂŞme si ils datent de plus de 15 ans, allez les voir si vous ne les avez pas vu, ils valent le coup, surtout L’envolĂ©e sauvage qui est une vraie aventure. Dans cette histoire, le père, un peu excentrique, va se mettre dans la tĂŞte de guider les oies pour leur migration, Ă  travers toute l’AmĂ©rique, devant faire des milliers de kilomètres, et pour ce faire, va adapter un ulm pour qu’il puisse rĂ©aliser ce pĂ©riple.

Mais depuis, d’autres “excentriques” se sont mis Ă  la tache ! En effet, certains se sont posĂ©es une question simple : en se basant sur cet exemple (le film est tirĂ© d’une histoire vraie pour rappel), pourquoi ne pas en faire une activitĂ©, pour que n’importe qui puisse voler avec les oies ? Je vous rassure, pas pour les guider dans leur migration, simplement pour faire une petite ballade pour dĂ©couvrir les sensations.

Et voila comment apparait un concept gĂ©nial : voler avec les oies. Pour y arriver, ce n’est pas si facile ceci dit. Il faut les imprĂ©gner, leur faire croire que leurs parents sont humains, puis les habituer Ă  l’appareil, puis arriver Ă  leur faire suivre l’appareil. Ensuite, Ă  chaque trajet, il faut faire attention qu’elles suivent bien, qu’aucune ne dĂ©croche, ne se blesse ou ne se fasse chasser (faucons pèlerins et buses veillent), il faut les muscler rĂ©gulièrement et cerise sur le chapeau : cette stratĂ©gie ne marche que lorsque les oies ne sont pas encore adultes. Ben oui, une fois devenues adultes, elles voudront aller faire leur vie, le processus est donc Ă  renouveler tout les 2 ans voir tout les ans.

Et donc, j’ai pu faire cette expĂ©rience, en Alsace, Ă  cette adresse. Bilan ? Eh bien… C’est toujours difficile de dĂ©crire une sensation avec des mots. Pour rĂ©sumer : gĂ©nial. Unique. Excellent. Magnifique. Magique.

DĂ©jĂ , voler Ă  1000 pieds, c’est sympa. Mais accompagnĂ© tout le long de 8 oies qui vont et viennent, c’est juste sublime ! En fait, on ne regarde mĂŞme pas les paysages, on est littĂ©ralement subjuguĂ©s par les oies, et on ne fais que les suivre du regard, et Ă  essayer de les frĂ´ler lorsqu’elles sont Ă  notre niveau (les toucher ou les attraper serait leur faire du mal, imaginer si quelqu’un vous attrape pendant que vous courez).
Le moniteur nous discute tout le long du voyage, mais il n’y a pas vraiment d’autres choix : sans casque, le bruit du moteur est assourdissant. HĂ©las, on y perd le “chant” des oies, mais ce n’est pas trop grave.
20 minutes (souvent plus) de bonheur, voila comment rĂ©sumer cette expĂ©rience. Et le tout, photographiĂ© et filmĂ©, un appareil photo Ă©tant fixĂ© sur une des ailes, tandis que la camĂ©ra est fixĂ© sur le cockpit. Je ne pourrais pas vous partager la vidĂ©o, elle fait 1,22 go, mais voici quelques photos pour vous donner un petit aperçu. Petit parce que les photos ne valent pas bien lourd par rapport Ă  l’expĂ©rience vĂ©cue :-)

Photo 1

Photo 2

Photo 3

Photo 4
Elles ont la classe, non ?

Photo 5
J’y suis presque… Euh… Non.

Photo 6

A noter que lorsque j’y suis allĂ©, ils avaient 1 oie bernache et 7 oies cendrĂ©es, ce ne sera pas forcĂ©ment la mĂŞme chose selon les annĂ©es.
A noter aussi que contrairement Ă  ce qu’on pourrait croire, la meilleure pĂ©riode pour y aller n’est pas l’Ă©tĂ©, mais l’automne. Pourquoi ? Parce que les oies sont des animaux du nord, elles souffrent de la chaleur ; allez faire un marathon en plein Ă©tĂ©, c’est pareil. Après, oui, elles aiment aussi l’hiver et ça doit ĂŞtre magnifique avec de la neige, mais il faudra supporter le froid, Ă  vous de voir.

Bref, une expĂ©rience inoubliable, que je vous recommande vivement, et qui vous fera peut ĂŞtre rĂ©flĂ©chir lorsque vous prendrez votre foie gras, Ă  la fin de l’annĂ©e…

Popularity: 3% [?]

Cela fait longtemps que je n’avais pas parlĂ© d’animes et de mangas… Oula, si on enlève dragon ball super, ça va faire plus de 2 ans… Que voulez vous, dĂ©jĂ , j’en regarde beaucoup moins, genre un ou deux Ă©pisodes par jour, et puis surtout, aucun anime ne m’a suffisamment accrochĂ© pour que j’en parle… Exception faite de Wakfu, qui n’est pas japonais pour le coup.

Bref, ces derniers temps, je suis tombĂ© (aie) sur 2 mangas et un film que j’ai bien apprĂ©ciĂ©. On commence par Mushihime, Nuisible en version française, ce qui n’a pas vraiment de sens puisque le titre original est “Princesse des insectes”, bien plus percutant.
Ce manga est en 3 tomes seulement, et hĂ©las il est assez reprĂ©sentatif de beaucoup de mangas et animes : un dĂ©but excellent, qui donne envie de lire le reste pour une fin moyenne. Par ailleurs, je m’y suis intĂ©ressĂ© suite Ă  la prĂ©sentation du chef. Dans cet Ă©pisode, il m’a aussi incitĂ© Ă  acheter Virgin dog, mais ce manga n’est pas terrible, Ă  peine moyen, je n’en parlerais pas.
L’histoire est celle de Ryoichi, un ado qui rĂŞve rĂ©gulièrement d’une jeune fille aux milieux de cadavres, qui, d’abord normale, se transforme en monstre. Évidemment, ladite fille va intĂ©grer sa classe, et alors que tout le monde est subjuguĂ© par sa beautĂ©, seul Ryoichi semble s’en Ă©carter, ce qui va forcĂ©ment intriguer la jeune fille… En mĂŞme temps, des attaques d’insectes commencent un peu partout en ville…

Soyons francs : le premier tome est intriguant. Pas par rapport aux problèmes, parce qu’on sait dès le dĂ©part que c’est elle la cause des problèmes avec les insectes, ce qui d’ailleurs est un peu dommage, mais par ce qu’est Kikuko : humaine ou pas humaine ? Et que veut-elle ? Que recherche t-elle ?
La suite reste du mĂŞme acabit, avec un petit cĂ´tĂ© horreur assez dĂ©rangeant. Mais hĂ©las, la fin est un peu trop conventionnelle et fait un peu l’effet d’un soufflĂ© qui se dĂ©gonfle.
Reste que les 3 tomes de Nuisible sont intéressants et sympathiques à lire, si vous aimez les jolis dessins et les petites histoires sympas, vous pouvez y allez sans souci.

Mushihime
(cliquez sur l’image pour l’acheter)

Passons au niveau au-dessus, avec un autre manga en 3 tomes, Monster x Monster. Dommage ! Oui, dommage que ce ne soit qu’en 3 tomes. L’auteur lui aussi le regrette, parce que pour ce manga, il y aurait largement de quoi faire. Pour Nuisible aussi cela dit, mais je ne sais pas, le 3ème tome ayant dĂ©samorcĂ© tout ce qui l’a engendrĂ©, qu’il se finisse au 3ème tome ne m’a pas dĂ©rangĂ© plus que cela, par contre, Monster X monster, je suis déçu.
L’histoire nous conte la vie d’un homme de 29 ans, un des pires anti hĂ©ros que j’ai pu voir : pas de travail, pas de copine, aucune capacitĂ©, jouant Ă  longueur de journĂ©e aux jeux vidĂ©os, pervers et… Ne voulant absolument pas changer de vie. Anti hĂ©ros aussi dans son monde, puisque son monde est un monde fantastique rempli de monstres. D’abord prĂ©dateurs, ils sont devenus au fil des siècles la proie des humains qui se sont mis peu Ă  peu Ă  les chasser pour se servir de leurs capacitĂ©s. C’est un peu l’âge d’or des chasseurs et pourtant, rien n’arrive Ă  suffisamment motiver notre zĂ©ro pour se mettre au travail, prĂ©fĂ©rant se curer le nez. Ceci dit, on sent qu’un traumatisme le bloque, car plus que dĂ©tester les monstres, il n’arrive mĂŞme pas Ă  les toucher. Vivant avec sa mère, cette dernière fait tout pour qu’il se bouge et aille travailler, ce qui va lui valoir quelques aventures. Mais arrivera t-il Ă  se mettre au travail ?

Souvent, on a un hĂ©ros commun qui va ĂŞtre obligĂ© de sauver le monde, ici, on est un anti hĂ©ros de base, qui refuse de faire tout effort, et mine de rien, rien que ça, c’est un Ă©norme changement qui redĂ©finit la base mĂŞme de hĂ©ros. Il ne veut pas faire d’effort ni ĂŞtre en danger ; n’Ă©tant pas un ado, il n’est obligĂ© par personne de faire ce qu’il ne veut pas faire, mais en mĂŞme temps, en restant dans cette voie, impossible de devenir quiconque. Notre anti hĂ©ros va donc devoir rĂ©gulièrement lutter dans son subconscient : enfin faire un minimum d’effort ou continuer sa vie mĂ©diocre ?
Et tout au long du manga, des messages seront donnĂ©s au hĂ©ros, des messages de la vie, Ă´ combien important et si vrais. Certes, c’est un peu simples et pas forcĂ©ment originaux comme messages, mais dans le cas de notre anti hĂ©ros, ils sont d’autant plus percutants.

Et plus que ça, ces messages s’adressent aussi, en partie, au lecteur, et c’est ça qui est excellent, parce que, finalement, ça concerne quasiment tout le monde. Alors, non, je ne prĂ©tends pas que ni moi ni vous ne soyez pervers, no life, fainĂ©ants, j’en passe et des meilleurs, mais impossible non plus de se prĂ©tendre parfait, et donc, Ă  un moment ou Ă  un autre, les messages vous percuteront forcĂ©ment.

Et vous savez quoi ? Le dĂ©veloppement de l’histoire reste très bon. Le tout enrobĂ© de dessins de très bonnes qualitĂ©s, que demandez de plus ? La fin ? Eh bien, je dirais que c’est une des rares bonnes fins de mangas. Pas magistrale non plus, n’espĂ©rez pas quelque d’exceptionnel, mais la fin est très bien amenĂ©e, sans baisse de rĂ©gime, sans exagĂ©rations, sans coupure ni avancĂ©e trop rapide.
En fait, on ne pourra reprocher Ă  cette fin que celle de finir ce manga qui aurait pu, qui aurait du continuer pour plusieurs tomes, car il y avait le potentiel. Alors, peut ĂŞtre qu’il serait devenu plus conventionnel, et donc peut ĂŞtre moins bon, mais mĂŞme : les personnages, les dessins, le monde, l’histoire, tout donnait envie Ă  une suite. En tout cas, moi, j’en suis. Et si vous voulez un bon manga, court et intĂ©ressant, je vous recommande chaudement Monster X Monster.

Monster x monster
(cliquez sur l’image pour l’acheter)

Terminons avec un film ! Une excellente surprise qui plus est. Kimi no na wa, Your name en anglais, ton nom en français, c’est un petit film “Ă  l’ancienne”, Ă  comprendre, des dessins rĂ©alistes et simples, sans surenchère ni au niveau des dĂ©cors, ni au niveau des personnages. Attention : je ne dis pas que c’est moche, “juste” que c’est commun. Mais rassurez vous : pour ce genre d’histoire, les graphismes sont secondaires.
L’histoire, justement. Mitsuha est une jeune fille qui vit dans une petite ville assez isolĂ©e. Elle vit avec sa grand mère et sa petite soeur, va au lycĂ©e, et est prĂŞtresse du temple que sa grand mère tient, temple transmis de gĂ©nĂ©rations en gĂ©nĂ©rations. Elle aspire Ă  vivre Ă  Tokyo pour se libĂ©rer de son destin et de sa vie plutĂ´t morne.
Un jour, elle se lève et ses proches lui font des allusions Ă©tranges par rapport Ă  son comportement de la veille. Comportements qui semble assez Ă©tranges effectivement, du genre, demander le chemin qui la ramène chez elle… Le souci, c’est qu’elle ne s’en souvient absolument pas. Et que ces journĂ©es sans souvenir commencent Ă  se multiplier. Mais un jour, la voila qui se rĂ©veille dans le corps d’un jeune homme de son âge, qui vit Ă  Tokyo. Ne comprenant rien Ă  ce qu’il se passe, la voila obligĂ©e de s’adapter Ă  un train de vie qui lui est totalement Ă©tranger.

Voila pour l’histoire. J’imagine ce que vous vous dites “ouais bof”. C’est vrai. L’histoire, en plus des dessins, semble classique. Elle l’est, en rĂ©alitĂ©. Pour ne rien vous cachez, c’est de la romance sur fond de mystère et de spiritualitĂ©, desservi sous des paysages typiquement japonais.
Et c’est justement çA la force du film : l’authenticitĂ©. Ce film respire le Japon Ă  plein nez. Autant du cĂ´tĂ© Tokyo que la petite ville. On voit les diffĂ©rents aspects de la vie au Japon, le tout servi sur une histoire rondement menĂ©e, du mystique, du mystère, de la romance et mĂŞme plus, mais en dire plus serait spoilĂ© le film, et franchement, il ne le mĂ©rite pas. Si vous voulez voir un bon film animĂ©, si vous aimĂ© le Japon, si vous n’ĂŞtes pas un fan absolu d’action, Your name est fait pour vous. Ce film a Ă©tĂ© une très bonne surprise pour moi, un plaisir tout le long, bien que j’en attende pas grand chose au dĂ©part. Et c’est peut ĂŞtre ça aussi, sa force : sous son aspect hyper conventionnel, il renferme en rĂ©alitĂ© une très bonne histoire, joliment contĂ©e et avec diffĂ©rentes Ă©motions dont certaines dont on ne s’attend pas du tout. Comme quoi !

Your name ?
(cliquer sur l’image pour l’acheter) / (voir d’autres jolies images)

Voila donc 2 mangas et un film à découvrir si vous ne connaissez pas, je vous les recommande, dans des styles très différents.

Popularity: 4% [?]