ÔĽŅ 2010 novembre | Mes-id√©es

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Hey ! Je viens de remarquer par hasard que ceci est mon 100ème billet \o/

Pour f√™ter dignement cet √©v√®nement d’envergure internationale, je vais donc faire un billet qui r√©unira 100 personnes quotidiennement, pour un sujet de 100 paragraphes compos√©s de 100 mots chacun.





… Non, en fait, ce serait trop chiant √† g√©rer. alors je vais faire un billet normal, mais sur un sujet int√©ressant, bas√© sur deux animes. Oui, encore des animes…

Vous l’aurez vu, le titre s’intitule “le conseil des √©l√®ves”. Kesaco ? Pour faire simple, au Japon, pour r√©gir la vie lyc√©enne et donner des responsabilit√©s aux √©l√®ves, les activit√©s et autres choses diverses de la vie scolaire ne sont pas r√©gies par des institutions contr√īl√©es par des adultes, mais par les √©l√®ves eux-m√™mes. Et pour que ce soit organis√©, ce n’est pas n’importe quel √©l√®ves qui peut le faire, mais des √©l√®ves choisis (par vote notamment) par les autres √©l√®ves, qui vont alors repr√©senter tout les √©l√®ves, et les r√©gir : le conseil des √©l√®ves.
Le conseil des √©l√®ves est le principal r√©gisseur des activit√©s scolaires, et c’est lui qui alloue les budgets et les clubs. Pour la vie scolaire, le conseil des √©l√®ves est tr√®s important et assez omnipr√©sent, et le fait que ce soit des √©l√®ves qui le r√©gissent rend ce conseil beaucoup plus abordable que si c’√©tait les profs ou des adultes qui tiendraient ce r√īle.
Contrairement aux d√©l√©gu√©s de classe fran√ßais qui n’ont qu’un r√īle secondaire (assister aux r√©unions), le conseil des √©l√®ves s’investit v√©ritablement dans la vie scolaire et le maintien des r√®gles. Il g√®re des budgets, g√®re les clubs, g√®re les r√®gles de l’√©cole, etc, etc. √Čvidemment, derri√®re, l’institution des adultes, employ√©s administratifs et profs restent les “chefs”, mais ils √©vitent de s’impliquer dans les affaires des √©tudiants, et il me semble que c’est plut√īt une bonne chose : √ßa responsabilise les √©l√®ves et leur donne plus confiance, un √©l√®ve ira plus facilement voir un camarade plut√īt qu’un prof.

Personnellement, je trouve que ce syst√®me est plut√īt bon, il faudrait peut √™tre en amener certains points en France, mais bon, ce n’est qu’un avis personnel, et ce n’est pas le sujet, en fait.
(√† noter que la description du conseil des √©l√®ves est bas√©e sur ce que j’ai pu comprendre √† travers diff√©rents animes & histoires sur le sujet, si des gens qui s’y connaissent vraiment veulent compl√©ter ou corriger, n’h√©sitez pas, ne me laisser pas raconter des conneries).

Bref, le conseil des √©l√®ves. Pour je ne sais quelle raison, les animes marchent apparemment sur des p√©riodes : lorsqu’un anime de tel genre marche bien, d’autres du m√™me genre arriveront bien t√īt, et le sujet sera longuement trait√©. Des fois, ce n’est qu’un effet de mode, d’autres fois, c’est plus pour relancer un secteur qui sombrait ; le meilleur exemple restant Hikaru no go, qui a relanc√© le jeu de go de bien belle mani√®re (m√™me moi √ßa m’a donn√© envie d’y jouer, mais apr√®s quelques rapides branl√©es, j’ai arr√™t√© :x).
Je ne sais pas si le sujet des conseils des √©l√®ves est issu d’un d√©sint√©r√™t ou si ce n’est qu’un effet de mode, toujours est-il que plusieurs animes, dans un lap de temps tr√®s court, sont apparus sur le sujet du conseil des √©l√®ves…


Oui, bon, ok. Quand je dis “plusieurs”, c’est deux, et quand je dis “un lap de temps tr√®s court”, en fait, un an s√©pare les deux animes, mais je les ai regard√© l’un apr√®s l’autre assez rapidement, alors, pouet.
Le nom de ces animes : Seitokai no Ichizon et Seitokai Yakuidomo.

Alors, je ne sais pas si les conseils des √©l√®ves manquent de gar√ßons, ni si faire parti d’un conseil des √©l√®ves est poilant, toujours est-il que les deux animes sont bas√©s sur 3 points semblables : l’histoire est centr√©e sur le conseil des √©l√®ves (vous l’aurez compris, √ßa, je pense) ; un gar√ßon se retrouve parmi que des membres f√©minins et les deux animes sont humoristiques.
Je pr√©cise tout de suite : non, ce n’est pas forc√©ment des animes-harem, ou le gar√ßon est aim√© de toutes les filles, bas√© sur des retournements amoureux. Je doute que je serais en train d’√©crire un article sur ces animes si c’√©tait le cas, tant ce genre d’anime a √©t√© essor√© jusqu’√† la moelle, vu et revu et rererevu.

Seitokai no Ichizon

Sorti en 2009 par les studios Deen, 4 membres du conseil des √©l√®ves sont √©lus par les √©l√®ves, le 5√®me lui, est int√©gr√© d’office par rapport √† ses r√©sultats (le meilleur, en gros). Les 4 √©lues sont des mignonnes filles, le meilleur √©l√®ve est un gar√ßon, fan d’eroge.
Bon, √ßa va compl√®tement contredire ce que je viens d’affirmer, puisque Sugisaki est l√©g√®rement pervers sur les bords et va consid√©rer le conseil des √©l√®ves comme son harem personnel. Revenez ><
Oui, parce qu’en fait, c’est un harem qu’il d√©sesp√®re d’avoir… Le fait qu’il est d√©clar√© son amour aux 4 le m√™me jour dans la m√™me pi√®ce l’a juste totalement discr√©dit√© =)

Le cadre de cet anime, un peu comme pour “le diner de con”, reste plus ou moins cantonn√© √† une seule pi√®ce, le conseil de classe, ou nos 5 membres vont papoter de tout et de rien. Et c’est justement √ßa le piment de cet anime : les membres, et leur situation. Pour commencer, il faut bien comprendre que les membres √©lus sont √©lus pour leur popularit√© : en clair, elles n’ont pas demand√© √† √™tre √©lues… On se retrouve donc avec des membres qui, d√®s le d√©part, ne sont pas forc√©ment motiv√©s √† jouer ce r√īle. Le membre masculin, lui, est √† part, puisque fan d’eroge et toujours dans un monde parall√®le. Les discussions du conseil, dirig√©es par sa pr√©sidente, Kurimu Sakurano,

Seitokai no Ichizon

qui d√©sesp√®re de grandir malgr√© son c√īt√© gamine (que ce soit en taille ou en personnalit√©), vont √™tre constamment d√©vi√©es, et n’arriveront jamais √† se baser sur ce que devrait faire le conseil de classe : administrer la vie √©tudiante.

Ensuite, on a la secrétaire, Chizuru Akaba,

Seitokai no Ichizon

tr√®s classe, tr√®s styl√©e, fan de Sakurano… Et tendance dominatrice, qui, sous ses airs ang√©liques, est assez terrifiante quand elle s’y met :p

La vice présidente, Minatsu Shiina

Seitokai no Ichizon

Sportive, qui se d√©sint√©resse grandement de ce conseil dont elle n’a que faire. Et enfin, sa petite sŇďur, Mayufu Shiina,

Seitokai no Ichizon

Fan de jeux vid√©o, et plus particuli√®rement tout ce qui touche aux shonen-ai (amour entre gar√ßons) : plut√īt que de suivre les discussions du conseil, elle pr√©f√®re jouer √† ses jeux vid√©os.

En bref : que des personnes qui s’en tapent du conseil. Alors, comment il peut marcher ? En fait, sous ses airs de pervers qui r√™ve d’harem, Sugisaki, apr√®s le conseil, boucle √† lui tout seul tout les dossiers, les filles l’aidant de temps en temps… En fait, il croit √† un harem, mais c’est plut√īt lui l’esclave de ces demoiselles ^^
Mais malgr√© le contexte assez restreint de la s√©rie, la s√©rie est plaisante de par ses personnages et ses dialogues, qui sont loin de ne rester que sur le c√īt√© sentimental/sexuel, ce qui est plut√īt une bonne chose. Apr√®s, comme dit, le fait que les 12 √©pisodes soient dans le conseil de classe (√† quelques exceptions pr√®s) et que le nombre de personnages est restreint (quasiment que les 5 membres du conseil) pourra rebuter certaines personnes, je le con√ßois. Toujours est-il que Seitokai no Ichizon est un anime plaisant √† regarder, pas trop long, qui vous fera passer de bons moments de rigolade et d’humour. Pas de blagues √† se rouler par terre, non, mais quelque chose de plaisant, rafraichissant, doux, un peu comme la neige qui tombe en cette apr√®s midi.

Seitokai Yakuindomo

Cette fois, nous avons Takatoshi Tsuda qui d√©bute sa vie dans son nouveau lyc√©e. Quel lyc√©e ? Ben, en fait, il a choisi le lyc√©e le plus proche de chez lui, un lyc√©e qui √©tait, jusqu’√† pr√©sent, uniquement pour filles, et qui vient d’ouvrir ses portes √† la mixit√©. En clair : y’a beaucoup plus de filles que de gar√ßons.

Seitokai Yakuindomo

Le r√™ve pour beaucoup ! D’ailleurs, la plupart des √©tudiants masculins vont entrer dans ce lyc√©e pour constituer leur harem personnel (ils ont pas encore compris que pour en construire un, faut √™tre millionnaire ou habiter ailleurs ?), mais pas Tsuda. Lui veut un train de vie tranquillos, sauf que… A peine arriv√©, il va se faire aborder par la pr√©sidente du conseil des √©l√®ves, qui va le remettre en place par rapport √† sa tenue.

Seitokai Yakuindomo

De fil en aiguille, les autres membres du conseil vont arriver, Suzu

Seitokai Yakuindomo

(à gauche) puis Aria

Seitokai Yakuindomo

Et √† force de discussion et d’HS, notre pauvre gar√ßon va arriver en retard. Pour se faire pardonner, la pr√©sidente va l’inviter √† devenir membre du conseil des √©l√®ves, ce qu’il va accepter imm√©diatement, avant de r√©aliser ce qu’il a fait :x
La force de cet anime ? Un environnement d√©complex√©. √áa fait du bien, vous pouvez pas savoir. En fait, je soup√ßonne cet anime de pr√©senter les filles sous un point de vue diff√©rent, ou les filles sont, incroyables, des √™tres humains comme les autres, et qu’elles peuvent aussi penser cul.
Car, oui, bien que Tsuda soit incroyablement banal, ne s’int√©ressant limite pas aux filles, √† c√īt√©, on a la pr√©sidente, belle, gracieuse, classieuse, dou√©e, au charisme incroyable… Qui va constamment d√©tourner les phrases de Tsuda √† des fins sexuelles, ou faire des sous entendu √©normes.

Seitokai Yakuindomo

Aria n’est pas en reste, et m√™me si elle vient d’une famille riche et est donc des fois un peu cucul (genre elle ne connait pas les choses des gens du peuple), elle envenime souvent la discussion en se rangeant aux c√īt√©s de la pr√©sidente, l√† aussi, en se basant sur des sous entendu sexuels.

Seitokai Yakuindomo

Suzu, quant √† elle, est dr√īle surtout en rapport avec sa taille, toujours consid√©r√© comme une gamine, elle tente constamment et d√©sesp√©r√©ment de prouver que, oui, elle a 16 ans et n’est plus une gamine. Mais les animateurs, vicieux, ne l’a font apparaitre √† l’√©cran que rarement…

Seitokai Yakuindomo

Contrairement √† Ichizon, d’autres personnages viennent agr√©menter la s√©rie : on a notamment la sportive fan de judoka, innocente, qui ne comprend jamais les allusions de la pr√©sidente, la photographe, fan de la pr√©sidente et n’h√©sitant pas √† faire des clich√©s pouvant rapporter un max (√† comprendre : elle mate les filles et les photographies pour pouvoir revendre les clich√©s) et la prof, qui conseille le conseil… Enfin, “prof”, plut√īt, puisque c’est une vraie nymphomane qui ne pense qu’√† √ßa.

Et contrairement √† un anime “pervers” classique, ou les gar√ßons font tout pour mater le sexe oppos√© et ne pensent qu’√† √ßa, ou les gags deviennent vite lourds et r√©p√©titifs, et ou l’objectif de l’anime est de nous d√©voiler les attributs f√©minins de la mani√®re la plus √©rotique possible (comment √ßa, j’ai l’air de m’y conna√ģtre ?) l√†, il n’y a “que” des sous entendu, des sous entendus bien gras souvent, certes, mais “bon enfant”, qui m’ont plut√īt donn√© l’impression de d√©dramatiser le sujet, ce qui est, je pense, une excellente initiative. De un, pour montrer que, oui, les filles peuvent aussi y penser, et que de deux, c’est naturel d’en parler ou d’y penser, et qu’on peut tr√®s bien manier l’humour en se basant dessus.
Car autant la pr√©sidente, la prof et Aria multiplient les vannes sur le sujet (encore que pour la prof, ce ne sont pas des vannes ^^), autant elles savent rester s√©rieuses et jouent leur r√īle avec perfection, ne pensant pas qu’√† √ßa.
Et comme dit, c’est rafraichissant, cet humour. En plus de cela, le seul membre masculin n’est pas un pervers qui bave d√®s qu’on mentionne le sujet, et est plus du genre d√©pit√© par tant d’allusions √† r√©p√©titions, tentant d’y mettre un semblant d’ordre.

En clair, un anime “original”, d√©paysant, marrant, que je vais vous conseiller, et je dirais m√™me plus : je pense que Seitokai Yakuindomo est meilleur que Seitokai no Ichizon, pas de beaucoup, et vu que les deux animes sont sensiblement diff√©rents, c’est pas √©vident de les comparer, mais bon.
Et puis Shino (la présidente de Yakuindomo), kawaiiii !

Bref, deux animes sur le conseil des élèves, et deux animes à dévorer sans modération.

Popularity: 38% [?]

(jsais pas ce qui m’arrive ce mois, tout plein de posts o_O –> je doute que √ßa devienne une habitude cela dit)

Il y’a des animes, comme √ßa, qui √©nervent. Vous savez, ces oav qui sont excellents mais qui sont tristement trop courts ? Ou ces s√©ries qui, √† la base, ont un th√®me int√©ressant, mais qui tombe dans les m√©andres des clich√©s et des longueurs, √ītant toute saveur √† l’anime ? Phantom fait l’exploit de concilier ces deux √©l√©ments.

A la base, Phantom est un oav composé de 3 épisodes. Par la suite, une série de 26 épisodes a été produite, basée sur le même fil conducteur.
Ce n’est pas forc√©ment une s√©rie exceptionnelle, mais je m’en vais vous en parler, parce que j’estime qu’elle le m√©rite malgr√© tout.

Acte I : Phantom

3 oav, nous contant l’histoire de Reiji, un japonais qui se ballade en Am√©rique. H√©las, il assiste par hasard √† un assassinat, le souci √©tant que l’auteur de cet assassinat n’est autre que Phantom, le meilleur tueur d’une organisation secr√®te, qui va forc√©ment vouloir supprimer ce t√©moin g√™nant. Heureusement, quelqu’un arr√™te Phantom juste avant qu’elle (oui en fait c’est une fille) ne tue Reiji. Car en fait, le quelqu’un a vu en Reiji un potentiel int√©ressant, il va donc lui faire subir un lavage de cerveau et l’entrainer √† devenir un nouveau Phantom : Zwei (la premi√®re s’appelle Ein. Quelle originalit√©, oui).

Et donc, ces 3 oav sont fort sympathiques. Entour√©e de myst√®re, l’histoire se laisse agr√©ablement suivre, mais, forc√©ment, comme indiqu√© en pr√©ambule, on arrive rapidement √† la fin avec un amer go√Ľt de non finition, nous laissant dans le flou total concernant l’organisation, par exemple.
A l’√©poque, un peu comme Black ‚ėÖRock Shooter, j’esp√©rais qu’une s√©rie compl√®te se fasse, et, 5 ans plus tard (l’oav est sorti en 2004), mon vŇďu fut exauc√©. H√©las, serais-je tent√© de dire, en esp√©rant que Black ‚ėÖRock Shooter, si il est d√©clin√© en version anim√©, ne subisse pas le m√™me sort.

Acte 2 : Phantom - Requiem for the Phantom

Nous voil√† en 2009, donc. On reprend donc l’anime √† 0, ou presque, vu que le fil conducteur est un peu remani√©

Attention : pour pouvoir d√©crire l’anime, je vais devoir spoiler de nombreux moments cl√©s de l’anime, celles et ceux qui veulent voir l’anime, je vous d√©conseille fortement de lire ce billet, au final, et d’attendre que vous ayez vu la s√©rie pour √©viter que toute la surprise disparaisse.

Donc, cette fois, on suit un jeune homme qui se r√©veille p√©niblement dans un endroit qu’il ne connait pas,d√©nu√© de tout souvenir. Il ne sait pas qui il est, il ne sait pas o√Ļ il est, il ne sait rien. Rapidement, une personne va l’agresser, et lui dira alors que, si il d√©sire survivre, il va devoir se battre ; ce qu’il va faire avec un certain talent.
On va alors lui expliquer qui il est : Zwei. Son pass√© a √©t√© effac√©, et son nouveau but, pour survivre, sera d’ob√©ir aux ordres, en devenant un second Phantom, le meilleur tueur de l’organisation Inferno.
Cette premi√®re partie est excellente. On y apprend l’entrainement de Zwei, on rentre de plein pied dans l’organisation, avec notamment quelques personnages cl√©s, et, forc√©ment, on assiste √† des assassinats r√©gl√©s comme une horloge, qui sont relativement bien ex√©cut√©s.
Ajout√© √† cela des musiques d’exceptions, entour√©es de myst√®res et de puissance, qui collent parfaitement √† l’anime et √† son th√®me, et vous obtenez un r√©sultat des plus int√©ressants.

B√©mol : comme la plupart des s√©ries du genre, forc√©ment, on aura droit aux trahisons √† l√©gions. Tout du moins, la premi√®re partie semble l’annoncer, et, effectivement, Master, le ma√ģtre d’Ein, va trahir l’organisation. Et, finalement, m√™me si c’√©tait aussi pr√©visible qu’un √©l√©phant qui casse tout le magasin dans un magasin de porcelaine, j’avoue que c’est plut√īt bien pass√©, surtout du fait de sa relation avec Ein, qui va emp√™cher Zwei d’ob√©ir sans √©tat d’√Ęme.

La fin du premier chapitre est un peu “cucul”, dans le sens o√Ļ Zwei et Ein se font tuer tout les deux : honn√™tement, qui y croyait vraiment ?

Chapitre Zwei

Le second chapitre nous fait voir la promotion de Claudia, “l’ange gardien” de Zwei, en tout cas, celle qui l’a arrach√© des griffes de Master pour le faire r√©fl√©chir, notamment, et non pas pour ex√©cuter b√™tement les ordres donn√©s.
Zwei est donc d√©sormais son garde du corps, et a obtenu un poste plut√īt important (m√™me si, dans l’absolu, il reste le toutou tueur de l’organisation). J’avoue qu’√† ce moment, le design de Zwei m’a fait penser qu’il s’√©tait reconverti en gros connard qui fait chier son monde et qui se la p√®te, mais, m√™me pas. En fait, il fait juste semblant, pour continuer √† survivre, vu qu’il n’a plus aucun but dans la vie.
Mais une rencontre va lui faire changer sa vie : Cal. Une petite… Je dis bien, PETITE fille, genre… Allez, 12-13 ans, pas plus. Cette fille va tenter de l’embaucher pour qu’il la venge, vu que sa grand sŇďur a √©t√© tu√© dans l’affrontement de clans, alors qu’elle n’avait rien √† voir l√† dedans.
Zwei (enfin, Reiji, il a retrouv√© la m√©moire depuis un moment d√©j√†) va donc la prot√©ger et, pour garantir sa s√©curit√©, va faire croire √† Inferno qu’il l’entraine en vue de la transformer, elle aussi, en tueuse.

Cette partie est d√©j√† moins int√©ressante que la premi√®re, en tout cas, globalement, vu que la r√©v√©lation, √† la fin, est particuli√®rement croustillante : on s’y attendais un peu, mais on avait tout de m√™me un sacr√© doute.
Pour le reste, h√©las, les capacit√©s de Phantom ne sont plus vraiment mis sur le devant de la sc√®ne, et c’est surtout une guerre intestine au clan qui sera le d√©cor de cette partie, ce qui est dommage, surtout que, au final, on en apprend pas vraiment plus sur le clan, √† part qu’il grandit.
En clair : comme pr√©vu, on assiste aux trahisons en s√©rie, ce qui rend la s√©rie un peu chiante. Cal n’apporte pas grand chose √† la s√©rie, elle n’apporte qu’un peu plus d’humanit√© √† Zwei (Reiji), mais n’est pas si importante que √ßa. Le retour de Ein et sa trahison vis √† vis de l’organisation √©taient plus ou moins bien amen√©s, donc pas de souci de ce c√īt√©, mais disons que, globalement, cette seconde partie perd de sa superbe, en traitant plus les affaires de l’organisation -organisation qui n’est pas vraiment d√©crite qui plus est- que de Phantom. Je ne demandais pas qu’un couple se cr√©e, hein, mais que ce soit plus centr√© sur leurs capacit√©s, vu qu’ils sont cens√©s √™tre l’√©lite.
Petite d√©ception, donc, surtout sur la fin, o√Ļ Zwei et Ein quittent tout. Mais h√©las, ce ne sera pas le pire de l’anime…

Chapitre Drei

Et la, on se rend compte que le nombre de parties co√Įncide avec le nombre de Phantom officiel, soit 3. Bouais, m’enfin, dans les trois cas, le h√©ros reste Zwei, et les diff√©rentes parties ne d√©voilent pas forc√©ment ses antagonistes (notamment Ein, et √† l’exception de Zwei).

Bref, on retrouve Ein et Zwei, renomm√©s respectivement Elen et Reiji… A l’√©cole. Premi√®re abb√©ration : putain, √ßa me tue, √ßa. Y’a des centaines d’animes o√Ļ les h√©ros veulent devenir des gens importants et qui en ont marre de leur vie banale, et √† l’oppos√©, y’a des centaines d’animes (dont Phantom) ou les protagonistes principaux, qui ont une vie mouvement√©e, r√™vent d’une vie tranquille. Ouais, je sais, c’est la nature humaine, tout √ßa, mais vous pouvez pas vous contenter de ce que vous avez, bordel ?
Dans le cas de Phantom, ok, tueur affili√© √† une organisation qui s’en tape de vous, c’est pas cool. Mais devenir freelance, par exemple ? Ben non, nos deux h√©ros vont revenir du temps de l’√©cole pour pouvoir avoir, eux aussi, leur vie √† la con.
Bref, forc√©ment, √ßa va vite d√©raper, et Drei, alias Cal, d√©barque. Et paf, encore une imb√©cilit√© sans nom : elle en veut √† Zwei parce qu’il l’a abandonn√©, soit disant. Euh, l’appartement qui explose, tu crois pas qu’il a un peu cru que t’√©tais morte ? Apr√®s, √©videmment, il a √©t√© con de pas v√©rifier, aussi.
Mais donc, Drei… Soit dit en passant, c’est fou comme elle a grandit. 2 ans ont pass√©, mais je lui donne au minimum 5 ans de plus… Je vous avais dit qu’elle avait genre 12-13 ans √† tout casser, avant, n’est-ce pas ? Ben l√†, on lui donnerait la vingtaine sans concession, jugez plut√īt :

Avant :

Phantom, Cal

2 ans après :

Phantom, Cal

Je sais que les parents disent souvent que les enfants poussent trop vite, mais bon, l√†, √ßa me para√ģt exag√©r√©. Surtout que les autres personnages, eux, n’ont pas chang√© d’un iota…
Bref, elle revient pleine de haine pour Zwei, et va faire de la merde pour pouvoir r√©aliser sa vengeance √† deux balles, ou, devrais-je dire, son suicide organis√©. Trahissant l’organisation, tuant sa partenaire (mort un peu tir√©e par les cheveux, en passant : Lizzie avait pu tuer sa meilleure amie sans trop de peine, et la, elle bloque ? Gni ?), et mettant en danger une fille qui devait ne rien avoir dans l’histoire.
Le c√īt√© Phantom est totalement dispers√©, pour en faire un personnage invincible. Vous savez, le genre que je d√©teste √† 99% des cas, qui arrive √† √©viter les balles de plusieurs mitraillettes et qui tue ses ennemis d’une balle, parce que, √©videmment, m√™me si ce sont des professionnels aguerris, ils pensent pas √† se mettre √† couvert, hein.

On atteint des apog√©es au niveau WTF. Cependant, la derni√®re partie de la derni√®re partie (hum), par contre, rehausse le niveau, en oscillant avec le bon et le moins bon. D√©j√†, que Zwei tue effectivement Drei, je m’y attendais pas. La pauvre, finalement. √áa, c’est le bon.
Le moins bon, c’est l’√©pisode Master, qui revient sur ses grands chevaux, accompagn√© de 6 nouvelles Phantom, qui ont leurs comp√©tences bas√©es sur Ein, cens√©e √™tre la meilleure. Sauf que. Elles se font tuer contre deux adversaires. D’autant plus navrant que ce projet nous √©tais cont√© depuis plusieurs √©pisodes ; vive le coup du gonfl√© qui se d√©gonfle.
Le bon, à nouveau : Ein qui tue Master. Enfin, il était temps. Et que ce soit elle qui le fasse est tout un symbole.
Apr√®s quoi, on arrive enfin au d√©nouement final, qui nous avait √©t√© promis depuis tr√®s longtemps : le pass√© de Ein. Je n’y pensais m√™me plus sp√©cialement, √† vrai dire, et je n’y croyais plus depuis longtemps : bonne surprise, les sc√©naristes nous font le plaisir de nous r√©v√©ler ce pass√© qui √©tait si myst√©rieux.
Et voir Ein sourire, après avoir retrouvé ses origines, est vraiment bien vu, limite émouvant, malgré le contexte.
Que Zwei meurt √† cet instant est un peu tir√© par les cheveux, d’un c√īt√©, puisqu’il n’y avait aucune raison que lui meurt et pas elle, mais de l’autre c√īt√©, je pense que c’est surtout pour appuyer le fait que, au final, son existence eut un r√īle important : faire sourire une marionnette, lui faire aimer la vie.
Comme il le dit lui-m√™me, durant sa vie, il n’aura pas accompli √©norm√©ment de ses promesses, mais celle-l√†, au moins, fut tenue.

La s√©rie se termine donc sur cette touche d’optimiste/de pessimiste, et, au final, j’avoue avoir globalement bien aim√©, malgr√© tout. Je suis surtout d√©√ßu de la tournure d’√©v√®nements pour certains points, assez nombreux, en fait, qui range cet anime dans la cat√©gorie “bon anime”, mais qui rate clairement la coche “anime incontournable”. C’est dommage. Mais il n’emp√™che que, si vous aimez un tant soit peu le genre, et si vous d√©sirez √©couter de belles musiques, Phantom peut √™tre int√©ressant.

7/10

PS : vu le design et la personnalit√© de Ein, on pourrait comparer facilement Ein √† Kirika de l’anime Noir (un des premiers de ce genre), mais le d√©roulement g√©n√©ral de l’anime n’a, au final, pas grand chose √† voir ; inutile de se baser sur Noir pour pouvoir essayer de comprendre Phantom, ce sont deux animes diff√©rents.

Popularity: 11% [?]

Je me d√©cide √† √©crire cet article suite √† une √©mission qui m’a juste h√©riss√© le poil √† un point assez √©norme, bien pratique pour se raser, mais, fumant de rage, difficile ensuite socialement, vu que j’ai du abandonner mes habits, ayant trop chaud tellement je bouillais de rage.

Bref, je me suis calm√©, apr√®s 2-3 nuits √† poil, je peux vous assurer que l’on refroidit plut√īt vite. La cause de cet √©nervement ? Une √©mission tv, le grand journal :

Bpn… Reprenons cette amas de conneries… Pour commencer, je pr√©f√®re vous pr√©venir directement que je ne suis pas sp√©cialement un fan ultime de Miku Hatsune. Je n’idol√Ętre pas son personnage, et je suis pas fan au point d’aimer toutes ses musiques ; d’ailleurs, au final, je ne dois pas en conna√ģtre tant que √ßa, tout au plus quelques unes glan√©es par ci par la, aux al√©as de mon errance sur la toile et des liens fournis de ci de la.

Donc, pour commencer, on nous parle d’une “musique imaginaire”. Hein ? C’est quoi √ßa, une musique imaginaire ? Autant il est possible de cr√©er un personnage imaginaire (que ce soit en image ou en √©crit), autant une musique imaginaire, ce n’est pas possible.. Car m√™me si la musique fait partie d’une Ňďuvre imaginaire et qu’elle est cens√©e √™tre le tube de l’humanit√© (cf Macross, par exemple, o√Ļ l’humanit√© vit et survit au fil d’une star et de ses chansons, surtout une, g√©n√©ralement), la musique existe r√©ellement… Bref… En m√™me temps, un bandeau d√©roulant qui indique “Miku Hatsune, notre amie imaginaire”, pour bien appuyer le fait que tout ceci n’existe pas en vrai (?), sauf que… Bien que Miku Hatsune n’existe pas dans la r√©alit√©, le ph√©nom√®ne qui l’entoure est r√©el, lui ! Appuyer le fait qu’elle est imaginaire, ce serait comme d√©nigr√© tout ses fans… Mais les fran√ßais sont rois dans le domaine, donc, on va continuer…

Donc la cruche pr√©sentatrice nous pr√©sente donc Miku… Eh non, perdu, c’est pas elle. c’est un autre personnage de Vocaloid, dont je ne connais pas le nom (flemme de chercher). Et elle la d√©crit comme un hologramme, ce qui, dans le contexte, est vrai.
Sauf qu’elle omet de dire que c’est un concert live qu’il s’agit, et que la prouesse technique et technologique est triple: allez donc essayer de faire un concert avec un hologramme, irr√©el, issu de la technologie, mix√© √† des musiciens en chair et en os et devant un public en d√©lire : le moindre faux pas serait catastrophique. Les musiciens doivent assurer, la “chanteuse” doit s’accorder √† la musique en permanence, et l’hologramme doit reste coh√©rent et en phase avec la musique : la r√©ussite de ce concert est magistrale, tout le staff derri√®re tout ce travail est √† applaudir des deux mains, sans omettre ses pieds.

Et puis, la goutte d’eau qui fait d√©border la cuvette (cf robins des bois, en version plus soft, cependant, pour celles et ceux qui connaissent l’expression originale :D ) : l’abrutie la pr√©sentatrice compare Miku √† ren√© la taupe.
Arg, ouille, gao. Il fallait oser. Et je vais vous expliquer pourquoi. Parce que, d’abord, forc√©ment, l’extrait (qui, cette fois, est bien de Miku soit dit-en passant) ne repr√©sente en rien le reste de la musique, le reste de la musique √©tant normal, tendance j-pop. Mais si ce n’√©tait que √ßa !
La musique originale, de base, EST UNE PUTAIN DE PARODIE !!! Et l√†, tout est dit. C’est une parodie de pub qui vante les m√©rites d’une boisson aux l√©gumes, et elle n’a donc aucun aspect “s√©rieux”.

Avec les images et la traduction (en anglais), √ßa passe d√©j√† mieux, n’est-ce pas ( la version du concert se trouve ici si jamais vous voulez voir une Miku bouger avec gr√Ęce et pour r√©aliser que la musique a √©t√© clairement mise pour contenter les fans, vu que la vid√©o a eu un succ√®s fou (plus d’un million de vues) ? Donc comparer une musique qui a pourrit notre √©t√© √† un ph√©nom√®ne de mode qui dure depuis plus de 3 ans, sur un extrait parodique qui a bien plus d’int√©r√™t musical que ren√© la taupe… Je dirais m√™me plus : m√™me le message est bien plus int√©ressant que celui de ren√© la taupe. Je veux dire, m√™me si c’est fait en sorte que ce soit rigolo, le sujet, ce sont les l√©gumes que l’on doit consommer, un sujet “important”, somme toute.
Ren√©, c’est quoi ? Une taupe grassouillette qui hurle son amour pour le gras, et encore, je suis sympa, je ne parle que de sa chanson principale, y’a aussi une chanson sur le caca, excusez du niveau.

Pour nous faire pardonner, nous, fran√ßais, enfin, pour tenter d’enterrer cette version de cette √©mission √† la con, en faisant genre que mon blog ait une port√©e aussi importante que le grand journal (on va faire semblant, hein), je m’en vais essayer de redorer l’image de Miku Hatsune, parce qu’elle le m√©rite largement.
D’abord, qui est Miku Hatsune ? C’est un personnage cr√©e (on l’aura compris) par la soci√©t√© Crypton Future Media, fin 2007, c’est le personnage principal de leur programme Vocaloid. Qu’est ce que c’est que √ßa, Vocaloid ?
Pour éviter de raconter des conneries, je fais appel à wikipedia :
“Vocaloid est un logiciel de MAO qui permet de synth√©tiser la voix humaine. D√©velopp√© par Yamaha, il emploie la technologie de synth√®se vocale Vocaloid avec diff√©rentes banques de voix enregistr√©es sp√©cialement par des com√©diens de doublage ou chanteurs. Pour cr√©er une chanson, l’utilisateur doit entrer la m√©lodie, au moyen d’une interface repr√©sentant un clavier de piano ou en chargeant un fichier MIDI, et les paroles, qui peuvent √™tre plac√©es sur chacune des notes. Le logiciel peut modifier la prononciation (longueur des consonnes notamment), ajouter des effets tels que le vibrato, ou changer les nuances et le timbre de la voix. Tous les Vocaloids sont vendus comme des ¬ę chanteurs virtuels ¬Ľ.”

Je ne sais pas si vous vous rendez compte. Bon, ok, ma fibre artistique est aussi intense que la fibre de talent de ren√© la taupe, mais m√™me moi, je peux me rendre compte de l’int√©r√™t de cette cr√©ation : en clair, avec ce logiciel, n’importe qui peut cr√©er de la musique, quel que soit l’instrument voulu, et avec des possibilit√©s d’ajouts, de modifications, de cr√©ations, infinies, ou presque.

Miku Hatsune est donc la mascotte de ce logiciel, la mascotte qui y participe, et c’est bien pour cela que, tr√®s vite, elle fut populaire. Non seulement son design est nickel, mais, rapidement, le public a trouv√© ses marques et des dizaines et des dizaines de musiques, sublimes pour certaines, sortirent sur le net, et ne firent que renforcer la popularit√© de Miku et de Vocaloid, ce qui entrain√© logiquement un cercle vicieux. Sa l√©gende a d’ailleurs d√©but√©… A l’aide d’un poireau, notamment au travers de la musique Polkka (je vous rassure, la musique originale est limite pire, m√™me si on ne peut qu’applaudir la performance (essayer voir de faire des “oh, ah” pendant 3 minutes)) : pour la petite info, c’√©tait une parodie d’Inoue de la s√©rie Bleach, merci √† Kardhafi pour l’info.
En plus de ses chansons, le logiciel permet de cr√©er des clips (je crois, info √† confirmer, ne me lyncher po :( ), ce qui, vous en conviendrez, est toujours plus agr√©able que d’uniquement √©couter la musique, surtout si les images collent √† merveille √† la chanson.

Je pourrais vous lister des centaines d’exemples, et je n’exag√®re m√™me pas. Mais, globalement, il faut savoir que la plupart des titres de Miku sont du style musical j-pop, style musical qui ne plait pas forc√©ment √† tout le monde ; l√† aussi, je ne suis pas sp√©cialement fan de ce style musical, mais, comme pour tout les genres en fait, certaines musiques sont sublimes, genre Music is my Thing, qui est tr√®s rythm√©e. Et puis, j’ai bien dis “la plupart”, pas tout les titres : les cr√©ateurs sont les gens, monsieur et madame tout le monde, les styles sont donc, l√† aussi, infinis ou presque (en tout cas sur le papier), et d√©coulant directement du go√Ľt des gens cr√©atifs.
On pourra aussi me dire que la voix de Miku est l√©g√®rement trop aigu√ę et, de ce point de vue, assez gavante -je suis le premier √† le dire, mais, de un, il y’a largement pire au niveau voix merdique (cf nombreux et nombreuses chanteur(se)s) et, de deux, Miku Hatsune repr√©sente un synth√©tiseur, un “robot” : sa voix est voulue, et avec l’id√©e du synth√©tiseur derri√®re le personnage, c’est tout de suite plus facile √† comprendre et √† appr√©cier.

Pour conclure cet article vou√© √† Miku Hatsune (et j’emmerde ses d√©tracteurs qui ne savent rien d’elle et qui critiquent en basant leur jugement sur des √©missions √† la con), je vais vous prouver que Miku, c’est bien, et que √ßa touche beaucoup de style musical, en proposant quelques musiques qui enfoncent jusqu’au fond du jardin ren√© la taupe et, je dirais m√™me plus, une bonne partie (majorit√©) de chanteur(se)s fran√ßais… Je pense pouvoir dire sans risque de me tromper que les musiques de Miku touchent tout les genres, et que tout le monde pourra, au final, appr√©cier cette ic√īne de la chanson, totalement boud√©e par les grands m√©dias et le grand public qui pr√©f√®rent, de loin, d√©battre sur qui va sortir de la star academy cette semaine… Chacun ses go√Ľts, m√™me si certains ont des go√Ľts des plus discutables. Bref, quelques musiques pioch√©es par ci par la, pour vous prouver que Miku, ce n’est pas que des Po pi po.

Style j-pop :

Style techno :

Style fran√ßais (oui, y’a aussi des fran√ßais qui s’y sont mis) :

Style “rock” en live (j’adore les parties o√Ļ elle parle tout vite, √ßa rend bien, je trouve) :

Style surpuissant que j’√©coute en boucle depuis quelques temps… Laissez vous transporter, fermez les yeux, √©couter, ressentez. C’est juste… Beau, sublime, magnifique.

Alors, le grand journal, et les autres, au lieu de parler uniquement pour dénigrer, faites votre travail : informez vous vraiment sur le sujet, et ne vous arrêtez pas à vos préjugés de niveau maternelle.

Popularity: 10% [?]

Quel est la pire chose du XXI√®me si√®cle ? Un indice : elle existe d√©j√†. Non, ce n’est pas la guerre, non, ce n’est pas star academy ni m√™me la nouvelle √©mission qui veut se marier √† mon fils, non, ce n’est pas le choc des cultures, ni m√™me la r√©forme des retraites ou la crise qui n’en finit plus.

Non, c’est quelque chose de bien plus profond, bien plus intime, bien plus vicieux. Une chose qui pourrit jusqu’√† notre existence, et qui n’en finit plus, jusqu’√† nous rendre fou. Je veux parler, bien s√Ľr, vous l’aurez reconnu, de la souffleuse de feuilles. C’est une invention du diable, c’est pas possible autrement.
Rien qu’au niveau de son utilit√©, on ne peut que constater sa nullit√©. Des appareils √† essence existent pour bien des t√Ęches, mais faisons un rapide inventaire :

- la tondeuse √† gazon : sans elle, il faudrait faucher son gazon √† l’aide d’une faux. Tr√®s peu pratique, tr√®s dangereux, te bousille ton dos, efficacit√© plut√īt faible. La tondeuse √† gazon est pratique (mais chiante √† passer)

- le taille haie : sans elle, il faudrait se munir d’une petite scie et couper une √† une les branches. Travail tr√®s long et difficile, le taille haie sert surtout √† augmenter sa productivit√© (car le poids de la machine rend le travail tout aussi fastidieux)

- la tron√ßonneuse : je sais pas vous, mais moi, j’ai jamais tent√© de couper un arbre √† la hache. La tron√ßonneuse acc√©l√®re de beaucoup les choses, tout en les facilitant

Alors, et le souffleur de feuilles ? √áa souffle sur les feuilles pour les ranger en tas. Sur le papier, c’est plus simple que de ratisser. En r√©alit√©, c’est un peu comme vouloir faire un barrage avec des gravillons ou du sable. Le souffle n’ordonne pas les feuilles en un tas, les feuilles mouill√©es ne sont m√™me pas prises en compte, l’appareil p√®se 10 kg, √ßa pollue, et surtout, surtout, √ßa fait un bruit de merde.

Bonus : printemps comme automne, comme ce matin, je me fais r√©guli√®rement r√©veiller par ces saloperies qui font un bruit d’enfer, fen√™tres et stores ferm√©s n’y font rien. Je vous assure que je pourrais briser cet appareil √† la con sans aucun remord. Il est bruyant, inutile, polluant, √©nervant.

Putain, mais c’est si dur de prendre un r√Ęteau et de ratisser correctement ? Eh puis, je ne parle m√™me pas du fait que, personnellement, je m’en tape qu’il y’ait des feuilles sur le trottoir.
On va me sortir “gnagnagna, s√©curit√©s, gnagnagna, propret√©”, mais √† ce niveau, restez chez vous ! Qu’on d√©blaie les routes et les trottoirs fr√©quent√©s, ok. Les gens sont suffisamment cons et imbus d’eux m√™me pour porter plainte si le trottoir est pas propre, ou pire, si le chemin de for√™t est jonch√©s de branches (fait r√©el). Qu’on d√©blaie les trottoirs “√† chiens”, ok, parce que marcher dans une d√©jection canine planqu√©e sous des feuilles, il est clair que c’est pas agr√©able et plut√īt √©nervant.
Mais l√†… Les services techniques d√©blaient TOUT ! Tout les trottoirs, les routes, les parcs, partout, partout, partout. Et cette maladie commence m√™me √† gangrener des particuliers, connards r√©sidents qui s’ach√®tent cette horreur et “pffffffouuuuuuuu”, allez, on pousse les feuilles avec du vent pour faire chier tout le voisinage, youpi.

En cette p√©riode de crise et d’√©nergie fossile qui n’en finit plus de pourrir nos vies, y’en a qui s’amusent √† surench√©rir et √† proposer des appareils inutiles qui consomment un max pour un r√©sultat totalement foireux.

J’ai un peu √©t√© me renseigner sur le net √† propos de ces appareils de l’horreur. Et vous savez quoi ? Certains √©tats am√©ricains l’ont interdit. En France, √† Paris, on a interdit certains de ces appareils. Mais pourquoi pas tous ?! Et pourquoi qu’√† Paris ?? Je vais de ce pas √©crire au maire de ma commune pour lui dire ce que je pense de ces horreurs.

Mon vŇďu pour 2011 est d√©j√† tout trouv√© : je souhaite que les souffleurs de feuilles disparaissent de notre vie.

Popularity: 5% [?]

Mmm… Un article par mois, pas glop. Mais bon, on s’en fout, hein, c’est pas comme si y’avait des lecteurs r√©guliers, et surtout, je fais ce que je veux, sans oublier le fait qu’il serait idiot de faire des articles uniquement pour faire des articles ; autant attendre des choses int√©ressantes.

Bref, ce mois-ci -non, je plaisante, en fait, j’ai un autre article en pr√©paration, mais flemme de le terminer- Working!!

N’esp√©rez point d’un anime exceptionnel, ni d’un anime plein d’action. Working!! est un anime dont le cadre… Est un restaurant familial. Quoi de plus banal ? D√®s le d√©but du premier √©pisode, on nous apprend que celui-ci marche plut√īt bien, tellement bien, d’ailleurs, qu’il leur faut un nouveau serveur.
La patronne va donc envoyer arbitrairement l’une de ses employ√©es chercher un serveur ou une serveuse, peu importe. Moyen donn√© : que dalle. Faut aller faire les d√©marches dans la rue, moins chiant niveau administratif. Et c’est donc la petite Taneshima Popla qui va se coltiner le boulot.

Apr√®s une journ√©e √† courir partout, √† la recherche d’employ√©s, c’est chou blanc. Et c’est pratiquement lorqu’elle abandonn√© qu’elle tomba sur Takanashi Souta.
Takanashi Souta est un lyc√©en qui parait totalement banal, sauf qu’il aime… Les petites choses. Et Taneshima, malgr√© qu’elle ait un an de plus que lui, ressemble √† une coll√©gienne au niveau de la taille. Il va donc accepter et d√©marrer son boulot dans ce restaurant familial.

Une histoire qui a l’air pourrie, hein ? Faut dire que j’ai toujours un peu de mal √† faire monter l’int√©r√™t lors du r√©sum√©…

Alors, pourquoi c’est bien ? Pour commencer… L’opening ! J’aime !

Comme quoi, la j-pop, c’est bien. Pas toujours, hein, mais certaines sont vraiment excellentes, et celle-ci en fait partie.
Mais forc√©ment, un bon anime ne l’est pas uniquement gr√Ęce √† sa musique, ce serait trop simple. En fait, la force de cet anime, ce sont ses personnages. Tr√®s vite (d√®s le premier √©pisode, en fait), on r√©alise que les personnages pr√©sent√©s ont l’air… √Čtranges. Diff√©rents.
Entre la patronne qui ne donne aucun conseil parce qu’elle ne sait pas faire, la naine qui est au lyc√©e, la jolie fille qui se prom√®ne avec son katana, le cuistot √† l’air m√©chant pas si m√©chant, le second du cuistot qui a l’air de tout savoir et, le must, la nana androphobe (peur des hommes) qui, a leur vue, les frappe…
Notre h√©ros recrut√© va rapidement croire que lui est tout √† fait normal. Sauf qu’il aime les petites choses. Et donc sa “senpai” qui parait avoir 12 ans, ce qui le rend… Maniaque ? Lolicon ? Oui, un peu des deux. Bon, avec les images, √ßa rendra mieux, je pense.

Le nouveau tendance “aime ce qui est petit”
Working!!

La chef qui fait que bouffer
Working!!

Le pauvre cuistot
Working!!

Le fourbe
Working!!

La fille au katana + la mini senpai
Working!!

Et enfin, l’androphobe qui frappe fort
Working!!

Alors, pour information, malgr√© les apparences, ce ne sont pas les seules personnes de l’enseigne, d’autres y travaillent aussi. Mais √©tant donn√© qu’ils sont “normaux”, ceux-la, on les verra quasiment jamais (on les voit juste de temps en temps passer).
Mais malgr√© le th√®me assez l√©ger et les personnages limit√©s (au niveau nombre, je parle), j’ai vraiment pass√© un agr√©able moment devant chacun des 12 √©pisodes sortis. Le principal atout de la s√©rie, forc√©ment, c’est l’interaction entre les personnages, car chaque personnage, du fait de son caract√®re, est vraiment attachant. M√™me Inami, qui latte pourtant quotidiennement Takanashi est attachante, et m√™me plut√īt rigolote.

En fait, cette s√©rie respire la bonne humeur et l’humour, et c’est clairement une bouff√©e d’air frais (ou d’air chaud, vu qu’on est bient√īt en hiver). Ce n’est pas l’anime ultime, ni m√™me l’anime de l’ann√©e, mais il nous fait passer un excellent moment, et c’est bien la son but, non ?
Et m√™me si le fait qu’il y’ait plus de filles que de gar√ßons peut faire croire √† un anime-harem, il n’en est rien, les relations sont totalement normales, et c’est l’une des forces de l’anime : m√™ler une grande part de la r√©alit√© avec des personnages (un peu) d√©cal√©s, ce qui donnent des situations plut√īt int√©ressantes.
Il y’a aura un petit vent d’amour par ci par la, mais l’anime ne va jamais vraiment s’engouffrer l√† dedans, et c’est tant mieux. Je dirais m√™me plus : c’est un peu dommage, des fois. on aimerait bien que √ßa aille un peu plus loin. Et c’est pourquoi j’aimerais bien une saison 2, tiens.

Popularity: 5% [?]