2011 septembre | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Un petit billet pour vous annoncer que le cd regroupant les tomes 1 à 4 est désormais épuisé.

Il reste encore le premier cd, qui vous offrira de nombreuses heures de lectures, ainsi que quelques exemplaires du dernier Ă©pisode sorti, le tome R, qui est l’avant-dernier de la sĂ©rie. DĂ©pĂŞchez vous si vous voulez vous faire happer par cette passionnante sĂ©rie.

Dans tout les cas, si vous dĂ©sirez un exemplaire Ă©puisĂ©, n’oubliez pas le site français officiel !

Popularity: 14% [?]

Noter l’orthographe du titre : “ratĂ©s” avec “s”, ce n’est pas le potentiel qui est ratĂ©, mais les animes. C’est Ă  dire que ce sont des animes possĂ©dant un potentiel mais qui, au final, sont ratĂ©s, ou, tout du moins, pas autant rĂ©ussis que leur potentiel pouvait nous faire espĂ©rer.

Je commencerai donc par reprendre avec Seto no Hanayome, ainsi que Deadman Wonderland, que j’avais dĂ©jĂ  Ă©voquĂ©s. Vous voyez mieux ce que je veux dire ? Je veux parler des animes qui ont tout pour ĂŞtre des animes d’anthologies, graphismes, ambiance, musiques, thèmes, personnages, scĂ©nario, mais qui au final nous font le coup du soufflĂ© qui retombe.
Seto no Hanayome, on a donc une comĂ©die au thème mĂ©lant yakuza, sirènes et type normal, mais qui devient très vite plat, parce que, de un, il n’y a pas d’objectif vĂ©ritable dans l’anime, et de deux, les nouveautĂ©s et l’originalitĂ© tendent vers le nulle au fur et Ă  mesure de l’avancĂ©e de l’anime.
Deadman Wonderland avait un thème des plus intĂ©ressants, mais est totalement soufflĂ© par l’aspect gamin des hĂ©ros, et par l’enchainement des Ă©vènements qui sont beaucoup trop clichĂ©s.
Mais ce sont loin d’ĂŞtre les seuls animes dans le genre.

Hayate no Gotoku!

Hayate, dans les premiers Ă©pisodes, j’ai vraiment adorĂ©. Imaginez : un anime extravagant ou notre hĂ©ros, Hayate, est un pauvre doublĂ© d’un malchanceux mais qui, en mĂŞme temps, est super balèze dans tout les domaines. Il fera la rencontre de Nagi, une fille prĂ©-adolescente qui est milliardaire et qui va le prendre comme majordome.
Oui, l’histoire est totalement bidon, mais l’intĂ©rĂŞt de l’anime, au dĂ©but, n’est pas lĂ . L’intĂ©rĂŞt principal, ce sont les rĂ©fĂ©rences et l’humour, omniprĂ©sents.
Évidemment, comme souvent malheureusement, lorsque l’on parle de rĂ©fĂ©rences, rapidement, la sĂ©rie s’essouffle, car autant il est judicieux et rigolo d’y mettre des rĂ©fĂ©rences, autant faut-il qu’elles soient connues, ce qui limite leur nombre. Et, justement, la première saison d’Hayate no Gotoku n’augurait rien de bon : 52 Ă©pisodes.
Et une seconde saison, s’il vous plait.
Mais, de un, autant le dĂ©but de la sĂ©rie est très drĂ´le et bourrĂ© de rĂ©fĂ©rences, autant, rapidement, la sĂ©rie emprunte un autre chemin, et pas forcĂ©ment dans l’humour, ce qui nous laisse un goĂ»t amer.
Et, de deux, allez, ok, l’anime prend un autre chemin… Ce ne serait pas si grave, encore faudrait-il que ce chemin soit censĂ©.
Et lĂ , paf, nous rentrons de plein pieds dans le sujet abordĂ© : un potentiel Ă©norme, mais rien qui n’est fait. Car Hayate no Gotoku, ce sont des Ă©pisodes qui n’ont rien Ă  voir les uns des autres, et qu, finalement, n’apportent rien Ă  la sĂ©rie, ou presque.
Bien sĂ»r, les producteurs vont insĂ©rer, ponctuellement, des nouveaux personnages pour remettre un peu de sel dans la pâtĂ©e, mais ces personnages ne font que continuer la sĂ©rie des Ă©pisodes qui n’apportent rien.
Et, Ă©videmment, mis Ă  part Hayate, tout les personnages sont fĂ©minins, et Ă©videmment !, une bonne partie vont tomber amoureuse de lui, sans qu’il ne s’en doute. Et, forcĂ©Ă©Ă©Ă©Ă©Ă©Ă©ment, vu qu’on est dans la sĂ©rie des animes au potentiel ratĂ©s, malgrĂ© l’intĂ©rĂŞt de certaines (Hina :3), RIEN ne se passera jamais, laissant trainer les choses d’une façon totalement grotesque et Ă©nervante.

Je veux dire, je veux bien qu’il y’ait des histoires d’amour, mais alors, qu’elles soient rĂ©alisĂ©es jusqu’au bout ! Quand aux diffĂ©rents Ă©pisodes qui n’apportent rien Ă  la sĂ©rie, la laissant nue au niveau scĂ©nario principal, dĂ©solĂ©, mais Ă  part passer le temps si on a rien d’autres Ă  faire, mieux vaut ne pas s’y laisser tenter.
Et c’est quoi, cette manie de rajouter des nouveaux personnages qui ne servent Ă  rien ? Enfin, si, on les voit apparaitre dans quelques Ă©pisodes, mais pour des banalitĂ©s. DĂ©solĂ©, mais je prĂ©fère largement un Love Hina qui a certes un nombre de personnages rĂ©duit, mais qui arrive Ă  les transcender jusqu’au point qu’on en arrive Ă  tous les apprĂ©cier.
Hayate, ce n’est pas le cas, et de très loin. Le tigre ne sert Ă  rien, l’autre majordome idem, Wataru est soulant, sa maid est transparente, les autres majordomes sont totalement inutiles, et je parle mĂŞme pas des personnages de la seconde saison, notamment la religieuse qui n’a strictement aucun intĂ©rĂŞt.
A vrai dire, dans les personnages intĂ©ressants, je noterais Isumi, parce que kawai, Sakura, parce que dĂ©lire, et Hina, parce que parfaite. Et… C’est tout. MĂŞme Nagi n’est pas intĂ©ressante. Hayate non plus, d’ailleurs.

Isumi
Hayate no Gotoku - Isumi

Sakura
Hayate no Gotoku - Sakura

Hina
Hayate no Gotoku - Hina

(Toutvisuel, c’est bien)

Bref, une plĂ©riore de personnages et d’Ă©pisodes, mais 90% qui sont inutiles ou en tout cas très dispensable. Et avec autant de personnages et d’Ă©pisodes, c’est une honte qu’un scĂ©nario principal n’a pas Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ© ! Et une honte qu’autant de personnages soient inutiles.
Un anime qui n’en devient donc que très moyen.



Girls Bravo
Je prends ce vieil anime mĂ©connu en exemple, mais il existe des dizaines d’animes du genre. Mais si, vous savez, le genre d’anime ou le hĂ©ros, un looseur gĂ©nĂ©ralement, va, d’Ă©pisode en Ă©pisode, se faire un cercle d’amies ou 90-100% tomberont amoureuses de lui, tandis que lui ne remarquera rien ou restera indiffĂ©rent.
Alors, oui, des fois, ça marche, preuve avec Love Hina qui est juste excellent, pour plusieurs raisons : dĂ©jĂ , plus que le harem, l’oeuvre est plus axĂ©e sur l’humour, la diffĂ©rence est Ă©norme. Ensuite, parce que les personnages sont tous attachants et tous exploitĂ©s. Et enfin, parce que mĂŞme si le hĂ©ros est un looseur, il se dĂ©cide rapidement, et l’oeuvre va jusqu’au bout. Les amourettes d’ado, c’est bien gentil, mais faut pas en abuser.
Donc lĂ , on a une sĂ©rie catĂ©gorisĂ©e dans la comĂ©die, ou la seule comĂ©die sera basĂ©e sur les poitrines et autres trucs drĂ´les durant une demi seconde, et encore. En fait, pour vous donner une meilleure idĂ©e, Girls bravo, ça a exactement les mĂŞmes dĂ©fauts que Seto no Hanayome, sauf que c’est une version plus adulte, avec des poitrines et tout et tout.
M’enfin, une sĂ©rie qui commence par vous prĂ©senter son hĂ©ros qui est allergique aux filles, ça ne pouvait que mal commencer, parce qu’il devient dès lors Ă©vident qu’il va vite se retrouver entourĂ© de nanas lĂ©gèrement vĂŞtues… Tiens, ça me rappelle DNA², un vieux manga basĂ© sur le mĂŞme concept -un hĂ©ros allergique aux filles- et qui, lui non plus, n’est pas bien fameux… Enfin, largement meilleur que Girls bravo, cela dit.

Oui, et donc, revenons Ă  nos moutons. Girls bravo, Ă  la base, ce n’est pas bien fameux. Mais vous savez quoi ? Eh bien, la suite est du mĂŞme acabit, voir pire. En effet, mĂŞme Ă  la fin de la sĂ©rie, il ne s’y passera rien, rien qui n’avancera vraiment la sĂ©rie. Les Ă©pisodes vont donc s’enchainer avec divers thèmes totalement clichĂ©s et n’apportant rien ni Ă  Girls bravo, ni au secteur de la japanim, pour finir avec une conclusion qui ressemblera quasiment au dĂ©but de la sĂ©rie, avec les nouveaux personnages en plus, Ă©videmment. A oublier.

Girls bravo



Maria-sama ga Miteru
Je vois dĂ©jĂ  une horde de fans venir me casser le visage… Enfin, “horde”, 2-3 clampins qui idolatrent les relations tendancieuses et interdites, qui plus est entre filles.
Mince, je viens de vous spoiler toute la sĂ©rie… Ou pas. Avec une description comme cela, on pourrait s’attendre Ă  un anime erotique, hentai ou, en tout cas, bravant les interdits… Mais en fait, non, la relation tendancieuse dont je vous parle n’est qu’imaginaire, puisqu’absolument rien ne se passera entre nos deux tourterelles.
Car Maria-sama, c’est ça : une Ă©cole privĂ©e très stricte sur les règles, type couvent d’il y’a longtemps, ou chaque fille doit s’accoupler former un couple avec une senpai, une fille d’une classe supĂ©rieure. Evidemment, les filles du conseil de classe sont les plus prisĂ©es et les plus tordues, et notre hĂ©roine va donc finir avec la plus asociale du lot : Maria !
Les deux saisons, car oui, il y’a deux saisons qui n’avancent rien Ă  l’intrigue, vont donc nous narrer la relation de nos deux tourterelles, agrĂ©mentĂ©s des autres filles du conseil de classe et de leur kouhai. N’espĂ©rer ni action, ni originalitĂ©, ni surprises, puisque les moments forts de l’anime seront du genre “Maria-sama va t’elle apprĂ©cier mon thĂ© que j’ai fais durant toute la nuit ?!”
Encore une fois, l’anime n’est pas foncièrement mauvais si on aime le genre ; personnellement, je n’adore pas mais je ne dĂ©teste pas non plus, le truc, c’est qu’une saison de 6 Ă©pisodes aurait autant fait l’affaire : lĂ , ça traine en longueur et on s’ennuie ferme avant la fin.

Maria-sama



Pandora Hearts
La, je triche un peu : cet anime possède un vrai scĂ©nario. Mais son potentiel est incroyablement gâchĂ©… L’histoire se situe dans un monde parallèle, il y’a de cela bien des centaines d’annĂ©es, dans une Ă©poque qui ressemble Ă  Londres du XVIIIè siècle, et nous narre l’histoire d’un ado, qui va soudainement se retrouver la proie de tueurs qui vont l’envoyer dans une autre dimension, ou il rencontrera -comme d’habitude- une jolie fille qui va s’allier Ă  lui et va l’aider Ă  sortir du monde parallèle. De lĂ , il rĂ©alisera que plusieurs annĂ©es se sont Ă©coulĂ©es ; il voudra alors en savoir plus sur l’organisation qui a tentĂ© de le tuer, et pour ce faire, il devra s’allier Ă  une organisation pas forcĂ©ment très nette.
L’histoire est suffisamment mystĂ©rieuse pour qu’on puisse s’y accrocher, l’ambiance est plutĂ´t sombre, les personnages sont plutĂ´t attachants, mais…. Que de clichĂ©s, au final. Parce que, oui, notre zhĂ©ros blond aux yeux verts va rapidement vouloir sauver tout le monde, et va mĂŞme protĂ©ger la nana qui est pourtant plus balèze que lui. Et puis, mĂŞme, le dĂ©roulement de l’anime est ennuyeux, l’histoire n’avance pas vite, et puis, forcĂ©ment dans ce genre de sĂ©rie ou l’anime n’est fait que pour que vous vous ruiez sur le manga, ben, Ă  la fin, vous n’aurez aucune rĂ©ponse. Non mais, vraiment, aucune, rien, que dalle. Faut dire aussi qu’il n’y a pas tant de questions que cela, pour Pandora Hearts. A part les questions premières, du genre : “qui sont ces gens ?” et “de quelle organisation viennent-ils ?”, ben aucune autre question ne sera posĂ©e, et mĂŞme si elles l’Ă©taient, je ne pense pas qu’elles soient passionnantes vu que le fil de l’anime, c’est cela : des organisations toutes grosses bien puissantes qui font des coups de pĂ©rapatĂ©ticiennes et qui vont se planquer parce que, forcĂ©ment, ce sont des grosses organisations qui comptent des milliers de membres, mais elles sont secrètes, ce serait pas drĂ´le sinon.
Pandora Heart



High School Girls
Des fois, un anime tombe dans le moyen Ă  cause de sa rĂ©alisation. Et High School Girls, c’est essentiellement ça : Ă  la base, sur les premiers Ă©pisodes, j’ai adorĂ© : une bande de filles qui vivent leur vie dĂ©lire sans concession, ça fait du bien, et mĂŞme si ça peut ĂŞtre “gĂŞnant” d’entendre une fille parler de ses règles ou de ses poils pubiens, eh bien, merde ! C’est la vie et le corps de chacun, il n’y a pas de quoi en faire autant d’histoire (je vise les religions surtout lĂ ).
Bref, l’anime n’est heureusement pas uniquement basĂ© sur cela, c’est plutĂ´t drĂ´le, et bien qu’il n’y ait pas de rĂ©el scĂ©nario de fond, niveau scĂ©naristique, je n’ai rien Ă  redire vu que l’anime arrive Ă  se renouveller suffisamment bien.
LE hic, c’est, comme mentionnĂ© plus haut, sa rĂ©alisation… Et mine de rien, ça gâche Ă©normĂ©ment le potentiel de cet anime. Les graphismes sont beaucoup trop moyens et rendent les filles parfois franchment moches, et je parle pas de leur charme naturelle, ce sont des filles d’animes, donc aucune n’est moche, mais, des fois, c’est mal dessinĂ©… Et ça, ça passerait encore, Ă©ventuellement, certains animes ont fait pareil voir pire (hello Dbz Kai), mais en plus de cela, l’animation est souvent mauvaise… Et c’est un comble quand on voit ce qu’il y’a Ă  animer ! Ce serait un anime de baston avec des personnages aux coupes de cheveux très dĂ©soganisĂ©es et avec plein de vent, je dis pas, mais lĂ , les rares scĂ©nes d’action sont lamentablement torchĂ©es… Snif, snif, alors mĂŞme que ce genre de production pourrait devenir des Suzumiya puissance 10, c’est vraiment dommage que les sociĂ©tĂ©s n’y mettent pas un peu du leur, des fois.

High school girls



Gakuen Utopia Manabi Straight!
Gakuen Utopia est un anime que j’ai adorĂ©, au dĂ©but. Imaginez : un conseil des Ă©tudiants (encore un) formĂ© par des filles au caractère totalement diffĂ©rents mais tous très attachants, que vouloir de plus ?
Eh bien, il aurait fallu un scĂ©nario avec, en fait. Car Ă  part trainer et discuter au conseil, y’a rien qui se passe vraiment. Alors, oui, je suis mauvaise langue, il y’a un scĂ©nario Ă  la fin, qui est le sauvetage de la fĂŞte de fin d’annĂ©e, mais… Comment dire ? C’est misĂ©rable ? C’est dĂ©cevant ? C’est incroyablement banal et rempli de clichĂ©s ? Oui, c’est un peu tout ça.
Alors, oui, le fait que ce soit le conseil des Ă©lèves et que l’intrigue de l’anime se passe Ă  l’Ă©cole limitent forcĂ©ment les choix scĂ©naristiques, je suis d’accord, mais avec de telles personnalitĂ©s, il y’aurait eu tellement Ă  faire ! Regardez Azumanga Daioh : le cadre se limite quasiment exclusivement Ă  l’Ă©cole, et pourtant, c’est gĂ©nial ! Gakuen Utopia aurait du faire bien mieux que ça, en proposant notamment un peu plus d’envergure au scĂ©nario. Dommage.

Gakuen utopia

Kaichou wa Maid sama !
Bon, cet anime commence avec un sĂ©rieux handicap : c’est un shojo. Je le rĂ©pète, je ne suis pas anti-shojo, mais bon, très souvent, trop souvent, c’est baignĂ© de clichĂ© et de guimauve qui ne peuvent qu’Ă©nerver tellement c’est loin de la rĂ©alitĂ©.
Maid sama, hĂ©las, c’est le cas. Mais ce n’est pas tout. Car le scĂ©nario a le mĂ©rite d’ĂŞtre Ă  peu près intĂ©ressant, imaginez : une fille douĂ©e en tout (sauf en cuisine, personne n’est parfait), prĂ©sidente au conseil des Ă©lèves d’un ancien lycĂ©e de garçons, donc, Ă  comprendre, remplis de garçons qui n’ont pas forcĂ©ment de manière, qui va vouloir donner une meilleure image Ă  son lycĂ©e afin d’y faire rentrer plus de filles, normal.
En dehors de ça, c’est une fille pauvre, et elle doit donc travailler Ă  cĂ´tĂ© pour payer ses Ă©tudes, et devinez ce qu’elle fait ? Un indice : c’est dans le titre. Oui, Maid !
Pour les deux perdus au fond, maid, c’est ça. C’est un peu comme une esclave qui est Ă  tes ordres dans une tenue qui en excite certains (je comprends pas trop le trip personnellement, mais passons), et, forcĂ©ment, c’est une activitĂ© qu’elle voudra cacher, et, forcĂ©ment, le beau gars blond mais tĂ©nĂ©breux va la dĂ©couvrir, ce qui va crĂ©er entre eux une relation des plus… Euh… J’aimerais Ă©crire “ambiguĂ«”, mais en fait, c’est une relation des plus clichĂ©es, parce que, forcĂ©ment, nos deux compères vont se chercher pour dĂ©couvrir après 3 plombes qu’au final, si l’autre ne la/lui laisse pas indiffĂ©rent(e), c’est peut-ĂŞtre parce qu’il y’a de l’amour en l’air….
On va passer les cĂ´tĂ©s shojo Ă  la con ou le type la prend sèchement dans ses bras ou quand la nana se retrouve incapable de l’envoyer valser, vous savez, malgrĂ© son cĂ´tĂ© autoritaire, elle a quand mĂŞme un cĂ´tĂ© fĂ©minin qu’elle tente de cacher, ce qui la rend très charmante et… Bla bla bla bla bla bla.
Non, ce que je veux dire, c’est que, mĂŞme si pas forcĂ©ment des meilleures, le scĂ©nario aurait pu rĂ©aliser de grandes choses, imaginez : une double vie ! Un secret !
Ben, non. ForcĂ©ment, tout les gars qu’elle va rencontrer vont percer son secret et vont tenter de la coincer/la pourrir, et, bien sĂ»r, son prince charmant qui passait par lĂ  par hasard va la sauver, et, vous l’aurez devinĂ©, Ă  la fin, les mĂ©chants garçons tombent amoureux ou abandonnent tant notre Misa est gĂ©nial.
Kaichou Maid sama

Un peu d’innovation; merde ! (ceci dit, Ă  la fin, une bonne surprise puisque pour une fois, les animateurs ont dĂ©cidĂ© d’aller jusqu’au bout. Ou presque. Spoil, quand tu nous tiens)

Une dernière chose, qu’il faut noter… Ce n’est pas du tout un nouveau phĂ©nomène, on ne pourra pas dire “c’Ă©tait mieux avant”, car mĂŞme Ă  l’Ă©poque, il y’avait des mangas/animes au potentiel ratĂ©s… Autant certains arrivaient Ă  conclure d’une bien belle manière (Max et compagnie… Oui, j’ai regardĂ© en vf), autant d’autres Ă©taient incroyablement Ă©nervants et n’ont jamais su conclure… Je pense Ă  Lamu ou Ă  Ranma 1/2, qui avaient pourtant largement de quoi faire.. Imaginez Ranma 1/2 : 38 tomes, et pas de conclusion… Fallait oser, ils l’ont fait, et ils le font encore.

PS : les liens amazon concerne uniquement les mangas, aucun anime de cet article n’a encore Ă©tĂ© licenciĂ©.

Popularity: 19% [?]