ï»ż 2011 octobre | Mes-idĂ©es

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

C’est bon, mon testament est rĂ©digĂ©, alors, je me permets de vous balancer ce titre dans l’espoir de faire le buzz et de rameuter plein de gens sur le blog dans la tronche des adorateurs de FF6, qui sont au moins aussi nombreux que ceux du 7 (dont je fais parti).

Bon, alors, comme pour les prĂ©cĂ©dents opus (que j’ai jouĂ©, puisque ce sont en fait des opus suivants, mais bon), il faut bien savoir que plusieurs facteurs sont Ă  mettre dans ma dĂ©charge : le jeu est sorti sur Super Nes, il y’a bientĂŽt 20 ans (sorti en 1994), j’ai jouĂ© Ă  plusieurs Final Fantasy entre temps, et puis, surtout, au moment mĂȘme ou j’ai terminĂ© FF7, on m’a dit et redit des millions de fois que FF7 Ă©tait trĂšs bien, mais que FF6 Ă©tait bien meilleur. J’ai tentĂ© de ne pas trop me souvenir de tout ces rappels, trop déçus par FF9 pour retenter l’expĂ©rience de l’attente du soufflĂ© qui se dĂ©gonfle.

Je vous rassure : c’est loin d’ĂȘtre le cas de FF9, et, je dois le dire : FF6 est gĂ©nial. En se remettant dans le contexte, il est clair et net que FF6 est l’aboutissement de la saga sur le support Super Nes, et, rien qu’en terme de graphismes, il est au moins au niveau de Secret of Mana, vous savez, la rĂ©fĂ©rence avant Donkey Kong Country, qui, Ă  l’Ă©poque, avait rĂ©ussi Ă  transcender les capacitĂ©s originelles de la Super Nes. Mais mĂȘme, lĂ , FF6 est fabuleux, et, des fois, je me suis mĂȘme demandĂ© si la version n’a pas Ă©tĂ© refaite tant elle est rĂ©ussie.

Final Fantasy 6 - Opéra

Ah ! Oui ! J’ai oubliĂ© de vous prĂ©ciser ce qui m’a fait acheter ce jeu : j’ai appris qu’il existait une version française ! Yahou ! AprĂšs une rapide prise d’information, (vive internet), en fait, il est sorti en 2007 et en version trĂšs limitĂ©e, 5000 exemplaires, donc, forcĂ©ment, il m’a fallu batailler un peu pour en retrouver… Enfin, pas tant que ça en fait, la bataille a surtout Ă©tĂ© du cĂŽtĂ© du portefeuille, puisque le jeu m’a coĂ»tĂ© 250€. M’en fous, c’est pour une bonne cause.
Ah, et d’ailleurs, cette version limitĂ©e du jeu en Français m’a fait me poser une question trĂšs importante : depuis les annĂ©es 90, on nous bassinait sur la traduction qui n’Ă©tait jamais faite, ou en tout cas trĂšs rarement, car, nous disait-on, cela n’Ă©tait pas rentable de le traduire en x langues en Europe… Or, je doute que 5000 exemplaires puisse ĂȘtre appelĂ©s un succĂšs ou rentable… Nous aurait-on menti ? Bien sĂ»r, le prix du jeu est Ă  noter, mais je ne pense pas qu’il Ă©tait si cher Ă  sa sortie, et j’avais trouvĂ© une version Ă  moins de 100€, mais Ă©puisĂ©e lorsque je l’ai commandĂ©.

Bref, voilĂ  l’occasion de ressortir ma GBA toute sale et toute poussiĂ©reuse, mine de rien, cela fait longtemps ! Je me souviens de mes parties enflammĂ©es Ă  Mario kart ou Street fighter, une bonne petite console, dommage que les consoles portables ont suivi le chemin des consoles de salon et sont si souvent remplacĂ©es, mais ce n’est pas le sujet.

FF6 ! Bon, l’intro, effectivement, est magnifique, et, dĂšs les premiĂšres notes, on le sent : ça va ĂȘtre un jeu d’exception, et les musiques vont se graver dans notre petite tĂȘte, Ă  n’en pas douter.

Et… Ben, c’est le cas. Comme je l’ai dit plus haut, FF6, c’est clairement l’aboutissement de la saga Final Fantasy, en tout cas l’aboutissement des jeux 1 Ă  5. Car, FF6, c’est quoi ? Un monde mĂ©diĂ©val empli de magie et de nouvelle technologie, saupoudrĂ© d’une lĂ©gende mystique, ou l’armĂ©e principale veut dominer le monde, et y’arrive relativement bien, jusqu’au moment oĂč un hĂ©ros, une hĂ©roĂŻne ici, va se dresser pour renverser le mĂ©chant.
Et… C’est le principal reproche que je fais de FF6. Oui, le jeu est l’aboutissement des autres jeux : meilleurs graphismes, meilleur systĂšme de jeu, meilleurs musiques, scĂ©nario rondement menĂ©… Mais incroyablement commun. Trop, mĂȘme. Le scĂ©nario est vraiment clichĂ©, et il n’y a pas vraiment d’Ă©lĂ©ments originaux. Le grand mĂ©chant est juste mĂ©chant (et encore, je le trouve plus cupide que diabolique, parce que le coup de l’empoisonnement, le jeu le transforme en acte incroyablement horrible, mais bon, dans les jeux vidĂ©os, on a dĂ©jĂ  largement vu pire :x), la fille Ă  la mĂ©moire perdue est, forcĂ©ment, une descendante d’un peuple mystique (ce qui rappelle fortement Rydia de FF4), le “hĂ©ros” va donner son amour du premier coup Ă  une ennemie, etc, etc.

Bon, voilĂ , j’ai du un peu broder autour, mais voilĂ  le seul gros dĂ©faut du jeu.
Je pourrais aussi dire que je suis un peu déçu de sa durĂ©e de vie : 32 heures pour le finir. Ce serait beaucoup, si je n’avais pas fait plus de 80% du jeu -hors niveau. En effet, j’ai rĂ©cupĂ©rer la majoritĂ© des invocations, trouvĂ© tout les personnages (sauf un que j’ai laissĂ© mourir, oui j’ai honte), fait toutes les quĂȘtes, ne me manque plus qu’un dragon Ă  tuer et je suis au niveau 54 environ, pour tout les personnages. Donc Ă  part du level, je n’ai plus grand chose Ă  faire.
Un autre dĂ©faut, le dernier, certainement : la carte du monde. Excusez moi, mais je suis déçu. Je ne l’ai pas trouvĂ© trĂšs grande, mais surtout, une fois le gros Ă©vĂšnement du jeu, j’espĂ©rais un peu plus de nouveautĂ©s… On nous parle d’une destruction du monde, et en fait, Ă  part une carte remaniĂ©e et 3-4 maisons brĂ»lĂ©es, 2-3 morts, il n’y a rien. On est trÚÚÚÚÚÚs loin de FFIV, qui possĂ©dait juste 3 mondes (4 en comptant le monde des espers).

Pour le reste, par contre, je n’ai rien Ă  critiquer : le jeu est excellent. Non, vraiment. En fait, si je l’avais fait Ă  l’Ă©poque, avant FF7, j’imagine qu’il serait devenu mon Final prĂ©fĂ©rĂ©, ou en tout cas le second, je ne sais pas.

Car, je vous l’avoue : voici mon classement des FF que j’ai prĂ©fĂ©rĂ© :
a) FF7
b) FF4
c) FF6
d) FF8
e) FF3
f) FF9

FF4 meilleur que le 6 ? Pour moi, assurĂ©ment. Mais il y’a une raison Ă  cela : j’ai fais la version DS, ça doit jouer, car il faut bien avouer que la version DS est juste magistrale. D’ailleurs, j’ai achetĂ© la version PSP car elle y inclut FFIV - the after et Interlude, que je vais faire maintenant que j’ai fais FF6.

Revenons Ă  nos moutons. Donc, FF6. On m’avait aussi dit que Terra Ă©tait du niveau d’Aerith, voir supĂ©rieure. Ben, comme dit prĂ©cĂ©demment, je ne trouve pas qu’elle soit si fantastique que cela. D’ailleurs, pour faire un petit top, je dirais : Aerith, Linoa-Rydia (Ă©galitĂ©), Terra, Refia puis Dagga.

Mais plus prĂ©cisĂ©ment, bien que les personnages soient clichĂ©s, il faut admettre que c’est un peu leur force : ils en sont d’autant plus attachants que leurs actes soient attendus. A noter tout de mĂȘme 2 ou 3 personnages originaux, mais n’apportant pas grand chose au jeu, je veux parler du YĂ©ti, du mime (mon prĂ©fĂ©rĂ© au niveau originalitĂ©, mais bon, en terme de jeu, il n’est clairement pas le meilleur (quoique)), le Mog. Sinon, le reste est clichĂ©, mais attachant.
Au niveau du grand mĂ©chant… Je suis dĂ©solĂ©, mais j’en suis trĂšs largement déçu. En fait, il me rappelle le grand mĂ©chant de FF9, en pire. Il veut dĂ©truire le monde… Pourquoi ? Ben, en fait, parce qu’il est mĂ©chant. C’est tout. Il n’a pas d’aspiration, et il devient le grand mĂ©chant un peu par hasard, j’ai l’impression, par opportunisme surtout, mais pas parce qu’il avait calculĂ© son coup, comme pour le mĂ©chant de FF9 dont je me souviens plus le nom. Nous sommes trĂšs loin d’un SĂ©phiroth. AprĂšs, niveau charisme, j’avoue, il en jette… Enfin, il devait en jeter, parce que depuis, des mĂ©chants clown stylĂ©s, on en a eu des masses.

Ohlala, finalement, je ne pensais pas que j’allais autant critiquer ce jeu… Mais vous remarquerez que la majoritĂ© des critiques sont dues au manque d’originalitĂ©, ce qui, 17 ans aprĂšs sa sortie, est logique… En se remettant dans le contexte, il y’a quoi ?

Ben, le manque d’originalitĂ©, et lĂ  encore, j’Ă©mets un doute, mĂȘme si FFIV est passĂ© par lĂ  et mĂȘme si le 6 reprend de ses Ă©lĂ©ments, ça reste lĂ©ger.

Donc, en rĂ©sumĂ© : je comprends parfaitement l’idolĂątrie que les gens s’en sont fait. Et je comprends mĂȘme que certains aient trouvĂ© le 7 moins bon, justement parce que, suivant l’ordre que l’on s’en fait, les jeux peuvent perdre de leur saveur : ayant commencĂ© par le 7 et ne connaissant rien aux Final fantasy ni mĂȘme aux RPG -certes, j’avais jouĂ© Ă  du Secret of mana ou du Secret of evermore, mais ce n’est pas pareil- je n’ai pu que le mettre en rĂ©fĂ©rence absolue.
Et puis, je me souviens aussi, quand j’Ă©tais petit (je n’Ă©tais pas grand (beaucoup ne comprendront pas l’allusion faite Ă  cette connerie au niveau Ă©cole Ă©lĂ©mentaire, mais tant pis)), avoir dĂ©testĂ© la Super nintendo, au dĂ©part… Tout simplement parce qu’on nous l’annonçait comme une rĂ©volution, et que nous, on Ă©tait encore sur la NES, et qu’on savait qu’Ă  terme, elle allait la remplacer ; donc j’imagine que les fans de FF6, quand les petits newbies qui n’ont jamais jouĂ© Ă  un FF de leur vie leur disait que le 7 Ă©tait le meilleur, ne pouvait que s’insurger devant tant de mĂ©connaissance ludesque… Bah oui, Ă©diteur de texte, j’Ă©cris plein de mots qui n’existent pas dans le dictionnaire français :/

Bref, je me dois quand mĂȘme de finir cet avis par une bonne critique, parce que lĂ , mĂȘme si j’ai fortement nuancĂ© en mettant plus ou moins en prĂ©ambule que FF6 est gĂ©nial malgrĂ© tout, cet avis n’est que pure critique et comparatif qui n’a pas vraiment lieu d’ĂȘtre, finalement.

Comme dit, la musique est fabuleuse. Je pense que le meilleur exemple, en dehors de l’intro que je vous ai mise plus haut, est la musique de l’opĂ©ra :

Et vous remarquerez, dans cette vidĂ©o, deux autres Ă©normes qualitĂ©s pour ce jeu : les phases de jeu originales : ici, lire et retenir une partie du texte, mais c’est loin d’ĂȘtre la seule phase de jeu originale, et surtout, surtout : la mise en scĂšne et l’animation. Oups, ça fait 3 qualitĂ©s supplĂ©mentaires. En une seule phase de jeu, vous vous rendez compte ?
La mise en scĂšne est parfaitement exĂ©cutĂ©e. Je le rĂ©pĂšte, encore une fois : oui, elle n’est pas forcĂ©ment originale. Par exemple, dans cette scĂšne, la diva n’est pas disponible juste avant le levĂ©e de rideau. Et, forcĂ©ment, ça va ĂȘtre Ă  nous de dĂ©panner l’opĂ©ra. Classique. Mais rondement menĂ©. Et c’est bien ça qu’on demande.
Pour l’animation, je ne sais pas si les plus jeunes peuvent se rendre compte… Mais moi, oui. J’ai connu l’Ă©poque NES et Snes, et franchement, l’animation est juste parfaite. Mais vraiment. Oui, ce sont des petits sprites, il n’y a pas de 3d, il n’y a mĂȘme des milliers de polygones, mais, malgrĂ© tout ça, ils sont arrivĂ©s Ă  retranscrire des dizaines d’Ă©motions, et franchement… C’est magnifique ! Je pense que mĂȘme Secret of mana est infĂ©rieur, parce que de loin pas aussi variĂ©. Je pense que je peux mĂȘme dire qu’au niveau animation faciale, c’est le meilleur jeu de Super Nes, mĂȘme Donley Kong country n’Ă©tait pas aussi dĂ©taillĂ© (mais c’est normal, il joue sur une toute autre catĂ©gorie).

Les personnages sont suffisamment travaillĂ©s pour qu’on s’y attache. Encore une fois : oui, ils sont pour la plupart clichĂ©s, mais ils sont attachants, parce qu’ils ont tous une histoire et des aspirations, ce ne sont pas des personnages bonus qui ne sont lĂ  que pour assister les hĂ©ros, comme Zell, Quistis ou Selphie.

L’interface de jeu est intuitive et les commandes sont parfaites : tout rĂ©pond au doigt et Ă  l’Ɠil, sans aucune erreur. De plus, c’est relativement facile d’accĂšs, et bien qu’on puisse mettre ça dans les dĂ©fauts (pour les puristes), l’inventaire et l’Ă©quipement sont faciles Ă  mettre en Ɠuvre, il n’y a pas vraiment de combinaisons Ă  faire comme dans FFVII ou VIII.

Au niveau de la difficultĂ© du jeu… C’est trĂšs bien dosĂ©. C’est vraiment Ă©volutif et il n’y a pas eu de moment ou j’Ă©tais coincĂ© par tel ou tel boss, ou par tel ou tel ennemi. La difficultĂ© augmente juste sensiblement au niveau du dernier chĂąteau, mais c’est un peu normal. En tout cas, au niveau 50 et plus, il se fait quasiment les mains dans les poches.

Pour finir, le boss final… Je l’ai dit plus haut : je ne suis pas fan de Kefka, mais j’avoue : le combattre est jouissant. Le dernier boss est vraiment stylĂ© et puissant, c’est un bon boss.

Final fantasy 6 : boss final

Et pour conclure… FF6 est considĂ©rĂ© comme un jeu de lĂ©gende, et en y jouant, on comprend mieux pourquoi. Il a mis en place la quintessence des RPG 2D, et il a instaurĂ© de nombreux Ă©lĂ©ments que l’on retrouvera par la suite, dans les Final Fantasy mais ailleurs aussi.
Je pense que, toute personne se disant ĂȘtre fan de jeux vidĂ©os, a le devoir de jouer Ă  ce jeu, et au 7 aussi, parce qu’il pose de nouvelles bases tout aussi intĂ©ressantes, et tout aussi vitales pour la comprĂ©hension globale qu’est le secteur du jeu vidĂ©o.

Les premiers combats sont jouissifs : vous disposez d’une sorte de tank et en face, vous avez des mauvais adversaires :-)
Final Fantasy 6

Final Fantasy 6

Orthros sera un adversaire TRÈS énervant
Final fantay 6

Certains boss et adversaires sont assez surprenants
Final fantasy 6

Kefka, le boss final
Final Fantasy 6

Popularity: 43% [?]

Un petit article sympa pour Co-nature, dans le magazine Ă©co Sud Alsace, un magazine spĂ©cialisĂ© sur les nouvelles entreprises du -vous l’aurez devinĂ©- sud de l’Alsace.

Co-Nature Sud Alsace

(cliquez pour agrandir)

Popularity: 6% [?]

Cela faisait un moment que c’Ă©tait prĂ©vu, mais, comme souvent, des retards ont Ă©tĂ© cumulĂ©s, pour atteindre cette fois 2 mois de retard… Ça va encore, j’ai dĂ©jĂ  eu pire, mais tout de mĂȘme.

Bref, dĂ©sormais, et comme il aurait du ĂȘtre fait dĂšs le dĂ©part, un oubli malheureux, Co-Nature vous propose une carte de France vous permettant de choisir la rĂ©gion que vous dĂ©sirez.
Il est Ă  tout moment possible de revenir sur “toutes les rĂ©gions”, comme d’en changer.

La carte est disponible sur la page d’accueil tandis que le menu de changement de rĂ©gions est disponible sur toutes les pages : intuitif et rapide :-)

Pour le moment, vous trouverez surtout des produits du sud… Allez allez, les producteurs des autres rĂ©gions, ne soyez pas timides, n’hĂ©sitez pas : la mise en vente de tout produit est gratuite et illimitĂ©e !

Popularity: 6% [?]