2011 novembre | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Tiens, un petit sondage en hommage au tome 10 de Yotsuba & que je viens de recevoir (enfin, d’acheter, non, je ne l’ai pas reçu gratuitement ^^) et que j’ai dĂ©vorĂ© sans modĂ©ration :

sondage

Au passage, bien que je n’en ai pas fait d’article ici, je ne peux que vous conseillez ce manga, qui est rafraichissant et très bien rĂ©alisĂ©, enveloppĂ© d’une fine couche d’humour et de rĂ©alisme.
Personnellement, j’ai hĂ©sitĂ© entre FĂ»ka, Jumbo et Ena, parce que Jumbo est bien dĂ©lire, Ena est trop mimi, mais au final, j’ai choisi FĂ»ka, parce qu’elle est dĂ©lire ET sĂ©rieuse :-)

L’auteur est le mĂŞme que celui d’Azumanga, un manga/anime tout juste gĂ©nial, et l’une des meilleures Ĺ“uvres d’humour que j’ai pu lire, et ce, sans aucune trace d’obscenitĂ© ou de gags en dessous de la ceinture, c’est assez rare pour le signaler. D’ailleurs, j’en profite pour vous faire un sondage sur les personnages d’Azumanga aussi, tant qu’Ă  faire ^^

sondage

La, point de tergiversation : Sakaki !! (et si je dois choisir une seconde, Osaka me paraît un bon choix, parce que vraiment délire ^^)

Popularity: 6% [?]

Oui, le titre n’est pas vraiment traduisible, mais peu importe.

Skip beat, qu’est-ce donc ? Un anime, oui, encore, de 25 Ă©pisodes, que je vous recommande. Pourquoi ? Ben, parce qu’il est bien !

Ne me remerciez pas pour cette explication Ă´ combien dĂ©taillĂ©e, c’est gratuit.
Nan, plus sĂ©rieusement, Ă  première vue, ou, en tout cas, au premier Ă©pisode, la sĂ©rie ne paye pas de mine, jugez plutĂ´t : Kyoko est une jeune fille Ă©panouie : elle a arrĂŞtĂ© les Ă©tudes pour se consacrer Ă  plusieurs travaux plutĂ´t pĂ©nibles (vendeuse au mac do, notamment), et pourtant, sa vie est un long rĂŞve. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle vit aux cĂ´tĂ©s de Sho, son idole depuis toute petite, qui a rĂ©ussi Ă  monter dans le show business et qui devient de plus en plus populaire.
Elle enchaine donc les petits boulots pour pouvoir payer un loyer digne de son Sho, Ă  comprendre, un loyer très cher… Et ce, malgrĂ© le fait qu’il ne vient chez elle que très rarement, genre une fois dans le mois, et pour quelques minutes tout au plus, sans jamais lui donner de nouvelles.

Tout le monde l’aura compris : Sho est un connard fini, et pourtant, comme -hĂ©las- beaucoup de jeunes filles empĂŞtrĂ©es dans leurs rĂŞves et leur naĂŻvetĂ©, elle ne rĂ©alise pas qu’il se sert d’elle comme d’un mouchoir jetable. Enfin, jusqu’au jour (Ă  la fin du premier Ă©pisode) oĂą elle le rĂ©alise, d’une façon assez cruelle, puisqu’elle le dĂ©couvrira en pleine conversation avec une autre fille, la courtisant allĂ©grement, et lui expliquant que Kyoko, pour lui, n’Ă©tait qu’une boniche qui n’a aucune importance pour lui.

De lĂ , quatre rĂ©actions possibles : soit la fille part en pleurs et se retrouve brisĂ©e de longs mois (ce qui ne change en rien la situation), soit elle s’accroche dĂ©sespĂ©rĂ©ment en essayant de changer les choses (ce qui la rend encore plus stupide), soit elle se fait une raison et tourne la page (toujours la meilleure solution, mais bon, c’est facile Ă  dire), ou alors… Ou alors, la fille se transforme totalement, et devient une personne avide de vengeance. Et, devinez quoi ? Oui, Kyoko, c’est exactement cela.

Skip Beat !

Et comment va t-elle se venger ? En se teintant les cheveux et en se les coupant.


Euh…
Oui, aussi, mais pas que. Changer son apparence est bien pour changer son image, mais au final, ça ne change pas ton fond. Une vengeance par un coup de pute est jouissif, mais pas tant que ça. D’après vous, quelle est la meilleure vengeance au monde ?
Eh bien, c’est simple : humiliez votre adversaire dans son terrain de prĂ©dilection. Comme Sho est chanteur/acteur, Kyoko va donc se mettre en tĂŞte de rentrer dans le show business pour le battre sur son propre terrain.
Seulement, il y’a un petit problème : c’est facile Ă  dire et facile Ă  imaginez, mais par contre, c’est plus difficile Ă  faire, surtout quand on y connait rien dans le show business, et encore plus quand on connait personne. Et, en plus de cela, elle va se dĂ©cider Ă  aller dans l’agence “ennemie” de Sho, c’est Ă  dire, une agence dont elle ne connait rien ni personne.

Comme indiquĂ© avant, au dĂ©but, l’anime ne paye pas de mine, et fait dans le shoujo bien gras, enfin, plutĂ´t l’inverse, bien niais, avec la fille amoureuse et le beau gosse qui a la classe, mais la fin de l’Ă©pisode augurait du meilleur : et il ne m’a pas déçu.
Bien sĂ»r, comme dans tout shoujo digne de ce nom, l’anime est principalement centrĂ© autour des relations entre les divers protagonistes, qui vont rapidement se multiplier.
Point de musiques sublimes ou de graphismes ravageurs, mĂŞme si ils n’ont pas Ă  rougir de façon gĂ©nĂ©rale, l’intĂ©rĂŞt n’est clairement pas lĂ , et ce sera surtout les rĂ©actions de Kyoko qu’on attendra avec impatience, et comment elle va rĂ©ussir Ă  surmonter les Ă©preuves.

Car oui, elle aura Ă  surmonter bien des Ă©preuves, qui commenceront par son entrĂ©e dans le show business, vu qu’au fond, elle n’a pas de rĂŞve ni de talent particulier, vous imaginez bien qu’ils vont pas la laisser rentrer juste comme ça.
Et c’est lĂ  qu’elle va devoir cultiver son talent, son dĂ©sir : Ă  comprendre, sa haine, et comment elle va l’utiliser pour surmonter ses problèmes.
En plus de cela, comme dit, divers protagonistes vont arriver; plus ou moins intĂ©ressants et plus ou moins prĂ©sents, et vont encore plus pimenter la vie de notre donzelle qui l’a bien cherchĂ©.

L’anime est donc très plaisant Ă  regarder, c’est rĂ©aliste (enfin…), ça amène toujours des nouveautĂ©s, et le rythme s’enchaine très bien : on ne s’ennuie jamais Ă  regarder la sĂ©rie.
Bien sĂ»r, on pourra toujours dĂ©plorer que l’ascension de Kyoko est un poil trop rapide, que certains rapports sont assez faciles, mais c’est vraiment secondaire.

Je dirais mĂŞme plus : je suis déçu que l’anime n’ait pas encore prĂ©vu de suite. Car, oui, la fin est ouverte et est donc relativement frustrante, surtout si vous avez aimĂ©, comme moi, la sĂ©rie.

Bref, vous m’excuserez de cet article assez peu consĂ©quent, mais je n’ai plus d’inspiration… Enfin, si, je pourrais en faire encore de longs paragraphes, mais en spoilant, et j’Ă©vite absolument tout spoil.
Ne me reste donc plus qu’Ă  vous recommander Skip beat!, qui vous fera Ă  coup sĂ»r passer un excellent moment, bordĂ© de rĂŞves de showbusiness et de gloire…

Skip Beat!

Skip Beat!

Skip Beat!

Skip Beat!

Skip Beat!


Popularity: 11% [?]