2011 décembre | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

J’Ă©cris cet article avant le fameux dĂ©compte du 31 dĂ©cembre 2012, et, Ă  vrai dire, ma rĂ©solution a Ă©tĂ© prise il y’a quelques mois dĂ©jĂ , parce qu’une bonne rĂ©solution ne se prend pas qu’une seule fois par an, Ă  une date dĂ©terminĂ©e, mais au jour-mĂŞme ou ladite rĂ©solution te vient dans la tĂŞte, et une fois que t’as dĂ©terminĂ© si c’Ă©tait une bonne idĂ©e, en pesant les pour et les contre.

Alors, une seule rĂ©solution, oui, mais une rĂ©solution de poids. En effet, je vais… Changer ma vie. Ah ouais, quant mĂŞme. Non, plus sĂ©rieusement, je vais arrĂŞter de faire semblant, et rĂ©aliser mes vraies passions.
Exit la personne qui tente de plaire aux autres, suivant leurs avis, qui Ă©vite de les froisser.
J’ai essayĂ©, durant 28 ans durant, de mettre mes vraies envies de cĂ´tĂ©, parce que je les jugeait hors normes, en dehors de la vie comme vous pourriez la dĂ©finir… RĂ©sultat : je ne me suis jamais senti bien. Que ce soit dans mes loisirs ou dans mes travails, je n’ai jamais Ă©tĂ© rĂ©ellement Ă  l’aise.
Oh, bien sĂ»r, j’avais tentĂ©, de ci, de lĂ , quelques timides incursions dans des domaines qui me plaisaient, mais sans rĂ©elle conviction, pour toujours me retrouver Ă©carter, et continuer ma vie sans.

Le dĂ©clic ? Mon dernier travail, vĂ©ritable horreur, dans tout les sens du terme. Non seulement il n’a rien Ă  voir avec ma formation initiale, mais en plus, je me vois travailler pour une misère, entourĂ© de chefs tous (ou presque) incompĂ©tents et favoritistes, de collègues quasiment tous idiots (pour rester poli), d’un communautarisme Ă  vomir, d’un travail pĂ©nible, aussi bien physiquement que moralement, d’une perspective d’avenir nulle, ou quasi-nulle, et une motivation qui baisse de jour en jour, de semaine en semaine. Pas un seul jour ne passe sans que je ne maudisse ce travail. Une horreur absolue.

Alors, rĂ©signĂ© ? Pas du tout. J’ai dĂ©cidĂ© de me relancer dans les Ă©tudes, dans un domaine totalement diffĂ©rent de ma formation initiale, mais qui me plaĂ®t. J’ai commencĂ© cela il y’a 2 mois environ.
En plus de cela, il y’a 6 mois dĂ©jĂ , j’ai un peu fait le mĂ©nage dans mes noms de domaines.
Dans le mĂŞme ordre d’idĂ©e, certains sites vont ĂŞtre refaits, leur rĂ©novation a dĂ©jĂ  commencĂ©, d’autres vont devoir ĂŞtre promus afin qu’ils acquiessent un peu plus de renommĂ©.
Et pour finir, concernant mes loisirs, je vais lĂ  aussi tendre vers ce que j’aime vraiment.

Travail, loisir, internet : tout va changer. Enfin, pour le net, disons que ça va plutôt se renforcer, vu que le net est le seul média que tu peux pratiquer sans avoir à subir le regard des autres.

Alors, vous allez me demander : “mais pourquoi t’ĂŞtre contenu ? T’avais peur ? Peur de quoi ?”
Eh bien, je dirais, 3 choses. De un, les perspectives d’avenir, qui Ă©taient, Ă  l’Ă©poque, assez restreinte dans ce genre de mĂ©tier. De deux, le salaire qui y Ă©tait liĂ©, très faible, Ă  la hauteur du smic, guère plus, mĂŞme près de la retraite ; directement liĂ©, “toute peine mĂ©rite salaire”, or, les mĂ©tiers envisagĂ©s Ă©taient rudes, et ne donnaient pourtant ni salaire Ă©levĂ©, ni pouvoir. Et de trois, socialement, je ne sais que trop bien que ce domaine est considĂ©rĂ© comme “Ă©trange”.

Ce n’Ă©tait donc pas spĂ©cialement une peur, encore que, mais c’Ă©tait surtout un calcul rĂ©alisĂ© pour mon avenir : je ne me vois pas, Ă  65 ans, avoir une retraite (en considĂ©rant qu’on en aura encore) si misĂ©rable que je doive continuer Ă  trimer pour des clopinettes.
Seulement, plusieurs facteurs ont changĂ©. D’abord, la perception du milieu s’est amĂ©liorĂ©. Alors, ça reste un domaine “marginal”, qui n’est pas spĂ©cialement bien acceptĂ©, mais il y’a une Ă©volution, en espĂ©rant qu’elle continue. Ensuite, au niveau perspectives, lĂ  par contre, l’amĂ©lioration est notable, très notable, et, directement liĂ©e, le salaire et le pouvoir engendrĂ© ont augmentĂ©, et tendent Ă  augmenter.
Pour finir, le fait d’avoir eu Ă  faire des boulots qui allaient Ă  l’encontre de mes convictions, ou qui ne m’intĂ©ressaient pas plus que cela, m’a fini de me donner envie de faire semblant.

Je vous venir : vous allez me traiter de matĂ©rialiste qui dĂ©sire argent et pouvoir, mais en fait, non. Je me contente de suivre le cycle Ă©conomique actuel, et actuellement, c’est le capitalisme. Que ce soit une bonne chose ou une mauvaise, qu’on soit pour ou contre, le fait est lĂ  : sans argent, t’es rien. Et avec peu d’argent, tu ne survis plus que tu ne vis. Mon but n’est pas de survivre, mais bel et bien d’employer mon existence pour une cause que je juge noble.
Au niveau du pouvoir, non, je ne suis pas fĂ©ru de pouvoir, et je ne dĂ©sire rien diriger : j’espère seulement demeurer libre, et ne pas ĂŞtre contraint Ă  suivre des directives idiotes ou contraires Ă  mes convictions, et pour cela, il ne faut pas ĂŞtre le dernier maillon de la chaĂ®ne.

Alors, du haut de mes 28 ans, et mĂŞme si vous pouvez trouver ce conseil un peu partout, je vous le dis : ne mettez jamais vos convictions de cĂ´tĂ©. Quelles qu’elles soient, vivez les.
N’ayez pas de regrets. “Mmieux vaut avoir des remords que des regrets”. Cette citation n’est que trop vraie. La diffĂ©rence ? Simple : les remords sont dues Ă  un passage Ă  l’acte, tandis que les regrets, non. Vivez vos passions.
Quant Ă  moi, j’espère bien rattrapez le temps perdu, en prenant notamment appui sur mon expĂ©rience passĂ©e, car, oui, je suis de ceux qui prĂ©fèrent dire que toute expĂ©rience est enrichissante, et puis, Ă  quoi bon se lamenter sur ce qui ne peut ĂŞtre changĂ© ?

Ca me ferait presque pensez au club positif, tiens. Rendez vous dans quelques mois pour faire le point.

Popularity: 8% [?]

Je l’avais dis lors du test de Final Fantasy 6 sur gba : j’ai adorĂ© FF4.

Plus que cela, mĂŞme, puisqu’il fait parti du top 3 de mes FF, voir du top 2. J’y ai jouĂ© sur DS, et l’expĂ©rience fut inoubliable : de la 3d magnifique (il faut se remettre dans le contexte, la 3d a un peu vieillie dĂ©sormais, mais reste jolie), des cinĂ©matiques, avec des voix ! Le truc de fou ! Et puis, surtout, le scĂ©nario, une richesse de jeu, les personnages, les cartes qui se complètent, les 3 mondes diffĂ©rents, les surprises, les quĂŞtes… Bref, je fus Ă©bloui par ce jeu, et j’en suis encore Ă©moustillĂ© d’ailleurs.
Comment ça, “et ça se voit ?”. Bref.

Un jour, alors que je me gavais dans un restaurant japonais (je tiens Ă  signaler que je ne suis pas un gros consommateur, j’y vais une fois tout les mois, voir tout les 2 mois), un copain m’a annoncĂ© une Ă©normitĂ© : en fait, il existait une suite ! Voir, deux suites.

J’acheta donc le jeu sur psp les yeux fermĂ©s, et m’y mis rapidement.
J’allume la console, et pour voir la diffĂ©rence avec la version ds, je lance le jeu ff4 premier du nom, car, si vous ne le saviez pas, la version psp possède le jeu d’origine, ff4, ff4 interlude et ff4 les annĂ©es suivantes. Que du bonheur, quoi. Enfin, sur le papier.

Car, après avoir lancĂ© le jeu, dès les premières secondes du jeu, les graphismes m’interpelle, et me donne la curieuse impression d’ĂŞtre moches, mais vraiment moches. Je me dĂ©cide Ă  jeter un coup d’œil sur le net pour voir ce que nos amis les testeurs en disent : ben tiens, d’après eux, mĂŞme si les graphismes se basent sur la version SNES, ça reste super beau, parce que “les effets spĂ©ciaux des magies sont magnifiques !”
Alors, oui, j’avoue, les sorts sont joliment rĂ©alisĂ©s… Mais, bordel ?! La version DS est tout aussi jolie au niveau effets spĂ©ciaux… Allez, on va dire, un peu moins jolie, mais, le reste ? Les dĂ©cors, les personnages, les animations, les cinĂ©matiques ? La version DS enfonce tout !
Jugez plutôt : le début, version DS, une phase de jeu version psp.

MĂŞme au niveau du gameplay, la DS reste meilleure, c’est beaucoup plus intuitif. Y’a qu’au niveau des musiques ou les deux versions se valent vraiment, mais c’est normal, puisque ce sont les mĂŞmes musiques.
(DS Version) Final Fantasy IV (Original Soundtrack) - Nobuo Uematsu
Alors, oui, ok, la version psp est basĂ©e sur la version SNES en mieux, mais après avoir fait la version DS, je ne peux qu’hurler de ce retour en arrière. J’aime bien le cĂ´tĂ© nostalgique et tout et tout, mais quand une version supĂ©rieure est apparue, Ă  quoi bon retourner sur la version d’origine ? “pour les fans”, me rĂ©pondrez vous. Oui, d’accord, mais mĂŞme : FF4 n’est pas vraiment l’opus qui a marquĂ© les esprits, enfin, si, mais il est nettement moins populaire que le 6 ou le 7, je ne m’explique pas ce retour en arrière.

Bon, passons. Disons que je me base trop sur la version DS, que j’ai trouvĂ© juste parfaite, et je compare donc l’incomparable. Mais c’Ă©tait si bien… Ahem, je vais arrĂŞter de dĂ©battre lĂ  dessus, pour moi, c’est clair et net : la version DS est mille fois supĂ©rieure Ă  la version psp, point final.
A tel point qu’en fait, je n’ai mĂŞme pas refait FF4 sur la psp : je me suis contentĂ© de faire la suite, c’est vous dire Ă  quel point je fus dĂ©pitĂ© et déçu par cette première approche.

Interlude, donc ! Allez, on se nettoie les yeux Ă  l’eau de javel et on boit du liquide vaisselle pour tenter de mettre de cĂ´tĂ© ces graphismes, et on y va !

On va donc se concentrer sur l’histoire dĂ©sormais. Alors, Interlude… Comment vous expliquer ? Que c’est de la merde ? Nooooooon, ce serait un peu fort. Disons plutĂ´t que c’est un peu comme le H de HawaĂŻ : il sert Ă  rien.
Parce que, en office d’histoire, on a juste des retrouvailles avec nos diffĂ©rents hĂ©ros, ce qui est sympathique, que de plaisir de retrouver nos hĂ©ros, surtout Rydia, mais bon, l’histoire n’apporte rien, si ce n’est l’annonce de l’heureux Ă©vènement de Rosa -oh, on s’y attendait pas, mais alors pas du tout dis donc, et la prĂ©misse Ă  la vraie suite, mais sans vraiment nous expliquer quoi que ce soit. Le retour de la lune ? Ou ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Avec qui ?
Rien d’autre, vous pouvez circuler.
Ceci dit, je ne m’attendais pas Ă  grand chose, surtout qu’ici, la suite est directement servie, donc je ne me plaindrais pas plus que cela de cet “opus”, mais il faut tout de mĂŞme signaler qu’Ă  l’origine, ff4, la suite, interlude compris, Ă©tait disponible par chapitres, en tĂ©lĂ©chargement, sur la wii fit, donc il fallait payer pour chaque chapitre… DĂ©jĂ , lĂ , ça frise un chtit peu plus l’arnaque, mais c’est du passĂ©, donc on va passer, justement.

Bref. Si vous vous souvenez bien ,j’ai zappĂ© le premier opus, trop déçu par son aspect, et vla t’y pas que l’interlude n’a pas d’intĂ©rĂŞt, mmm… Allons, j’ai bon espoir pour sa suite, et au pire, il y’a toujours Rydia sur qui je pourrais fantasmer (oui, bon…).

Je lance donc la vraie suite, le vrai opus, celui que j’attendais depuis cette conversation.
On retrouve les mĂŞmes graphismes. Naaaan, je dĂ©conne, j’avoue, c’est pour l’effet dramatique : c’est Ă©vident que ça allait ĂŞtre les mĂŞmes graphismes, donc, pas de surprise.
En vrai, donc, pour la petite histoire, une dizaine d’annĂ©es après la fin du premier opus, CĂ©cil, devenu roi, et Rosa, devenue reine, ont eu un enfant : CĂ©odore.
En ce qui concerne le reste de la troupe, Yang a eu une fille : Ursula (un nom dont je n’accroche pas, mais elle est mimi), est devenu roi, Edge est aussi devenu roi de son royaume, Cid est restĂ© le mĂŞme (bricoleur), Palom et Porom ont grandi et cherchent leur avenir, KaĂŻn a disparu, et Rydia est toujours aussi belle, voir plus, et sinon, ben, elle passe sa vie entre le royaume des Eons et la Terre. Ah, oui, j’oubliais le personnage un peu inutile, j’ai nommĂ© Edward, qui Ă©tait et est toujours roi de son royaume, mais dont l’utilitĂ© continue de friser le nĂ©ant, mais bon, au moins, ça reste un personnage original qui n’a pas vraiment d’Ă©quivalent (se battre avec une lyre, en chansons, depuis le club dorothĂ©e, y’en a plus des masses).
CĂ©odore va rejoindre les Ailes rouge pour tenter de voler de ses propres ailes (ailes, ailes rouge, ahahaha. Ok, je sors), et sinon… Ben, que dire ?
En rĂ©alitĂ©, nous allons nous retrouver avec la mĂŞme histoire que l’interlude… Oui, vous avez bien lu : que l’interlude, le truc qui dure 2 heures et qui nous apprend rien. Sauf qu’ici, ça va durer plus d’une dizaine d’heures et on va continuer Ă  se poser mille questions, avec toujours la mĂŞme thĂ©matique : la seconde lune qui est rĂ©apparu, et une fille mystĂ©rieuse… Nan, je dĂ©conne pas, elle s’appelle vraiment “fille mystĂ©rieuse”.
Elle va rapidement dĂ©faire les Ă©ons et mettre Ă  genoux tout les hĂ©ros, dont CĂ©cil dont on ne saura pas ce qu’il deviendra, mais… Autant la sauce prend les premières heures, autant, par la suite, c’est très lourd… Imaginez : Ă  part quelques brides de scĂ©nario dĂ©voilĂ©s (la seconde lune, la fille mystĂ©rieuse qui arrive Ă  battre tout le monde, donc), il y’a RIEN. Mais, vraiment, rien.

Comme indiquĂ© plus haut, cet opus a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© en plusieurs chapitres, et… Ben, je sais pas si, au final, c’Ă©tait une si bonne idĂ©e que ça. Jugez plutĂ´t : dĂ©jĂ , on se retrouve avec trop de nouveaux personnages, qui n’auront, pour la plupart peu ou pas d’incidence sur le scĂ©nario : CĂ©odore, Luca, Ursula, Leonora, Gekkou, Zangetsu, Izayoi, Tsukinowa et Harley. Ouf. Presque 10 nouveaux personnages, 9 pour ĂŞtre prĂ©cis, ça fait beaucoup.

Surtout comment ils sont introduits. Car, oui, le jeu est sĂ©parĂ© en chapitres, et chaque chapitre nous donne Ă  manipuler des personnages, qui auront une aventure sĂ©parĂ©es : il faut savoir cependant que les chapitres ne se suivent pas, mais se dĂ©roulent plus ou moins Ă  la mĂŞme pĂ©riode, ce qui fait que le scĂ©nario n’avance pas, que les anciens personnages sont jouables, minimisant le rĂ´le des nouveaux, et, qu’en plus, que ce soit les anciens ou les nouveaux, les niveaux sont pas du tout cohĂ©rents. Comprenez : CĂ©odore commence au niveau 1, ok, logique. A la fin de son chapitre, on sera au niveau 20 environ. Et CĂ©cil ? Niveau 20. Euh… Moi Ă  la fin du 4, j’Ă©tais au niveau 90 ; oui, j’avais fais du leveling, mais Ă  la fin, sans leveling, je devais ĂŞtre au 60-70.

Alors, ouiiiiiiiiiiiiiiiiii, Ă©videmment ! Commencer au niveau 60 pour poutrer tout les ennemis en un coup aurait un intĂ©rĂŞt des plus limitĂ©s, voir, n’aurait aucun intĂ©rĂŞt, mais quand mĂŞme ! Ça laisse la dĂ©sagrĂ©able impression que l’aventure prĂ©cĂ©dente n’est pas prise en compte, ça ternit les nouveaux qui n’auront pas plus d’attention que les autres, et, surtout, surtout, du fait des chapitres, ça donne la très fâcheuse impression de tout recommencer, Ă  chaque fois.
Car, oui ! A chaque fois, tu recommences avec un niveau de merde, et tu recommences sans objet, sans magie, sans rien ! Retrouver les objets est extrĂŞmement lourd, et je ne parle mĂŞme pas des magies qui mettent 3 plombes Ă  arriver.

Alors, oui, Ă©videmment, le jeu n’est pas uniquement constituĂ© de chapitres qui se dĂ©roulent en mĂŞme temps, et, au bout de quelques chapitres, les aventures se recroisent, et il est possible de rĂ©cupĂ©rer personnages et objets dĂ©bloquĂ©s auparavant.
En passant, il aurait Ă©tĂ© judicieux d’indiquer directement qu’il fallait sĂ©parer les sauvegardes pour les rĂ©cupĂ©rer, ça m’aurait Ă©vitĂ© de refaire la campagne de CĂ©odore, mais bon, ce n’est qu’un dĂ©tail (de près de 2 heures, tout de mĂŞme).

Une fois que les aventures se recoupent, yataa ! Le scĂ©nario progresse. A pas de souris, ouais, ok, mais quant mĂŞme… Nan, j’avoue, lĂ , ça gave vraiment : on a dĂ©passĂ© la dizaine d’heures de jeu, et on ne sait toujours rien du fond du scĂ©nario…
Alors, oui, c’est souvent le cas, mais gĂ©nĂ©ralement, il y’a des rebondissements, des tragĂ©dies, des faits inĂ©dits : lĂ , franchement, je n’ai rien vu de tout cela. Tout au plus nous voyons le remake de FF4 qui se dĂ©roule, avec EXACTEMENT le mĂŞme dĂ©roulement : le roi qui devient mĂ©chant, le guerrier qui combat son cĂ´tĂ© obscur, le cadeau empoisonnĂ©, le sauvetage in-extremis, les ennemis, les boss… Mais ?! Bouhouhouhou !!! C’est quoi, ça ?

Alors, oui, peut ĂŞtre que je me suis fait trop de films, que j’avais mis trop d’espoirs sur ce jeu et que la chute n’en est qu’exponentielle… Mais, non, franchement ! C’est plus que de la dĂ©ception, lĂ , c’est quant mĂŞme une trahison ! Moi qui Ă©tait fan absolu de FF4 sur DS, qui m’avait transcendĂ©, je me retrouve face Ă  une Ĺ“uvre insipide et dĂ©cevante. HonnĂŞtement, souvent, j’y jouais plus pour avancer et pour finir le jeu que par plaisir : ça m’a rappelĂ© FF9, que j’ai aussi eu du mal Ă  finir (les temps de chargement en plus).
Bonus prime, que je me dois de vous rĂ©vĂ©ler : les personnages sur les cartes, gĂ©nĂ©ralement, bougent, pour donner un style un peu plus rĂ©aliste, genre, les villes sont vivantes, tout ça. Ici, ça ne dĂ©roge pas Ă  la règle, les personnages bougent. Mais… Mais…… MAIS ?! Une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, dix fois, vingt fois, MERDE !
Oui, d’une façon trop rĂ©currente, ils vont vous gĂŞner, vous bloquer, ou, si vous voulez leur parler, vous Ă©viter, leurs mouvements Ă©tant très rapides, il ne sera pas rare donc de devoir attendre qu’ils partent, vu qu’ils vous ont bloquĂ©, ou alors, Ă  leur courir après vu qu’ils semblent vous Ă©viter.
Ce n’est pas la mort, Ă©videmment ! Mais c’est exaspĂ©rant, et on ne peut que le mettre dans la balance des dĂ©fauts, qui n’en demandait pas tant.

ArrivĂ© Ă  ce niveau, voici les qualitĂ©s du jeu : les musiques, retrouver les personnages… Mmm… Sinon… L’idĂ©e des coopĂ©rations est pas mal, bien que relativement inutile : Ă  part une ou deux qui sont indispensables pour avancer, on a pas vraiment besoin d’utiliser les autres, d’ailleurs, je ne les ai quasiment jamais utilisĂ©es, sauf vers la fin (j’y reviendrais). Bon, on pourra aussi dire que retrouver les diffĂ©rents lieux est sympa, mais ça rejoins la retrouvaille des personnages.
La meilleure qualitĂ© du jeu : le fait que les phases de jeu correspondent bien au niveau, Ă  comprendre, qu’il ne faudra pas faire du leveling comme un tarĂ© pour progresser, et ça, c’est plutĂ´t bien. MĂŞme les boss sont accessibles, Ă  part deux ou trois qui vous ferons arracher vos cheveux, la difficultĂ© est bien dosĂ©e.
Autre nouveautĂ© intĂ©ressante : les phases de lune, qui accroissent ou diminuent certaines capacitĂ©s. Alors, ce n’est pas vraiment dĂ©terminant au final, mais c’est bien sympathique et c’est valable durant tout le jeu, ce qui enlève son cĂ´tĂ© gadget.

Entamons donc la dernière partie du jeu : la seconde lune. Oui, Ă  un moment, on nous explique en diagonale son utilitĂ©, sans rien ajouter de plus, donc l’histoire reste très floutĂ©e, et on va donc sur cette seconde lune.
Et lĂ , l’enfer commence. 3 choses : pourquoi c’est si long ? Pourquoi y’a autant de boss ? Pourquoi ce genre de boss ?

Oui, donc, revenons sur l’agencement du jeu. Comme indiquĂ© X fois, le jeu est sĂ©parĂ© en chapitres, une dizaine environ (je vĂ©rifie mĂŞme pas, c’est en gros). Chaque chapitre dure environ 2 heures, et Ă  chaque fin de chapitre, en moyenne, tu termines au niveau 20

Sauf que lĂ … Ben, une quinzaine d’heures, un palais qui n’en finit pas (13 Ă©tages, youpi, c’est la fin ! Ben non, un autre palais de plus de 20 Ă©tages), et, bordel… Mais c’est quoi ce nombre de boss totalement exagĂ©rĂ© et inutiles ?
ExagĂ©rĂ©s parce que, Ă  la base, un boss par cristal. Ok, ça en fait dĂ©jĂ  8, ce qui est beaucoup, pour un palais, non ? Ben non, lĂ , vous aurez droit en plus aux 8 cristaux de la lune, Ă  des boss dans des coffres piĂ©gĂ©s, Ă  des robots nettoyeurs qui vont vous anĂ©antir en 2 coups, alors que vous ĂŞtes niveau 60, Ă  des cristaux qui ne sortent d’on ne sait ou… Et, cerise sur le gâteau : les dĂ©veloppeurs ont eu l’ingĂ©nieuse idĂ©e de ramener des boss d’autres opus.
Sur le papier, c’est cool ! Ça ravira tout les fans en manque qui pourront passer en mode nostalgique. Mais Ă  l’Ă©cran, POURQUOI ? ScĂ©naristiquement, ils n’ont rien Ă  foutre ici, et au niveau des boss, on en a dĂ©jĂ  largement assez, merci bien. A la limite, les foutre en boss cachĂ©s, ok, ça aurait Ă©tĂ© fun, mais, NON ! Ils les mettent en boss obligatoires, ce qui les rend d’autant plus Ă©trangers Ă  cet opus.
Et, si vous avez fait attention, ettttttttttttttt non ! Je n’ai pas fait de leveling, et pourtant, oui ! Je suis arrivĂ© au niveau 70 Ă  la fin, c’est Ă  dire que du niveau 20-25, vous passez au niveau 70 dans un seul palais ! Ce qui rend les autres chapitres d’autant plus inintĂ©ressant, vu qu’au niveau scĂ©nario, ça nous apporte rien, qu’au niveau niveaux (lol), on stagne et on affronte des ennemis qui ne donnent quasiment pas d’expĂ©rience, et qu’au niveau personnages, ben, ça creuse pas vraiment les nouveaux, ou si peu.

Le truc rigolo, c’est que je suis niveau 70 avec 5 personnages seulement, oui oui, les autres sont encore au niveau 20 en moyenne (le must, Harley, niveau 17 \o/). Au moins, les niveaux monteront vite : de 200 points d’exp, on passe Ă  5000 voir 10000, mais bon…
Tiens, d’ailleurs ! Et niveau ennemis ? Ben, rien Ă  signaler, mon capitaine ! Dans 90% des cas, on retrouve les mĂŞmes que dans FF4 : logique, oui, mais ça aurait un plus non nĂ©gligeable…

Bref bref bref. J’insiste un peu, pour quand meme voir la fin, et peut ĂŞtre enfin avoir les explications, et… Si je vous dit “dĂ©ception”, vous me croyez ? Bah, j’avoue, j’ai pas Ă©tĂ© si déçu que cela, dans la mesure ou je n’attendais plus grand chose.
Par quoi commencer ? D’abord, chose vraiment rigolote (ou pas), l’avant dernier boss est juste 10 fois plus fort que le dernier. Ce dernier boss n’aura donc pas grande saveur, d’autant plus que, niveau charisme… Euhhhhhhhh…. Comment dire ? DĂ©jĂ , son nom, scusez moi, mais… C’est minable ? Le crĂ©ateur. Ouah, trop recherchĂ©, dis donc. Ensuite, son design… Il me fait cruellement penser Ă  Maru, peluche-mascotte de l’anime Princess Warkyure (ou Ufo Warukyure), mais surtout, souffre douleur de ladite princesse
Et puis, niveau force, une fois que tu rĂ©alises qu’il te renvoie tes attaques, ben, il suffit de faire des attaques qu’il ne peut pas recopier, comme les coopĂ©rations, qui prennent enfin une importance non nĂ©gligeable. Mais, encore un mais, oui, cette stratĂ©gie est très facile Ă  comprendre, et après une ou deux dĂ©faite(s), ben, tu t’adaptes et tu gagnes.
La seule difficulté, au final, sera les multiples transformations -toutes plus attendues les unes que les autres- mais, là encore, après quelques ajustements, paf, le dernier boss est torché.
Avant sa dernière forme, on aura enfin droit Ă  des explications, youpi ! Mais, hĂ©las, encore une fois, ces explications ne me contenteront aucunement, parce que, en se basant sur ces explications, de nombreuses questions me traversent l’esprit : pourquoi la fille mystĂ©rieuse parle de demi sang Ă  propos de CĂ©cil alors mĂŞme qu’elle n’a rien Ă  voir avec la lune “officielle” ? Pourquoi le CrĂ©ateur parle d’Ă©chec d’Ă©volution, que voulait-il vraiment ? Pourquoi voulait-il se suicider pour dĂ©truire la planète (car je doute que le crash de la lune la laisse indemne) ? Le CrĂ©ateur a parlĂ© de pleins de planète collonisĂ©es, que sont-elles devenues ? Pourquoi il est devenu immortel et seul survivant ? Pourquoi les Ă©ons ont suivi la fille mystĂ©rieuse ? Pourquoi, alors qu’ils n’ont aucun lien, CĂ©cil et Kain se font manipuler ?

Bref, plein de questions en suspens, pour un scĂ©nario pas tant fouillĂ© que ça, ayant de nombreuses incohĂ©rences, sans rapport avec l’opus original, qui n’a Ă©tĂ© fait que dans le but de contenter les fans de la saga et de la sĂ©rie, pour ne pas dire “pour se faire encore plein de pognons sur la licence” ; que de dĂ©ceptions, et une fin uuuuuuuuuultra classique, ou le mĂ©chant est tuĂ©, suite Ă  une transformation ne lui laissant aucune chance de survie (et alors qu’il nous demandait de le tuer tellement il Ă©tait devenu mĂ©chant), la mĂ©chante pas-si-mĂ©chante-que-ça est reprise et remise dans la bonne voie, la vie continue, les oiseaux chantent, youpi… En fait, ils auraient mieux fait d’en faire un opus original, avc des nouveaux personnages, car cette suite dĂ©nature complètement l’original, Ă  mon goĂ»t.

Bref. A choisir, le choix est très vite fait : la version DS, bien que n’ayant “que” FF4 remaniĂ©, est juste 1674046589364 fois meilleure que la version PSP, qui possède pourtant 3 jeux, enfin, 2 et demi.


Hop hop hop, ne partez pas ! En fait, pris d’un remord, j’ai, après avoir terminĂ© FFIV the after, je me suis quant meme mis Ă  l’original.
Bon, alors, je ne reviendrais pas sur le fond, la version DS est mille fois meilleure que la version PSP, graphismes, animation, ergonomie, tout est meilleur sur la version DS, cependant, je me dois de noter les plus grosses différences.
D’abord, la vitesse du jeu : alors, dĂ©faut ou qualitĂ© ? Les deux, mon capitaine. Car, oui, au niveau global, du fait de la qualitĂ© du jeu, mieux vaut que ça ne traine pas trop, et c’est tant mieux, autant dans les combats que dans les dialogues et les Ă©vènements.
Mais deux dĂ©fauts sont Ă  noter sur cette vitesse de jeu : de un, des fois, du fait qu’on peut couper les dialogues avec n’importe quel bouton, des fois, on loupe des dĂ©buts de conversations, appuyant par erreur sur la flèche multidirectionnelle. Enervant. Mais il y’a pire, en fait : cette vitesse, additionnĂ©e au fait que je connaissais dĂ©jĂ  le jeu, m’a fait aller très très vite. Bilan : fini en moins de 15 heures. Et quand je dis “fini”, j’ai la plupart des amĂ©liorations et fait toutes les quĂŞtes, notamment toutes les dernières armes et les invocations ; après, j’avoue, je ne me suis pas vraiment attardĂ© aux zones du jeu, et c’est pourquoi je n’ai que 64% d’ennemis trouvĂ©s.
Mais, en comparaison, sur DS, la première fois que je l’ai fini, il m’a fallu… 36 heures. Plus du double… J’y reviendrais, il y’a deux explications Ă  cela, voir trois.

Les autres faits Ă  noter : la limite dans l’inventaire : 48 objets maximum. Mais… POURQUOI ? Quoi de plus horrible que de devoir jeter des objets parce qu’on est plein, et le pire, c’est que ça concerne aussi les coffres piĂ©gĂ©s, qui ont un ennemi, et qui ne donnent pas forcĂ©ment d’objet. Absurde, tout simplement.

Pour revenir Ă  la vitesse du jeu, au final, c’est un gros dĂ©faut, puisque ça dessert l’immersion dans le jeu… Le jeu DS Ă©tait plutĂ´t lent, surtout les combats et l’expĂ©rience qui prennent quelques secondes alors que dans la version PSP, deux appuis de touche suffisent Ă  les clore, mais ça le rendait vraiment plus immersif, et d’autant plus surpuissant.
Il est Ă  noter aussi que la version DS a Ă©tĂ© rendu plus difficile, une preuve très simple : j’ai pu tuer le dernier boss au niveau 61 en moyenne dans la version PSP, alors que pour la version DS, j’avais essayĂ© une première fois au niveau 80… Et j’ai Ă©chouĂ© -_- J’ai pu le finir au niveau 90, et lĂ  encore, c’est limite : dans le cadre de cet article, j’ai rĂ©essayĂ©, et j’ai Ă©chouĂ© une première fois, j’ai du faire preuve d’une vĂ©ritable stratĂ©gie pour pouvoir le rebattre. Rappel : au niveau 90.
Donc ce doublement de temps est normal ; et, pour finir, rappelons que je connaissais dĂ©jĂ  cet opus : mĂŞme si j’avais fini le jeu DS il y’a plus de deux ans, je me souvenais encore de certains endroits, et le fait d’avoir refait FFIV the after m’a remontrĂ© la majoritĂ© des zones, donc niveau surprise, ce n’Ă©tait pas trop ça.

Mais au final, même en prenant en compte cela, la version DS écrase la version PSP, et fans de FF4, je vous le dis : la version PSP, et sa suite, sont très largement dispensables.
Quant Ă  moi, je vais tenter de me cantonner sur le FF4 original, version DS, qui est dans mon top 2 des FF favoris (en compĂ©tition avec FF7) : si je devais prendre en considĂ©ration FFIV the after, il chuterais bien loin dans le classement, donc, on va faire comme si je n’avais pas fait cette suite.
Oublions aussi les 11 chapitres et les nombreuses heures passĂ©es dessus (2h, 2h43, 1h26, 2h12, 2h19, 1h51, 2h02, 1h15, 2h24, 3h22 et enfin, 18h16. Tiens, je trouve une qualitĂ© Ă  la toute fin de cet article : la durĂ©e de vie. LĂ , on peut pas dire qu’ils se sont foutus de nous. Et niveau leveling, vu le nombre de personnages, y’a largement de quoi faire, j’ai fini le jeu au niveau 68 environ, en ayant fait un peu de leveling : je pense qu’on peut finir le jeu vers le niveau 60, en dessous, ce serait quand mĂŞme relativement difficile).

Et mon prochain FF ? Je sais pas, vous me conseillez quoi ? J’ai fais le 7, le 9, le 8, le 3, 4, 6, 4 the after.

Popularity: 13% [?]

PrĂ©ambule : cet article traĂ®ne dans la rubrique “brouillon” depuis plusieurs mois, je me demande mĂŞme si ce n’est pas plus d’une annĂ©e, alors mĂŞme que l’intĂ©gralitĂ© (ou presque) de la rubrique Ă©tait remplie.
Ceci dit, je n’ai pas grand chose Ă  rajouter, mais si vous connaissez d’autres sites, n’hĂ©sitez po.

Alors qu’il y’a encore quelques annĂ©es, il n’existait que relativement peu de boutiques qui vendaient des produits japonais ; au mieux, il y’avait une (petite) sĂ©lection de produits dans un coin perdu (je pense notamment aux jouets dbz, Ă  l’Ă©poque), de nos jours, ce n’est plus vraiment la mĂŞme chose.
DĂ©sormais, le ton a changĂ©. Vous pourrez retrouvez dans quasiment n’importe quel magasin des goodies d’animes, spĂ©cialement sur naruto, bleach, dbz, et dans une moindre mesure, one piece.

Au niveau mangas et animes, la section a explosé et dans la plupart des magasins, vous avez droit à une véritable exposition de toutes sortes de manga, connus et moins connus.

Et en dehors de toutes ces nouveautĂ©s se trouvent les boutiques online. Je vais donc plus particulièrement m’arrĂŞter sur ces boutiques online, parce que cela a dĂ©jĂ  plus d’intĂ©rĂŞt que si je vous contait le dĂ©tail du magasin Super u du coin, qui serait parlant pour personne, Ă  part moi, et encore.

Le but n’est en aucun cas d’en faire une sĂ©lection exhaustive, ce serait du suicide. Non, je vais simplement vous conter mes sources d’approvisionnement, avec leurs qualitĂ©s et leurs dĂ©fauts, bien que, au final, je ne suis pas forcĂ©ment un grand collectionneur. Et forcĂ©ment, quand je dis “mes sources d’approvisionnement”, je parle des bonnes sources, pas des sources oĂą t’as attendu 3 plombes pour recevoir ton objet ou payĂ© des frais de port faramineux. C’est ma petite sĂ©lection Ă  moi, et si vous avez d’autres adresses sympathiques, n’hĂ©sitez pas.

Tout d'Asie Tout d’Asie

Bah oui, forcĂ©ment, vous vous attendiez Ă  quoi ? Je commence par prĂŞcher pour ma paroisse, c’est mon blog, je fais ce que je veux ! TrĂŞve de plaisanterie (douteuse qui plus est), je vais bien sĂ»r tenter d’en parler objectivement, sinon ça ne servirait pas Ă  grand chose.
Tout d’Asie propose de nombreux articles que vous ne trouverez nulle part ailleurs. La boutique est essentiellement centrĂ©e sur des articles d’animes pas forcĂ©ment très connus, mais au moins reconnus.
En plus de cela, de nombreux articles typiques du Japon vous attendent, et, cerise sur le gâteau, une rubrique demandes existe, où vous pourrez directement faire des demandes spécifiques.
Les moins : peu d’articles grand public, un catalogue qui ne se renouvelle pas Ă©normĂ©ment, des coĂ»ts pas forcĂ©ment donnĂ©s.

Animeha

Sortie il y’a quelques annĂ©es (dĂ©jĂ  :/), la boutique avait pour principe de ne vendre que des figurines, et quelles figurines ! Toutes de grande qualitĂ©. La boutique par la suite s’est ouverte aux figurines rares, limitĂ©es dans le monde, ce qui a d’autant plus augmentĂ© son intĂ©rĂŞt.
HĂ©las, par la suite, bien que son activitĂ© s’est diversifiĂ©e (avec l’arrivĂ©e de goodies et de mangas), Animeha a commencĂ© Ă  plus spĂ©cifiquement se concentrer sur les grosses sĂ©ries, type bleach, naruto, dbz, one piece, dĂ©laissant un peu son cĂ´tĂ© original.
Second hĂ©las, la dernière version du site n’Ă©tait pas vraiment ergonomique, je n’y ai jamais vraiment adhĂ©rĂ©. A l’heure oĂą je vous parle, Animeha a fermĂ© et nous promets des mĂ©gas surprises pour la rentrĂ©e, donc je pense que ce sera pour bientĂ´t.


Oui : tout ce paragraphe est barrĂ©, puisque le site a fermĂ© depuis… Preuve que l’article date d’un sacrĂ© moment :/

Discount manga

Mouais. Le mot “discount” n’est pas forcĂ©ment vrai, mais le site est sympathique, sa dernière version est beaucoup plus ergonomique, et son catalogue est plutĂ´t fourni. Pas forcĂ©ment complet, mais assez original dans tout les cas, proposant des produits que l’on ne trouve nul part ailleurs. Pas le meilleur site, mais un bon complĂ©ment.

Zemanga
Une mine d’or pour tout ce qui est officiel classique, je veux parler des dvd et cd français.
Il y’a relativement souvent des offres très intĂ©ressantes, et j’adore les coffrets :3

Amazon
Gni ? Amazon ? Ben, oui : du fait de leurs tarifs prĂ©fĂ©rentiels sur les livres (pas de frais de port et -5%), j’avoue : j’achète la majoritĂ© de mes mangas (neufs) chez eux.
Alors, oui, Amazon fait office de mĂ©chant parce qu’il tue les autres distributeurs (une polĂ©mique avait Ă©tĂ© lancĂ©e lĂ  dessus, mais Amazon a finalement gagnĂ©) du fait de ses tarifs que d’autres ne peuvent pas forcĂ©ment faire, faute de moyens, mais hĂ©las, mon budget n’est pas extensible, et puis, je suis client chez eux depuis plus de 5 ans, difficile de passer Ă  autre chose.
Ceci dit, en ce qui concerne les mangas d’occasion, en lot notamment, je vous conseille plutĂ´t :

Manga-occasion
Tout est dit dans le titre : c’est un site qui vous permet d’acheter et de vendre tout ce qui concerne les mangas. Le site se prend une marge lors de l’achat et de la vente, mais ce site est un peu une centrale de toutes les petites annonces qu’il peut exister Ă  travers les nombreux forums existants, forums qui souvent tombent dans l’oubli, hĂ©las.
D’ailleurs, si vous voulez voir ma boutique, c’est par ici.

/!\ On passe aux boutiques non francophones /!\

E2046

Le must dans le domaine. Quel domaine ? Les figurines Ă  monter soi mĂŞme. Je ne suis ni monteur, ni assembleur de figurines, mais de temps en temps, ils proposent des modèles prĂ©-peints, un peu plus chers que le prix original, mais si vous verriez la qualitĂ©… En fait, ce site a plusieurs avantages : la qualitĂ© des figurines vous fera pleurer de bonheur. Mais il n’y a pas que ça. TOUTES leurs figurines sont originales, et vous ne les trouverez nulle part ailleurs.
De plus, leurs emballages est vraiment bien fait, et les frais de port ne sont pas si élevés que cela.
A noter que c’est un site amĂ©ricain et que c’est expĂ©diĂ© depuis lĂ  bas.
BĂ©mols : les figurines prĂ©-peintes sont très très rares, et peuvent mettre plusieurs mois avant d’arriver.
Et, Ă©videmment, au niveau des prix, comptez au moins le double d’une figurine classique, soit 150€, mais bon, vu la qualitĂ©, c’est comprĂ©hensible.

Nippon export

Un site japonais. Vous l’aurez devinĂ©, il propose un large Ă©ventail de choix, vu qu’il s’approvisionne directement depuis le Japon. Colis rapides et soignĂ©s.

Cd Japan

J’en mets que deux, des sites japonais, sinon, la liste serait trop longue. Enfin, pas spĂ©cialement en fait, car bien qu’il existe Ă©normĂ©ment de boutiques japonaises, peu livrent internationalement : ça coute cher, et leur service export n’est pas forcĂ©ment facile d’accès.
Bref, cd japan, c’est un peu comme nippon export, mais avec encore plus de choix.

Voila voila, une petite sĂ©lection de boutiques, donc, elle vaut ce qu’elle vaut, n’hĂ©sitez pas Ă  me livrer vos sites prĂ©fĂ©rĂ©s vous aussi, c’est toujours sympa d’avoir une petite liste.

Popularity: 14% [?]

EDIT : cet article est dĂ©sormais obsolète vu que la sĂ©rie a Ă©tĂ© traduite sur cette chaine : merci Ă  eux ! La sĂ©rie, sans ĂŞtre ultime, n’en reste pas moins sympathique.

Je vous venir, vous disant : “ah, encore un article d’un anime qu’il a aimĂ© et qu’il nous conseille” !

Que nenni. En rĂ©alitĂ©, je n’ai mĂŞme pas vu la moitiĂ© de cette sĂ©rie, sur les 26 Ă©pisodes existants, j’ai du en voir 5, et il y’a bien longtemps.
Quoi ? Aurais-je changĂ© d’avis sur ma conception de la critique, qui ne devrait ĂŞtre livrĂ©e qu’une fois l’œuvre entièrement regardĂ©e, ou, en tout cas, la saison ? Non, rassurez vous.

En réalité, il existe 2 Vampire Princess Miyu : les oav, au nombre de 4, et la série tv, de 26 épisodes.
Les oav datent de 1988, tandis que la sĂ©rie tv a Ă©tĂ© faite en 1997. Du très vieux, donc, d’un autre temps, d’un autre millĂ©naire. Et pourtant. Les oav sont sublimes, mais ont le dĂ©faut majeure de n’ĂŞtre que trop court. Pour vous donner une idĂ©e de la force de cette Ĺ“uvre, regardez la : je doute que vous ne puissiez dĂ©terminer son annĂ©e de crĂ©ation, et je doute encore plus que vous pourriez dire que ces oav ont plus de 20 ans !
Les dessins y sont fameux, et l’animation n’est pas en reste.

Pour vous donner une petite idée du contexte, Vampire Princess Miyu est un habile mélange entre Occident et traditions japonaises, entre monde actuel et ancien monde : Miyu est une vampire qui porte un kimono, qui chasse des créatures du mal, accompagné de son serviteur.
Elle Ă©volue donc Ă  l’Ă©cole mais passe son reste du temps Ă  chasser les dĂ©mons.
Habile mĂ©lange d’une vie Ă  l’apparence ordinaire, et d’une autre vie, ancrĂ©e dans les lĂ©gendes et les traditions.

La sĂ©rie tv est identique en tout point :elle reprend l’histoire de base, pour en sublimer l’histoire. MĂŞme si nous passons des oav Ă  une sĂ©rie tv, les traits de l’anime, d’une façon globale, n’y perdent rien en qualitĂ© : l’anime aura bientĂ´t 15 ans, et pourtant, lĂ  encore, la qualitĂ© globale pourrait faire rougir certains animes, moyens et bas de gamme en tout cas, et, par moment, mĂŞme les blockbuster pourraient en rougir. MĂŞme si je n’ai vu que 4 ou 5 Ă©pisodes, je ne sais mĂŞme plus vraiment, je me souviens avoir Ă©tĂ© bien plus comblĂ© par la sĂ©rie tv que par les oav, pour une raison très simple : les musiques.
Elles collent d’une façon parfaite Ă  ce mĂ©lange que je vous ai dĂ©crit tantĂ´t. Et elles sont juste sublimes !
Jugez donc, par l’opening :

Mais la version complète est tellement mieux…

L’ending, que j’aime d’une façon plus modĂ©rĂ©e, continue dans les tons :

Une autre musique :

Du très très bon, pour peu qu’on se laisse envouter.

Bref, vous l’aurez compris : j’aime cette sĂ©rie, et ce, mĂŞme si je n’en ai jamais vu la fin.

Et justement. Je suis frustrĂ©. FrustrĂ© de n’avoir jamais pu voir la suite. Encore Ă  l’instant, j’ai cherchĂ©, espĂ©rant sur le renouveau d’internet et l’explosion de sites, qui permet de trouver Ă  peu près tout ce qui est possible de chercher, mais en vain : point d’Ă©pisodes en français.

Oh, j’en vois dĂ©jĂ  qui me regardent de travers, lassĂ© de voir un homme de plus qui n’a pas volontĂ© Ă  travailler son anglais ou pire, qui n’y comprends rien et ne veux rien comprendre.
Et lĂ  arrive le cĂ´tĂ© drĂ´le de la chose : en fait, si, je comprends l’anglais ; pas tout, mais d’une façon globale, je comprends la majoritĂ©, ce qui me permets de suivre des animes en anglais sans trop de soucis, pourvu que les textes ne soient pas trop rapides (genre je me souviens de cette chanson sous titrĂ©e en anglais -que je ne retrouve plus- sans faire de pause, impossible de suivre (enfin, mĂŞme en français, je doute qu’on puisse suivre ce rythme effrĂ©nĂ© ^^)), ou qu’ils ne soient pas pointus, sans utilisation de mots techniques, quoi ; et lĂ  encore, de nos jours, trouver le sens d’un mot n’est pas vraiment compliquĂ©.

J’en vois d’autres, qui vont venir me râler pour me rappeler que les traductions sont faites par des amateurs, qui font ça par passion, sur leur temps libre, sans rien gagner en retour.
Point de cela chez moi : je ne suis pas du genre Ă  critiquer, mĂŞme si la sĂ©rie arrive 1 an en retard, je ne le sais que trop bien, mĂŞme si, encore aujourd’hui, il m’arrive de m’interroger sur l’intĂ©rĂŞt de commencer une sĂ©rie sans la finir, pour quel que raison que ce soit, mis Ă  part la licence, qui est la seule vraie excuse que je comprends.

Mais, vous savez quoi ? Accrochez vos ceintures, nous mettons pied dans l’absurde.
Si vous cherchez “Vampire Princess Miyu” sur un moteur de recherches classique, vous y trouverez des milliers de rĂ©sultats, comme d’habitude, et vous y trouverez, 9 fois sur 10, les oav.
Sauf que, les oav sont licenciés, et depuis fort longtemps.
Or, l’anime, mis Ă  part 3-4 Ă©pisodes, vous ne trouverez rien en français. Et pourtant, l’anime n’est pas licenciĂ© !

Alors, et pour la première fois (en dehors des petites piques lancĂ©s sur le sujet Dybex), je vais critiquer les teams de fansub, et leur lancer un appel : mesdames (si si, il y’en a, j’en connais), messieurs : vous qui vous plaignez frĂ©quemment des sĂ©ries sans saveur, vous qui laissez souvent tomber les animes en plein milieu (voir, dès le second Ă©pisode) du fait de leur mauvaise qualitĂ©, vous qui vous ennuyez et qui refuser de subber pour la Ă©nième fois du bleach, one piece ou naruto : relevez mon dĂ©fi, et allez donc subber cet anime qui le mĂ©rite tant.

Vous aurez au moins un leecheur : moi.

Et, tiens ! Éditeurs, vous aussi, je ne vous comprends pas : bien que la sĂ©rie soit plutĂ´t vieille, maintenant, pourquoi ne l’avoir jamais licenciĂ©e ?
A l’Ă©poque, je peux Ă©ventuellement comprendre, rĂ©ticents que vous Ă©tiez Ă  sortir des produits trop japonais. Souvenons nous des nombreuses Ĺ“uvres remaniĂ©es pour coller Ă  notre Ă©tiquette d’occidentaux, ou on nous faisait croire que toute l’histoire se passait en France, alors que c’Ă©tait, Ă©videmment, au Japon.
L’eau a coulĂ© sous les ponts, et nous sommes mĂŞme vexĂ©s quand on tente de dĂ©naturer l’œuvre originale.

Vous aurez au moins un acheteur : moi. Hum, j’avoue, la formule est moins attirante, je ne pense pas que ce soit rentable sur ce coup, m’enfin, vu la qualitĂ© de l’œuvre, je pense que Miyu trouverait sans aucun problème son public.

Dans tout les cas, je ne désespère pas de voir la jolie Miyu parler japonais, avec des sous titres français. A bon entendeur, la baballe est dans votre camcamp, comme dirait les Robins (à 4:20 environ).

Vampire Princess Miyu

Vampire Princess Miyu

Vampire Princess Miyu

Vampire Princess Miyu

Vampire Princess Miyu

Popularity: 14% [?]