2012 juillet | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

J’en vois dĂ©jĂ  qui ont l’insulte au bout des lèvres. Et pourtant, je persiste : maigrir, c’est facile.

D’abord, parce que devenir gros ne se fait pas du jour au lendemain : avant de parler de maigrir, il faut voir Ă  ne pas grossir.
Alors, j’avoue, point d’Ă©galitĂ© sur ce point : certains sont fins, d’autres moins ; certains prennent vite, d’autres moins. Et j’avoue que je fais parti de la seconde catĂ©gorie, Ă  comprendre, que je suis Ă  catĂ©goriser dans les poids plume, puisque, du haut de mon mètre quatre vingt, je ne pèse guère plus de 75 kilos. Et pourtant, si, j’ai grossi. Oh, pas des masses, je pesais 68 kilos et je suis passĂ© Ă  74. Sauf que mon bide s’est gonflĂ©, et bien que j’ai effectuĂ© un travail de merde plutĂ´t physique, mĂŞme si au dĂ©but j’ai perdu 2 kilos, en moins de 6 mois, j’en ai repris 3. Et puis, le travail faisait prendre du muscle aux bras et aux jambes, mais ne faisait pas perdre ton bide. Et en plus, depuis, je ne travaille plus lĂ  bas, fort heureusement. Bref, donc, mon ventre Ă©tait toujours prĂ©sent, une petite boule bien agaçante, donc je dĂ©cida de faire un rĂ©gime avant de ne plus voir mon entrejambe, ce qui est pour moi, la limite extrĂŞme qu’il ne faut pas atteindre.

Alors, vous imaginez bien que vu mon poids, le régime ne doit pas être trop drastique, le but est de tourner autour de 70 kilos, pas moins. Le but premier étant de perdre mon ventre.
Comment procĂ©der Ă  un rĂ©gime ? D’abord, analyser sa frĂ©quence d’alimentation. En thĂ©orie, tu manges 3 fois par jour : petit dĂ©jeuner, dĂ©jeuner, et souper. Ensuite, voir la composition de ses repas. Et finalement, voir le Ă  cĂ´tĂ©.
Note : je ne suis absolument pas diĂ©tĂ©ticien ou quoi ce soit approchant. Donc prenez mon avis comme vous le voulez, je n’ai pas forcĂ©ment raison.

La frĂ©quence alimentaire est directement liĂ©e Ă  la quantitĂ© que tu manges. A comprendre, si tu manges 5 fois dans la journĂ©e, tu vas plus manger que si tu ne mangeais que 3 fois. C’est logique. MĂŞme s’il est possible de manger en une fois l’intĂ©gralitĂ© de ce qu’on mangerais en une journĂ©e, je ne pense pas que grand monde pourrait le faire : il faut avoir un sacrĂ© estomac pour rĂ©aliser cet exploit.

La composition des repas est primordiale, évidemment : si tu te gaves de sucreries, tu vas fatalement plus prendre que si tu mangeais des fruits et des légumes.

Enfin, au niveau des activitĂ©s, mĂŞme si on prĂ©tend que c’est le facteur n°1 de la prise de poids, ce n’est pas totalement vrai : effectivement, une personne ne faisant pas de sport sera plus sujette Ă  des prises de poids qu’une personne qui en fait quotidiennement, et cette dernière sera dans tout les cas plus en forme que la première, mais un sportif peut très bien ĂŞtre obèse, et inversement.

Au final, ces 3 points sont aussi importants les uns que les autres. En ignorer un pourra très bien mettre votre rĂ©gime en l’air.
Ma frĂ©quence Ă©tait Ă  4. A midi, Ă  4 heures, le soir, et le soir bis. Avec deux grignotage qui plus est. Donc première rĂ©solution : supprimer le grignotage du soir. Simple question de volontĂ©, et puis, quelques mois après cette rĂ©solution, un nouveau travail m’a facilitĂ© ce “manque”, au vu de ses horaires particulières (travail du matin, je me couche très tĂ´t le soir).

Seconde rĂ©solution : la composition des repas. LĂ , c’est plus compliquĂ©, enfin, cela dĂ©pend.
Petit retour en arrière. Je me souviens, quand j’Ă©tais enfant, me rĂ©galer avec les saucisses blanches et les cervelas. DĂ©jĂ  Ă  l’Ă©poque, j’Ă©tais assez difficile au niveau de la nourriture, et c’Ă©tait la quasiment les seules viandes que je mangeais (il y’avait aussi le poulet) : la majoritĂ© de la charcuterie, je n’aimais pas, et dès que la viande Ă©tait trop dure ou trop grasse, je ne mangeais pas.
Et maintenant ? C’est pire. Je crois que je mange encore moins de viande qu’Ă  l’Ă©poque. Pour deux raisons. De une, par conviction personnelle, parce que j’estime que l’alimentation humaine doit ĂŞtre plus centrĂ©e sur les fruits et les lĂ©gumes, et que la viande et le poisson sont des mets qu’il faut manger de temps en temps, de façon raisonnĂ©e ; en manger quotidiennement va Ă  l’encontre de notre biologie (nous sommes omnivore mais n’avons pas de crocs similaires aux carnivores, nous ne pouvons pas manger la viande crue, notre mode alimentaire est plus basĂ© sur une part de 25% viande 75% fruits et lĂ©gumes, avec possibilitĂ© de manger 100% de fruits et lĂ©gumes sans que l’inverse ne soit possible [Ă  noter que l'ours est, lui, Ă  75% frugivore malgrĂ© ce qu'on croit]), cela a un impact environnemental Ă©norme et, cerise sur le gâteau, en abuser est mauvais pour la santĂ© ; les vĂ©gĂ©tariens/vĂ©gĂ©taliens vous diront mĂŞme qu’il n’y a pas besoin d’en abuser pour impacter sur la santĂ©, et les Ă©tudes leur donnent raison…
De deux, parce que j’ai la dĂ©sagrĂ©able impression que la qualitĂ© n’a cessĂ© de diminuer ces dernières annĂ©es. Je me souviens, petit, que j’adorais le cervelas, j’en mangeais plusieurs tranches avec appĂ©tit, surtout l’Ă©tĂ©, lors des pĂ©riodes de grill. Et puis, un jour, je tombe sur un morceau qui m’a tellement Ă©cĹ“urĂ© que je n’en ai plus mangĂ© pendant plusieurs annĂ©es. Idem pour la saucisse blanche, qui est devenue plus grosse, mais nettement moins bonne. Et cela concerne toutes les viandes, ou presque : la qualitĂ© a baissĂ©, ce qui Ă©tait bon ne l’est plus. Manger de la viande “parce que c’est bon” n’a presque plus de sens.
Et en dehors de la viande, l’eldorado ? Bien sĂ»r que non. La pollution, les pesticides, les rendements qui privilĂ©gient la quantitĂ© au dĂ©triment de la qualitĂ©, mais aussi les alternatives moins chères aux produits sains rendent la nourriture Ă  risque. Il devient dès lors difficile de s’approvisionner les yeux fermĂ©s, et il faudra fatalement se mĂ©fier avant d’acheter. Les livres Toxic et Toxic food m’ont ouvert les yeux sur le sujet. J’en vins donc Ă  faire attention aux produits que je consommais, en prenant soin, par exemple, d’Ă©viter les produits contenant du sirop de glucose-fructose. Et la liste est longue… Alors, Ă©videmment, pour les produits que j’avais dĂ©jĂ , pas question de les jeter : mais au lieu d’en consommer rĂ©gulièrement, je me mis Ă  finir les paquets sur une longue pĂ©riode pour ne plus en prendre par la suite.
Ça vous parait compliquĂ© Ă  faire ? Ça ne l’est pas tant que ça. Au dĂ©but, oui, c’est difficile, car bon nombre de produits dont vous raffoliez passent Ă  la trappe, mais, au vu des alternatives qui existent par milliers, on a bien vite fait de retrouver ses habitudes avec des produits similaires, mais avec des ingrĂ©dients moins dangereux. N’oubliez pas non plus votre odorat, que l’on met souvent de cĂ´tĂ© par flemme ou par habitude : pourtant, mĂŞme si les agrochimistes nous camouflent bien des choses, notre odorat peut quant mĂŞme percer certains de leurs tours !
Et concernant les fruits et lĂ©gumes, privilĂ©giez ceux de saison, les fraises l’hiver, non seulement coutent chères mais n’ont pas de goĂ»t, et dĂ©truisent l’environnement. Idem pour les tomates goĂ»t eau.

Le dernier point, le sport. Je me souviens, au collège et au lycĂ©e, avoir pestĂ© dans cette discipline. Mais en rĂ©alitĂ©, c’est vraiment une bonne chose : non seulement ça nous permet de dĂ©couvrir de nombreuses disciplines, mais aussi et surtout, ça nous permet de nous dĂ©penser au moins une fois par semaine. Sans plus d’Ă©cole, plus de sport obligatoire, et donc, un relâchement fatal ! Et mĂŞme si votre travail est physique, rares sont ceux qui vont mobiliser tout vos muscles. Alors, le sport, il faut en faire !
Bon, alors, j’avoue sur ce point, je peine un peu. Flemme de prendre une habitude rĂ©gulière ; mĂŞme si je fais quelques abdos et quelques Ă©tirements de temps en temps, rien de bien folichon, je devrais faire mieux, et j’en ai conscience >_<

Toujours est-il, qu’avec ces simples mesures, qui ne sont pas vraiment contraignantes, j’ai perdu quasiment 4 kilos en quelques mois. NavrĂ© de ne pas ĂŞtre plus prĂ©cis que cela, mais j’avoue que je n’ai pas vraiment fait attention aux dĂ©tails, vu que mon poids, Ă  aucun moment, n’Ă©tait alarmant.

Donc voilĂ , au final, je suis rapidement arrivĂ© Ă  mon objectif de perte de poids, sans trop de contrainte. Au niveau du ventre, il est un peu parti, mais pas complètement : va falloir que je fasse plus d’abdos pour arriver Ă  un rĂ©sultat dĂ©cent (Ă  comprendre, plus de bedaine, je ne cherche pas Ă  avoir des abdos façon tablette de chocolat non plus).
Alors, pour toutes celles et ceux qui galèrent, je vous conseille vivement de bien faire attention Ă  ces 3 points, et Ă  ne pas dĂ©motiver : rester “normal”, au fond, n’est qu’une conviction qu’il faut suivre quotidiennement : ce n’est pas forcĂ©ment facile, mais ce n’est pas si compliquĂ© non plus.

Popularity: 5% [?]

On va raccourcir en parlant de Logh, hein.

Logh, c’est quoi ? Une vieille sĂ©rie, datant de 1988, qui comporte 110 oav ; oui, oav, parce que chaque Ă©pisode dure 26 minutes environ, soit plus qu’un Ă©pisode classique.
Alors, pourquoi je vous parle d’une vieillerie ? Eh bien, par dĂ©pit. J’en ai tellement souvent entendu parler que je m’y suis mis.
Et, attention, quand je dis “entendu parler”, il faut se remettre dans le contexte : chaque avis, chaque critique, chaque personne m’en ayant parlĂ© m’en a dit que du bien. Une sĂ©rie gĂ©niale, superbe, rĂ©aliste, politique, bien meilleure que Macross et autre Gundam, ou pour une fois y’a pas de mecha irrĂ©aliste…

ArrĂŞtons nous un instant. DĂ©jĂ , comparer une sĂ©rie de science fiction avec Macross ou Gundam en les dĂ©nigrant, ce n’est pas la meilleure façon de me donner envie. Je ne suis pas fan ultime, certes, mais cracher sur Macross Zero ou Macross F, c’est un peu me provoquer.
Alors, concernant les mecha, je suis le premier Ă  dĂ©plorer cette passion japonaise pour ces robots imaginaires qui ne m’ont jamais vraiment intĂ©ressĂ©s, et que je ne trouve pas forcĂ©ment cool, sans oublier le fait qu’effectivement, les mechas, au niveau rĂ©alisme, ne sont pas vraiment d’actualitĂ©.
Mais prĂ©tendre que Macross & co sont mauvais juste parce qu’ils ont des mecha, excusez moi, mais c’est une critique dĂ©plorable du niveau ras des pâquerettes, du mĂŞme niveau que “vous ĂŞtes amĂ©ricain ? Alors vous ĂŞtes pour la guerre en Irak” (vieille vidĂ©o, mais elle m’avait bien fait marrer, Ă  l’Ă©poque).

Ensuite, bon, ça, ce n’est un secret pour personne, mais niveau graphismes, Logh fait dans le très basique, pour ne pas dire dans le moche. Et ce, sans mĂŞme parler du design gĂ©nĂ©ral, très annĂ©es 80, mais bel et bien du tout, c’est Ă  dire, l’animation, les scènes de combats, les dĂ©cors… Tout est passable, et l’anciennetĂ© de l’œuvre ne l’excuse pas.
Ceci dit, pour contre balancer cette critique, il y’a une chose que je dois admettre : la qualitĂ© reste la mĂŞme tout le long de la sĂ©rie, et ça, c’est une très bonne chose, et c’est mĂŞme, des fois, rare ; la qualitĂ© pouvant changer d’un Ă©pisode Ă  un autre, ou pire, dans le mĂŞme Ă©pisode, allant du beau au laid : ici, on a que du passable, le niveau ne baissera pas.

Mais les beaux graphismes ne font pas les bonnes sĂ©ries, et inversement, donc, mettons de cĂ´tĂ© les graphismes et l’animation, n’oublions pas l’annĂ©e de production, et passons au reste.
Une série très politisée et très réaliste, donc.
Pour la politique de la sĂ©rie, effectivement, c’est une sĂ©rie très politisĂ©e et issue de la rĂ©alitĂ©, Ă  comprendre, plusieurs factions, un corps politique, militaire, policière, et les citoyens Ă  proprement parler. C’est cool. Sauf que… De un, tout est imaginaire : n’espĂ©rez pas y trouver une quelconque trace de politique actuelle, l’histoire se dĂ©roule en 2500 et des brouettes. Et puis, ne faisant parti d’aucun parti, justement, la politique, globalement, m’ennuie profondĂ©ment. Ce sont des gens qui se croient importants alors que c’est leur poste qui est important, et qui vont se tirer dans les pattes comme des Ă©coliers, Ă  la diffĂ©rence que ça impliquera des milliers, voir millions de personnes, et que ce sera tĂ©lĂ©visĂ©. L’aspect politique n’est donc pas vraiment un avantage, pour moi.

Passons au rĂ©alisme. Alors lĂ , si je serais mĂ©chant, je pourrais facilement rigoler de voir la technologie futuriste qui envoie des fax Ă  la vitesse de la poste locale, ou des tĂ©lĂ©phones qui sont en rien rĂ©alistes au vu des tĂ©lĂ©phones actuels, me rire de cette soi disant colonisation d’une galaxie entière alors qu’on a Ă  peine pu poser le pied sur la lune, sans jamais pouvoir y vivre. Je pourrais mĂŞme crier Ă  l’imposture quand on voit une vieille femme se prĂ©senter comme venant de la planète Pluton, alors que ce n’est pas une planète mais une masse gazeuse…
Mais, j’avoue, ce serait très bĂŞte et très mĂ©chant, parce qu’il est Ă©vident qu’il n’est pas possible de prĂ©voir le futur, qu’il soit proche ou lointain, que ce soit les nouvelles technologies ou les nouvelles dĂ©couvertes.

Donc, mettons de cĂ´tĂ© ceci, et prenons en compte qu’il n’y a pas de mecha, ce qui est sympa effectivement.
RĂ©aliste, alors ? Vous m’excuserez, mais, pas du tout. Je prends 2 exemples significatifs : en premier lieu, les 2 “hĂ©ros”, chacun Ă©voluant dans un camp. Des gĂ©nies, ça existe, oui, mais Ă  ce point… En fait, c’est bien simple : TOUTES leur stratĂ©gie rĂ©ussissent, et pourquoi ? Parce qu’ils arrivent Ă  deviner toutes les pensĂ©es de leurs adversaires. Et Ă©videmment, Ă  part les personnages principaux, les autres ont des stratĂ©gies et des rĂ©actions stupides. Alors, des fois, ça passe, mais d’autres fois, c’est carrĂ©ment grotesque.
Je prends pour exemple le premier combat que se font Weng li et Reinhard, alors qu’ils ne sont pas encore vraiment reconnus : dĂ©jĂ , pour une raison qui m’Ă©chappe encore, les deux ont entendu parler de l’autre : comment est-ce possible, alors qu’Ă  ce moment, ils occupent des postes insignifiants ?
Passons. La flotte de Reinhard est encerclée par 3 flottes ennemies, et 3 fois plus de vaisseaux. Ok. La stratégie des 3 flottes est un encerclement et un anéantissement ; normal.
Reinhard va alors foncer sur l’une des flottes pour la percer et s’en dĂ©faire, lĂ  encore, c’est une stratĂ©gie pas si difficile Ă  trouver que ça ; quand la souris est acculĂ©e, elle peut mordre, c’est connu.
Le truc, c’est que Yang avait averti son supĂ©rieur, qui l’a ignorĂ©. Après ça, dans une situation normale, alors que la flotte adverse fait encore le double de la tienne, tu fuirais. Ici, non. Reinhard prend de revers la seconde flotte (comment prendre de revers une flotte alors qu’on est seul ? Bonne question) et arrive Ă  l’anĂ©antir elle aussi.
Je vous passe les dĂ©tails, mais c’est grâce Ă  Yang que le reste survit, parce que les autres amiraux Ă©taient dĂ©cidĂ©ment trop cons pour rĂ©agir de façon raisonnable.
… Allez, on va dire que c’Ă©tait 3 abrutis, qu’ils se sont laissĂ©s dĂ©passĂ©s par les Ă©vènements, bla bla, voilĂ , ok.
Reste un point pas vraiment négligeable, qui semble échapper à toute logique dans cette série : les pertes.
Qu’une petite flotte arrive Ă  vaincre une flotte ennemie, ok, c’est concevable. Mais qu’ils ne subissent aucune perte ?! Dans l’histoire que je viens de vous conter, rappelez vous : au dĂ©part, l’ennemi de Reinhard est 3 fois supĂ©rieur Ă  lui. 3 fois ! Ensuite, elle est 2 fois plus Ă©levĂ©e que sa flotte, ce qui implique qu’il n’a subit aucune perte ? Est-ce seulement possible ? Sont-ils si stupides qu’ils n’ont pas tirĂ©s une seule fois ???
Autre exemple chiffrĂ© sur une des batailles : d’un cĂ´tĂ©, une flotte de 20000 vaisseaux, de l’autre, 2 flottes de 15900 et 15200. Avantage numĂ©rique pour les 2 flottes, donc. Et au niveau des pertes ?
Pour la flotte de 20000 vaisseaux… 86 pertes. Ok. Et c’est lĂ  que ça devient drĂ´le. De l’autre, 6220 vaisseaux perdus et 8490 !!!
Attendez, je veux bien que le contexte de la bataille leur était défavorable, stratégie tout ça, mais plus de 30000 vaisseaux qui arrivent même pas à détruire 100 vaisseaux ?!!

Et les tirs, parlons en ! C’est totalement grotesque : les ordres, les tirs et les impacts sont systĂ©matiquement rĂ©alisĂ©s en l’espace d’une poignĂ©e de secondes, alors mĂŞme qu’ils parlent de plusieurs milliers de kilomètres, voir d’annĂ©es lumières entre les ennemis ! D’après un peu de logique et de rĂ©alisme, un tir pourrait donc ĂŞtre Ă©vitĂ© très facilement, surtout que les affrontements se passent dans l’espace, ou on peut se mouvoir Ă  360°… Ben non, ils mangent les tirs tranquillement, parce qu’ils vont plus vite que la lumière, je suppose ?

Bref, d’un point de vue rĂ©alisme, c’est pas trop ça, voir les personnages principaux systĂ©matiquement triompher face aux figurants est aussi crĂ©dible que de voir James Bond vaincre une organisation Ă  lui tout seul, en Ă©vitant les balles.
Après, oui, Ă©videmment, tout les personnages principaux ne sont pas logĂ©s Ă  la mĂŞme enseigne, certains sont blessĂ©s, d’autres meurt, mais c’est Ă  chaque fois le prĂ©texte pour changer plus ou moins radicalement le scĂ©nario, pour donner un aspect pseudo dramatique Ă  la chose.
Je n’oublie pas les dernières paroles, systĂ©matiques, de tout les personnages importants… Quel manque de rĂ©alisme, quel pseudo drame ! Dans certains cas, ok, on peut encore dire quelque chose avant de mourir, mais dans la majoritĂ© des cas, on meurt sans rien pouvoir dire. Ou alors, on meurt en pleurant. Ici, pas de larme, pas de mort directe, pas de gens qui craquent au seuil de leur vie : d’abord on dit une jolie phrase voir un joli discours, et après on meurt. Ou mĂŞme, des fois, malgrĂ© qu’une barre mĂ©tallique vous ait traversĂ© le corps au niveau du cĹ“ur, on philosophe d’abord, on ramène sa flotte ensuite, puis on rephilosophe et on donne ses dernières volontĂ©s, et après seulement on meurt. Faut savoir garder ses prioritĂ©s, quoi.

Alors, je suis dur avec cette sĂ©rie, oui, mais, une fois encore, c’est parce qu’on m’en a dit que du bien : j’imaginais mieux, je suis bien déçu.
Après, je ne vais quand mĂŞme pas dire que la sĂ©rie est mauvaise, non, mais je la trouve trop simpliste pour ĂŞtre rĂ©ellement crĂ©dible, et pas assez bien rĂ©alisĂ©e pour qu’elle soit vraiment accrocheuse.

Cependant, je me dois de dire qu’il reste Ă  cette sĂ©rie une certaine prestance, de par son sujet, et de par les aspirations des personnages : nous sommes très loin d’une amourette de printemps ou du sauvetage du monde, l’anime voit les choses en vraiment grand, et s’en donne les moyens de par son scĂ©nario.
Et puis, ne boudons pas notre plaisir, avouons que les personnages sont, pour la plupart, charismatiques, mĂŞme si certains sont dĂ©cidĂ©ment trop clichĂ© pour qu’on puisse vraiment les apprĂ©cier (Biffenteld restant le meilleur exemple, je pense).
Admettons aussi que certaines parties du scĂ©nario amènent des surprises et/ou des parties vraiment intĂ©ressantes. Admettons aussi que les 2 hĂ©ros, Reinhart et Yang, sont plutĂ´t sympa, mĂŞme si leur personnalitĂ© n’est pas du tout identique.
Mais cela, pour ma part, ne suffira pas Ă  en faire un bon anime. Certes, j’ai bien regardĂ© les 110 Ă©pisodes sans trop rechigner, mais que je l’ai maintenant terminĂ© ne me fera pas vraiment de vide.

En fait, dans le genre, une série bien plus courte, pas forcément plus jolie, mais tellement mieux réalisée, tellement plus riche, bien plus intéressante, que je vous conseille : Crest of the stars.
Point de mecha non plus, et une série approchant bien plus le réaliste que Logh, enfin, pour moi.
On pourra me rĂ©torquer que Crest of the stars est beaucoup plus conventionnelle de par sa construction, basĂ©e sur 2 adolescents qui vont en plus donner une certaine romance Ă  la sĂ©rie : peut ĂŞtre bien. Peut ĂŞtre que plus de romance dans Logh m’aurait mieux fait apprĂ©cier la sĂ©rie, et il est vrai que j’ai bien aimĂ© la partie romance de Julian notamment, enfin, au dĂ©but surtout (par la suite, ça devient beaucoup plus conventionnel et clichĂ©), le reste Ă©tant assez basique (je suis ton aide de camp, on est tout le temps ensemble, ça te dit qu’on se marie ?). Peut ĂŞtre, effectivement.

Un mot sur la fin, tout de mĂŞme, pour conclure. Eh bien, sympa. C’est suffisamment rare pour le souligner, mais c’est bien amenĂ©. On pourra regretter le dĂ©clencheur qui survient un peu brutalement -mĂŞme si on pouvait s’y attendre puisque amenĂ© Ă  plusieurs reprises- mais ça reste bien construit.
Je regrette surtout la fin de la confrontation, amenĂ©e de façon un peu pitoyable, mais on va dire que ça renforce le rĂ©alisme, tout le monde ne meurt pas d’une superbe fin sur le champ de bataille.
M’enfin, au niveau de la fin, je ne peux pas vraiment en dire plus sans spoiler comme un goret, donc je vais m’arrĂŞter.

Toujours est-il que je trouve Logh dispensable : dans le genre, il y’a mieux, plus rĂ©cent et, surtout, plus court….

Une magnifique scène de combat ! Avec les petits rayons bleu qui fusent de partout. Super.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Karin. Je le fais en version courte… Son nom complet ? OubliĂ©.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Le type intègre et sympa que personne ne peut détester. Enfin je crois.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Le regard qui tue.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Reunhard et Mittermeyer, les deux amis. J’avoue avoir une prĂ©fĂ©rence pour Reunhard, bien plus classe.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

“finalement, je veux pas savoir” :x
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Par contre, niveau hémoglobine, le réalisme est de mise. Pas de censure ni de pitié, et on aura même droit à des entrailles et des corps brulés, des fois. Vous êtes prévenu.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Legend of the Galactic Heroes (logh)

Oberstein, le mal aimĂ©. Moi je l’aime bien, parce que c’est le plus intègre, finalement, et celui qui n’a aucun objectif personnel. Ça change de nos politiques, mais ça le rend particulièrement glaciale.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Oui, bah, je vous avais prévenu que je trouvais Karin intéressante. Au début surtout.
Legend of the Galactic Heroes (logh)

Note : j’ai fais exprès de pas mettre les personnages principaux, si vous faites une recherche internet, c’est quasiment les seuls qui ressortent, alors, je compense.

Popularity: 9% [?]

L”Ă©pisode 4 est sorti, et va vous faire rentrer dans un monde Ă©trange, avec notamment des poneys roses… http://www.dailymotion.com/video/xrrb21_anichiban-4-mon-petit-poney_webcam

Popularity: 4% [?]