2013 janvier | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Little Big Adventure, ou LBA, c’est un peu un de mes jeux vidĂ©os qui m’a le plus marquĂ©, Ă  l’Ă©poque. Oui, parce que c’est un vieux jeu, sorti en 1994. Putain, bientĂ´t 20 ans !
Il m’avait marquĂ© pour tout un tas de raisons, notamment par ses musiques, juste sublimes, ses graphismes, magnifiques Ă  l’Ă©poque de la 2d -c’est de la 3D, isomĂ©trique certes, mais ça reste de la 3D, son originalitĂ© sur tout un tas de points (c’est une sorte de zelda/RPG, avec inventaire, barre de vie, de magie, armes, Ă©nigmes, recherche, etc), son aventure, sa libertĂ©, et puis aussi parce que le jeu est Français, ce qui est suffisamment rare pour le souligner.

Bref, LBA, une perle, qui reste encore un excellent souvenir pour moi. Tout y Ă©tait parfait, mĂŞme son niveau de difficultĂ©, bien que certaines parties Ă©taient vraiment difficiles (le temple de BĂ», les ennemis dans la piscine, ceux lĂ  m’ont fait perdre des dizaines de fois, horrible). Ou presque. Oui, tout y Ă©tait parfait, mais quelques points pouvaient fâcher… En premier lieu, et de trèèèèèèèèèèès loin, le fait que Twinsun, le hĂ©ros, se cognait dans les murs, juste en courant. Je crois d’ailleurs que ce fut la mort la plus souvent subie, ce qui est assez honteux pour un hĂ©ros de jeu vidĂ©o…

L’histoire y est simple mais suffisamment bien contĂ©e et ayant de nombreux rebondissements pour qu’on s’y accroche. Twinsen est un jeune homme comme les autres, un jeune Quetsch (la planète est composĂ©e de 4 espèces), ayant une femme aimante, une maison, avec lequel on se retrouve… Dans un asile. Et oui ! Car notre jeune hĂ©ros a fait des rĂŞves Ă©tranges, de fin du monde et de la face cachĂ©e de la planète, ce qui n’a pas du tout plu au dictateur, qui l’a donc enfermĂ©. Twinsen se libère, mais peu de temps après, sa femme se fait kidnapper. Il va donc aller sauver sa donzelle et, accessoirement, sauver le monde, une bagatelle !

Je vous passe les dĂ©tails, mais bon, au final, Twinsen sauve sa femme et le monde, et arrive Ă  se dĂ©faire du dictateur, Funfrock. LBA 2 commence quelques temps après cette ère, le monde est apaisĂ©, la femme de Twinsen (ZoĂ©) est enceinte, la vie est belle…

LBA 2

Et un jour, un terrible orage survient, blessant le dragon ami de Twinsen. La première aventure va donc nous demander d’aller chercher des mĂ©dicaments pour soigner le dragon, et, bien sĂ»r, il va vous falloir parcourir je ne sais combien de centaines de kilomètres pour ce faire !
LĂ  encore, je vous passe les dĂ©tails, après plus de 10 ans je pense qu’il y’a prescription (oui, moi je fais les jeux 10 ans après, c’est tellement cool d’ĂŞtre has been), mais de fil en aiguille, on va assister Ă  l’arrivĂ©e d’une race extraterrestre qui se rĂ©vĂ©lera bĂ©liqueuse, et vla notre ami reparti pour sauver le monde, encore une fois. Ça commence Ă  bien faire, merde ! Et en plus, cette fois, mĂŞme pas besoin de sauver ZoĂ©. Enfin, si le monde explose, sauver le monde, ça la sauve aussi. Oui mais mĂŞme. Enfin bref.

Je vous le disais prĂ©cĂ©demment, la mort la plus souvent subie dans LBA, ce fut la mort du mur. Bonne nouvelle : ce problème est corrigĂ©, et quel plaisir d’enfin pouvoir courir sans peur de se manger les murs ! Pour le reste, tout les graphismes et le gameplay du jeu sont soigneusement conservĂ©s, et franchement, c’est une bonne idĂ©e, vu que ce style de jeu est fort plaisant Ă  jouer. Certes, on pourra quand mĂŞme dire qu’Ă  certains moments, l’Ă©valuation des distances n’est pas aisĂ©e, voir, est foireuse, mais c’est uniquement le cas Ă  quelques zones du jeu, ce qui est très largement excusable.
On pourra aussi s’attrister de voir que le moteur graphique n’a subit que quelques amĂ©liorations, notamment un ptit coup de lissage, mais bon, ce n’est pas trop grave, ça reste agrĂ©able Ă  voir et Ă  jouer.

LBA 2

HĂ©las, cela, ce ne sont que des dĂ©fauts mineurs, attaquons les plus gros dĂ©fauts du jeu, Ă  savoir, et ça, je le dis de façon vraiment attristĂ© : les musiques et l’histoire.
Pour les musiques, peut ĂŞtre que le format du pc joue, toujours est-il qu’elles bugguent Ă  mort, au point ou je n’ai pas pu Ă©couter une seule piste complète ! Un scandale quand on connait la qualitĂ© musicale du premier opus !

Allez, ok, on va dire que le fait de jouer au jeu 10 ans plus tard a rendu les pistes sonores du jeu incompatibles avec celles des pc next gen, et qu’Ă  la base, les musiques Ă©taient Ă©coutables, et au niveau du premier opus, enfin j’espère. Et je confirme, merci youtube.

Pour le second problème, par contre… Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir Ă©tĂ© plus jeune Ă  l’Ă©poque pour mieux apprĂ©cier le premier opus, si ce sont les attentes que j’avais vis Ă  vis de ce second opus ou si, simplement, c’est rĂ©ellement l’histoire qui est beaucoup moins intĂ©ressante que le premier opus, ou, plus prĂ©cisĂ©ment, le dĂ©roulement de l’histoire, la trame de fond, la magie du jeu.
LBA 1, c’Ă©tait un jeu ou la sensation de libertĂ© Ă©tait Ă©norme Ă  mes yeux, ou l’on ne savait que rarement quoi faire et ou aller, et, du coup, ou on explorait de fond en comble le jeu pour trouver des prĂ©cieux indices et continuer le jeu. LBA 2 est beaucoup plus guidĂ©, il y’a peu de sensation de libertĂ©, sauf au dĂ©but ou j’ai bien galĂ©rĂ© Ă  soigner le dragon, pour la suite, c’est suffisamment indiquĂ© pour que tu puisses trouver ta route facilement et rapidement.
De plus, LBA proposait des protagonistes et des histoires intĂ©ressantes, ou l’on avait envie de s’impliquer et d’aider les gens, or, lĂ , on n’aide pas grand monde au final, et les protagonistes sont pas vraiment intĂ©ressants…
LBA savait aussi mixer une certaine simplicitĂ©, une naĂŻvetĂ© et, en mĂŞme temps, des traits beaucoup plus sombre ; ici, le jeu semble beaucoup plus axĂ© sur les enfants, l’aspect sombre est gommĂ© pour faire place Ă  une histoire bien sympa mais pas vraiment poussĂ©e.
Certains doublages de LBA 2 sont franchement ratĂ©s, les intonations peuvent Ă©nerver ou dĂ©primer, mais ça, ça va encore on va dire, dans le domaine, il y’a largement pire.
Enfin, les mĂ©chants de l’histoire… LBA proposait un mĂ©chant unique que l’on traquait tout le long du jeu, un mĂ©chant charismatique, cruel, sanguinaire, qui n’hĂ©sitait pas Ă  tuer ses pions, ici, c’est l’inverse : pendant la moitiĂ© du jeu, on ne sait pas qui est le mĂ©chant, puis, pendant 45% du jeu, on a juste droit au nom des mĂ©chants, “l’empereur” et “dark monk” ; l’un Ă©tant une personne jamais rencontrĂ©, l’autre Ă©tant une supposĂ©e divinitĂ©..
Alors, oui, on peut faire en sorte de cacher l’apparence du mĂ©chant tout en lui donnant la classe, Fly y arrive d’un main de maĂ®tre ; LBA 2 par contre, pas du tout. Pourquoi ? Eh bien parce qu’on ne connait absolument pas la motivation des mĂ©chants ! Et lorsqu’on la connait, d’une, elle est stupide et simpliste, de deux, l’empereur meurt… Laissant la place au vrai mĂ©chant de l’histoire, et lĂ , un magnifique WTF se fait savoir : en fait, c’est FunFrock. ???????????????? Pourquoi ? Pourquoi il est pas mort ?Comment est-il arrivĂ© sur la planète ? Comment il est rentrĂ© en contact avec l’empereur ? Comment a t-il rĂ©ussi Ă  se faire passer pour une divinitĂ© ?
N’espĂ©rez pas de rĂ©ponse : il n’y en a pas. Et, cerise sur le gâteau, l’apparence de l’ex-tyran a Ă©tĂ© remaniĂ©… Pour en faire une figure grotesque du mĂ©chant super mĂ©chant !
On dirait vraiment que les crĂ©ateurs n’avaient aucune idĂ©e de qui mettre en mĂ©chant, alors ils ont repris le prĂ©cĂ©dent, ce qui est une connerie sans nom, tant c’est un non sens d’un point de vue scĂ©naristique.

Je vous disais un peu plus haut que LBA 2 est plus tournĂ© vers l’enfantin, avec l’histoire moins sombre, les mĂ©chants stupides, mais il y’a aussi la difficultĂ© : plus aucun niveau rĂ©ellement difficile. On pourrait citer le dernier niveau, celui avant d’affronter Funfrock, car les ennemis font mal et sont solides, mais bon, Ă  ce moment, on a des armes ultimes qui empĂŞchent rapidement les adversaires de contrer, et puis, si on a fait le plein de trèfles (qui Ă©vitent le game over), c’est très faisable, j’en ai utilisĂ© 2 ou 3 seulement, alors que j’en ai une bonne dizaine en stock.

Oui, j’avoue, encore une fois, j’ai plus particulièrement mis en avant les dĂ©fauts du jeu, mais j’ai surtout fait cela au fait de mon quart de dĂ©ception par rapport au premier opus. Quart seulement, car malgrĂ© tout, LBA 2 est un jeu très agrĂ©able et plaisant Ă  jouer, on ne s’y ennuie pas une seule seconde, et le jeu propose plusieurs quĂŞtes annexes sympa, souvent pour rĂ©cupĂ©rer des cartons de trèfles et des trèfles verts, mais ça permet de se dĂ©tourner de l’aventure principale pour aller flâner un peu, ce qui reste toujours sympa. La maniabilitĂ© y est bonne, sauf Ă  quelques endroits comme dit, mais ça reste très facile Ă  jouer et Ă  prendre en main. De nouveaux mouvements ont Ă©tĂ© rajoutĂ©, x + flèche directionnelle vous faisant glisser Ă  gauche, droite, devant ou derrière plutĂ´t rapidement, ce qui est un plus bien vu (que je n’ai dĂ©couvert que tard dans le jeu :/). En fait, toutes les qualitĂ©s du premier opus ont Ă©tĂ© gardĂ©, voir, amĂ©liorĂ©s, ce qui, Ă  la base, en fait un excellent jeu, tant le gameplay de LBA Ă©tait gĂ©nial. Les rajouts sont mineurs mais plutĂ´t que de parler d’un renouveau du jeu, parlons plutĂ´t d’une suite, ou mĂŞme, d’une continuitĂ©, qui ravira Ă  coup sur les fans, mais aussi les autres, surtout les enfants-adolescents, mĂŞme si, pour apprĂ©cier pleinement ce second opus, le passage sur le premier est indispensable.

Bref, LBA 2, malgrĂ© tout, j’ai aimĂ©. Moins que le premier, mais j’ai quant mĂŞme aimĂ©. A titre de comparaison, si je pourrais mettre sans hĂ©sitation un 18/20 au premier, pour celui-ci, je mettrais un 15/20, ce qui reste un bon jeu, voir, un très bon jeu. A dĂ©couvrir ou redĂ©couvrir ! Et gaffe aux murs !

Lba 2
Une Ă©preuve plutĂ´t simple

Lba 2
On approche de la fin..

Lba 2
Un village d’abrutis…

Lba 2
Le jeu est ponctuĂ© de boss, un excellent point, surtout qu’ils sont placĂ©s aux bons endroits, et ni trop dur ni trop simples

Popularity: 20% [?]