2015 janvier | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Quand j’Ă©tais petit, en dehors des jeux et des dessins animĂ©s, j’avais une grande passion : les jeux vidĂ©os. J’y consacrais des après midi entières, pas des nuits ou journĂ©es, les parents veillaient Ă  ce qu’on n’abusent pas trop, mais peu importe : les week end et mercredi après midi, on passait notre temps Ă  jouer sur la console : Mario, Zelda, Megaman, Batman, Cobra triangle, Les simpson, Hook… Pas forcĂ©ment la plus grosse ludothèque du monde, mais des jeux suffisamment long et difficiles pour s’amuser un temps durant !

Oui, un temps seulement car rapidement, la Super Nes arriva, et son lot de jeux : Mario kart, F-zero, Starwing, Smash tennis, Dragon ball z, Zelda, Donkey kong country… Que de bons jeux encore une fois !

Puis vint la Playstation avec sa rĂ©volution en 3d, Destruction derby, Wipeout, Tekken, FF7, Rival school, X treme games, Rayman, j’en passe et des meilleurs !

Et entre temps, toujours des portables, avec beaucoup moins de jeux mais des bons jeux malgrĂ© tout. A cette pĂ©riode, je notais les jeux, les critiquait, achetaient des magazines de jeux que je lisais intĂ©gralement, bref, j’Ă©tais Ă  fond sur le sujet.

Puis… J’arrĂŞtai un temps pour me consacrer plus aux animes, et me tourna vers quelques jeux pc.
Je continua avec les consoles portables mais avec un nombre de jeux restreints, et uniquement des valeurs sures (FF, Mario kart, Street fighter, etc).

Quelques annĂ©es passèrent, et les jeux vidĂ©os me manquèrent. Je commença par jouer Ă  quelques jeux d’antan qui m’attirait, comme FF III, IV, V, VIII et IX, LBA 2, Ecco the dauphin, les vieux Megaman puis je me mis sur des jeux rĂ©cents, dans un premier temps sur portable 3DS, en sĂ©lectionnant les jeux dans le top des meilleurs.

Et, franchement… DĂ©ception. Mario kart 3Ds, Bravely Defaut, Pokemon Y, Zelda ocarina of time, Mario & Luigi dream team…
Non pas que ces jeux soient mauvais, bien au contraire, mais aucun ne m’aura fait vibrer comme j’ai pu vibrer avec les jeux d’antan. Bien sĂ»r, il y a l’aspect “je suis devenu trop vieux” qui rend mon amusement plus difficile Ă  contenter, mais le problème majeur de ces jeux, c’est l’originalitĂ© zĂ©ro. En fait, c’est bien simple : sur tout les meilleurs jeux de n’importe quelle console, la majoritĂ© sont des suites de suites de licences existantes depuis des annĂ©es.
Et donc, on me promettait des jeux exceptionnels, je n’ai vu que des bons jeux sans surprise. Pokemon Y est plus beau et plus complet que Pokemon bleu, mais il n’apporte rien de majeur, idem pour Mario kart.
Ocarina of time est magnifique et immersif, tout comme Zelda 3 l’Ă©tait dĂ©jĂ .
Bravely defaut aurait certainement Ă©tĂ© le RPG du siècle… Au siècle dernier.
Dream team est un bon RPG, mais il n’apporte rien dans le domaine.

En fait, mis Ă  part les graphismes, le cĹ“ur du jeu vidĂ©o n’a pas Ă©voluĂ© depuis l’Ă©poque de la NES et de la super nes. Les jeux d’antan n’ont pas Ă  pâlir par rapport aux jeux prĂ©sentes. Bien sĂ»r, pour des enfants commençant par les consoles nouvelles gĂ©nĂ©ration; ils vont vibrer comme j’ai vibrĂ© Ă©tant enfant, car ces jeux conservent toutes les qualitĂ©s des premiers opus avec des graphismes actualisĂ©s, mais pour des personnes adultes ou celles ayant jouĂ© Ă  des versions antĂ©rieurs, ces nouveaux jeux n’apportent que si peu. L’avenir du jeu vidĂ©o passerait-il par le renouvellement infini des licences connues sans aucune prise de risque ? Les anciens joueurs sont-ils condamnĂ©s Ă  ne trouver que des remake des jeux qui les auront bercĂ©s dans leur enfance ? On dirait bien que oui.

Certains me rĂ©torqueront que j’exagère et qu’il y a encore des jeux innovants qui arrivent, c’est vrai, mais ils sont rares, très rares.
On me dira alors que vu les coĂ»ts de dĂ©veloppement actuel, les Ă©diteurs prĂ©fèrent miser sur du sĂ»r, et c’est tout Ă  fait vrai, le but n’est pas de les ruiner et de tuer les jeux vidĂ©os, mais plutĂ´t que de tout miser sur les graphismes, ils feraient mieux des fois de ce concentrer sur le gameplay, comme le font certains dĂ©veloppeurs indĂ©pendants.
Plus facile Ă  dire qu’Ă  faire, c’est vrai, c’est une grosse prise de risque qui doit non seulement faire face aux critiques, aux joueurs, Ă  la qualitĂ© mais aussi Ă  la concurrence, mais c’est en dĂ©pit des joueurs.

Comme le cinĂ©ma, le jeu vidĂ©o s’engage dans une voie sans issue, très rentable et vendeuse, mais pour combien de temps ? Le public ne va t-il pas se lasser Ă  un moment ou Ă  un autre ?

Popularity: 16% [?]