ï»ż Ma rĂ©solution 2012 | Mes-idĂ©es

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

J’Ă©cris cet article avant le fameux dĂ©compte du 31 dĂ©cembre 2012, et, Ă  vrai dire, ma rĂ©solution a Ă©tĂ© prise il y’a quelques mois dĂ©jĂ , parce qu’une bonne rĂ©solution ne se prend pas qu’une seule fois par an, Ă  une date dĂ©terminĂ©e, mais au jour-mĂȘme ou ladite rĂ©solution te vient dans la tĂȘte, et une fois que t’as dĂ©terminĂ© si c’Ă©tait une bonne idĂ©e, en pesant les pour et les contre.

Alors, une seule rĂ©solution, oui, mais une rĂ©solution de poids. En effet, je vais… Changer ma vie. Ah ouais, quant mĂȘme. Non, plus sĂ©rieusement, je vais arrĂȘter de faire semblant, et rĂ©aliser mes vraies passions.
Exit la personne qui tente de plaire aux autres, suivant leurs avis, qui Ă©vite de les froisser.
J’ai essayĂ©, durant 28 ans durant, de mettre mes vraies envies de cĂŽtĂ©, parce que je les jugeait hors normes, en dehors de la vie comme vous pourriez la dĂ©finir… RĂ©sultat : je ne me suis jamais senti bien. Que ce soit dans mes loisirs ou dans mes travails, je n’ai jamais Ă©tĂ© rĂ©ellement Ă  l’aise.
Oh, bien sĂ»r, j’avais tentĂ©, de ci, de lĂ , quelques timides incursions dans des domaines qui me plaisaient, mais sans rĂ©elle conviction, pour toujours me retrouver Ă©carter, et continuer ma vie sans.

Le dĂ©clic ? Mon dernier travail, vĂ©ritable horreur, dans tout les sens du terme. Non seulement il n’a rien Ă  voir avec ma formation initiale, mais en plus, je me vois travailler pour une misĂšre, entourĂ© de chefs tous (ou presque) incompĂ©tents et favoritistes, de collĂšgues quasiment tous idiots (pour rester poli), d’un communautarisme Ă  vomir, d’un travail pĂ©nible, aussi bien physiquement que moralement, d’une perspective d’avenir nulle, ou quasi-nulle, et une motivation qui baisse de jour en jour, de semaine en semaine. Pas un seul jour ne passe sans que je ne maudisse ce travail. Une horreur absolue.

Alors, rĂ©signĂ© ? Pas du tout. J’ai dĂ©cidĂ© de me relancer dans les Ă©tudes, dans un domaine totalement diffĂ©rent de ma formation initiale, mais qui me plaĂźt. J’ai commencĂ© cela il y’a 2 mois environ.
En plus de cela, il y’a 6 mois dĂ©jĂ , j’ai un peu fait le mĂ©nage dans mes noms de domaines.
Dans le mĂȘme ordre d’idĂ©e, certains sites vont ĂȘtre refaits, leur rĂ©novation a dĂ©jĂ  commencĂ©, d’autres vont devoir ĂȘtre promus afin qu’ils acquiessent un peu plus de renommĂ©.
Et pour finir, concernant mes loisirs, je vais lĂ  aussi tendre vers ce que j’aime vraiment.

Travail, loisir, internet : tout va changer. Enfin, pour le net, disons que ça va plutÎt se renforcer, vu que le net est le seul média que tu peux pratiquer sans avoir à subir le regard des autres.

Alors, vous allez me demander : “mais pourquoi t’ĂȘtre contenu ? T’avais peur ? Peur de quoi ?”
Eh bien, je dirais, 3 choses. De un, les perspectives d’avenir, qui Ă©taient, Ă  l’Ă©poque, assez restreinte dans ce genre de mĂ©tier. De deux, le salaire qui y Ă©tait liĂ©, trĂšs faible, Ă  la hauteur du smic, guĂšre plus, mĂȘme prĂšs de la retraite ; directement liĂ©, “toute peine mĂ©rite salaire”, or, les mĂ©tiers envisagĂ©s Ă©taient rudes, et ne donnaient pourtant ni salaire Ă©levĂ©, ni pouvoir. Et de trois, socialement, je ne sais que trop bien que ce domaine est considĂ©rĂ© comme “Ă©trange”.

Ce n’Ă©tait donc pas spĂ©cialement une peur, encore que, mais c’Ă©tait surtout un calcul rĂ©alisĂ© pour mon avenir : je ne me vois pas, Ă  65 ans, avoir une retraite (en considĂ©rant qu’on en aura encore) si misĂ©rable que je doive continuer Ă  trimer pour des clopinettes.
Seulement, plusieurs facteurs ont changĂ©. D’abord, la perception du milieu s’est amĂ©liorĂ©. Alors, ça reste un domaine “marginal”, qui n’est pas spĂ©cialement bien acceptĂ©, mais il y’a une Ă©volution, en espĂ©rant qu’elle continue. Ensuite, au niveau perspectives, lĂ  par contre, l’amĂ©lioration est notable, trĂšs notable, et, directement liĂ©e, le salaire et le pouvoir engendrĂ© ont augmentĂ©, et tendent Ă  augmenter.
Pour finir, le fait d’avoir eu Ă  faire des boulots qui allaient Ă  l’encontre de mes convictions, ou qui ne m’intĂ©ressaient pas plus que cela, m’a fini de me donner envie de faire semblant.

Je vous venir : vous allez me traiter de matĂ©rialiste qui dĂ©sire argent et pouvoir, mais en fait, non. Je me contente de suivre le cycle Ă©conomique actuel, et actuellement, c’est le capitalisme. Que ce soit une bonne chose ou une mauvaise, qu’on soit pour ou contre, le fait est lĂ  : sans argent, t’es rien. Et avec peu d’argent, tu ne survis plus que tu ne vis. Mon but n’est pas de survivre, mais bel et bien d’employer mon existence pour une cause que je juge noble.
Au niveau du pouvoir, non, je ne suis pas fĂ©ru de pouvoir, et je ne dĂ©sire rien diriger : j’espĂšre seulement demeurer libre, et ne pas ĂȘtre contraint Ă  suivre des directives idiotes ou contraires Ă  mes convictions, et pour cela, il ne faut pas ĂȘtre le dernier maillon de la chaĂźne.

Alors, du haut de mes 28 ans, et mĂȘme si vous pouvez trouver ce conseil un peu partout, je vous le dis : ne mettez jamais vos convictions de cĂŽtĂ©. Quelles qu’elles soient, vivez les.
N’ayez pas de regrets. “Mmieux vaut avoir des remords que des regrets”. Cette citation n’est que trop vraie. La diffĂ©rence ? Simple : les remords sont dues Ă  un passage Ă  l’acte, tandis que les regrets, non. Vivez vos passions.
Quant Ă  moi, j’espĂšre bien rattrapez le temps perdu, en prenant notamment appui sur mon expĂ©rience passĂ©e, car, oui, je suis de ceux qui prĂ©fĂšrent dire que toute expĂ©rience est enrichissante, et puis, Ă  quoi bon se lamenter sur ce qui ne peut ĂȘtre changĂ© ?

Ca me ferait presque pensez au club positif, tiens. Rendez vous dans quelques mois pour faire le point.

Popularity: 9% [?]

One Comment

  1. [...] Vous vous souvenez ? [...]