Dybex | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Suite de la saga Dybex, qui continue de proposer un stream gratuit et lĂ©gal, et rien que pour le geste, on ne peut qu’apprĂ©cier !

Pour rappel, après le blockbuster Full Metal Alchimist, Dybex avait tapĂ© dans le mĂ©diocre (High school of the dead, Deadman, etc), puis avait remontĂ© la pente grâce Ă  une fournĂ©e d’animes originaux et bien sympa (mis Ă  part Nisemonogatari), avec Another et Black rock shooter.

Cette 3ème fournée ne nous propose que 2 animes, en attendant le monstrueux Berserk, à savoir, Kids on the slope et Jormungand.

Commençons avec Kids on the slope (Sakamichi no Apollon en vo), ou nous faisons connaissance d’un geek asocial, Kaoru, qui est sujet Ă  des vertiges lorsqu’il est le centre des attentions. Enfin, je dis geek, je suis mĂ©chant, ce n’est pas vraiment de sa faute, puisque, dĂ©mĂ©nageant très souvent, il n’a jamais eu l’occasion de vraiment se faire des amis, et chaque nouveau dĂ©mĂ©nagement compliquait sa situation.
Il sera “pris en charge” par la dĂ©lĂ©guĂ©e, Ritsuko, mais fera une crise en plein milieu de sa visite. Ayant trouvĂ© depuis quelques temps une astuce pour arriver Ă  se dĂ©faire de ses nausĂ©es dues au stress, il se met alors en route pour le seul endroit qui l’apaise : le toit de l’Ă©cole. Or, l’accès est interdit, et des Ă©lèves de la classe supĂ©rieure semble s’ĂŞtre accaparĂ© la clĂ©… Alors qu’il est sur le point d’abandonner, il fait la rencontre de Sentaro, qui va alors rĂ©cupĂ©rer les clĂ©s après une bagarre qu’il perdra.
Il rĂ©alisera ensuite que ce Sentaro est un bagarreur dĂ©favorablement connu des services de police de son Ă©cole, et, manque de pot, il se trouve dans sa classe… Évidemment, après cette aventure, Sentaro va spontanĂ©ment aller vers Kaoru et, alors qu’il pensait subir des brimades pour le restant de l’annĂ©e, il dĂ©couvre que Sentaro est un fana de musique, de jazz notamment… Coup de bol, lui est pianiste du style classique, mais qui va s’intĂ©resser rapidement au jazz…

Du coup, vous vous attendez Ă  quoi ? A un anime axĂ© musique, comme Beck ? Ben nan. Pas vraiment du K-on non plus. Parce que Kids on the slope, en fait, ça tourne autour de la musique, mais ce n’est qu’un prĂ©texte pour conter la vie d’adolescents, et au final, c’est bien ça, le cĹ“ur de l’anime : un anime tranches de vie rĂ©aliste, avec des gens banals, sans aspiration artistique, avec leurs lots de tracas. On ne pourra donc que saluer ce rĂ©alisme, qui va des tracas des diffĂ©rents protagonistes, tracas qui ne seront pas forcĂ©ment rĂ©solus, bien au contraire, au physique de nos hĂ©ros : Ritsuko, par exemple, est loin d’ĂŞtre un canon de beautĂ©, mais a un charme vraiment saisissant et touchant. Kaoru, quant Ă  lui, vit une situation familiale difficile, mais sans que l’anime ne pousse vraiment dans ce domaine, et c’est tant mieux.
La musique, notamment le jazz, est un excellent lien entre les diffĂ©rents protagonistes, mais ça s’arrĂŞte la. Aucun ne dĂ©sire vraiment devenir cĂ©lèbre ou en vivre, contrairement Ă  Beck (qui reste pour moi LA rĂ©fĂ©rence au niveau anime dans le domaine).
Les tranches de vie ne sont en rien similaire Ă  du K-on non plus, parce que nous n’avons pas affaire Ă  une Ă©cole pour filles, mais bien Ă  une Ă©cole mixte, et les diffĂ©rents personnages viennent mĂŞme de diffĂ©rentes classes, voir, de diffĂ©rents milieux.

La sĂ©rie fait 12 Ă©pisodes, l’auteur est Kodama Yuki et la sĂ©rie a Ă©tĂ© faite par les studios Tezuka productions. Elle se laisse donc regarder sans aucune difficultĂ©, et mĂŞme si Kids on the slope ne rĂ©volutionnera pas le monde des animes, en tout cas, il vous fera passer un très bon moment, et je ne peux donc que vous le conseiller.

Kids on the slope

Voir la playlist Dybex

Passons Ă  Jormungand, d’un genre totalement diffĂ©rent, puisque nous voici face Ă  une vendeuse d’armes, accompagnĂ©e de toute son unitĂ© : toutes et tous des experts en guerre. L’anime se penche plus spĂ©cialement sur la nouvelle recrue, Jonathan, un enfant soldat.
Alors, j’avoue, au vu du premier Ă©pisode et de l’intro, j’ai eu peur : l’anime avait tout l’air d’ĂŞtre une sorte de High school of the dead version guerrière ; Ă  comprendre, une sĂ©rie axĂ©e sur le fan service, avec une Ă©quipe invincible et des situations exagĂ©rĂ©es, sans oublier les traits exagĂ©rĂ©s.

Parce que, oui, les traits sont des fois exagĂ©rĂ©s, surtout sur la vendeuse d’arme, Koko, qui arbore de temps en temps un sourire de Joker. Mais, petit Ă  petit, enfin, assez rapidement au final, on rĂ©alise que l’anime ne fait pas dans le grotesque et flirte plus avec le rĂ©alisme, et, de High school of the dead (ce qui n’est pas du tout un compliment), Ă©pisode après Ă©pisode, me voici en train de penser plutĂ´t Ă  du Black Lagoon !

Rien de rĂ©volutionnaire, certes, mais une animation en bĂ©ton armĂ©e, des personnages charismatiques, de bonnes musiques, et des aventures qui se laissent suivre sans aucun problème, bref, un bon anime, qui, par manque d’originalitĂ©, ne tombe hĂ©las pas dans la catĂ©gorie des incontournables… Pour le moment. Parce que, oui, bien que la sĂ©rie ne fait que 12 Ă©pisodes, le “dernier” Ă©pisode est clairement un appel, que dis-je, un hurlement Ă  une suite, avec l’introduction de nouveaux personnages et d’une nouvelle intrigue.
En tout cas, j’ai vraiment beaucoup apprĂ©ciĂ© cette sĂ©rie, et j’attends ardemment la suite.

Playlist Jorgamund

Jormungand

Jormungand

Jormungand

Jormungand

Popularity: 16% [?]

Après FMA, le gros blockbuster, Dance in the Vampire bund, toujours pas fini, High school of the dead, un navet, Deadman wonderland, une dĂ©ception, Axis power Hetalia, une nullitĂ©, qu’allait nous proposer Dybex ?

Eh bien, du lourd. En apparence en tout cas, jugez plutĂ´t : Another, un anime d’horreur (et ça rime), Black rock Shooter, la sĂ©rie qui reprend l’excellent oav Black Rock Shooter et puis surtout, la suite du fabuleux Bakemonogatari.

On va donc commencer par Nisemonogatari, Ă  qui le nom est fichtrement bien trouvĂ© (nisemono signifiant “faux) : ça ne peut ĂŞtre qu’un faux tant il est mauvais et sans rapport avec la première saison.
Bakemonogatari, c’Ă©tait quoi ? Reprenons ce que je disais :
“En clair, l’histoire n’est pas conventionnelle. Et je dirais mĂŞme plus, l’histoire, les personnages, le dĂ©roulement de l’histoire, les plans, enfin bref, tout y est original et/ou dĂ©routant.”
–> Ici, rien n’est original ni dĂ©routant. Aie. Tout a Ă©tĂ© repris du premier opus.

‘J’ai aimĂ© pour diverses raisons, le design, le dĂ©roulement, l’originalitĂ©, le hĂ©ros, le sarcasme, les rapports des personnages. ‘
–>plus d’originalitĂ©, dĂ©roulement copiĂ©/collĂ©, sarcasme lourd, rapports des personnages qui va trop loin

‘J’ai aimĂ© car je trouvais rafraichissant sans que ça n’en devienne long ou rĂ©pĂ©titif. ‘
–> Ce n’est plus rafraichissant, c’est long et c’est rĂ©pĂ©titif.

“J’ai aimĂ© car Senjougahara est une peste sarcastique sans qu’elle n’en devienne chiante, au contraire, ça renforce son charme.”
–> J’ai pas aimĂ© parce Senjougahara n’apparait quasiment pas.

“J’ai aimĂ© car mĂŞme le hĂ©ros m’est sympathique (et pour une fois, c’est un gars qui a une particularitĂ© physique (ses cheveux).”
–> Dommage, il devient moins bien original

‘ J’ai aimĂ© car c’est bourrĂ© de dialogues, des fois ils passent trop vite, mais ça n’en devient que plus profond.’
–> Les dialogues se sont rĂ©duits comme peau de chagrin.

Bref, toutes les qualités du premier se sont envolées.
En fait, au lieu de faire dans la continuité, les auteurs ont préféré inclure de nouveaux personnages, changer les rapports, et se concentrer sur la famille.
Contradictoire ? Totalement, et d’ailleurs, ça s’en ressens très fortement. L’anime est ainsi composĂ© de 2 mini histoire, sur chacun des petites sĹ“urs de machin, Karen et truc (vous devinerez pour qui mon cĹ“ur penche :p).
Première histoire : Karen a Ă©tĂ© piquĂ©e par une abeille malĂ©fique qui donne la fièvre puis la mort. En cherchant Ă  l’aider, machin (le hĂ©ros) va tomber sur… Un arnaqueur. Brève apparition de Senjougahara qui n’aura aucune fonction rĂ©elle.

Plus gĂ©nĂ©ralement, je sais pas trop ou veut en venir l’anime. Tout les personnages fĂ©minins nous seront remontrĂ©es, mais… Comment dire… En version fan service Ă  mort. A comprendre : Ă  moitiĂ© dĂ©nudĂ©e (voir, complètement), ne faisant que des poses plus que suggestives, et n’ayant aucun intĂ©rĂŞt quant Ă  l’avancement de l’anime.
Je l’avais dĂ©jĂ  dit, mais je dĂ©teste le fan-service Ă  outrance. Un peu, oui, mais seulement si le contexte de l’anime l’amène. Or, ici, nous avons de l’inceste, du loli et puis beaucoup de maitresses prĂ©sumĂ©es et d’amantes en attentes. On frise la partouze.
Les histoires, Ă  la base, auraient pu ĂŞtre intĂ©ressantes, mais elles trainent en longueur, et la plupart des Ă©pisodes ne sont pas vraiment concentrĂ©es dessus, on tourne autour avant enfin d’avoir une rĂ©solution qui sera, par deux fois, horriblement dĂ©cevante.
Je dirais bien que c’est le coup du soufflĂ© qui se dĂ©gonfle, mais en fait, non, puisque le soufflĂ© n’a mĂŞme pas pris.

Bref, une terrible dĂ©ception, une suite qui n’aurait pas du voir le jour tant elle dĂ©nature toute les qualitĂ©s du premier opus. Franchement, Ă  ce niveau, autant aller chercher du cĂ´tĂ© des doujins pour avoir des histoires plus intĂ©ressantes (le coup de la brosse Ă  dent reprĂ©sentant certainement toute la dĂ©chĂ©ance de cet anime).

Nisemonogatari

Je ne vous mentais pas quand je disais que ça frisais la partouze…
HorribleSubs Nisemonogatari 08 1080p.mkv snapshot 06.33 2012.02.28 16.43.20 Clémentine, Another, Black rock shooter, Nisemonogatari et Working 2

Nisemonogatari

Au suivant !

Allez, on va rehausser le niveau, avec Another.
Bon, “histoire d’horreur”, gĂ©nĂ©ralement, tu penses Ă  un truc genre RĂ©sident evil ou Silent hill, ou soit l’horreur est plutĂ´t brutale et ou les membres volent ou, Ă  l’opposĂ©, tu sursautes toutes les 5 minutes.
Mais en fait, non, pas dans les animes. Dans les animes, horreur = ambiance oppressante, mystère mystĂ©rieux, et puis quelques touches d’hĂ©moglobines de ci de la.
Et, vous savez quoi ? La sauce prend plutĂ´t bien ici.
KĂ´ichi est un jeune garçon qui vient d’ĂŞtre transfĂ©rĂ© de Tokyo dans une ville de province. HospitalisĂ©, il ne commence pas les cours en mĂŞme temps que les autres, et c’est pourquoi une “dĂ©lĂ©gation” d’Ă©lèves viendra dans un premier temps le voir. DĂ©jĂ  lĂ , une ambiance un peu Ă©trange se fait ressentir dans leurs propos, mais c’est surtout en dĂ©couvrant une jeune fille de sa classe apparemment, Misaki, que l’Ă©trangetĂ© se renforcera. Un bandeau sur l’oeil, des propos inquiĂ©tant, voilĂ  que la curiositĂ© s’Ă©veille chez KĂ´ichi qui va logiquement tenter d’en apprendre plus sur Misaki.
Mais Ă  partir de lĂ , les Ă©vènements Ă©tranges seront encore plus profonds, puisque la classe toute entière semble totalement ignorer Misaki…Il va aussi apprendre que sa classe est sujette Ă  une certaine malĂ©diction, une sorte de syndrome d’Ă©lève en trop…

Les ingrĂ©dients de base sont finement Ă©parpillĂ©s, et il n’en faut pas plus pour qu’on soit immergĂ© rapidement. FantĂ´me ? LĂ©gendes ? RĂ©alitĂ© ? Mensonges ? On est rapidement confrontĂ© Ă  ces interrogations qui ne cessent de revenir, et, tout le long de l’anime, ce sera le cas.
Il est difficile de trouver par soi mĂŞme le fin fond de l’histoire, mais je peux vous le dire : la fin n’est pas dĂ©cevante, au contraire.
On pourra dĂ©plorer, Ă  la fin justement, un peu trop d’hĂ©moglobines, mais bon, ce n’est qu’un lĂ©ger dĂ©faut par rapport au reste de l’œuvre qui devrait donc plaire aux fans de mystères, d’ambiance sombre, de fantĂ´mes et autres joyeusetĂ©s. Un bon anime, et une bonne surprise.

Another

On finit donc par Black rock shooter.

J’avais fais un billet pour les oav qui Ă©taient très intĂ©ressants, et autant j’avais hâte de voir la sĂ©rie que je la redoutais… Bilan mitigĂ©.
D’abord, parce que la sĂ©rie ne fait que 8 Ă©pisodes. 8 ? J’avais jamais vu ce format, c’est inĂ©dit. Ceci dit, mieux vaut 8 bons Ă©pisodes que 12 dont 4 Ă©pisodes qui n’apportent rien.
Car, oui, les 8 Ă©pisodes apportent tous quelque chose, et l’histoire avance vraiment vite et bien, la narration y est parfaite.
L’autre Ă©norme force de cet anime, c’est que, par rapport aux oav, la qualitĂ© y est similaire, voir supĂ©rieure ! Un vrai exploit, gĂ©nĂ©ralement, les Ă©pisodes sont moins soignĂ©s, car plus nombreux. On a donc droit Ă  des graphismes lĂ©chĂ©s, et surtout, surtout, une animation splendide, sans aucun temps mort ! Les scènes de combat sont titanesque, et l’environnement du monde secondaire est magnifique.
Les musiques tirent leur Ă©pingle du jeu, et bien qu’au dĂ©part je n’aimais pas l’opening, j’avoue, par après et dĂ©sormais, je le trouve plutĂ´t sympa :-)

Reste un point important : le scĂ©nario. Dans le billet des oav, je disais : “En passant, j’espère VRAIMENT que ce ne sera pas juste Ă  cause d’une jalousie Ă  deux euros, parce que sinon… Euh, j’en dirais du mal ! “
En parlant du combat titanesque entre les deux donzelles. Alors, ouf, c’est pas qu’une jalousie Ă  deux euros… Mais un peu quant mĂŞme. Aie. Et ouf. Parce que, heureusement, c’est un peu plus profond que cela, mais Ă  la base, c’est quand mĂŞme de la jalousie…
Alors, certes, ce sont des collĂ©giennes qui font leur rentrĂ©e des classes (6ème, donc), Ă  cet âge, c’est certain qu’on dĂ©couvre plus ou moins les sentiments comme la jalousie, l’amitiĂ© et tout le bordel. Mais bon, Ă  la base, la fille “handicapĂ©e” est qu’une peste insupportable et Ă©goĂŻste qui fait sa loi. Il est assez dĂ©cevant de savoir que “l’autre monde” parte de la.
Ensuite, comme dit, ça devient un peu plus profond et complexe, mais pas trop non plus, et il y’a mĂŞme quelques surprises, ce qui Ă©vite Ă  la sĂ©rie d’ĂŞtre totalement ratĂ©e.
Enfin, “ratĂ©e”, j’exagère, au final, ça reste une bonne sĂ©rie, mais loin de ce que j’en attendais, surtout du Ă  la cible visĂ©e, les ado je prĂ©sume. J’espĂ©rais un monde plus sombre, une raison de se combattre plus viable.
Mais il faudra se contenter de cela. Sans devenir une sĂ©rie culte, ni un navet, la sĂ©rie saura certainement trouver son public, de par sa cible, les collĂ©giens, filles surtout, de par ses graphismes et son animation, de par ses sujets (l’amitiĂ©, jalousie, amour, haine) et puis aussi par ses musiques.
Je finirais donc par dire que c’est une bonne sĂ©rie, Ă  laquelle j’espĂ©rais peut ĂŞtre plus, mais auquel, dans le mĂŞme temps, je redoutais le pire. De par cette confrontation, j’avoue que, sous une pointe de dĂ©ception, je suis plutĂ´t ravi de la tournure de cet anime, et ne peut que le mettre au mĂŞme niveau que les oav, ce qui n’est pas rien :-)

Mato et la copine Ă  lunette
Black rock shooter

Un monde bien classe
Black rock shooter

Ca doit faire mal…
Black rock shooter

Les phases de combat et d’animation rendent super bien !
Black rock shooter

Y’a pas Ă  dire, Black rock shooter a la classe !
Black rock shooter

Allez, sortons des animes Dybex !
ClĂ©mentine, vous vous souvenez ? Oui bon, il date de 1985, j’imagine bien que la plupart ne connait pas, mais j’aimerais en parler parce que je me suis amusĂ© Ă  (re)voir cette sĂ©rie, bien que la première fois que j’ai regardĂ©, j’Ă©tais petit et je ne me souvenais de rien, sans mĂŞme parler du fait que je n’avais certainement jamais vu la fin (Ă  l’Ă©poque, avec un Ă©pisode par semaine, les rediffusions et les vacances, ça avançait plutĂ´t lentement).
Bref, l’histoire est basique, l’animation l’est encore plus, mais bon, c’est un vieux DA ! ClĂ©mentine est une petite dont son père est pilote. Elle n’a pas de mère, et a un petit frère.
Lors d’une passade en avion, Ă  cause d’une entitĂ© de feu nommĂ©e Malmotte qui voudra sa mort, son père et elle subissent un accident, qui va la paralyser des jambes.
A partir de là, Malmotte voudra systématiquement la tuer, mais une entité bienfaisante, Emera, la protégera, et la fera voyager les nuits, dans ses rêves, allant outre son handicap (en gros, elle peut remarcher).
En fait, la force de cet anime, en plus de montrer une enfant forte et dĂ©terminĂ©e, sera de nous prĂ©senter tout plein de contes (les nuits) et de pays (le père Ă©tant pilote, ils vont chercher des mĂ©decins qui pourront guĂ©rir ses jambes puis ils vont devoir poster des lettres et tester des nouveautĂ©s (l’anime se dĂ©roule dans les annĂ©es 1920, lors de l’avancĂ©e (l’envolĂ©e :p) de l’aviation, par ailleurs, ClĂ©mentine n’ira pas bien souvent Ă  l’Ă©cole, la chance :p).
On aura ainsi donc droit Ă  (dans l’ordre, certains contes ne sont pas explicitement dĂ©signĂ©s, mais on peut les dĂ©terminer) :
- Pinocchio
- Le petit poucet, hans & Grettel (la maison construite en sucreries, la sorcière)
- Oliver Twist
- Nils Andersson
- Mohan (sorte de Tarzan)
- Mille et une nuits, Aladdin, 40 voleurs
- Iroquois (là, on passe dans la réalité), Croc blanc
- Dessine moi un mouton, Akhenaton
- Momotaro, Masamune (une épée célèbre)
- Capitaine Nemo (Nautilus)
- la conquĂŞte du PĂ´le Nord
- Mermoz
- Mongolie, jeu du Bouzkachi
- Loch Ness

Alors, de nos jours, ça peut sembler anodin, mais il faut bien comprendre qu’Ă  l’Ă©poque, il n’y avait pas internet, ni portables. Ainsi, bien que les histoires issues d’Europe Ă©taient faciles Ă  trouver dans les livres, pour le reste, les contes et vĂ©ritĂ©s historiques d’AmĂ©rique, Afrique et Asie, c’Ă©tait beaucoup moins accessible, avoir autant d’informations est donc un vĂ©ritable exploit, qu’on ne peut que saluer.

Pour le reste, oui, l’animation n’est vraiment pas gĂ©niale, certains comportements ne sont pas vraiment rationnels, et on pourra aussi dĂ©plorer l’handicap de ClĂ©mentine, parce qu’en dehors des histoires des contes, la sĂ©rie est beaucoup moins intĂ©ressante, entre les chats/chiens qui sont plus humains qu’animaux (ils parlent, marchent, volent… Au dĂ©but, c’est rigolo, mais ça devient rapidement grotesque), les aventures toujours identiques, bien que touchant plusieurs domaines (en gros, un envoyĂ© de Malmotte qui tente de capturer ClĂ©mentine, qui Ă©choue et qui finit au fond d’un puits), je pense que la sĂ©rie a trop d’Ă©pisodes (39), et qu’elle aurait Ă©tĂ© d’autant meilleure si elle n’en avait eu que 30, mais plus approfondies et mieux animĂ©s.
Concernant la fin, eh bien, sĂ©rie française oblige, y’a pas grand chose Ă  en dire, le mĂ©chant meurt, mais d’une façon pas du tout dramatique (alors qu’il Ă©tait lĂ  durant 39 Ă©pisodes, sa fin n’est vraiment pas grandiose), et hop, ClĂ©mentine passe immĂ©diatement Ă  autre chose :/ Niveau cohĂ©rence, c’est pas trop ça non plus (genre, pourquoi il se trouve dans l’espace alors que quelques Ă©pisodes avant, il Ă©tait sous terre ?), mais bon, au moins, ils ont Ă©tĂ© jusqu’au bout (la mort du mĂ©chant, donc).
Le sujet EmĂ©ra est mis sous parenthèse pour Ă©viter de traumatiser les nenfants je suppose, c’est dommage vu qu’on saura rien au final d’elle.

Enfin, si le cœur vous en dit, les épisodes peuvent être visionnés ici.

Clémentine

Et comme j’ai terminĂ© plusieurs sĂ©ries plus ou moins en mĂŞme temps, encore un ! Yeah ! Cette fois, parlons de Working 2 ! Youhou ! J’avais parlĂ© de la saison 1, et bien voilĂ  la 2, comme je l’espĂ©rais :)
Continuité ? Changement ? Déception ? Joie ?
N’y allons pas par quatre chemins : c’est dans la continuitĂ© totale de la saison 1, Ă  notre plus grand bonheur.
J’avoue, j’ai eu un peu peur au premier Ă©pisode, que la fraicheur s’efface pour laisser place Ă  la platitude et au rĂ©pĂ©titif. Eh bien, que nenni !
Working ‘! est tout aussi rafraichissant que le premier du nom, de par sa continuitĂ©, mais aussi de par ses lĂ©gers changements et nouveaux personnages. Oh, n’espĂ©rez pas d’Ă©normes changements ni une dizaine de nouveaux personnages, les changements sont lents, et les nouveaux personnages sont au nombre de… 4. Dont 1 qu’on ne verra qu’une seule fois.
Mais la sauce (re)prend Ă  merveille, et on ne pourra que rire et passer un nouveau bon moment avec ces employĂ©s pas comme les autres qu’on aimerais bien avoir Ă  notre boulot ^_^ (enfin, j’aimerais pas tenir le rĂ´le de Sato :p)

Le dĂ©faut, c’est que seul celles et ceux qui ont vu la saison 1 pourront se dĂ©lecter de cette saison 2 ; les personnages Ă©tant tous originaux, il est vital de bien les connaĂ®tre pour pleinement apprĂ©cier, il n’y a pas de rĂ©capitulatif !
Mais pour celles et ceux qui ont vu et apprĂ©ciĂ© la saison 1, il n’y a aucune raison qu’ils n’aiment pas cette saison 2. A consommer sans modĂ©ration.

La manager n’a toujours pas d’utilitĂ© Ă  part vider les rĂ©serves :p
Working'!

Sato se défoule toujours sur Popura =)
Working'!

Soma est toujours manipulateur :)
Working'!

Yamada est pire qu’avant ^^ LĂ , elle demande Ă  ĂŞtre adoptĂ©e carrĂ©ment ^^
Working'!

Popularity: 22% [?]

Mais comment font-ils ?
En effet, comment font-ils pour nous proposer encore et encore des histoires de vampires ou de zombie ? Ne se lassent-ils jamais ?

Comme je le disais dans l’article de High school of the dead, ce n’est pas si grave, tant que c’est bien fait. Mais, Ă©videmment, tout les rĂ©sultats ne sont pas bons, loin de lĂ , preuve avec des histoires de vampires passables, voir, pourris, avec, par exemples, Nightwalker ou Vampire bund, qui reprennent les plus gros clichĂ©s dans une histoire et un style de narration insipide, voir mauvais.
Mais reste que, généralement, les histoires de vampire, bien que basées sur des clichés monstres, sont excellentes, preuve avec, par exemple, du Tsukihime ou du Entretien avec un vampire, par exemples.
Et on pourrait rajouter, dans les exemples, Shiki, car, oui ! Shiki est un excellent anime, que j’ai beaucoup apprĂ©ciĂ©.

Il ne paye pas de mine, au premier abord : un village reculĂ©, loin de tout, une nouvelle famille qui dĂ©barque dans un château, loin des habitations… Ça sent pourtant les vampires Ă  10 km, mais, Ă©videmment, personne ne s’en rend compte. Pire encore, quand les premiers cas arrivent, le mĂ©decin va diagnostiquer des anĂ©mies, puis une Ă©pidĂ©mie… Alors mĂŞme que les personnes auscultĂ©es ont 2 traces assez significatives !

ClichĂ©s, quand tu nous tiens… Ceci dit, la grande force de cet anime, en premier lieu, c’est qu’il n’y a pas vĂ©ritablement de hĂ©ros. Le premier Ă©pisode nous met dans la peau de Megumi, une jeune fille lolita qui ne rĂŞve que de Tokyo et de hype, et qui est bien mal desservie dans ce village.

14072011Shiki4 Shiki, et dautres animes

Tout au long de l’Ă©pisode, elle nous fera part de ses rĂŞves, de fuite notamment, mais nous expliquant que deux choses la retiennent vĂ©ritablement ici : son amoureux “secret” et le nouveau château qui s’est rĂ©cemment construit.

14072011Shiki2 Shiki, et dautres animes

14072011Shiki3 Shiki, et dautres animes

Seulement, arrivĂ© le soir, Ă  force de rechigner Ă  rentrer, elle se dĂ©cide Ă  aller du cĂ´tĂ© du château… Et, forcĂ©ment, elle disparait sans laisser de trace. Une mobilisation de tout le village se fait, et arrive Ă  la retrouver… Dans un sale Ă©tat.

14072011Shiki1 Shiki, et dautres animes

MalgrĂ© les apparences, le mĂ©decin ne pourra diagnostiquer qu’une bĂ©nigne anĂ©mie… Mais, quelques jours plus tard, nous apprenons que notre jolie hĂ©roĂŻne vient de passer l’arme Ă  gauche…

Ainsi, l’anime va passer sur plusieurs personnages, et ça ne voudra absolument pas dire qu’ils seront Ă  l’abri de la mort. Le dĂ©roulement de l’histoire est assez classique, oui, mais sa narration est de haut niveau : je fus très rapidement happĂ© dans l’anime, et les Ă©pisodes s’enchainent sans souci, on a mĂŞme l’impression qu’ils sont courts.
Car, en plus de la narration en bĂ©ton, nous avons droit Ă  une animation soignĂ©e, des personnages charismatiques, et la bande son… Quel dĂ©lice !

Le dĂ©roulement de l’histoire, bien que classique, est suffisamment riche et variĂ© pour ne jamais nous lasser, au contraire mĂŞme, puisqu’on aura droit Ă  bien des surprises (le must reste la fin, mĂŞme si prĂ©visible, y’a certains points qui font frĂ©mir… Megumi :/)

MĂŞme la fin est soignĂ©e, mis Ă  part 2-3 incohĂ©rences qui ne sont pas bien graves, et saura vous faire apprĂ©cier cet anime jusqu’Ă  la lie… Ou plutĂ´t, jusqu’Ă  la dernière goutte. Shiki, c’est bien.

14072011Shiki5 Shiki, et dautres animes

14072011Shiki6 Shiki, et dautres animes

Pourtant, ça paraĂ®t ĂŞtre clair qu’elle est pas nette ste fille ^^
14072011Shiki7 Shiki, et dautres animes

Attendez, ne partez pas ! A la base, j’avais effectivement prĂ©vu de ne faire un billet que sur Shiki, mais vu que j’ai terminĂ© d’autres animes et, surtout, que ça faisait longtemps que je n’en avais plus regardĂ© (mon dernier billet sur un anime date du 1er fĂ©vrier, avec Panty & Shocking), je vais rapidement dĂ©crire quelques autres animes, qui mĂ©ritent plus ou moins d’ĂŞtre vus :



Level E

Très vite fait, parce que cet anime est des plus dĂ©cevant. Les deux premiers Ă©pisodes ont du potentiel, mais dès que la vĂ©ritĂ© est rĂ©vĂ©lĂ©e, nous passons dans un anime creux ou le “hĂ©ros” est un prince narcissique qui aime jouer des tours minables Ă  un peu tout le monde, et ou, Ă©videmment, ledit prince est un gĂ©nie qui a solution pour tout. AussitĂ´t vu, aussitĂ´t oubliĂ©.

Level E

Freezing

Quizz : vous ĂŞtes crĂ©ateur d’anime, et vous n’avez aucune idĂ©e de quoi faire pour votre prochaine production. Que faites vous ?

La solution est simple, pourtant ! Vous copiez. En y mettant Ă©videmment quelques nouveautĂ©s, bien sĂ»r, mais la formule marche : quoi de mieux qu’un shonen pour avoir le succès d’un shonen ?
Freezing, c’est un peu ça, mais en version amĂ©liorĂ©. En effet, les auteurs n’ont pas fait dans la demi-mesure, voyez plutĂ´t : prenez une pincĂ©e d’Evangelion, un morceau de Mai hime, une salade de Maria sama, et, pour faire bien, saupoudrez le tout par un peu de hentai, et hop lĂ  ! VoilĂ  Freezing.
Oui, Freezing, c’est tout ça : une acadĂ©mie militaire qui forme des gens au combat (avec tenue incorporĂ©e ®Mai hime), une relation senpai-kouhai obligatoire et tendancieux (®Maria sama), des ennemis qui viennent un par un et Ă  qui on a volĂ© une partie des pouvoirs pour pouvoir les combattre (®Eva), et des combats incessants ou les habits se dĂ©chirent très souvent, surtout au niveau de poitrine (parce que les culottes ne se dĂ©chirent pas, c’est bien connu), et hop, voici le cĂ´tĂ© hentai, parce qu’il existe -Ă©videmment, la version non censurĂ©e.
Et, bien sûr, nos donzelles sont toutes généreusement pourvue - ça balance de tout les côtés.

Bref, j’ai pris un ton un peu cynique, et pourtant, ce n’est pas spĂ©cialement un mauvais anime. Il n’est pas des plus originaux qui soit, certes, mais c’est suffisamment bien rythmĂ© et animĂ© pour qu’on passe un moment sympa, mais sans plus, faut pas exagĂ©rer non plus.

14072011Freezing1 Shiki, et dautres animes

14072011Freezing2 Shiki, et dautres animes

14072011Freezing3 Shiki, et dautres animes

Ah bah, des filles Ă  moitiĂ© Ă  poil, y’en aura Ă  chaque Ă©pisode
14072011Freezing4 Shiki, et dautres animes

14072011Freezing5 Shiki, et dautres animes



Deadman wonderland

La nouvelle sĂ©rie de Dybex, ce fut Deadman wonderland, qui vient de se finir dernièrement. Alors, je vous avoue qu’après lecture du synopsis, je me suis dit “ouah, ça a l’air gĂ©nial !” :
“AccusĂ© Ă  tort du meurtre de toute sa classe, il est condamnĂ© Ă  mort et envoyĂ© Ă  Deadman Wonderland, une prison privĂ©e construite sur les ruines de Tokyo. Celle-ci est Ă©galement un parc d’attraction qui propose Ă  ses spectateurs des jeux sanglants dont les victime ne sont nuls autres que les dĂ©tenus. Les prisonniers sont tenus d’y participer pour survivre. En effet ils sont Ă©quipĂ©s d’un collier qui leur injecte quotidiennement de lĂ©gères doses de toxines (fatales au bout de 3 jours). Le seul antidote est un bonbon qu’ils peuvent acheter Ă  l’aide des Cast Points gagnĂ©s durant ces jeux.
Ganta, protĂ©gĂ© par Shiro, une fille aux cheveux et Ă  la peau blanche, reste nĂ©anmoins hantĂ© par le souvenir du vĂ©ritable meurtrier, un individu en armure rouge au sourire dĂ©ment. Il ignore toutefois qu’il a laissĂ© une trace en lui : un cristal rouge dĂ©tenteur d’un Ă©trange pouvoir… “

Ça a l’air d’en jeter, hein ? Ben en fait, non. En effet, au premier abord, l’anime est sanglant, malsain, cru. Le sang gicle, y’a pas l’air d’avoir de pitiĂ©, et la prison semble ĂŞtre très dure. Mais, dès le premier Ă©pisode, on sent que quelque chose cloche… Le hĂ©ros est incroyablement niais, dĂ©jĂ . Alors, oui, c’est un collĂ©gien qui vient de voir sa classe mourir et, qui plus est, qui va endosser ce meurtre et ĂŞtre condamnĂ© Ă  mort. Mais bon, c’est un peu une raison suffisante pour se sortir de sa niaiserie, je pense.
Ensuite, la fille, Shiro. Dès sa première apparition, j’ai pressenti la catastrophe, et je ne me suis pas trompĂ© : c’est une gamine immature, mais, forcĂ©ment, super forte et mystĂ©rieuse, mais qui ne donne vraiment pas envie.
En fait, le cĂ´tĂ© sombre de la sĂ©rie revient de temps en temps, avec des massacres Ă  la pelle, mais ce cĂ´tĂ© ne semble pas coller avec le reste -ou alors, c’est le contraire. C’est dommage, la sĂ©rie avait du potentiel, mais au final, ça n’en devient qu’une sĂ©rie des plus banales, que je vous dĂ©conseille de voir.



Seto no hanayome

On finit par une vieille sĂ©rie, de 2007, que j’avais arrĂŞtĂ© en plein milieu parce que, de un, elle me saoulait, puis, de deux, parce que la suite en vostf n’Ă©tait jamais sortie.
C’est un anime Gonzo, et, une fois encore, je suis déçu. Oh, cette fois, ce n’est pas spĂ©cialement l’anime en lui-mĂŞme que je critique, mais la tranche d’âge visĂ©e : il est clair que Seto no Hanayome est fait pour les jeunes, genre 10-12 ans, pas plus.
Car, oui, Seto est une comédie, qui a de bons atouts, voyez plutôt :
Nagasumi est un ado qui passe ses vacances avec ses parents chez sa grand mère, qui vit au bord de mer, Ă  Seto Island. Alors qu’il est en train de se baigner, il se noie Ă  moitiĂ© et ne doit sa survie qu’Ă … Une sirène. Cette dernière, venue demander Nagasumi en mariage, se rĂ©vèle ĂŞtre la fille d’un clan de yakusa, dont le père notamment voudra mettre fin Ă  la vie du pauvre Nagasumi, qui va forcĂ©ment s’en prendre plein la tĂŞte.

Des sirènes, des yakusa, des persos charismatiques, un ado, de l’esprit chevaleresque… Y’avait tout pour en faire un anime 4 Ă©toiles, mais la cible fut les ados/enfants, et, forcĂ©ment, on se retrouve finalement qu’avec une petite comĂ©die dont les gags se rĂ©pètent et qui ne vont pas bien loin, au final.
Vraiment dommage, mais bon, je voulais surtout en parler parce que ça faisait longtemps que je voulais finir cette série. Et finir avec une sirène toute mimi, quoi de mieux ?
(enfin, je dis ça, mais niveau enfants, je sais pas trop ce que ça donnera)

La famille au grand complet
Seto no Hanayome

Seto no Hanayome

Seto no Hanayome

Seto no Hanayome

Des pĂ©tales de roses lors des moments clĂ©s… Ça fait classe.
Seto no Hanayome

Seto no Hanayome

L’est toute mimi !
Seto no Hanayome

Le père est quelqu’un de très cordial
Seto no Hanayome

Popularity: 34% [?]

Souvenez vous, ce dĂ©but d’annĂ©e. Non, je ne parle pas de la fabuleuse cuite du nouvel an qui vous a scotchĂ© aux toilettes pendant 2 jours. Je ne parle pas non plus de vos rĂ©solutions que vous avez tenu -un nouveau record- en tout et pour tout 6 jours.
Non, un peu plus tard, fin du mois. Un vĂ©ritable buzz avait enflammĂ© la communautĂ© française de fansub, avec une new d’une team assez Ă©norme (la new, pas la team), qui disait que certains de leurs membres allaient intĂ©grer Dybex et que Dybex allait proposer du fansub (enfin, du coup, ce n’est plus du fansub, du prosub plutĂ´t :p).

Le buzz était constitué de 3 parties :
a) info ou intox ?
b) quel est l’intĂ©rĂŞt pour une sociĂ©tĂ© professionnelle comme Dybex de subber un anime, surtout avec des amateurs ?
c) le travail sera t-il rémunéré ?

Donc, il s’est avĂ©rĂ© que c’Ă©tait bien de l’info. Ce fut assez difficile Ă  croire, dans la mesure oĂą le site de ladite team est assez… Euh… Voyant ?
Avec pop up, couleurs criardes et diffĂ©rentes couleur dans la mĂŞme new, ça pique les yeux, et on pouvait dĂ©cemment se demander comment Dybex ait pu choisir “cette” team. Je mets des ” parce que ce n’est pas la team toute entière qui a Ă©tĂ© choisie, mais uniquement 2 de ses membres, la nuance est importante.
Les deux lascars ont bien dit qu’ils Ă©taient payĂ©s et tout et tout, mais si vous dĂ©sirez plus d’information, au lieu de vous retranscrire toute l’histoire, allez jetez un coup d’Ĺ“il sur ce lien, ce sera plus simple.

Bref. L’affaire est retombĂ©e depuis, et de l’eau a coulĂ© sous les ponts (et submergĂ© des habitants, mais ceci n’a rien Ă  voir). 6 mois après, qu’en est-il ? Quel est le bilan de cette dĂ©marche commerciale (parce que c’est du marketing, Ă  n’en pas douter) ?

J’en ai un peu parlĂ© ici, toujours est-il que depuis, une sĂ©rie majeure a Ă©tĂ© terminĂ©e, une autre sympa a Ă©tĂ© terminĂ©e rĂ©cemment, la dernière n’a plus eu de nouveaux Ă©pisodes depuis un certain moment, et une autre sĂ©rie, assez attendue, a dĂ©butĂ© : Highschool of the dead.
Bilan ? MitigĂ©, dirais-je. Je vais vous expliquer pourquoi. En fait, en dehors des sous titres des plus classiques, Arial blanc aux arĂŞtes noires (je me plains de la non originalitĂ© de la chose, mais il faut bien avouer que des fois, certaines polices, bien que jolies, sont totalement illisibles Ă  lire pour peu que tu recules un peu l’Ă©cran ou que tu regardes ton Ă©pisode sur la tĂ©lĂ© ; sur ce point, l’Arial classique est somme toute un bon choix, mais toujours un peu dĂ©cevant dans la mesure oĂą classique), on peut y dĂ©celer pas mal de petites fautes.
Et lorsque je dis “pas mal de petites fautes”, je parle Ă  tout les niveaux, hĂ©las. Que ce soit une orthographe des fois dĂ©faillante, des lettres inversĂ©es ou mĂŞme, plus grave, des mauvaises traductions ou des subs carrĂ©ment laissĂ©s en anglais, un comble.
Je ne vais pas faire mon intellectuel qui sait couramment parler japonais, parce que ce n’est pas le cas, mais disons que je peux comprendre globalement certains dialogues, et c’est d’autant plus Ă©nervant quand lesdites traductions proviennent vraisemblablement de l’anglais, alors qu’il nous Ă©tait dit que le traducteur traduisait directement du japonais.

Alors d’autant venant d’une team, on s’en fout un peu, mais venant d’un Ă©diteur, c’est tout de suite plus dĂ©licat. Bien sĂ»r, on nous dira que, dans les coffrets, les fautes seront corrigĂ©es (encore heureux), et il est vrai que ça peut ĂŞtre un bon point puisque les bĂŞtas testeurs de la traduction sont nombreux et souvent très pointilleux : de ce cĂ´tĂ©, ça doit ĂŞtre plus Ă©conomique que de payer autant de correcteurs :D

Mais sinon, il faut avouer que nous, leecheurs consommateurs de ce support qu’est l’anime, on y perd rien. Contrairement aux teams classiques, on a pas l’Ă©pisode sur le disque dur, mais honnĂŞtement, je m’en fous un peu, surtout que je dois bien supprimer les 3/4 après les avoir regardĂ©s. De plus, Dybex a su nous prouver que, contrairement aux nombreuses teams, il pouvait agir en professionnel (encore heureux, me direz vous), notamment en sortant un Ă©pisode par semaine, suivant le rythme japonais, sans aucun retard.

Maintenant, il y reste quelques soucis de traductions qui donnent la fâcheuse impression que Dybex n’y met pas vraiment les moyens, pour se rĂ©server pour le coffret. Ce n’est pas vraiment une critique, c’est bien normal, au fond, mais ça entache un peu, je pense, leur rĂ©putation.

Donc, en tant que leecheur, je suis globalement satisfait de ce service. Mais en m’effaçant de mon rĂ´le premier, et en me mettant Ă  la place de Dybex, j’aimerais rĂ©ellement savoir si cette stratĂ©gie est efficace : augmente t-elle les ventes ? Un buzz se crĂ©e ? Et surtout : comment peuvent-ils mesurer ça ? Par exemple, les premiers coffrets de Brotherhood sont en vente.
Mais sachant que l’Ĺ“uvre est somme toute majeure, comment pourraient-ils savoir si le sub a aidĂ© les ventes ? Et dans quelle mesure ?

Mais en plus, autant pour des sĂ©ries comme Brotherhood ou Highschool, Dybex ne prends pas trop de risques et, sans aucun doute, les ventes des dvds seront honorables. Mais pour Vampire bund, par exemple ? La sĂ©rie a essuyĂ© un flop relativement rapidement, le seul intĂ©rĂŞt Ă©tait Mina Tepes, la loli-vampire-dĂ©nudĂ©e, et son rĂ´le est rapidement tombĂ© dans le sigle du “juste aguicheuse, rien derrière”. Alors comment ils vont gĂ©rer cela ?
N’est-ce pas une entreprise risquĂ©e et couteuse, pour un rĂ©sultat des plus moyens ?
L’intĂ©rĂŞt majeur semble ĂŞtre de pouvoir devancer les fansubbeurs et piocher dans un marchĂ© totalement libre (professionnellement parlant) en France : le sub rapide. Mais cela vaut-il l’achat de la licence ? Je me demande.

Bien sĂ»r, ceci ne me concerne pas et il me semble Ă©vident que si l’opĂ©ration se solde par un Ă©chec, Dybex laissera tomber, mais je m’interroge tout de mĂŞme.
Dybex continuera t-il sur sa lancĂ©e ? D’autres Ă©diteurs s’engouffreront dans la brèche ? Ou tout cela va retomber et le “monde” du sub va retrouver ses amateurs habituels ? L’avenir nous le dira.

Popularity: 10% [?]

Dybex est sympa.
Après ses coffrets bien chers, il s’est dĂ©cidĂ© Ă  proposer une alternative au fansub, le fansub professionnel et lĂ©gal.
Bon, je ne vais rien dire sur la qualitĂ© des sous titres, qui, de temps en temps, laisse Ă  dĂ©sirer (oubli de traduction, fautes de cohĂ©rence), ce n’est pas le sujet, et l’initiative reste une excellente idĂ©e, si elle reste bien menĂ©e.

Ainsi, après avoir commencĂ© sur les chapeaux de roues avec Fullmetal Alchimist Brotherhood (d’ailleurs, on peut voir que les Ă©pisodes jusqu’au 26 ne sont plus disponibles : le coffret a du sortir…), et en ayant rapidement incorporĂ© Dance in the Vampire bund et Durara, Dybex s’est lancĂ© dans un tournant intĂ©ressant, Ă  mes yeux, mais seulement Ă  plusieurs conditions.
Par exemple, Vampire bund a l’air d’ĂŞtre, au mieux, dĂ©laissĂ©, au pire, abandonnĂ©. Certes, la qualitĂ© de l’anime est des plus discutables. Certes, le nombre de fans doit y ĂŞtre assez faible, et certes, Ă  traduire, ça doit ĂŞtre assez chiant Ă  faire.
Mais si l’objectif est de licencier uniquement pour museler le fansub “traditionnel”, Ă  comprendre, illĂ©gal, qui tente de faire dĂ©couvrir gratuitement des animes, ce n’est pas la peine non plus. Je veux dire, autant pour les excellents animes, comme FMA justement, il est clair que le fansub peut ĂŞtre un frein aux ventes ; mĂŞme si je pense que c’est assez relatif (ceci est un autre sujet), mais autant pour des animes Ă  la qualitĂ© discutable, et Ă  l’intĂ©rĂŞt marketing quasiment nul, franchement, museler le fansub est inutile.
Enfin, je dis ça, mais je pense que le plus gros perdant, sur cette affaire, est Dybex lui-mĂŞme, puisqu’il a payĂ©…

Bref, je m’Ă©gare. Revenons au sujet. Donc, Dybex a Ă©ditĂ© et “fansubbĂ©” 3 sĂ©ries dans un lap de temps très rapide, avec un gros forcing sur l’anime le plus populaire -logique-, j’ai nommĂ© FMA, qui pourtant possède 64 Ă©pisodes. Et depuis quelques semaines, FMA a Ă©tĂ© (brillamment) terminĂ©. Encore merci Ă  Dybex, il faut bien noter que c’est la première fois, en France, qu’un Ă©diteur a suivi avec seulement une semaine de retard le lancement original, ce qui est excellent, dans la mesure oĂą mĂŞme les fansubbeurs (français en tout cas) rĂ©alisent rarement cet exploit : souvent, ils commencent surexcitĂ©s et surmotivĂ©s, et sortent les Ă©pisodes dès le lendemain de la diffusion japonaise, talonnant mĂŞme des fois les subs anglais, mais de semaine en semaine, gĂ©nĂ©ralement, la sortie de la vostf prend peu Ă  peu plus de retard. Ce n’est pas spĂ©cialement une critique hein, dans la mesure oĂą ca reste du travail de fan, gratuit qui plus, juste une constatation, pour bien appuyer le fait que Dybex a assurĂ© sur ce coup.
Donc, une fois la sĂ©rie terminĂ©e, qu’a fait Dybex ? Simplement, remplacer la sĂ©rie par une autre. A noter en passant que Durara, assez sympathique, est bientĂ´t terminĂ© lui aussi (reste 2 Ă©pisodes), ainsi que Dance vampire (3 Ă©pisodes, mais ça fait un bon moment que plus rien n’est sorti).
A noter aussi, que Dybex a “bien” choisi ses subs : un blockbuster, une bonne sĂ©rie, et un navet : comme ça, y’en a pour tout le monde :)
Mais j’imagine que le navet, Vampire bund, a Ă©tĂ© choisi pour son cĂ´tĂ© provocateur, une loli vampire Ă  moitiĂ© habillĂ©e, en pensant sĂ»rement que ça attirerait les otakus en manque ; perdu, l’anime n’a rien de moe, il n’a rien d’otaku non plus, mais tout le monde peut se tromper, et il faut bien avouer que c’est dommage, dans la mesure oĂą l’hĂ©roĂŻne avait du potentiel.

Je m’Ă©gare encore :(
Cette fois, promis, j’aborde le sujet principal.
FMA Brotherhood terminĂ©, il a Ă©tĂ© remplacĂ© non pas par un blockbuster (ils ne sont pas fait Ă  la chaine :3), mais par un anime qui a un peu fait parler de lui avant sa sortie, j’ai nommĂ© High School of the Dead. Voici sa playlist.
Yeeeeehaaaaaaa, j’ai lancĂ© le sujet !

J’avais vu le trailer un peu avant sa sortie, et franchement, je n’Ă©tais pas emballĂ© pour un centime. Pour rĂ©sumer le plus simplement possible : des grosses poitrines qui rebondissent, des zombies, des carnages. Youhou.
Mais l’anime a de la chance, actuellement, je regarde beaucoup de sĂ©ries Ă  la frontière du moyen/mauvais, donc chaque nouveau anime me donne espoir de passer du meilleur temps. Je ne vous l’avais pas dit ? J’essaye de terminer tout anime dĂ©butĂ©, mais Ă  force, je pourrais renommer le blog par “le blog de la loose : tout les animes que personne ne regarde tant ils sont pourris”, avec comme premier post une description dĂ©taillĂ©e de mon Ă©tat d’esprit totalement grotesque sur le sujet, oĂą j’expliquerai que non, je ne suis pas sm, et que je n’y peux rien, j’ai commencĂ© parce que je pensais que c’Ă©tait bien suite Ă  la lecture du synopsis, mais ça s’est avĂ©rĂ© totalement pourri, hĂ©las, enchaĂ®nĂ© Ă  mon concept, j’ai du continuĂ© et mĂŞme finir.
Au moins, je peux me targuer de regarder les animes les plus atypiques. Ben oui, ca fait mieux de dire “atypiques” que “tellement pourri que j’en ai vomi”.

Mais j’exagère, en fait. Autant le post prĂ©cĂ©dent, sur les animes les plus pourris, Ă©tait une vĂ©ritable ode sur la nullitĂ© de certains animes (je rĂ©pète par ailleurs que pour Melody of Oblivion, ce n’est pas tant que l’anime soit pourri ; celui-ci est vĂ©ritablement atypique, bizarre, Ă©trange, la nuance est importante. Enfin, je dis cela, mais je conseillerais cet anime qu’Ă  peu de gens ^^), autant celui-ci parle d’un anime que je qualifierais de moyen le plus absolu, qu’on oubliera aussitĂ´t après l’avoir regardĂ©.
Le thème : après les vampires et les loups garous (dance in the vampire bund, pour celles (on peut toujours rĂŞver) et ceux (les bots ?) qui ne suivent pas), il manquait quoi ? Allez, vous devez savoir ! Un clichĂ© des films d’horreurs ? Non, pas l’homme Ă  la tronçonneuse, mais presque. Oui ! Les zombies !

Donc voici l’histoire : Takashi est notre hĂ©ros un peu concon, qui s’est disputĂ© avec sa copine d’enfance -la garce, tout ça parce que, enfants, elle lui avait fait promettre qu’ils seraient amoureux pour la vie. Et devinez quoi ? Takashi, 10 ans (?) plus tard, l’aime encore ! Sauf que Rei (l’amie d’enfance, donc), un peu sal*pe sur les bords, a larguĂ© comme un excrĂ©ment (pour rester poli) Takashi, pour aller vers Hisashi (je pense qu’elle a choisi un prĂ©nom similaire pour ne pas trop perdre ses repères).
Et donc, Takashi se sent mal, on le comprend un peu en fait, bien qu’on puisse s’Ă©nerver qu’il se fait ouvertement draguer par l’intello-canon du coin (qui ressemble Ă  deux gouttes d’eau Ă  Mina… Mais si, l’hĂ©roĂŻne de Dance in the vampire, comme quoi, tout se recycle, par contre, elle est beaucoup plus habillĂ©e, ah ben oui, dommage) sans qu’il ne remarque quoi que ce soit -mais pourquoi les hĂ©ros sont toujours des boulets ?
Bref, il est en train de se morfondre sur son escalier, à sécher les cours et à faire des bulles.
Quand soudain -et lĂ , le suspens est Ă  son paroxysme- il rĂ©alise qu’il y’a du grabuge au portail. En effet, un homme bizarre tente mollement de forcer l’entrĂ©e.
Comprenez moi bien : quand je dis “un homme bizarre”, il faut imaginez un homme Ă  moitiĂ© pourri, avec les yeux rĂ©vulsĂ©s, dĂ©goulinant de sang, qui bave et qui semble tout sauf vivant. Un zombi, quoi. Sauf que les profs, très Ă  cheval sur les règles de l’Ă©cole (il est vrai qu’un homme qui pousse mollement de son corps un portail, ça fait un sacrĂ© boucan, nous sommes d’accord), arrivent sur leur cheval blanc (en fait, avec l’Ă©pĂ©e en bois), et lĂ , quand ils remarquent que l’homme ne rĂ©agit pas, que font-ils ? Je vous le donne en mille : ils s’Ă©nervent (enfin, juste un), et forcĂ©ment, l’empoigne. Le zombi mord, et FORCEMENT, genre 10 minutes après, l’Ă©cole est Ă  feu et Ă  sang, avant que les hĂ©ros ne rĂ©alisent que c’est toute la ville qui est dans cet Ă©tat.

Bon. Reprenons. Un anime basĂ© sur les zombies. Une animation sympathique, de l’action, des gros seins (je suis obligĂ© de le mentionner tant on les mets en avant), des culottes (idem), un design sympa. Mais une histoire qui, dès le dĂ©part, commence mal, beaucoup trop clichĂ©e. Et je pense sincèrement que l’anime ne va pas dĂ©coller. Je peux me tromper, mais j’ai plus l’impression qu’on va aller de clichĂ©s en clichĂ©s, sans aucune innovation. L’anime est agrĂ©able Ă  regarder, c’est un bon passe temps, mais je crains vraiment que ce ne soit rien de plus.
Et puis, je crois que le problème premier, c’est le thème : les zombies.
Je vais vous expliquer pourquoi.

Trois grandes lĂ©gendes existent Ă  propos des ĂŞtres surnaturels : les vampires, les loups garoux, les zombies (on pourra aussi noter les sorcières, et tout plein d’autres, comme les troll, les dragons, les dĂ©mons etc, etc).
Vu que ce sont des lĂ©gendes existantes depuis des siècles, aborder le thème est dĂ©jĂ  un clichĂ©, dans la mesure oĂą tout a Ă©tĂ© dit sur eux. Les diffĂ©rentes Ĺ“uvres existantes sur les sujets peuvent apporter des points de vue diffĂ©rents, amener de nouveaux Ă©lĂ©ments (aie ! Mais aie ! ArrĂŞtez de me jeter des pierres. J’ai bien aimĂ© les livres, alors, pouet), mais dans le fond, rien de vraiment novateur n’intervient. Mais il est tout Ă  fait possible d’en faire de bonnes Ĺ“uvres, Entretiens avec un vampire a marquer bien des gens (dont moi).

Sauf que… A mon goĂ»t, les zombies partent avec un sacrĂ© dĂ©savantage : le rĂ©alisme.
Pour illustrer cela, prenons les autres clichés en exemple, et retranscrivons les dans la réalité.
Les vampires : des ĂŞtres surpuissants, qui n’Ĺ“uvrent que de nuits, qui Ă©vitent de se montrer, très rapides, qui attaquent les proies isolĂ©es en leur suçant le sang, les affaiblissant jusqu’Ă  la mort. Qui plus est, leur force est supĂ©rieure Ă  celle d’un ĂŞtre humain. Il y’a de quoi en avoir peur. A l’opposĂ©, seul quelques armes sont efficaces contre un vampire : l’eau bĂ©nite, le pieu dans le cĹ“ur principalement, et, accessoirement l’ail et le crucifix. Dans tout les cas, difficile d’en venir Ă  bout.

Les loups garous : eux sont plus dans la force brute. Discrets la plupart du temps, arrivĂ© Ă  la pleine lune, ils se dĂ©chainent vĂ©ritablement, et leur mode d’attaque, de nuit, ne fait pas dans la demi mesure : une force brute gigantesque, jusqu’Ă  grotesque tant ils sont surpuissants. Ainsi, mĂŞme face Ă  30 hommes, ils vont attaquer de front. Un mur de pierre ? Ils le dĂ©fonce. Une barricade ? Ils sautent au-dessus. Échapper Ă  ces monstres est quasiment impossible. La seule arme efficace ? De l’argent (pas la monnaie, le mĂ©tal t_t). Et lĂ  encore, non seulement ils peuvent Ă©viter les coups de par leur agilitĂ©, mais en plus, il faut ĂŞtre suffisamment fort pour entamer leur peau, voir, survivre Ă  leur contre attaque.

Je peux continuer longtemps comme cela : les sorcières. De frĂŞles personnes, en gĂ©nĂ©ral, physiquement. Le souci Ă©tant qu’elles Ĺ“uvrent Ă  distance, parfois Ă  plusieurs lieues. Ses sortilèges peuvent tout vous faire, du rhume Ă  la pneumonie en passant Ă  la lèpre mais aussi, vous geler, vous bruler, etc.
Seul le feu peut tuer une sorcière dans certains esprits, mais, plus gĂ©nĂ©ralement, en entravant la libertĂ© de la sorcière, elle ne peut plus vraiment faire quoi que ce soit, encore faut-il l’attraper.

Bref, je vais m’arrĂŞter lĂ  au niveau des dĂ©tails des lĂ©gendes, sinon, plus personne ne va croire que je parle d’un anime.
Tout cela pour vous dire que, pour la grande majorité des légendes existantes, la peur qui existe pour ces êtres surnaturels est légitime (si ils existaient), dans la mesure où leur supériorité physique, mental, intellectuelle, voir numérique est écrasante.
Mais les zombies ? Je n’ai jamais pu vraiment adhĂ©rer au principe des zombies, en rĂ©alitĂ©.
Cela dit, j’ai adorĂ© les Resident Evil, et j’ai bien aimĂ© 28 jours plus tard, preuve que je ne suis pas non plus totalement allergique au concept.
Mais tout de mĂŞme. Un zombi, c’est quoi ? Un ĂŞtre humain infectĂ© par un autre zombi. L’origine est souvent indĂ©terminĂ©, genre “une erreur de manipulation” ou “un accident de laboratoire”.
Mais… Un zombi, en plus d’ĂŞtre en dĂ©composition, c’est tout sauf crĂ©dible. Certes, il est plus costaud qu’un ĂŞtre humain normal. Il a une bonne ouĂŻe aussi. Mais, au niveau des qualitĂ©s… C’est tout. Mais vraiment, hein. Les zombies sont ainsi, très lents. A se demander comment une ville toute entière peut ĂŞtre submergĂ© par des machins qui sont aussi rapides qu’une mĂ©mĂ© de 90 balais qui a des problèmes aux genoux et aux hanches. En plus de cela, les zombies sont aveugles. Ils ne ressentent rien, qui plus est, ce qui veut dire que tu peux trĂ©bucher dedans sans qu’ils te remarquent. Ok, ce cĂ´tĂ© “je ne ressens rien” les rend immortels, et ils ne craignent pas trop le feu non plus.
Mais, excusez moi, ça reste très abordable Ă  tuer. Oh, bien sĂ»r, lĂ , vous allez me rĂ©torquer “oui mais c’est difficile de faire face Ă  un proche transformĂ©”, eh bien, moi je vous rĂ©ponds : nan.
Je veux dire, tu vois un amas de chair en dĂ©composition, qui te “fonce” dessus, sans aucune conscience, les yeux rĂ©vulsĂ©s -quand ce n’est pas tombĂ©s, la peau flĂ©trit, avec des intentions claires de meurtres, et toi, Ă  ce moment, tu aurais une prise de conscience ? “oh non, mince, c’est albert, mon voisin du dessus, je peux pas lui faire ça” ?
NAN. A ce moment, dans le pire des cas, tu le repousses et tente de fuir, et dans le meilleur, tu prends la première chose qui te tombes sous la main et tu le lui écrase dans sa tronche. Faut pas abuser, quoi.
Et quand je vois, systĂ©matiquement dans ces Ĺ“uvres de zombies, qu’une villa-ville-mĂ©tropole-mĂ©galopole-rĂ©gion-pays-monde entière est contaminĂ©e par ces zombies, moi je dis stop, faut arrĂŞter de se foutre de nous.
Allez, soyons magnanimes, on va dire que l’infection peut se propager jusqu’Ă  une ville complète. Admettons. Il faisait nuit, les gens dormaient, les voitures flambaient, mais, de nos jours, c’est tellement habituel que personne n’a fait le lien. Ok. Et le lendemain, Ă  tout plein de seuil de portes, les gens ont Ă©tĂ© attaquĂ© par surprise et la propagation a rapidement progressĂ©. ADMETTONS.

Mais il y’a forcĂ©ment des gens qui n’ont pas Ă©tĂ© eu. Et ces gens lĂ  vont tenter d’alerter la police dans un premier temps. Ensuite, ils vont tenter de se rĂ©unir, de fuir la ville. Et non pas d’aller voir si tout va bien chez papa-maman qui habitent au cĹ“ur de la ville, screugneugneu. Et de la, l’armĂ©e peut rapidement intervenir. Et justement, dans l’armĂ©e. Ok, les gens de l’armĂ©e sont pas forcĂ©ment des gens qui arborent un 180 de QI bien senti. Mais quand mĂŞme. Ils rĂ©aliseront bien vite que les balles dans le corps ne font rien aux zombies. Et vont vite rĂ©aliser que seul une, ou quelques balles logĂ©es dans le crâne arrivent Ă  bout de ces zombies.
Alors, s’il vous plait : cessez de prendre les gens pour des jambons, quoi. Bien sĂ»r, je comprends que pour l’auteur, une ville dès le dĂ©part, ou en tout cas très rapidement infestĂ©e est bien plus intĂ©ressante scĂ©naristiquement qu’une propagation rĂ©aliste : je veux dire, si la dizaine de zombies se fait butter par le premier char d’assaut qui arrive, y’a pas le temps d’en faire un film. Je le conçois. Mais soyez crĂ©atifs, alors. C’est votre boulot, non ? Parce que j’en ai assez de voir une ville se transformer en moins de 24 heures en un champs de ruine oĂą les zombies sont partout, tout cela Ă  cause d’une propagation inconnue, d’un virus ou d’un problème de laboratoire.

Et puis… Il y’a le mode de propagation, aussi. Je ne peux que protester ! C’est la mĂŞme chose que pour les vampires, oui : une morsure. Et, pareil que les vampires, ils peuvent soit manger, soit convertir (les religieux devraient essayer cette mĂ©thode, rĂ©sultats garantis). Sauf que pour les vampires, il y’a une vĂ©ritable logique : les vampires sont des ĂŞtres censĂ©es, qui pensent, qui rĂ©flĂ©chissent, aux capacitĂ©s intellectuelles au moins Ă©quivalentes aux nĂ´tres, voir supĂ©rieures. Ainsi, si il a faim, il va sucer le sang de sa victime jusqu’Ă  la dernière goutte, et si il se sent seul, si il apprĂ©cie la personne ou si son espèce est menacĂ©e (il est intelligent je rappelle, donc il peut le planifier), il va convertir la personne et la faire rejoindre le cĂ´tĂ© sombre.
Mais les zombies ? Je rappelle qu’ils sont aveugles, qu’ils n’ont pas d’ordre, n’obĂ©issent Ă  personne, et ont un QI qui frĂ´le le zĂ©ro. Et pourtant ? Comme par hasard, ils sĂ©lectionnent leurs proies Ă  merveille. A comprendre : les connards et les gens pas importants seront bouffĂ©s, PAR CONTRE, les gens importants, vous pouvez ĂŞtre surs qu’ils ne seront que mordus.
Mais rĂ©flĂ©chissons un peu : un zombie, ça ne rĂ©flĂ©chit pas, non ? Ça n’a pas de sentiment non plus. Alors pourquoi ils transformeraient des gens en un des leurs ? Il n’y a aucune raison logique.

Je vais mĂŞme aller plus loin dans ma critique des zombies (finalement, le titre du sujet n’a pas Ă©tĂ© approfondi très longtemps :p ) : comment les zombies se reconnaissent entre eux ? Pourquoi ils ne se mangent pas ? Et d’ailleurs, pourquoi ils ont besoin de manger ? Ils sont pourris, leurs fonctions vitales sont arrĂŞtĂ©es, alors, pourquoi ?

Bref, les zombies, je déteste ce concept. Faites en moi un nouveau si besoin, mais arrêtez avec ces clichés totalement absurdes.

Concernant High School of the Dead -youpi, je reviens dessus- j’en suis Ă  l’Ă©pisode 4, je vais certainement continuer Ă  suivre (je peux bien trouver 20 minutes par semaine), mais je n’attends pas grand chose pour sa suite.
D’ailleurs, pour dĂ©tailler un peu l’anime, je vais vous faire une rapide prĂ©sentation des personnages, en tout cas les premiers rencontrĂ©s (bravo la prĂ©sentation Ă  la fin :/) :

Takashi : notre hĂ©ros de l’histoire, mĂ©lancolique et amoureux de Rei au dĂ©but. Après l’accident, il sera toujours amoureux de Rei et soit disant dĂ©faitiste (propos tenus par Rei, juste après qu’ils aient contemplĂ©s une ville en ruine infestĂ©es de zombies : c’est clair que dans ces moments, il vaut mieux ĂŞtre optimiste -_-)

Rei : une garce qui va ouvertement tromper l’homme qu’elle a fait promettre de ne jamais la tromper. Assez hystĂ©rique dans son genre, qui plus est.

Hisashi : le copain de Rei. (attention spoil du premier Ă©pisode) ForcĂ©ment, il va la sauver et forcĂ©ment, il va ĂŞtre mordu. Et forcĂ©ment, Takashi va devoir lui remettre les idĂ©es en place (ou plutĂ´t : la cervelle hors de sa tĂŞte), et ce malgrĂ© l’imbĂ©cilitĂ© de Rei qui va croire qu’Hisashi ne sera pas transformĂ©, lui (je vous avais prĂ©venu que l’anime Ă©tait un amas de clichĂ©s).

Hirano : le gros otaku Ă  lunettes du coin. Ouf, il se rĂ©vĂ©lera ĂŞtre un otaku des armes. Bien pratique de pas ĂŞtre tombĂ© sur un otaku du cosplay, de l’informatique ou des figurines, il aurait pas eu la mĂŞme utilitĂ©.

Saya : la fille Ă  couettes amoureuse du hĂ©ros (mais on s’en doute pas, hein) autoritaire Ă  lunettes tsundere (aux seins qui pendent quand elle se penche). Oui, je vous avais prĂ©venu : y’a du clichĂ©, et du bon.

Busujima : pour faire simple : une kendoka.

La meilleure pour la fin :

Marikawa (l’infirmère) : alors, la ! Respect. Non, franchement. Pensez mettre une infirmière Ă  gros seins, blonde de surcroit, tout le monde y aurait pensĂ©, certainement. Mais oser rajouter dans ses traits de caractères “cruche” ainsi que “très naĂŻve” et “maladroite”, il fallait oser, vraiment. Ben oui, parce que non content de trĂ©bucher sur de la poussière, elle va tenter de soigner les premiers zombies qui se prĂ©sentent Ă  elle “viens la mon petit que je te soigne, t’as l’air souffrant” T_____T

VoilĂ  voilĂ , c’Ă©tait donc, High School of the Dead, un anime qui vous fera passer un peu de votre temps, mais qui ne restera dans les mĂ©moires de personne, je pense. A part l’opening peut ĂŞtre.

A noter que j’en suis Ă  l’Ă©pisode 4, et que dans cet Ă©pisode, j’ai rĂ©alisĂ© que pour couronner le tout, la sĂ©rie est censurĂ©e… On n’y voit mĂŞme pas les mamelles dĂ©nudĂ©es se faire grassement tripoter alors qu’on les a pourtant fait pendouiller habillĂ©es durant 3 Ă©pisodes durant, nous forçant Ă  n’avoir que cette idĂ©e que de les prendre Ă  pleines mains pour les tâter comme des melons -que dis-je, des pastèques. Un scandale.
[Nota ben pour les féministes qui passeraient pas hasard par ici (% de chance : 0,1) et qui auraient lu l'article jusqu'au bout (% de chance : -1) : je plaisante, je n'ai -je crois, pas l'esprit aussi mal tourné que cela, mais force est de constater que les généreuses poitrines sont souvent mises en avant]



Popularity: 10% [?]