Jigoku Shojo | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Jigoku Shoujo

Jigoku shoujo, ou la fille de l’enfer. Un titre qui intrigue, un anime tout aussi intriguant. L’histoire est simple : en se connectant sur un site spĂ©cifique (y’a pas d’url par contre, dĂ©solĂ© :x) Ă  minuit prĂ©cise, il nous est possible de se connecter sur le chat de l’enfer. A ce moment prĂ©cis, si votre haine dĂ©borde, vous pourrez rencontrer la fille de l’enfer, qui vous donnera une poupĂ©e, qui possède un fil rouge : si vous le dĂ©nouez, la personne maudite atterrira immĂ©diatement en enfer. La contre partie, c’est qu’au terme de sa vie, la personne qui a envoyĂ© la malĂ©diction ira elle aussi en enfer.
2 vides se crĂ©ent lorsqu’on maudit une personne, il faut bien les combler : la victime et l’auteur.

La première saison est sortie en 2005. Son côté mystérieux était sympathique, et la série, à chaque histoire, nous surprenait davantage, en créant des situations nouvelles, originales, et forcément issues de la vraie vie.
Certes, certaines mauvaises personnes mĂ©ritent l’enfer, mais, pour les autres ? Certaines n’ont rien fait de spĂ©cial, et finissent malgrĂ© tout en enfer, Ă  cause de la rancĹ“ur de leurs proches ou pire, d’une jalousie stupide.
On s’interroge donc Ă  chaque Ă©pisode sur les raisons de l’envoi en enfer, tout en se demandant ce qui se cache derrière tout cela, derrière la fille de l’enfer notamment. HĂ©las, la saison 1 s’arrĂŞte sans aucune explication. Au final, cette saison 1, de 26 Ă©pisodes, est divertissante mais sans plus.
Son personnage principal, Enma Ai, n’est en rien expliquĂ©, et ça nous laisse sur notre fin.

Enma Ai

A noter l’excellent ending, beau, sublime, magnifique, surpuissant (au niveau de la musique et des dessins), que j’Ă©coute toujours en subissant des frissons de plaisir.

Un peu longue, donc (13 Ă©pisodes auraient suffis), et nous laissant sur notre fin. La seconde saison, composĂ©e elle aussi de 26 Ă©pisodes, enfonce en tout point la saison 1, la rendant pratiquement obsolète, car oui, on retrouve les mĂŞme composantes que la saison 1, la mĂŞme trame de fond, les mĂŞme minis histoires, sauf qu’en plus de cela, un journaliste va se pencher sur la fille de l’enfer, et traquer son passĂ©.
On aura ainsi enfin droit aux rĂ©vĂ©lations du pourquoi du comment ; qui est la fille de l’enfer, pourquoi elle est si jeune, pourquoi elle tient ce rĂ´le. Son histoire est dĂ©chirante, et l’anime tout entier vaut le coup, du dĂ©but Ă  la fin. Fin qui, d’ailleurs, clĂ´t vĂ©ritablement la sĂ©rie, après la mise en bouche, l’explication, on a droit Ă  une finalitĂ© par rapport Ă  la fille de l’enfer, et je pensais alors “c’est une bonne saga finalement, la saison 1 Ă©tait un chouĂŻa longue, mais elle reste regardable, et la saison 2 est excellent en tout point”.

Jigoku Shoujo 2

Tant que j’y suis, jusqu’Ă  prĂ©sent, je vous ai dit que l’ending de la saison 1 Ă©tait sublime, certes, ça reste la meilleure musique de la saga, mais les autres thèmes ne sont pas en reste : l’ambiance musical durant la sĂ©rie est tout Ă  fait appropriĂ©e. Et pour en revenir sur les op/ed, en plus de leur qualitĂ© sonore, il ne faut pas oublier leur qualitĂ© visuelle, d’un haut niveau, et leur dĂ©roulement est tout Ă  fait admirable : des gĂ©nĂ©riques comme on en veut plus souvent ^^
Rajouter à cela une bonne animation, et des dessins vraiment jolis, et vous obtenez, techniquement, quelque chose de très sympa.

Jigoku Shoujo

Et le drame survint. Alors que personne ne l’attendait, au vu de la fin de saison 2, une saison 3 arriva.
Je me suis alors dit que si les producteurs s’Ă©taient dĂ©cidĂ©s Ă  sortir une saison 3, c’Ă©tait que soit ils avaient une bonne raison pour continuer, soit le succès de la sĂ©rie les a forcĂ© Ă  en faire une saison 3, quitte Ă  en faire du caca.
HĂ©las, c’est la seconde option, apparemment. D’une sĂ©rie agrĂ©able et mystĂ©rieuse, on passe rapidement Ă  une sĂ©rie grotesque et chiante. Une vĂ©ritable descente en enfer, sans mauvais jeu de mot, mais on a la fâcheuse impression que la saison 3 s’est elle-mĂŞme maudite, tant sa qualitĂ© est discutable.
Sur le plan technique, ok, rien Ă  redire, on ne change pas une Ă©quipe qui gagne. Mais pour le reste… Horrible. Les nouveaux personnages introduits sont non seulement inutiles, mais insupportables, et grotesques : la palme revient Ă  la petite fille (dont j’ai oubliĂ© le nom, comme vous le remarquez), grande gueule, pleurnicheuse, et surtout, surtout… Que l’on doit remonter rĂ©gulièrement. Oui oui, remontĂ©, avec une clĂ©, pour qu’elle puisse continuer Ă  faire du vĂ©lo. Pitoyable. Absurde. IncohĂ©rent. Stupide.
L’histoire, Ă  la base, bien que poussive, la fille de l’enfer qui se rĂ©incarne via le corps d’autre fille, aurait pu sauver le tout. Que nenni. Ladite fille est une collĂ©gienne tout ce qu’il y’a de plus conventionnel, et pour lui Ă©viter de devoir changer sa vie, quasiment tout les Ă©pisodes sont en relation avec son collège, et tout les Ă©pisodes auront lieu dans la mĂŞme ville : très sympa pour les scĂ©naristes qui ne doivent plus se creuser la tĂŞte, mais diablement chiant pour le spectateur.
Et puis, le dĂ©roulement de l’histoire est poussif : on reprend les mĂŞme et on rererecommence, sauf qu’au bout de la troisième fois, on est totalement lassĂ©. Le fond des histoires est ainsi identiques aux 2 prĂ©cĂ©dentes saisons, aucune originalitĂ© ne sera ajoutĂ©e.
Et ce n’est pas le nouveau pseudo personnage principal qui va me faire changer d’avis.
Pendant plusieurs Ă©pisodes, au dĂ©but, son seul rĂ´le est de contenir Enma Ai en elle, ne se posant pas plus de questions que cela. Bien obligĂ©e par la suite, elle va tenter, forcĂ©ment, de rĂ©soudre les problèmes afin que les gens abandonnent leur vengeance. Évidemment, ça ne va pas marcher, alors que va t-elle faire ? Tenter d’ignorer tout cela. Jusque la, nous sommes dans le clichĂ© total, originalitĂ© : 0.

Jigoku Shoujo

Mais arrivé à ce niveau, on se retrouve à la fin de la série. Vite, les réalisateurs doivent quand même trouver une conclusion à ce désastre. Alors, hop là, on construit vite fait la fin.
Je vais spoiler la fin, donc sauter ce paragraphe si vous désirez regarder la saison 3 (ce que je ne vous conseille pas).

Subitement, l’hĂ©roĂŻne va se retrouver inconnue de tous. Raison invoquĂ©e ? En fait, il se trouve qu’elle est morte depuis une dizaine d’annĂ©es, et que toute sa vie depuis n’Ă©tait qu’illusion. Euh ?..
Non non, ce n’est pas tout. Elle va donc endosser le rĂ´le de la fille de l’enfer, faisant disparaitre Enma Ai (pour une raison non indiquĂ©e), son premier boulot sera de donner la poupĂ©e au père de sa meilleure amie, envoyĂ©e en enfer pour une raison totalement dĂ©bile. On pourrait demander alors “mais euh, c’est sa meilleure copine dans le monde illusoire qu’elle a crĂ©e, mais en vrai, en fait, elle reprĂ©sente quoi pour l’hĂ©roĂŻne ?” mais on va s’abstenir de cette question, je redoute que les scĂ©naristes n’en savent rien non plus.
Bref, elle va vouloir devenir la fille de l’enfer mais uniquement pour les cas qu’elle jugera juste : en gros, elle se prend pour une divinitĂ© d’un coup. Sauf que, forcĂ©ment, l’araignĂ©e dont on ne saura rien de plus (idem pour la grand père, absente de cette saison, mais dont on ne sait rien), ne va pas laisser faire ça, et va vouloir la punir. Et la, tadam ! Enma Ai rĂ©parait, et endosse la responsabilitĂ©. Sa punition : devoir rester la fille de l’enfer pour l’Ă©ternitĂ©. Quand on sait son “pĂ©chĂ©” originel, on est en droit de se dire que leur loi est lĂ©gèrement pourrie tout de mĂŞme, la pauvre, son destin est tragique, et en plus, elle endosse la responsabilitĂ© de la mĂ©chancetĂ© des gens, c’est dingue.
Bref, la dernière question que l’on peut se poser : pourquoi Enma Ai a fait tout ça ? Rassurez vous, on y rĂ©pond. “Parce que tu es moi”. Ahhhh, oui, ok. Ok. Tu te foutrais pas de ma gueule par hasard ?
Les deux filles ne se ressemblent en rien au niveau de leur histoire personnelle, et leur personnalitĂ© me semble tout aussi diffĂ©rente. Enfin, bon. Ça permet de faire disparaitre l’hĂ©roĂŻne, de clore l’histoire et de terminer sur une touche yuri qui va tenter de nous faire oublier tout le reste.
Ah ! Oui. Concernant l’histoire de l’hĂ©roĂŻne, elle est triste mais pas vraiment intense. Je dirais mĂŞme qu’elle est plutĂ´t poussive, et ne fais que nous rappeler la connerie des gens (ah, c’est peut ĂŞtre pour ça qu’Ai dit qu’elles sont similaires… Mais ĂŞtre similaires par procuration des gens alentours, ahem). Bof quoi.
Jigoku Shoujo

Donc au final, la saison 3 est un Ă©chec. Vraiment.
Honnêtement, si vous vous intéressez à cette série, regardez uniquement la saison 2. La saison 1 est pas mal mais très linéaire, sans finalité. La saison 1 reste un bon divertissement mais ans plus.
La saison 2 par contre est une série à la hauteur, et mérite un bon 8/10, je pense.
Par contre, oubliez la saison 3 : dĂ©jĂ , si vous n’avez pas vu la saison 2, vous n’y comprendrez rien, donc vous ĂŞtes obligĂ©s de regarder la saison 2. Ensuite, elle n’apporte strictement rien Ă  la saga. Au contraire, mĂŞme : elle la discrĂ©dite.

Bref, Jigoku shoujo est une bonne sĂ©rie, mais trop longue. Au lieu de vaquer Ă  des histoires qui n’apportent rien, elle aurait mieux fait de se concentrer sur une trame principale, ce qui l’aurait rendu incontournable ; lĂ , on termine avec une bonne sĂ©rie, mais sans plus, et pour peu qu’on s’arrĂŞte Ă  la saison 2.

Popularity: 22% [?]