Le Sanglot Des Cigales | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Et voilĂ , le dernier tome est arrivĂ©, et je l’ai terminĂ©… Mine de rien, cela fait un petit pincement au cĹ“ur. Ben oui, cela Ă©tait la 4ème annĂ©e que, tout les printemps, un tome sortait, et dĂ©sormais, la saga est terminĂ©e.

Ce dernier tome est sensiblement différent des précédents, et pour cause : tout est y est expliqué. Fini les mystères, fini les horreurs, on passe dans les explications et la recherche du happy end tant espéré !
Le prĂ©cĂ©dent tome donnait dĂ©jĂ  quelques gros indices, mais celui-ci indique clairement la solution, et, après 4 annĂ©es, il Ă©tait temps (si vous n’avez pas vu l’anime, bien sĂ»r) !
Alors, verdict de la solution finale ? HonnĂŞtement, la jaquette indiquait qu’1% avait trouvĂ© la solution, mais moi, je pense que ce n’est pas faisable… A la limite, tu peux trouver la solution Ă  un ou deux aspects de la sĂ©rie, mais pour toutes les trouver, c’est vraiiiiiiiiiment difficile, voir infaisable, vu que rien ou presque n’allait dans ce sens.
Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher la surprise, mais, dans tout les cas, la solution est Ă  la hauteur du reste, c’est Ă  dire, finement menĂ©e, et vraiment dĂ©taillĂ©e.

D’ailleurs, pour ce dernier tome, on aura droit Ă  de nouveaux personnages, mais surtout, Ă  de nouvelles musiques, qui, avouons le, ne sont pas vraiment Ă  la hauteur du reste, surtout la musique de fin, qui fait un peu tâche, mais bon, ce n’est pas non plus dramatique en soi.
J’ai Ă  nouveau notĂ© combien de temps ça m’a pris pour tout lire, et, encore une fois, on en a pour son argent : 12 heures pour le tome 7, 13 heures pour le dernier tome, avec un dernier chapitre qui dure plus de 3 heures ! Ouais, tout de mĂŞme ! Plus de 24 heures de plaisir, que demandez de plus ?

Bref, au vu de chacun des tomes, et au vu de l’intĂ©gralitĂ©, je me rĂ©pète : Le sanglot des cigales est excellent en tout point, je le conseille vivement Ă  toutes et Ă  tous : au lieu de jouer aux jeux vidĂ©os ou de regarder la tĂ©lĂ©, Le sanglot des cigales vous captivera en vous faisant lire, en clair, 100% bĂ©nĂ©fices.

Pour acheter les différents tomes, et pour découvrir plus en profondeur le jeu : le site officiel
A noter qu’il me reste encore quelques exemplaires des tomes 1 et 2, parfait pour vous lancer dans l’œuvre.

N’oubliez pas le sondage pour dire quel est votre personnage prĂ©fĂ©rĂ©e !

Pour le reste, verdict entre l’anime et le visual novel ?
Ben, Ă©videmment, l’anime est plus court, plus visuel, et saura certainement combler le plus grand nombre, de par son format beaucoup plus connu.
Cependant, Ă  l’opposĂ©, il faut bien se rendre compte que l’anime est moins riche, moins dĂ©taillĂ©, il met de cĂ´tĂ© certains dĂ©tails et d’autres parties importantes. De plus, de par son support, on sera nettement plus tentĂ© de lancer les Ă©pisodes sans vraiment rĂ©flĂ©chir au pourquoi du comment, ce qui est vraiment dommage, et ce que j’ai fais, et dont je regrette. Oh, je ne pense pas que j’aurais trouvĂ© la solution, mais quant mĂŞme, c’est dommage, il est tellement rare d’avoir des Ă©nigmes de cette ampleur que c’est bien dommage de les laisser passer sans s’ĂŞtre rĂ©ellement penchĂ© dessus.
Mais, globalement, je dirais que le visual novel reste supĂ©rieur Ă  l’anime. Et puis, son support original vous changera un peu vos habitudes, quoi de mieux ?
Non, dans tout les cas, que vous preniez l’anime ou le visual novel, Le sanglot des cigales, Higurashi no naku koro ni, reste une Ĺ“uvre excellente, qui ne dĂ©plaira Ă  personne : en tout cas, je n’ai pas vu un seul avis nĂ©gatif, c’est dire.

Bref, Higurashi no naku koro ni, c’est bien ! Ruez vous dessus, c’est un ordre, et vous ne le regretterez pas !
Je ne peux donc que finir par remercier l’auteur, mais aussi et surtout, de par chez nous, Pierre Bancov, le traducteur qui s’est coltinĂ© toute la traduction + tout les droits Ă  se farcir + tout le dĂ©veloppement du logiciel (enfin, la conversion du langage japonais en français), ce qui n’est pas rien, et qui lui a pris bien des annĂ©es, sans aucune garantie d’un quelconque retour sur investissement. J’espère sincèrement qu’il sera rentrĂ© dans ses frais, et, mieux, qu’il aura gagnĂ© quelque chose, car, vraiment, il le mĂ©rite, et Higurashi no naku koro ni tout autant, non, mĂŞme plus !

Alors Pierre, chaud pour Umineko ? L’anime m’a clairement déçu, mais peut ĂŞtre que le visual novel saura me faire changer d’avis ? Allez, on va voir s’il est motivĂ© pour ce faire :-)

Dans tout les cas, le sanglot des cigales, c’est fini, je suis vraiment triste de quitter tout ces personnages, Rena, Rika, Shion, Satoko, Keiichi, Oishi, j’en passe et des meilleurs, mais j’ai passĂ© d’excellentes annĂ©es avec eux, et je ne peux donc que rendre hommage Ă  la sĂ©rie, aux oav, aux visual novel… Bref, Ă  tout.

La mère a la classe
Le sanglot des cigales

Un zoli grenier ?
Le sanglot des cigales

Une histoire… Euh, intĂ©ressante ?
Le sanglot des cigales

^_^
Le sanglot des cigales

Mais qui que ça peut être ?
Le sanglot des cigales

Rena a -heureusement- toujours son mode mimi :p
Le sanglot des cigales

J’aime bien son expression
Le sanglot des cigales

Mais que peut bien rendre Takano si Ă©nervĂ©e, elle qui est d’habitude si calme ?
Le sanglot des cigales

Encore un nouveau personnage
Le sanglot des cigales

Popularity: 26% [?]

Un petit billet pour vous annoncer que le cd regroupant les tomes 1 à 4 est désormais épuisé.

Il reste encore le premier cd, qui vous offrira de nombreuses heures de lectures, ainsi que quelques exemplaires du dernier Ă©pisode sorti, le tome R, qui est l’avant-dernier de la sĂ©rie. DĂ©pĂŞchez vous si vous voulez vous faire happer par cette passionnante sĂ©rie.

Dans tout les cas, si vous dĂ©sirez un exemplaire Ă©puisĂ©, n’oubliez pas le site français officiel !

Popularity: 15% [?]

Allez hop, un ptit billet sondage !

sondage

N’hĂ©sitez pas Ă  nous dire quel est votre personnage prĂ©fĂ©rĂ© dans cette excellente saga ^_^

Popularity: 25% [?]

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Ca y’est, tomes 5 & 6, terminĂ©s !

J’ai pris un peu de retard Ă  les acheter et Ă  les faire, mais, cette fois, ça y’est : Le sanglot des cigales : R est terminĂ©.

Et bon, comme d’habitude : ce fut très bon. Oh, toujours quelques petites fautes qui parsèment les textes, mais, jamais rien de bien grave, d’autant plus qu’elles seront sĂ»rement corrigĂ©es au fur et Ă  mesure des patchs, disponibles gĂ©nĂ©ralement sur le site officiel français.
D’abord, je reprends le rĂ©capitulatif, un peu plus dĂ©taillĂ© cette fois, des chapitres sortis : il ne reste plus qu’un cd, soit 2 chapitres, qui paraitrz certainement l’annĂ©e prochaine.

Tomes 1 et 2 :
a) Enlevés par les démons
–> Histoire dans la peau de Keiichi
b) La purification du coton
–> Histoire dans la peau de Keiichi, dans une autre version

Tomes 3 et 4 (à noter que ce dvd contient en réalité les tomes 1 à 4 !) :
c) Malédiction meurtrière
–> Histoire de Satoko
d) Pour tuer le temps
–> PassĂ© de Rika

Tomes 5 et 6 :
a) La détective
–> Histoire de Shion
b) Le purgatoire
–> Histoire de Rena

Première chose importante Ă  savoir : il y’a de nouveaux personnages !

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Et en plus, enfin, après une attente insoutenable, alors que ce fut le personnage principal des 3 premiers chapitres… Keiichi est enfin dessinĂ© !

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Mais, du coup, ce n’est plus lui le hĂ©ros ! Et oui ! Car, comme indiquĂ© dans le prĂ©cĂ©dent tome, Ă  partir du tome 5, Higurashi va commencer, tout doucement, Ă  nous rĂ©vĂ©ler les dessous de l’histoire…
Et, pour ce faire, quoi de mieux d’avoir des points de vue diffĂ©rents ? On commencera donc par un personnage plutĂ´t secondaire, Shion, la soeur jumelle de Mion, qui ne vit mĂŞme pas Ă  Hinamizawa

Shion - Higurashi

A bien y rĂ©flĂ©chir, je pense que Shion est mon personnage prĂ©fĂ©rĂ©… Mais, peu importe. En rĂ©alitĂ©, cette histoire est l’envers du dĂ©cors de “La purification du coton”, souvenez vous… Mion, la chef de famille, qui pète les plombs et va enlever voir tuer plusieurs personnes, dont Rika, Satsoko et Shion… Mais comment en est-elle arrivĂ©e lĂ  ?
La solution va très certainement vous surprendre, mais je ne vous en dirais pas plus, évidemment.
De grosses surprises, un plaisir de lire extrĂŞme, et puis, comme d’habitude, des scènes insoutenables ! Et Ă  ce propos, je ne me lasse pas de certains thèmes, genre Shukusai, qui, quand ils arrivent, vous feront ressentir des frissons d’excitation ou de peur - un vrai bonheur :

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Bref, des rĂ©vĂ©lations sur le premier chapitre, qui deviendra, d’un coup, nettement plus clair. Un petit rĂ©gal, surtout que l’ion est accompagnĂ© de la dĂ©licieuse Shion, enfin, dĂ©licieuse… Ça dĂ©pend, on va dire :o)

L’autre chapitre, c’est”le purgatoire”. Une nouvelle histoire, encore une fois, qui nous met cette fois-ci dans la peau de Rena, enfin, Reina. Ou plutĂ´t : qui nous met Ă  moitiĂ© dans la peau de Rena, puisqu’on aura aussi droit Ă  un point de vue de Keiichi, afin de complĂ©ter la comprĂ©hension de l’histoire.
Cette histoire est particulièrement intĂ©ressante pour plusieurs raisons : c’est une nouvelle histoire, on a enfin le droit de savoir le passĂ© de Rena, cette fille qui sera mystĂ©rieuse durant tout les autres chapitres, il y’a de nouveaux personnages, mais, surtout, niveau thĂ©ories au “pourquoi ?”, il y’a largement de quoi faire, en fait, tout et n’importe quoi vous sera donnĂ©, et vous embrouillera plus que jamais.

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Car, eh non ! La véritable solution ne sera pas donnée, il faudra attendre le volume suivant, le dernier.
Alors, comme indiquĂ©, oui, il y’a de nombreuses rĂ©ponses Ă  certains questions, mais, non, le coeur du mystère ne sera pas dĂ©voilĂ© ; j’aurai mĂŞme tendance Ă  dire “au contraire”, puisque de nouvelles questions vous seront posĂ©es, surtout Ă  propos d’un des personnages du jeu, qui deviendra le mystère n°1 (ou 2).

Et en parlant de ça, cette fois, j’y ai pensĂ© ! Oui, j’ai enfin comptĂ©, Ă  la minute près, le nombre d’heures que m’aura pris ce chapitre (le purgatoire, donc). Roulements de tambours…. 9h20 !
Et oui, 9h20 de lecture assidue, pour un seul chapitre. Alors, non, tout les chapitres ne se valent pas niveau temps, et je dirais que celui-ci est dans la moyenne : certains sont plus courts, mais d’autres sont plus longs.
Mais ça rejoint l’estimation que j’avais faite lors du premier volume, soit, une dizaine-vingtaine d’heures de lecture pour chaque cd, ce qui est plutĂ´t honorable niveau durĂ©e de vie :-)
Bref, tout ça pour vous dire que vous en aurez pour votre temps, votre argent et votre plaisir. Le sanglot des cigales, c’est bien ! Prenez le, acheter le, dĂ©vorez le jusqu’Ă  la lie, ça en vaut largement la chandelle.

Ah oui, j’ai failli oublier : une petite dĂ©ception, dans ce volume, qui ne contient ni de mini-jeu, ni de rĂ©union des protagonistes Ă  la fin. Alors, pour les minis-jeux, ce n’est pas trop grave, ils Ă©taient très dispensables et faisaient plus offices d’amusement de 2-3 minutes, mais pour la rĂ©union des personnages, c’est un peu dommage… Mais mĂŞme sans cela, les chapitres en eux-mĂŞmes suffiront Ă  vous remuer les mĂ©ninges, ce n’est pas trop grave, juste dommage.

On se donne rendez vous donc pour l’annĂ©e prochaine environ, pour le dernier chapitre, qui, enfin, nous dĂ©voilera tout les mystères d’Higurashi. Et vous, qu’en pensez vous ? D’oĂą vient tout ces Ă©vènements ? MalĂ©diction, organisation, hasard, ou surnaturel ? Ou alors… Allez, images!

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Le sanglot des cigales R : Higurashi

Popularity: 33% [?]

Oui, je sais, j’avais dĂ©jĂ  poster un sujet ici, mais il ne concernait que la sortie de l’Ĺ“uvre, pas son contenu.

Oui, je sais aussi que c’est le 4ème sujet que je post sur Higurashi, après la comparaison avec Umineko, le dĂ©tail des tomes 1 et 2 puis l’annonce de la sortie des tomes 3 et 4.
Je vous le dit tout de suite : il y’aura encore au moins 2 autres sujets, si ce n’est 4 (pour le dĂ©tail des 2 derniers volets, tomes 5 & 6 et tomes 7 & 8, et Ă©ventuellement l’annonce de leur sortie).

Je pense qu’il me faut commencer par un rĂ©capitulatif du dĂ©tail des tomes :
Tomes 1 et 2 :
a) Enlevés par les démons
b) La purification du coton

Tomes 3 et 4 (à noter que ce dvd contient en réalité les tomes 1 à 4 !) :
c) Malédiction meurtrière
d) Pour tuer le temps

Pour commencer, je dirais que je suis vraiment déçu. Mais vraiment. Autant Ă  la lecture des tomes 1 et 2, ça allait, mais la… Je parle du fait d’avoir vu l’anime avant d’avoir lu le visual novel… Parce que, autant dans les tomes 1 et 2, l’histoire Ă©tait quasiment la mĂŞme dans l’anime que dans le visual novel, autant les tomes 3 et 4 sont justes 10 fois plus explicatifs et immersifs… Je n’ose mĂŞme pas imaginer les 2 prochains tomes, les rĂ©ponses, comment elles seront plus fouillĂ©es ><
Car oui, je ne sais pas si je vous l’avais dit, mais sur les 8 chapitres, la moitiĂ©, donc 4, donc les deux dvds disponibles actuellement, posent les problèmes, selon plusieurs points de vue, qui donnent chacun d’entre eux de prĂ©cieux indices qui peuvent vous faire rĂ©soudre le grand mystère auquel fait face Hinamizawa. Les 4 suivants vont rĂ©soudre toutes les interrogations. Le principal intĂ©rĂŞt de la sĂ©rie, c’est d’essayer de comprendre ce qui se trame rĂ©ellement dans cette ville. Le souci, c’est qu’honnĂŞtement, il Ă©tait quasiment impossible de trouver la cause des problèmes dans l’anime, enfin je pense. Or, lĂ , avec moult dĂ©tails autrement plus croustillants, je pense qu’il est plus aisĂ© de trouver la solution, ou tout du moins d’avoir de sĂ©rieuses pistes.
Je dis cela parce que je connais la fin, j’avoue, et je sais bien que, sur le visuel novel, seul 1% des gens ont pu rĂ©soudre l’Ă©nigme, c’est dire la difficultĂ© de l’affaire :-)

Revenons en Ă  nos moutons. Que vaut ce tome 3 & 4 ? En dehors du fait qu’il contient en rĂ©alitĂ© les 4 chapitres, ce qui est plutĂ´t intĂ©ressant d’un point de vue financier, il y’a pas mal de choses Ă  dire par rapport au premier opus. Ne vous mĂ©prenez pas, le fonctionnement y est totalement similaire, Ă  savoir, du texte, du texte et encore du texte, agrĂ©mentĂ© de musiques et de dessins, lĂ  n’est pas la nouveautĂ©.
Non, en fait, il faut noter l’apparition de nouveaux personnages, autant en dessin (la prof par exemple est dĂ©jĂ  prĂ©sente dans le tome 1 et 2 mais n’est pas dessinĂ©e) qu’en nouveaux personnages Ă  proprement parler. En plus de cela, de nouveaux dĂ©cors, et de nouvelles musiques, qui raviront votre appareil auditif, encore une fois.
Les nombreux bonus sont encore prĂ©sents, et bien d’autres vous attendront :)
A ce sujet, je me permets d’Ă©mettre une critique sur le bien fondĂ© des jeux bonus. Autant le premier jeu, avec Rena qui fout des tartes, Ă©tait bien dans le contexte du reste de l’Ĺ“uvre (mais n’avait qu’un petit intĂ©rĂŞt, il faut bien l’avouer), autant le reste part un peu dans le n’importe quoi, en plus d’ĂŞtre inutile. Certes, un grand cĂ´tĂ© fan service se fait ressentir, et c’est de voir Ă  tout va Rika en neko ou Shii en tenue de maid, mais honnĂŞtement, les jeux n’ont vraiment pas d’intĂ©rĂŞt. En fait, j’y ai jouĂ© Ă  tous uniquement pour voir ce que c’Ă©tait, mais je n’ai jamais rejouĂ© Ă  un seul jeu. Et je ne parle mĂŞme pas du fait qu’aucune explication sur le fonctionnement du jeu n’est donnĂ©e, gĂ©nĂ©ralement.
En fait, plus gĂ©nĂ©ralement, les bonus, bien que donnant un intĂ©rĂŞt supplĂ©mentaire Ă  l’Ĺ“uvre, la dĂ©nature un peu, je trouve. Les scènes de fin (quand tout les personnages se rĂ©unissent en dehors du “tournage”) restent sympathiques Ă  lire, mais il n’y a plus vraiment de thĂ©ories mises en avant.
Par contre, si vous arrivez Ă  la fin du 4ème tome, une jolie surprise vous attend : toutes les musiques du jeu disponibles Ă  l’Ă©coute :o Et ça, c’est bien :)

Revenons en au principal, si vous le voulez bien (vous n’avez guère le choix, en fait) : les tomes 3 et 4. Bien sĂ»r, je ne peux pas vraiment donner de dĂ©tail au risque de spoiler et de tuer l’intrigue, mais je peux vous parler globalement de la chose.
Le chapitre 3 est dĂ©tonnant. Pour celles et ceux qui ont vu l’anime, le chapitre se rĂ©fère Ă  Satoko. Il est dĂ©tonnant pour plusieurs raisons. D’abord, sa longueur. Je vous avais parlĂ© de 6 heures environ pour les chapitres prĂ©cĂ©dent ? Comptez en 8-10 pour le tome 3 !
Le chapitre n’est pas seulement long, il est intĂ©ressant sur bien des points, et ce, mĂŞme si vous avez vu l’anime. La relation de Keiichi-Satoko y est bien plus intense, profonde et riche que dans l’anime, et le cĂ´tĂ© horreur y est non seulement bien plus travaillĂ©, long, riche, mais aussi et surtout, mettra mal Ă  l’aise bien des personnes. La fin de cet arc est tout bonnement abominable, autant dans le sens dĂ©rangeant que monstrueux, mais je n’en dirais pas plus.

Le tome 4, lui par contre, fait environ 6 heures, je dirais… Dommage qu’il n’y ait pas indiquĂ© le temps passĂ© Ă  la lecture :/ Moi je me base sur un chapitre par jour environ, un chapitre faisant, environ lĂ  aussi, 30 minutes tout de mĂŞme. Mais j’avoue, sur la fin, j’en lisais plusieurs Ă  la suite :o)
Celles et ceux qui osaient me parler de prix Ă©levĂ©, ne peuvent plus rien dire : 20€ pour entre 30 et 40 heures de lecture, sans parler des bonus, et sans parler des Ă©ventuelles thĂ©ories que l’on peut mettre en place, je doute que grand monde puissent se plaindre.
Le tome 4, donc, est nommĂ© comme “interlude”. Au dĂ©part, j’avoue avoir eu un peu peur de cette appellation, pensant Ă  un pseudo chapitre HS qui n’ait rien Ă  voir avec la sĂ©rie, mais je me trompais lourdement. Pour celles et ceux qui ont vu l’anime, ce chapitre correspond tout simplement Ă  l’agent spĂ©cial, qui s’est rendu Ă  Hinazawa avant le commencement des meurtres…
Sauf que lĂ , exit les Ă©pisodes vite torchĂ© de l’anime : on a affaire Ă  une vĂ©ritable histoire, avec la petite Rika (miiiiii) mise en avant, et tout un pan de l’histoire rĂ©vĂ©lĂ©, ne laissant aucun doute sur un aspect bien sombre de l’histoire du village. LĂ  encore, je n’en dirais pas plus :o)

Plus globalement, par rapport Ă  l’anime (dĂ©solĂ© de revenir Ă  chaque fois lĂ  dessus, mais j’avais d’abord vu l’anime, et comme indiquĂ© prĂ©cĂ©demment, difficile de parler du Sanglot des cigales sans spoiler), le visual novel est bien plus fouillĂ©, bien plus immersif. Je m’y attendais cela dit, c’est souvent le cas, mĂŞme lors de retranscription manga/anime, mais je ne m’attendais pas Ă  ce point. Et il est clair que ces chapitres 3 et 4 nous mettent une bien bonne tarte dans la poire.
Avec bien sĂ»r, des pans de l’histoire qui ne sont pas inclus dans l’anime, mais aussi des rĂ´les relativement diffĂ©rent pour quelques des personnages rencontrĂ©s. Par exemple, Irie, très peu prĂ©sent dans l’anime au dĂ©part, par exemple (mais je n’en dirais pas plus, encore une fois).

VoilĂ  voilĂ , donc au final, vous aurez compris que j’ai adorĂ©. Je remercie vraiment le crĂ©ateur (RyĂ»kishi 07, il garde un pseudo pour ne pas ĂŞtre trop connu) de la sĂ©rie et le traducteur (pbsaffran, lui on peut trouver son nom si jamais vous avez Ă  traduire quelque chose :p), qui continue de se dĂ©mener pour finir la traduction :)
Petite parenthèse pour parler de la traduction, justement. Eh bien, Ă  vue de nez, Ă  la hauteur des 2 premiers chapitres : excellent. Il reste 3-4 fautes que j’ai pu dĂ©celer, mais il me semble qu’il y’en a moins que dans le premier opus.
Petit bĂ©mol (rien de très grave cela dit) : j’ai trouvĂ© que les tome 3 Ă©tait assez “agressif” au niveau du langage, un peu trop de “gros mots”, un peu de variation aurait Ă©tĂ© bienvenue. Cela dit, vu le contexte, c’est un peu “normal”, et ça ne dure pas très longtemps, donc ce n’est qu’un dĂ©faut mineur en vu du reste qui a Ă©tĂ© accompli, mais je me devais de le signaler. Pas que je sois sensible sur le sujet, mais je trouve que ça ne correspond pas trop Ă  l’Ĺ“uvre, ça rend le passage un peu style “racaille” (”bâtard” notamment).
On me dira “oui mais Keiichi est jeune, c’est pour coller Ă  son âge”, oui, enfin, ne confondons pas “jeune” et “racaille”, je connais bien des jeunes qui ne traitent pas Ă  tout va ^^
Mais je me rĂ©pète : ce n’est pas long dans tout les cas, je fais juste mon chiant sur ce point prĂ©cis, mais la traduction est nickel le reste du temps, fouillĂ©e et tout et tout.

Cette Ĺ“uvre est tout bonnement gĂ©niale, que ce soit l’anime, mais bien plus le visual novel, innovant, original, attachant, le nombre de qualitatifs pour encenser Higurashi est long, mais il est clair que c’est une vĂ©ritable bouffĂ©e d’oxygène par rapport au nombre incalculable de sĂ©ries/mangas/Ĺ“uvres basĂ©s sur le mĂŞme modèle, le mĂŞme scĂ©nario, la mĂŞme intrigue. Ainsi, bon nombre de visual novel sont des vulgaires pseudos simulations de rencontres et autres Ĺ“uvres Ă  tendance Ă©rotique (si ce n’est pas carrĂ©ment pornographique) ; Le sanglot des cigales explose les prĂ©jugĂ©s Ă  l’encontre de ce support, en nous proposant un scĂ©nario bien plus novateur et complexe que bon nombre de films blockbusters, ou le seul intĂ©rĂŞt est de proposer le plus d’action possible, d’explosion, de cascades, et d’amour.
Ici, non seulement il n’y a pas vraiment d’action, pas vraiment d’amour, mais il y’a ce que refuse de montrer bien des Ĺ“uvres, par peur de choquer, pour avoir une audience (et des $) toujours plus large ; Higurashi, ce n’est pas ça. Il ose entrer de plein grĂ© dans le mystère, dans l’horreur, et tant pis pour les âmes sensibles.
Rien n’est gratuit, tout s’explique, et c’est surtout lĂ  la grande force d’Higurashi.

Je vous rappelle le site officiel du visual novel français : http://www.hinamizawa.fr/
Et sur ce, je finis par une petite salve d’images ; j’essaye de mettre le moins de texte pour ne rien gâcher :)

J’aime bien quand ils vannent Satoko :x
Le sanglot des cigales

Satoko et Rika
Le sanglot des cigales

Rika ressemble vraiment Ă  un chaton des fois :x
Le sanglot des cigales - Miaou

Un mafieux ? Nan nan ^^
Le sanglot des cigales

La prof, enfin visible ! Oui, elle ressemble fortement Ă  un personnage de Tsukihime :x
Le sanglot des cigales

Le sanglot des cigales

Shion a de grands atouts…
Le sanglot des cigales - Shion

o_O
Le sanglot des cigales

Popularity: 21% [?]

Le voici le voilĂ , tout chaud tout cacao, le second opus de Le sanglot des cigales, alias Higurashi !
ce second opus contient les chapitres 1 Ă  4, et puis… Oh, si vous voulez savoir, zallez qu’Ă  voir sur la fiche produit, tout y est expliquĂ© !

Quant Ă  moi, je l’ai dĂ©butĂ©, j’ai lu un chapitre, et je compte bien en faire un avis lorsque je l’aurais fini.

Popularity: 17% [?]

Ça c’est du titre.
Oui, je vais vous parler de ces 2 Ĺ“uvres pour m’attirer un max de visiteurs parce que j’estime que les 2 mĂ©ritent un billet. Et je pensais dĂ©jĂ  en avoir fait pour Le Sanglot des cigales en fait. (edit : en fait, j’en avais bel et bien dĂ©jĂ  fait un ici mais il parle plus de l’anime donc on va faire comme si de rien n’Ă©tait)

Je vais donc commencer par le sanglot des cigales. HonnĂŞtement, je commence Ă  ne plus avoir d’idĂ©es, j’ai Ă©cris tellement de messages sur diffĂ©rents forums, mails et blog dessus… Bref.
Le sanglot des cigales est la traduction de Higurashi no Naku Koro ni. J’imagine que beaucoup de personnes connaissent ; c’est un anime sorti en 2006, qui a eu une saison 2 et mĂŞme des oav, mais pas grâce au succès, plutĂ´t pour clore la sĂ©rie toute entière.
En fait, Higurashi a Ă©tĂ© adaptĂ© d’un visual novel. Un visual novel, c’est une sorte de livre animĂ©, Ă  lire sur son pc. Tu lis le texte selon ton rythme, il est agrĂ©mentĂ© de fonds fixes ainsi que des personnages, pas forcĂ©ment super beau, mais le plus important Ă©tant leurs rĂ©actions, et tu as mĂŞme droit Ă  des musiques selon l’ambiance.

Pourquoi un visual novel ? Il faut savoir que l’auteur a dĂ©butĂ© la sĂ©rie en mĂŞme temps qu’un “vrai” travail, il Ă©tait seul, n’avait ni trop de temps ni trop de moyens, et, au Japon, un des meilleurs support Ă  ce moment reste le visual novel : inutile d’ĂŞtre pro ni d’ĂŞtre riche.
Et au fil des annĂ©es (2 chapitres par an), le succès fut grandissant… A tel point que l’anime est arrivĂ© et que l’auteur a quittĂ© son prĂ©cĂ©dent emploi.
Et un homme courageux, pbsaffran (c’est son pseudo hein), a entrepris de tout traduire tout seul. Mieux : il a Ă©tĂ© jusqu’Ă  demander toutes les autorisations prĂ©alables pour diffuser tout cela lĂ©galement. Car la plupart des projets de ce type sont faits par une team qui va par la suite diffuser son travail via internet ; lĂ , ce n’est pas le cas et il existe un produit concret.
Et voilĂ  Le Sanglot des cigales.

Comme pour l’Ĺ“uvre originale, il y’aura 4 dvds, chaque dvds contenant 2 chapitres. Le 1er tome est sorti fin novembre Ă  l’occasion d’une convention, et a Ă©tĂ© depuis repris dans quelques magasins (dont Tout d’Asie, bah oui, je prĂŞche pour ma paroisse hein). Le second devrait sortir cette annĂ©e (noter l’utilisation judicieuse du conditionnel).

Personnellement, je l’ai pris pour 2 raisons, Ă  la base : de une, j’ai adorĂ© la sĂ©rie et quelque chose qui la complète m’est bienvenue ; de deux, je voulais contribuer Ă  ce genre d’initiative, trop rares en France hĂ©las.
Mais une troisième composante arriva bien vite. En effet, je me suis rapidement fait happĂ© dans l’histoire, Ă  nouveau. Car oui, j’avais tout vu au niveau anime d’Higurashi, je connais donc la fin, la solution, les mystères, les personnages, tout quoi.
Mais malgrĂ© ça, en moins de 5 minutes, me revoici dans l’univers impitoyable d’Hinamizawa…
Je ne vais pas encore une fois dĂ©voiler l’histoire ici, ou du moins, pas en dĂ©tail.
En gros, vous prenez la place de Keiichi, un élève de collège banal, qui vient de déménager à Hinamizawa, petite ville pittoresque du Japon.
L’intĂ©gration, malgrĂ© du fait qu’il vienne de Tokyo, est rapide, et se lie d’amitiĂ© avec 4 copines : Rena, Mion, Rika et Satoko. Ils n’ont pas le mĂŞme âge puisque l’Ă©cole ne possède qu’une seule classe, mais leur complicitĂ© est Ă©norme.
Pendant près d’un mois, tout se passe sans aucune embuche. Mais un jour, au cours d’une conversation, Keiichi apprend qu’une tragĂ©die s’est dĂ©roulĂ©e dans le village : un meurtre par dĂ©membrement. Curieux, il voudra en apprendre plus, mais rĂ©alisera bien vite que mĂŞme ses meilleures copines ne veulent rien dire sur le sujet, ou ne peuvent rien dire….

Je vous rassure, le visual novel a la mĂŞme histoire que l’anime. C’est mĂŞme l’inverse :)
En fait, je suis littĂ©ralement tombĂ© sous le charme de ce vn (abrĂ©gĂ©e de visual novel, suivez un peu !). L’ambiance, malgrĂ© l’handicape de ne pas y’avoir d’animation, est au moins aussi poussĂ©e que dans l’anime, si ce n’est plus. Les musiques, bien qu’il n’y ait rien de chantĂ©, sont tout aussi captivantes que l’anime, voir meilleures, la sĂ©rie en est d’autant plus profonde et certaines parties du vn ne sont pas prĂ©sentes dans l’anime, nous immergeant d’autant plus dans la lecture.
En clair : fans de Higurashi, foncez. MĂŞme si vous n’ĂŞtes pas forcĂ©ment fan de la première heure, je vous assure que vous vous laisserez porter dans l’ambiance, le vn Ă©tant supĂ©rieur Ă  l’anime (ca y’est, je l’ai dit… Mais l’anime reste malgrĂ© tout excellent).
Et pour les personnes qui n’ont pas vu l’anime : laissez vous tenter par le visual novel. Et combien d’heures de “jeu”, allez vous me demandez ?
HonnĂŞtement, je pensais 5-10 heures Ă  tout casser. Comptez plutĂ´t 15-20 heures, rien qu’en lecture, je ne parle mĂŞme pas des mini jeux (qui ne sont pas forcĂ©ment très intĂ©ressant cela dit) : c’est vite rentabilisĂ©, convenez le.

Et pour conclure sur Le sanglot des cigales, qui n’est pas vraiment la traduction du titre originale (qui donnerait plutĂ´t du genre “Quand les cigales pleurent”), mais qui est beaucoup plus irrĂ©sistible grâce Ă  son “sang” bien mis en Ă©vidence, je ne peux que vous le conseillez. Que vous ayez vu l’anime ou non, que vous soyez Ă  fond dans l’univers manga ou non, je suis certain qu’une grande majoritĂ© ne pourront qu’aimer.

Le sanglot des cigales

Le sanglot des cigales

Le sanglot des cigales

Passons au roman de Suzumiya Haruhi. Mais si, cette sĂ©rie qui a fait fureur en 2006 (dĂ©cidĂ©ment) partout dans le monde sauf en France, oĂą le succès ne fut que mitigĂ© et portĂ© dans les cercles d’otaku les plus reculĂ©s (en tout cas au dĂ©but, ça s’est un peu plus agrandi depuis)… Donc, comme pour Higurashi, La mĂ©lancolie de Suzumiya d’Haruhi (Suzumiya Haruhi no Yuuutsu en vo), la sĂ©rie ne fut pas issue d’un manga, mais d’un autre support. Et naaaan, pas d’un visual novel non plus. Je l’ai dit juste avant, et c’est indiquĂ© dans le titre ! Oui, la sĂ©rie est issue d’un roman.
Pas d’un roman normalisĂ© comme chez nous, plutĂ´t d’un roman comme Les 12 royaumes ; Ă  comprendre, le roman est agrĂ©mentĂ© de quelques images.
Bref, le roman est sorti en 2009 (dĂ©cidĂ©ment, pareil qu’Higurashi), par les Ă©ditions Hachette, le 19 aoĂ»t 2009 pour ĂŞtre prĂ©cis.
Et ce fus un flop. Et la parution, après un seul tome, ne suivra plus.
Pourquoi ? C’Ă©tait si mauvais que ça ?
Les ventes, oui. Le reste, ça dépend.
Explications.

Je pense que plusieurs composantes sont Ă  mettre en cause.
La première, tout comme le vn d’Higurashi en fait (qui n’a pas bien marchĂ© non plus d’ailleurs), concerne la pub : inexistante. Certes, le fait de s’aventurer dans une zone inconnue en France peut faire peur et investir des milliers d’euros pour que rien ne ressorte au final ne serait pas forcĂ©ment judicieux, mais d’un autre cĂ´tĂ©, c’est un pari audacieux, et Ă  tout pari il faut un peu d’audace, que ni Abysse, ni Hachette n’ont eu (les Ă©diteurs respectifs de Le sanglot des cigales et du roman d’Haruhi).
En fait, pour les 2 Ĺ“uvres, j’ai appris par hasard leurs existences, pour le roman de Suzumiya, je ne l’ai appris que cette semaine, près d’un an après la sortie. Certes, je ne suis pas toutes les actualitĂ©s existantes non plus, mais j’en suis suffisamment pour me dire que l’aspect pub a vraiment Ă©tĂ© zappĂ©…
Mais Hachette a fait d’autres erreur, je pense.
Au niveau visuel déjà.

Voici la couverture originale (reprise aux USA) :
Roman Suzumiya

Voici maintenant la version française :
Roman Suzumiya

Je sais pas vous, mais moi, mĂŞme n’Ă©tant pas forcĂ©ment douĂ© concernant l’accroche aux couleurs, je trouve la couverture laide, limite repoussante.
Mais ce n’est pas tout. Le livre est mis dans la catĂ©gorie… Jeune fille, moins de 12 ans. Euh ?!
Loin de moi l’idĂ©e de systĂ©matiquement critiquer ce qu’Hachette a fait, mais j’estime que Haruhi, ce serait plutĂ´t tranche ado de type masculin, voir jeunes adultes.
Non pas que la série soit particulièrement compliquée ou bourrées de références, mais plutôt parce que son ambiance, globalement, fait partie de la japanimation.
Jugez plutôt : Kyon est un jeune homme qui débute le lycée. Orné du traditionnel uniforme, il se retrouve dans une classe dont beaucoup de têtes lui sont inconnues, même si il repère quelques anciens élèves de son collège.
C’est un jeune homme banal, qui n’a rien de spĂ©cial. Alors que le cours dĂ©bute, le prof donne rapidement la parole aux Ă©lèves pour qu’ils se prĂ©sentent. Les prĂ©sentations sont mollassonnes et d’une rĂ©gularitĂ© exemplaires. Vient son tour. Ayant appris son “texte” avant de se lancer, il passe sans trop de souci.
Vient le tour de sa voisine de derrière. Qui annonce fièrement qu’elle s’appelle Haruhi Suzumiya, et qu’elle ne parlera qu’avec des extraterrestres, homme venu du futur ou possĂ©dant des supers pouvoirs.
Dès lors, elle ne parlera avec quasiment personne, vivant recluse dans son coin, malgrĂ© ses excellents rĂ©sultats et son physique Ă  tout Ă©preuves. Mais un jour, Kyon lui parle de sa coupe de cheveux, qui change tout les jours. C’est Ă  ce moment prĂ©cis qu’une sorte de lien se crĂ©era entre lui et elle, pour le plus grand dĂ©sarroi de Kyon…

Oui, désolé, mon résumé est merdique.
Mais pour faire doublement clair : le 1er roman retranscrit TOUTE la saison 1 de l’anime, dans l’ordre (comprenne qui pourra).
Et si j’estime que le roman -et la sĂ©rie- est plus pour les ados masculins, c’est pour deux raisons. Premièrement, le hĂ©ros est un peu entourĂ© de filles, c’est plus typĂ© “shonen” que “shojo”.
Secondo, et c’est, je pense, le point important qu’Hachette aurait du ne pas oublier, c’est que nous ne sommes pas au Japon.
C’est con Ă  dire, je le conçois, mais le roman ne parle que de la vie scolaire de notre hĂ©ros. Et la scolaritĂ© française est bien diffĂ©rente : pas d’uniforme, pas de club, pas de dĂ©lĂ©guĂ©e qui a un rĂ´le important… Et ça ne s’arrĂŞte pas que la. Suzumiya possède aussi plein de rĂ©fĂ©rences de type ecchi que nous n’avons pas ici : le fantasme de la soubrette, de la lapine (vous avez bien lu), de la scène “je te prend la main”, etc.

Pour rĂ©sumĂ© ce que je veux dire, pour apprĂ©cier pleinement cette sĂ©rie, il faut dĂ©jĂ  avoir une certaine expĂ©rience en la matière, connaĂ®tre les mĹ“urs japonais et s’en dĂ©lecter.

Et pour finir dans les erreurs, Hachette a supprimĂ© toutes les images. Ce point n’est pas spĂ©cialement très important, mais je prĂ©fère le souligner : pourquoi vouloir se diffĂ©rencier de l’Ĺ“uvre originale ? Pour en faire quelque chose de plus normalisĂ© ?
Erreur je pense, vu que les non initiĂ©s ne pourront pas forcĂ©ment se retrouver dans le roman, reste les initiĂ©s, les fans, qui verront dans cet acte une sorte de profanation. Enfin, je suppose, personnellement, ce cĂ´tĂ© ci ne m’a pas vraiment dĂ©rangĂ©.

Voilà du côté des erreurs faites.
Mais au final, que vaut ce roman ? Eh bien, j’ai bien aimĂ©. Je suis mĂŞme déçu que sa suite ne verra pas de sitĂ´t le jour. En effet, la traduction y est excellente, avec en plus quelques notes pour mieux nous faire comprendre l’univers du Japon. C’est bien Ă©crit, agrĂ©able Ă  lire, plutĂ´t passionnant… Je l’ai lu en 2 jours, preuve que j’ai bien aimĂ©.
Car ne vous y trompez pas : mĂŞme si j’avais bien aimĂ© l’anime, je n’en suis pas un fan ultime, mon avis, de ce cĂ´tĂ©, est donc plus partiale qu’un autre, je pense.
Et malgrĂ© cela, j’ai vraiment bien aimĂ© et ça m’a fait plaisir de retrouver l’histoire de l’Ă©nergĂ©tique Haruhi, mĂŞme si je la connaissais dĂ©jĂ . Car comme dit plus haut, ce 1er roman est la retranscrition intĂ©grale de la 1ère saison. Pas de surprise de de cĂ´tĂ©.

__________________________________________________________

En conclusion de ce billet (qui va avoir plus de 2000 mots :o ), ces 2 Ĺ“uvres, Le sanglot des cigales et La mĂ©lancolie d’Haruhi Suzumiya, bien que pas très courant Ă  nos yeux de petits occidentaux, sont très bons, voir excellents. Je ne peux que vous conseillez de vous les procurez et de les lire, surtout si vous ĂŞtes fans des sĂ©ries qui ont Ă©tĂ© crĂ©es par la suite.
Bien sĂ»r, le cĂ´tĂ© “je connais l’histoire” pourra rebuter certaines personnes, mais je vous assure que vous y trouverez des nouveaux Ă©lĂ©ments, et rien que pour encourager ce genre de pratique, j’estime que tout fan d’animes ou/et ou de mangas se doit de le faire. Car en plus d’encourager ce genre de pratique, vous y dĂ©couvrirez une qualitĂ© exemplaire.
Il est Ă©vident que je n’encouragerais pas ce genre de pratique si la qualitĂ© finale est mauvaise ou pire encore, que la sĂ©rie originale soit mauvaise ^^

Popularity: 30% [?]

Allez, je vais vous proposer l’intĂ©grale Higurashi, sans spoil, parce qu’il n’y a rien de plus Ă©nervant que de vouloir se donner une idĂ©e sur un article pour finalement y lire l’intrigue dans son intĂ©gralitĂ©, tuant toute envie de voir l’Ĺ“uvre.

Pour commencer, Higurashi no naku koro ni, qu’est ce que c’est ?

Comme souvent au Japon, Ă  la base, c’est un visual novel. Un visual novel, c’est un jeu vidĂ©o, souvent crĂ©e par des amateurs avec les moyens du bord, pour pc. Plus prĂ©cisĂ©ment, le visual novel est une sorte de livre intĂ©ractif : la seule action que le joueur peut faire, c’est avancer le texte (avec bien entendu possibilitĂ©s d’accĂ©lĂ©rer le texte ou de revenir en arrière). Donc, ce n’est pas Ă  proprement parler un jeu vidĂ©o, mais ce n’est non plus pas un livre, puisque l’oeuvre possède diverses animations, sans oublier les dĂ©cors et la bande son, cruciales.
Alors, pourquoi Higurashi no naku koro ni ? Car le jeu a eu un succès considérable, plus de 100000 ventes pour le premier opus, 700000 en tout, un score énorme par rapport au support.
Pourquoi un tel score ? Bon, dĂ©jĂ , si vous continuez Ă  m’harcelez de questions, on sera pas copains longtemps :p

Plus sĂ©rieusement, c’est grâce Ă  l’histoire, que je vous conte ici mĂŞme :
Juin 1983 (l’annĂ©e de ma naissance ! Hum, oui, on s’en tape un peu). Keiichi est un jeune garçon de 14 ans qui vient d’emmĂ©nager, avec ses parents, Ă  Hinamizawa (雛見沢) (lieu fictif mais basĂ© sur le village de Shirakawa, Gifu oĂą de nombreux Ă©lĂ©ments ont Ă©tĂ© repris). Avant, il habitait Tokyo, et l’on pourrait croire qu’il aura du mal Ă  se faire Ă  cette vie de village, mais que neni. Grâce notamment Ă  ses 4 copines, Rena, Rika, Mion et Satoko, il se fait rapidement Ă  la vie du village et s’amuse quotidiennement. Les journĂ©es se suivent dans le bonheur absolu, et tout semble aller pour le meilleur du monde. Mais un jour, au cours d’une conversation, il apprend qu’un accident a eu lieu il y’a quelques temps, et un accident pas des plus rassurants apparemment.
Dès lors, intriguĂ© comme le serait n’importe qui, et voulant en savoir un peu plus, il ira questionner ses amies qui changeront radicalement de comportement et l’enverront paĂ®tre Ă  chaque fois, renforçant d’autant plus sa curiositĂ©. Mais la curiositĂ© n’est-elle pas un vilain dĂ©faut ?

Intriguant, non ? C’est bien le but. Car, le mystère ne sera pas dĂ©voilĂ© avant un sacrĂ© bon moment.
A ce niveau, vous avez 2 solutions : lire le plus vite possible ou regarder l’anime d’une traite afin de pouvoir enfin savoir de quoi il en retourne, ou alors, vous creusez les mĂ©ninges, et tenter d’arriver Ă  une conclusion. Sachez cependant qu’1% a rĂ©ussi cet exploit (je n’en fais pas parti).
Sachez aussi que, que ce soit le visual novel, l’anime ou le film (je reviendrais lĂ  dessus par après), l’histoire et son dĂ©roulement sont les mĂŞmes, Ă  savoir, plusieurs chapitres, chacun des chapitres amenant l’histoire diffĂ©remment, mais vous rĂ©vĂ©lant des indices Ă  chaque fois.
Alors, oui, ce dĂ©coupement est assez dĂ©concertant, mais, de un, il vous permettra d’apprĂ©hender l’histoire de diffĂ©rentes manières, ce qui vous permettra de rĂ©colter de prĂ©cieux indices (oui, je l’ai dĂ©jĂ  dit), et de deux, il vous permettra de vous attacher Ă  chacun des personnages, mais aussi au village lui mĂŞme, ce qui renforce l’immersion.

Comme je vous l’ai suggĂ©rĂ©, le jeu, initialement commencĂ© en 2002, et terminĂ© en 2006 (sur pc), du fait de son succès, a produit des petits, dont l’anime, dĂ©butĂ© en 2006 et sĂ©parĂ© en 2 saisons de 26 et 24 Ă©pisodes, plus 6 oav ; puis finalement un film live, sorti fin 2008.
Et je ne parle même pas des nombreux dérivés, artbook, musiques, figurines, etc.

BON. Mais cette série, elle est bien ou pas ?
Oui, oui, j’y viens.
Personnellement, j’ai commencĂ© par la sĂ©rie (enfin, comme la grande majoritĂ© des français je dirais vu que le jeu n’a Ă©tĂ© traduit que rĂ©cemment). Au dĂ©part, c’Ă©tait un anime comme un autre, je n’avais aucun Ă  priori dessus. Premier Ă©pisode. Oula, c’est laid. Oui, première pensĂ©e. Ni les personnages, au style “grosse coupe de cheveux”, ni les dĂ©cors ne vous enchanteront particulièrement, c’est un fait indĂ©niable. L’Ă©pisode se termine, et finit sur une touche plutĂ´t oppressante, qui donne envie d’en savoir plus. Oui, la sauce a dĂ©jĂ  fait effet. Car le mystère est prĂ©sent rapidement, très rapidement dans l’anime, mais ça nous force Ă  voir la suite. Puis la suite, puis la suite. Un chapitre se termine. A ce moment, je ne savais pas du tout quoi en penser. Qui ? Quoi ? OĂą ? Comment ? Pourquoi ? Au moins, j’aurais passĂ© au crible toutes les questions. Second chapitre. DĂ©stabilisant, puisqu’on reprend depuis le dĂ©but, avec beaucoup de changements sur la forme, mais, sur le fond, et sur la fin, c’est pareil, voir pire : on ne comprend pas. Attention, je ne dis pas que l’histoire est incomprĂ©hensible, mais plutĂ´t que le mystère que l’on nous prĂ©sente s’Ă©paissit d’autant plus.
La première saison se termine. On attend les rĂ©ponses. Il n’y en a pas. Gloups. Encore un anime qui se finit en queue de poisson, me disais-je ? Eh bien non, la saison 2 apporte les solutions. Mais pas sur un tapis rouge oĂą les explications seront donnĂ©es de telle sortes que tout le monde comprenne, non non non, le mystère se dĂ©voile peu Ă  peu, et tout s’Ă©claircit dans votre petite tĂŞte Ă  un moment oĂą Ă  un autre, mieux, tout devient logique, sans exagĂ©ration ou “truc” Ă  la mord moi le nĹ“ud qui arrange bien les auteurs mais dĂ©crĂ©dibilise l’Ĺ“uvre.
Bref, Ă  part les graphismes qui sont -et c’est peu de le dire- pas top, l’anime est gĂ©nial.
Je ne vous ai pas parlĂ© des musiques, et pourtant, l’ambiance sonore casse tout, et c’est chaque fois avec un plaisir non dissimulĂ© que je retrouvais l’opening (que ce soit la saison 1 ou 2).
Si vous ĂŞtes fan d’animes en gĂ©nĂ©ral, ne passez pas Ă  cĂ´tĂ© de celui-ci, il est excellent.

Et les oav ? Zalors, les oav sont issus d’un cd bonus, ils ne sont pas indispensable par rapport au dĂ©nouement de l’histoire, le premier oav fait mĂŞme peur dans la mesure oĂą ca semble du fan service tout ce qu’il y’a de plus basique (la piscine, un grand classique), mais la suite se rĂ©vèle ĂŞtre Ă  la hauteur du reste, l’histoire est originale et la rĂ©alisation graphique est, enfin, Ă  la hauteur.

La fameuse chaise

Pour tout fan qui se respecte, le visionnage des oav reste aussi indispensable que le reste. Quelques images supplémentaires, toutes issues des oav.

La bande des hommes, les vrais

SĂ©ance bronzette (et fan service)

Les filles aussi peuvent saigner du nez

Rena ?

Mais l’histoire d’Higurashi ne s’arrĂŞte pas la. Oui oui, le film.
Bon, il faut savoir que les japonais ont la fâcheuse tendance de tout retranscrire en film live, mais bien souvent, ça casse un peu le mythe. Higurashi s’en sort un peu mieux que la moyenne, mais, si vous avez vu l’anime, il est clairement dispensable, rien que par rapport au fait que les personnages y sont très diffĂ©rents et difficiles Ă  repĂ©rer. Après, l’histoire retrace le premier arc, comme le film dure moins longtemps, il a du un peu revoir la version des choses mais au final et globalement, on retrouve la mĂŞme chose que dans l’anime et le visual novel.

Vu que le village existe réellement, le choix du lieu du tournage était tout trouvé.

Devinette : qui est Mion, qui est Rena ?

Un entrepĂ´t ma foi peu engageant

Pour finir, enfin, un mot sur le visual novel, qui a Ă©tĂ© traduit par Pierre Bancov (oui oui, tout seul) en français, sous le nom Le sanglot des cigales (qui n’est pas la traduction exacte puisqu’elle serait plutĂ´t “Quand les cigales crient” (en anglais, vous avez peut ĂŞtre vu “When they cry” ou “When the Cicadas Cry”, mais cette traduction, mĂŞme si incorrecte, francise un peu mieux le titre, et permet de faire comme l’oeuvre originale, c’est Ă  dire mettre en avant un caractère (enfin, un mot ici), en l’occurence, le mot “sang”, qui convient bien Ă  Higurashi :)).
C’est assez rare pour le souligner, et c’est d’autant plus unique que cette fois, contrairement Ă  bon nombre d’Ĺ“uvres, sa diffusion y est lĂ©gale puisqu’en support dvd (pour pc et linux).

Comme prĂ©sentĂ© plus haut, le support de l’Ĺ“uvre, visual novel, dĂ©stabilisera dans un premier temps, mais, pour y avoir jouĂ© en intĂ©gralitĂ©, je peux vous assurer qu’on s’y fait bien vite.
Oh bien sĂ»r, alors que l’anime m’avait déçu au niveau des graphismes, le visual novel fait encore pire, les mains notamment ressemblent Ă  des vagues moignons, mais lĂ  aussi, on s’y fait vite.
“les graphismes ne font pas tout” nous rabâchent certains magazines de jeux vidĂ©os depuis des annĂ©es, et ils ont bien raison les bougres.
C’est moche, mais que c’est immersif… C’est bien simple, mĂŞme en connaissant tout de l’anime et en connaissant le fin mot de l’histoire, je m’y suis replongĂ© en quelques pages… Comment ? Ben, l’histoire tout d’abord, qui reste passionnante Ă  bien des niveaux, mais aussi par son atmosphère musical ; bien que les musiques ne soient pas chantĂ©es comme l’anime, elles sont tout aussi bien assorties, et mĂŞme si certaines passent souvent (elles interviennent par rapport Ă  l’ambiance environnante), elles ne sont en rien gavantes, il y’a mĂŞme certains thèmes que vous attendrez avec impatience.
A noter que le cd contient 2 chapitres, et que sa durĂ©e de vie est d’environ 15-20 heures. Mais je vous renvoi sur la fiche pour plus de dĂ©tails.

Pour conclure, Higurashi no naku koro ni est une excellente oeuvre. Envoutante, mystérieuse, riche, profonde, aux ambiances sonores et aux musiques excellentes, vous pouvez vous jeter les yeux fermés quel que soit le support, avec un désavantage au film live malgré tout, et à la condition que vous ne soyez pas trop strict sur le graphisme.

Et pour finir, pour les fans ou ceux qui vont le devenir, n’oubliez pas que Tout d’Asie vous propose une spĂ©ciale Higurashi (comme ça je fais coup double avec le titre), avec de nombreux articles tirĂ©s de la sĂ©rie, dont le visual novel :) : par ici.

Popularity: 25% [?]