Maze | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

J’avais omis d’en parler ici, mais sachez que les Ă©pisodes 5 et 6 sont dispos ! Le 7 devrait arriver avant la fin de l’annĂ©e.

http://www.dailymotion.com/video/xs6exa_anichiban-5-le-renard-et-l-enfant_webcam

http://www.dailymotion.com/video/xtzif4_anichiban-6-maze-megaburst-space_webcam

Pour l’Ă©pisode 6, pour une raison qui m’Ă©chappe un peu, il y’a un filtre de “contenu explicite”, pourtant, promis, y’a rien de porno ni de violent…

Popularity: 11% [?]

Bon, vu que c’est la pĂ©riode, on commence par la formulation d’usage : joyeux NoĂ«l (dĂ©jĂ  passĂ©) et bonne annĂ©e (ce soir) !!

Et pour terminer cette annĂ©e, quoi de mieux qu’un anime aux petits oignons, hein, je vous le demande ?
Je vais donc vous narrer les aventures de Densetsu no yuusha no densetsu.

Mais avant, dites moi, aimez vous les animes style fantasy ? Avez vous été comblé, dernièrement, avec ce style ?
Moi, quand elle est bien menĂ©, j’adore la fantasy. Pas spĂ©cialement besoin d’originalitĂ©, mais il faut au moins des personnages attachants et une histoire bien menĂ©e.
En fait, quand on rĂ©flĂ©chit sur le sujet, il est difficile de trouver des animes style fantasy, et faut chercher très loin : l’âge d’or des animes fantasy fut les annĂ©es 1990, avec, en tĂŞte de liste, le sublime Lodoss, qui reste une rĂ©fĂ©rence forte dans le domaine ; mĂŞme si son scĂ©nario n’est pas forcĂ©ment le plus surprenant qui soit, l’histoire est rondement menĂ©e et les personnages sont tout bonnement parfaits (Deedlit :3).
Ensuite vint Slayers, 1995, qui fait plus dans l’humour, pas forcĂ©ment une sĂ©rie gĂ©niale, juste sympa Ă  regarder, mais hĂ©las trop rĂ©pĂ©titive (les saisons se suivent et se ressemblent, la dernière, rĂ©alisĂ©e en 2009, n’y change rien ou si peu), puis… Mmm… Je ne sais pas trop si on peut le catĂ©goriser dans le genre fantasy… Escaflowne, 1996, un anime mĂŞlant la fantasy Ă  l’espace. Personnellement, je ne suis pas vraiment fan, le mĂ©lange des genres n’est pas forcĂ©ment rĂ©ussi avec brio, et le scĂ©nario part un tout petit peu en vrille Ă  certains moments, mais bon, ce n’est pas non plus un mauvais anime, je dirais plutĂ´t, un anime ovni dans le genre fantasy/romance/futuriste.
Enfin, vint Maze. Comment ? Vous ne connaissez pas ? Maze Bakunetsu Jiku ? Normal en fait, la sĂ©rie est totalement inconnue de la grande majoritĂ©, mĂŞme des connaisseurs, je ne sais plus trop comment j’Ă©tais tombĂ© dessus (une vostf existe, mais je sais plus ou :x), et l’aspect vieillot (ce qui est un comble, quand on sais que la sĂ©rie est la plus rĂ©cente dans le genre :) (cela dit, elle a plus de 13 ans quand mĂŞme)) ne donne pas forcĂ©ment envie de s’y plonger.
Grossière erreur ! Maze Bakunetsu Jiku est une une sĂ©rie fantasy avec quelques touches humoristiques comme Slayers, mais est environ 1000 fois plus intense que Slayers. En fait, avec Lodoss, c’est ma rĂ©fĂ©rence dans le domaine de la fantasy, c’est vous dire.

Bref, depuis 1997, niveau animes style fantasy, ce fut le désert, pas le désert de sable ou le désert de neige, ou le vent peut donner quelque matière à faire, non, le désert de rocs et de rochers, ou le néant fait place au néant.
Jusqu’Ă  Densetsu no yuusha no densetsu. Car, oui, Densetsu no yuusha no densetsu (vive le copiĂ©/collĂ©) est un anime axĂ© fantasy !

Oooooooooh ! Et vous savez quoi, en plus ? C’est un excellent anime. Oh que oui.
Vite fait, pour parler de l’Ĺ“uvre originale, comme souvent, c’est un visual novel, 11 tomes, dĂ©butĂ© en 2002 et terminĂ© en 2008.
Par la suite, un manga (pas encore terminĂ©) et mĂŞme un jeu psp sont sortis (dĂ©but 2010), puis vint enfin l’anime, dont je vais vous parler.
Pourquoi je ne m’attarde pas sur le reste ? Ben, devinez ? Parce que ni le manga, ni le visual novel, ni le jeu sont sorti en France. Et l’anime est pas licenciĂ©, je ne sais mĂŞme pas si il le sera. Enfin, ces derniers temps, on va pas trop se plaindre, les bons animes sont souvent licenciĂ©s, on verra bien (et sur que j’achèterai les volumes, sauf si c’est trop cher, genre 3 Ă©pisodes pour 30€ ou plus).

Le premier Ă©pisode nous plonge dans les aventures de nos deux hĂ©ros, j’ai nommĂ©, Ryner Lute, porteur de l’Alpha stigma, une magie pouvant copier et utiliser n’importe quelle magie et Ferris, une jolie Ă©pĂ©iste plutĂ´t balèze, droguĂ©e aux dangos (sucrerie japonaise de forme ronde).
Ils parcourent le pays sous les ordres directs du roi, Sion, à la recherche de reliques des héros, pour rétablir la paix dans le monde, et sont apparemment poursuivis par un groupe.

Comment nos hĂ©ros en sont-ils arrivĂ©s lĂ  ? D’oĂą connaissent-ils le roi ? On le saura assez vite, puisque, Ă  l’instar du gĂ©niallisime Berserk (que je n’ai pas citĂ© dans les sĂ©ries fantasy, Berserk Ă©tant Ă  part, plutĂ´t dans le dark fantasy et blood fantasy :x), dès le second Ă©pisode, on aura droit Ă  un retour en arrière, qui posera les bases de toutes l’intrigue, notamment de ses personnages principaux, Sion et Ryner.

L’histoire est, de ce point de vue, plutĂ´t classique, enfin, il est de plus en plus difficile de lancer quelque chose d’original, mais dès le premier Ă©pisode, ça donne envie d’en savoir un chtit peu plus, surtout par rapport aux relations des personnages. Le flashback va donc tout bien nous expliquer, et nous donner dĂ©jĂ  des informations capitales.
Et en fait, une des forces de la sĂ©rie, c’est ça : rĂ©ussir Ă  distiller les Ă©lĂ©ments clĂ©s tout au long de la sĂ©rie, et ne pas tout balancer en un bloc comme c’est souvent le cas, nous tenant en perpĂ©tuelle haleine. De plus, les personnages importants ne viennent pas tous en une fois, lĂ  aussi, ils sont distillĂ©s tout au long de l’anime, et ça, ça fait du bien, c’est plus rĂ©aliste et moins compliquĂ© Ă  retenir.
Ah, oui, d’ailleurs, un dĂ©tail, mais un dĂ©tail important : la sĂ©rie n’est pas forcĂ©ment “gentille”, genre Slayers : y’a des morts, des meurtres, du sang, des tĂŞtes coupĂ©es… Ça va Ă©videmment pas aussi loin que Berserk, mais ça reste un monde mĂ©diĂ©val, et ça se ressens.

En plus de cela, malgrĂ© la relative simplicitĂ© du scĂ©nario (un royaume en guerre, en très gros), il se trouve que l’histoire est bien plus profonde que ça, et ce, pour deux raisons essentielles : de une, contrairement Ă  Lodoss, on ne reste pas collĂ© Ă  un seul groupe, on suit plusieurs protagonistes simultanĂ©ment, ce qui nous explique beaucoup de chose par rapport au royaume en gĂ©nĂ©ral ; ensuite, tout simplement car ces histoires de nobles et de guerres pourraient bien cacher quelque chose de bien plus grand.
De plus, comme indiquĂ©, les personnages sont attachants : Ryner a pas du tout l’âme d’un hĂ©ros et prĂ©fèrerait de loin passer sa vie Ă  faire des siestes, sans que cela ne lui soit blamable, en rapport avec son secret ; Ferris est possessive mais dĂ©vouĂ©e ; Sion, le roi, qui a rĂ©ellement l’âme d’un roi, et puis les autres que je vais pas dĂ©crire pour ne pas gâcher la surprise.
N’omettons pas la touche d’humour rĂ©gulièrement utilisĂ©e, grâce Ă  la combinaison Ferris/Ryner, avec Ferris qui aime taquiner verbalement Ryner (qui serait un pervers sexuel ayant de nombreux enfants illĂ©gitime :p), mais aussi physiquement, du genre, l’Ă©pĂ©e dans la tronche. Encore une fois, la dose d’humour est parfaite, distillĂ©e tout au long de la sĂ©rie, sans que ça n’en devienne lourd ou rĂ©pĂ©titif.

En clair : de l’humour, de l’action, de la magie, des combats d’Ă©pĂ©e, des personnages charismatiques, une histoire intĂ©ressante… Densetsu no yuusha no densetsu a tout les ingrĂ©dients pour ĂŞtre -et elle l’est- une excellente sĂ©rie.

Des dĂ©fauts ? Ben, euh, les musiques qui ne sont pas mauvaises, mais qui ne m’ont pas vraiment marquĂ© non plus. Non, en fait, y’a qu’un seul gros dĂ©faut dans cette sĂ©rie : la fin. Parce que, oui, la sĂ©rie ne se termine pas, au contraire, elle appelle, que dis-je, elle crie, elle hurle Ă  une suite, parce que marquant un tournant dĂ©cisif.

J’espère ainsi que la suite verra effectivement le jour, et rapidement ou, Ă  dĂ©faut, que le manga ou le visual novel sorte en France (j’aime rĂŞver), parce que, oui, Densetsu no yuusha est un des meilleurs animes de 2010, pour peu que vous aimez le genre, Ă  regarder d’urgence.

Magie magie

Densetsu no yuusha

Densetsu no yuusha

Densetsu no yuusha

Non, Densetsu no yuusha ne fait pas dans le compassionnel

Densetsu no yuusha

Densetsu no yuusha

Densetsu no yuusha

Y’a mĂŞme des scènes chaudes dis donc !

Densetsu no yuusha

Dango time !
Densetsu no yuusha

Popularity: 23% [?]