Zombies | Mes-idées

Mes-idées.com

Mes créations et points de vue

Dybex est sympa.
Après ses coffrets bien chers, il s’est dĂ©cidĂ© Ă  proposer une alternative au fansub, le fansub professionnel et lĂ©gal.
Bon, je ne vais rien dire sur la qualitĂ© des sous titres, qui, de temps en temps, laisse Ă  dĂ©sirer (oubli de traduction, fautes de cohĂ©rence), ce n’est pas le sujet, et l’initiative reste une excellente idĂ©e, si elle reste bien menĂ©e.

Ainsi, après avoir commencĂ© sur les chapeaux de roues avec Fullmetal Alchimist Brotherhood (d’ailleurs, on peut voir que les Ă©pisodes jusqu’au 26 ne sont plus disponibles : le coffret a du sortir…), et en ayant rapidement incorporĂ© Dance in the Vampire bund et Durara, Dybex s’est lancĂ© dans un tournant intĂ©ressant, Ă  mes yeux, mais seulement Ă  plusieurs conditions.
Par exemple, Vampire bund a l’air d’ĂŞtre, au mieux, dĂ©laissĂ©, au pire, abandonnĂ©. Certes, la qualitĂ© de l’anime est des plus discutables. Certes, le nombre de fans doit y ĂŞtre assez faible, et certes, Ă  traduire, ça doit ĂŞtre assez chiant Ă  faire.
Mais si l’objectif est de licencier uniquement pour museler le fansub “traditionnel”, Ă  comprendre, illĂ©gal, qui tente de faire dĂ©couvrir gratuitement des animes, ce n’est pas la peine non plus. Je veux dire, autant pour les excellents animes, comme FMA justement, il est clair que le fansub peut ĂŞtre un frein aux ventes ; mĂŞme si je pense que c’est assez relatif (ceci est un autre sujet), mais autant pour des animes Ă  la qualitĂ© discutable, et Ă  l’intĂ©rĂŞt marketing quasiment nul, franchement, museler le fansub est inutile.
Enfin, je dis ça, mais je pense que le plus gros perdant, sur cette affaire, est Dybex lui-mĂŞme, puisqu’il a payĂ©…

Bref, je m’Ă©gare. Revenons au sujet. Donc, Dybex a Ă©ditĂ© et “fansubbĂ©” 3 sĂ©ries dans un lap de temps très rapide, avec un gros forcing sur l’anime le plus populaire -logique-, j’ai nommĂ© FMA, qui pourtant possède 64 Ă©pisodes. Et depuis quelques semaines, FMA a Ă©tĂ© (brillamment) terminĂ©. Encore merci Ă  Dybex, il faut bien noter que c’est la première fois, en France, qu’un Ă©diteur a suivi avec seulement une semaine de retard le lancement original, ce qui est excellent, dans la mesure oĂą mĂŞme les fansubbeurs (français en tout cas) rĂ©alisent rarement cet exploit : souvent, ils commencent surexcitĂ©s et surmotivĂ©s, et sortent les Ă©pisodes dès le lendemain de la diffusion japonaise, talonnant mĂŞme des fois les subs anglais, mais de semaine en semaine, gĂ©nĂ©ralement, la sortie de la vostf prend peu Ă  peu plus de retard. Ce n’est pas spĂ©cialement une critique hein, dans la mesure oĂą ca reste du travail de fan, gratuit qui plus, juste une constatation, pour bien appuyer le fait que Dybex a assurĂ© sur ce coup.
Donc, une fois la sĂ©rie terminĂ©e, qu’a fait Dybex ? Simplement, remplacer la sĂ©rie par une autre. A noter en passant que Durara, assez sympathique, est bientĂ´t terminĂ© lui aussi (reste 2 Ă©pisodes), ainsi que Dance vampire (3 Ă©pisodes, mais ça fait un bon moment que plus rien n’est sorti).
A noter aussi, que Dybex a “bien” choisi ses subs : un blockbuster, une bonne sĂ©rie, et un navet : comme ça, y’en a pour tout le monde :)
Mais j’imagine que le navet, Vampire bund, a Ă©tĂ© choisi pour son cĂ´tĂ© provocateur, une loli vampire Ă  moitiĂ© habillĂ©e, en pensant sĂ»rement que ça attirerait les otakus en manque ; perdu, l’anime n’a rien de moe, il n’a rien d’otaku non plus, mais tout le monde peut se tromper, et il faut bien avouer que c’est dommage, dans la mesure oĂą l’hĂ©roĂŻne avait du potentiel.

Je m’Ă©gare encore :(
Cette fois, promis, j’aborde le sujet principal.
FMA Brotherhood terminĂ©, il a Ă©tĂ© remplacĂ© non pas par un blockbuster (ils ne sont pas fait Ă  la chaine :3), mais par un anime qui a un peu fait parler de lui avant sa sortie, j’ai nommĂ© High School of the Dead. Voici sa playlist.
Yeeeeehaaaaaaa, j’ai lancĂ© le sujet !

J’avais vu le trailer un peu avant sa sortie, et franchement, je n’Ă©tais pas emballĂ© pour un centime. Pour rĂ©sumer le plus simplement possible : des grosses poitrines qui rebondissent, des zombies, des carnages. Youhou.
Mais l’anime a de la chance, actuellement, je regarde beaucoup de sĂ©ries Ă  la frontière du moyen/mauvais, donc chaque nouveau anime me donne espoir de passer du meilleur temps. Je ne vous l’avais pas dit ? J’essaye de terminer tout anime dĂ©butĂ©, mais Ă  force, je pourrais renommer le blog par “le blog de la loose : tout les animes que personne ne regarde tant ils sont pourris”, avec comme premier post une description dĂ©taillĂ©e de mon Ă©tat d’esprit totalement grotesque sur le sujet, oĂą j’expliquerai que non, je ne suis pas sm, et que je n’y peux rien, j’ai commencĂ© parce que je pensais que c’Ă©tait bien suite Ă  la lecture du synopsis, mais ça s’est avĂ©rĂ© totalement pourri, hĂ©las, enchaĂ®nĂ© Ă  mon concept, j’ai du continuĂ© et mĂŞme finir.
Au moins, je peux me targuer de regarder les animes les plus atypiques. Ben oui, ca fait mieux de dire “atypiques” que “tellement pourri que j’en ai vomi”.

Mais j’exagère, en fait. Autant le post prĂ©cĂ©dent, sur les animes les plus pourris, Ă©tait une vĂ©ritable ode sur la nullitĂ© de certains animes (je rĂ©pète par ailleurs que pour Melody of Oblivion, ce n’est pas tant que l’anime soit pourri ; celui-ci est vĂ©ritablement atypique, bizarre, Ă©trange, la nuance est importante. Enfin, je dis cela, mais je conseillerais cet anime qu’Ă  peu de gens ^^), autant celui-ci parle d’un anime que je qualifierais de moyen le plus absolu, qu’on oubliera aussitĂ´t après l’avoir regardĂ©.
Le thème : après les vampires et les loups garous (dance in the vampire bund, pour celles (on peut toujours rĂŞver) et ceux (les bots ?) qui ne suivent pas), il manquait quoi ? Allez, vous devez savoir ! Un clichĂ© des films d’horreurs ? Non, pas l’homme Ă  la tronçonneuse, mais presque. Oui ! Les zombies !

Donc voici l’histoire : Takashi est notre hĂ©ros un peu concon, qui s’est disputĂ© avec sa copine d’enfance -la garce, tout ça parce que, enfants, elle lui avait fait promettre qu’ils seraient amoureux pour la vie. Et devinez quoi ? Takashi, 10 ans (?) plus tard, l’aime encore ! Sauf que Rei (l’amie d’enfance, donc), un peu sal*pe sur les bords, a larguĂ© comme un excrĂ©ment (pour rester poli) Takashi, pour aller vers Hisashi (je pense qu’elle a choisi un prĂ©nom similaire pour ne pas trop perdre ses repères).
Et donc, Takashi se sent mal, on le comprend un peu en fait, bien qu’on puisse s’Ă©nerver qu’il se fait ouvertement draguer par l’intello-canon du coin (qui ressemble Ă  deux gouttes d’eau Ă  Mina… Mais si, l’hĂ©roĂŻne de Dance in the vampire, comme quoi, tout se recycle, par contre, elle est beaucoup plus habillĂ©e, ah ben oui, dommage) sans qu’il ne remarque quoi que ce soit -mais pourquoi les hĂ©ros sont toujours des boulets ?
Bref, il est en train de se morfondre sur son escalier, à sécher les cours et à faire des bulles.
Quand soudain -et lĂ , le suspens est Ă  son paroxysme- il rĂ©alise qu’il y’a du grabuge au portail. En effet, un homme bizarre tente mollement de forcer l’entrĂ©e.
Comprenez moi bien : quand je dis “un homme bizarre”, il faut imaginez un homme Ă  moitiĂ© pourri, avec les yeux rĂ©vulsĂ©s, dĂ©goulinant de sang, qui bave et qui semble tout sauf vivant. Un zombi, quoi. Sauf que les profs, très Ă  cheval sur les règles de l’Ă©cole (il est vrai qu’un homme qui pousse mollement de son corps un portail, ça fait un sacrĂ© boucan, nous sommes d’accord), arrivent sur leur cheval blanc (en fait, avec l’Ă©pĂ©e en bois), et lĂ , quand ils remarquent que l’homme ne rĂ©agit pas, que font-ils ? Je vous le donne en mille : ils s’Ă©nervent (enfin, juste un), et forcĂ©ment, l’empoigne. Le zombi mord, et FORCEMENT, genre 10 minutes après, l’Ă©cole est Ă  feu et Ă  sang, avant que les hĂ©ros ne rĂ©alisent que c’est toute la ville qui est dans cet Ă©tat.

Bon. Reprenons. Un anime basĂ© sur les zombies. Une animation sympathique, de l’action, des gros seins (je suis obligĂ© de le mentionner tant on les mets en avant), des culottes (idem), un design sympa. Mais une histoire qui, dès le dĂ©part, commence mal, beaucoup trop clichĂ©e. Et je pense sincèrement que l’anime ne va pas dĂ©coller. Je peux me tromper, mais j’ai plus l’impression qu’on va aller de clichĂ©s en clichĂ©s, sans aucune innovation. L’anime est agrĂ©able Ă  regarder, c’est un bon passe temps, mais je crains vraiment que ce ne soit rien de plus.
Et puis, je crois que le problème premier, c’est le thème : les zombies.
Je vais vous expliquer pourquoi.

Trois grandes lĂ©gendes existent Ă  propos des ĂŞtres surnaturels : les vampires, les loups garoux, les zombies (on pourra aussi noter les sorcières, et tout plein d’autres, comme les troll, les dragons, les dĂ©mons etc, etc).
Vu que ce sont des lĂ©gendes existantes depuis des siècles, aborder le thème est dĂ©jĂ  un clichĂ©, dans la mesure oĂą tout a Ă©tĂ© dit sur eux. Les diffĂ©rentes Ĺ“uvres existantes sur les sujets peuvent apporter des points de vue diffĂ©rents, amener de nouveaux Ă©lĂ©ments (aie ! Mais aie ! ArrĂŞtez de me jeter des pierres. J’ai bien aimĂ© les livres, alors, pouet), mais dans le fond, rien de vraiment novateur n’intervient. Mais il est tout Ă  fait possible d’en faire de bonnes Ĺ“uvres, Entretiens avec un vampire a marquer bien des gens (dont moi).

Sauf que… A mon goĂ»t, les zombies partent avec un sacrĂ© dĂ©savantage : le rĂ©alisme.
Pour illustrer cela, prenons les autres clichés en exemple, et retranscrivons les dans la réalité.
Les vampires : des ĂŞtres surpuissants, qui n’Ĺ“uvrent que de nuits, qui Ă©vitent de se montrer, très rapides, qui attaquent les proies isolĂ©es en leur suçant le sang, les affaiblissant jusqu’Ă  la mort. Qui plus est, leur force est supĂ©rieure Ă  celle d’un ĂŞtre humain. Il y’a de quoi en avoir peur. A l’opposĂ©, seul quelques armes sont efficaces contre un vampire : l’eau bĂ©nite, le pieu dans le cĹ“ur principalement, et, accessoirement l’ail et le crucifix. Dans tout les cas, difficile d’en venir Ă  bout.

Les loups garous : eux sont plus dans la force brute. Discrets la plupart du temps, arrivĂ© Ă  la pleine lune, ils se dĂ©chainent vĂ©ritablement, et leur mode d’attaque, de nuit, ne fait pas dans la demi mesure : une force brute gigantesque, jusqu’Ă  grotesque tant ils sont surpuissants. Ainsi, mĂŞme face Ă  30 hommes, ils vont attaquer de front. Un mur de pierre ? Ils le dĂ©fonce. Une barricade ? Ils sautent au-dessus. Échapper Ă  ces monstres est quasiment impossible. La seule arme efficace ? De l’argent (pas la monnaie, le mĂ©tal t_t). Et lĂ  encore, non seulement ils peuvent Ă©viter les coups de par leur agilitĂ©, mais en plus, il faut ĂŞtre suffisamment fort pour entamer leur peau, voir, survivre Ă  leur contre attaque.

Je peux continuer longtemps comme cela : les sorcières. De frĂŞles personnes, en gĂ©nĂ©ral, physiquement. Le souci Ă©tant qu’elles Ĺ“uvrent Ă  distance, parfois Ă  plusieurs lieues. Ses sortilèges peuvent tout vous faire, du rhume Ă  la pneumonie en passant Ă  la lèpre mais aussi, vous geler, vous bruler, etc.
Seul le feu peut tuer une sorcière dans certains esprits, mais, plus gĂ©nĂ©ralement, en entravant la libertĂ© de la sorcière, elle ne peut plus vraiment faire quoi que ce soit, encore faut-il l’attraper.

Bref, je vais m’arrĂŞter lĂ  au niveau des dĂ©tails des lĂ©gendes, sinon, plus personne ne va croire que je parle d’un anime.
Tout cela pour vous dire que, pour la grande majorité des légendes existantes, la peur qui existe pour ces êtres surnaturels est légitime (si ils existaient), dans la mesure où leur supériorité physique, mental, intellectuelle, voir numérique est écrasante.
Mais les zombies ? Je n’ai jamais pu vraiment adhĂ©rer au principe des zombies, en rĂ©alitĂ©.
Cela dit, j’ai adorĂ© les Resident Evil, et j’ai bien aimĂ© 28 jours plus tard, preuve que je ne suis pas non plus totalement allergique au concept.
Mais tout de mĂŞme. Un zombi, c’est quoi ? Un ĂŞtre humain infectĂ© par un autre zombi. L’origine est souvent indĂ©terminĂ©, genre “une erreur de manipulation” ou “un accident de laboratoire”.
Mais… Un zombi, en plus d’ĂŞtre en dĂ©composition, c’est tout sauf crĂ©dible. Certes, il est plus costaud qu’un ĂŞtre humain normal. Il a une bonne ouĂŻe aussi. Mais, au niveau des qualitĂ©s… C’est tout. Mais vraiment, hein. Les zombies sont ainsi, très lents. A se demander comment une ville toute entière peut ĂŞtre submergĂ© par des machins qui sont aussi rapides qu’une mĂ©mĂ© de 90 balais qui a des problèmes aux genoux et aux hanches. En plus de cela, les zombies sont aveugles. Ils ne ressentent rien, qui plus est, ce qui veut dire que tu peux trĂ©bucher dedans sans qu’ils te remarquent. Ok, ce cĂ´tĂ© “je ne ressens rien” les rend immortels, et ils ne craignent pas trop le feu non plus.
Mais, excusez moi, ça reste très abordable Ă  tuer. Oh, bien sĂ»r, lĂ , vous allez me rĂ©torquer “oui mais c’est difficile de faire face Ă  un proche transformĂ©”, eh bien, moi je vous rĂ©ponds : nan.
Je veux dire, tu vois un amas de chair en dĂ©composition, qui te “fonce” dessus, sans aucune conscience, les yeux rĂ©vulsĂ©s -quand ce n’est pas tombĂ©s, la peau flĂ©trit, avec des intentions claires de meurtres, et toi, Ă  ce moment, tu aurais une prise de conscience ? “oh non, mince, c’est albert, mon voisin du dessus, je peux pas lui faire ça” ?
NAN. A ce moment, dans le pire des cas, tu le repousses et tente de fuir, et dans le meilleur, tu prends la première chose qui te tombes sous la main et tu le lui écrase dans sa tronche. Faut pas abuser, quoi.
Et quand je vois, systĂ©matiquement dans ces Ĺ“uvres de zombies, qu’une villa-ville-mĂ©tropole-mĂ©galopole-rĂ©gion-pays-monde entière est contaminĂ©e par ces zombies, moi je dis stop, faut arrĂŞter de se foutre de nous.
Allez, soyons magnanimes, on va dire que l’infection peut se propager jusqu’Ă  une ville complète. Admettons. Il faisait nuit, les gens dormaient, les voitures flambaient, mais, de nos jours, c’est tellement habituel que personne n’a fait le lien. Ok. Et le lendemain, Ă  tout plein de seuil de portes, les gens ont Ă©tĂ© attaquĂ© par surprise et la propagation a rapidement progressĂ©. ADMETTONS.

Mais il y’a forcĂ©ment des gens qui n’ont pas Ă©tĂ© eu. Et ces gens lĂ  vont tenter d’alerter la police dans un premier temps. Ensuite, ils vont tenter de se rĂ©unir, de fuir la ville. Et non pas d’aller voir si tout va bien chez papa-maman qui habitent au cĹ“ur de la ville, screugneugneu. Et de la, l’armĂ©e peut rapidement intervenir. Et justement, dans l’armĂ©e. Ok, les gens de l’armĂ©e sont pas forcĂ©ment des gens qui arborent un 180 de QI bien senti. Mais quand mĂŞme. Ils rĂ©aliseront bien vite que les balles dans le corps ne font rien aux zombies. Et vont vite rĂ©aliser que seul une, ou quelques balles logĂ©es dans le crâne arrivent Ă  bout de ces zombies.
Alors, s’il vous plait : cessez de prendre les gens pour des jambons, quoi. Bien sĂ»r, je comprends que pour l’auteur, une ville dès le dĂ©part, ou en tout cas très rapidement infestĂ©e est bien plus intĂ©ressante scĂ©naristiquement qu’une propagation rĂ©aliste : je veux dire, si la dizaine de zombies se fait butter par le premier char d’assaut qui arrive, y’a pas le temps d’en faire un film. Je le conçois. Mais soyez crĂ©atifs, alors. C’est votre boulot, non ? Parce que j’en ai assez de voir une ville se transformer en moins de 24 heures en un champs de ruine oĂą les zombies sont partout, tout cela Ă  cause d’une propagation inconnue, d’un virus ou d’un problème de laboratoire.

Et puis… Il y’a le mode de propagation, aussi. Je ne peux que protester ! C’est la mĂŞme chose que pour les vampires, oui : une morsure. Et, pareil que les vampires, ils peuvent soit manger, soit convertir (les religieux devraient essayer cette mĂ©thode, rĂ©sultats garantis). Sauf que pour les vampires, il y’a une vĂ©ritable logique : les vampires sont des ĂŞtres censĂ©es, qui pensent, qui rĂ©flĂ©chissent, aux capacitĂ©s intellectuelles au moins Ă©quivalentes aux nĂ´tres, voir supĂ©rieures. Ainsi, si il a faim, il va sucer le sang de sa victime jusqu’Ă  la dernière goutte, et si il se sent seul, si il apprĂ©cie la personne ou si son espèce est menacĂ©e (il est intelligent je rappelle, donc il peut le planifier), il va convertir la personne et la faire rejoindre le cĂ´tĂ© sombre.
Mais les zombies ? Je rappelle qu’ils sont aveugles, qu’ils n’ont pas d’ordre, n’obĂ©issent Ă  personne, et ont un QI qui frĂ´le le zĂ©ro. Et pourtant ? Comme par hasard, ils sĂ©lectionnent leurs proies Ă  merveille. A comprendre : les connards et les gens pas importants seront bouffĂ©s, PAR CONTRE, les gens importants, vous pouvez ĂŞtre surs qu’ils ne seront que mordus.
Mais rĂ©flĂ©chissons un peu : un zombie, ça ne rĂ©flĂ©chit pas, non ? Ça n’a pas de sentiment non plus. Alors pourquoi ils transformeraient des gens en un des leurs ? Il n’y a aucune raison logique.

Je vais mĂŞme aller plus loin dans ma critique des zombies (finalement, le titre du sujet n’a pas Ă©tĂ© approfondi très longtemps :p ) : comment les zombies se reconnaissent entre eux ? Pourquoi ils ne se mangent pas ? Et d’ailleurs, pourquoi ils ont besoin de manger ? Ils sont pourris, leurs fonctions vitales sont arrĂŞtĂ©es, alors, pourquoi ?

Bref, les zombies, je déteste ce concept. Faites en moi un nouveau si besoin, mais arrêtez avec ces clichés totalement absurdes.

Concernant High School of the Dead -youpi, je reviens dessus- j’en suis Ă  l’Ă©pisode 4, je vais certainement continuer Ă  suivre (je peux bien trouver 20 minutes par semaine), mais je n’attends pas grand chose pour sa suite.
D’ailleurs, pour dĂ©tailler un peu l’anime, je vais vous faire une rapide prĂ©sentation des personnages, en tout cas les premiers rencontrĂ©s (bravo la prĂ©sentation Ă  la fin :/) :

Takashi : notre hĂ©ros de l’histoire, mĂ©lancolique et amoureux de Rei au dĂ©but. Après l’accident, il sera toujours amoureux de Rei et soit disant dĂ©faitiste (propos tenus par Rei, juste après qu’ils aient contemplĂ©s une ville en ruine infestĂ©es de zombies : c’est clair que dans ces moments, il vaut mieux ĂŞtre optimiste -_-)

Rei : une garce qui va ouvertement tromper l’homme qu’elle a fait promettre de ne jamais la tromper. Assez hystĂ©rique dans son genre, qui plus est.

Hisashi : le copain de Rei. (attention spoil du premier Ă©pisode) ForcĂ©ment, il va la sauver et forcĂ©ment, il va ĂŞtre mordu. Et forcĂ©ment, Takashi va devoir lui remettre les idĂ©es en place (ou plutĂ´t : la cervelle hors de sa tĂŞte), et ce malgrĂ© l’imbĂ©cilitĂ© de Rei qui va croire qu’Hisashi ne sera pas transformĂ©, lui (je vous avais prĂ©venu que l’anime Ă©tait un amas de clichĂ©s).

Hirano : le gros otaku Ă  lunettes du coin. Ouf, il se rĂ©vĂ©lera ĂŞtre un otaku des armes. Bien pratique de pas ĂŞtre tombĂ© sur un otaku du cosplay, de l’informatique ou des figurines, il aurait pas eu la mĂŞme utilitĂ©.

Saya : la fille Ă  couettes amoureuse du hĂ©ros (mais on s’en doute pas, hein) autoritaire Ă  lunettes tsundere (aux seins qui pendent quand elle se penche). Oui, je vous avais prĂ©venu : y’a du clichĂ©, et du bon.

Busujima : pour faire simple : une kendoka.

La meilleure pour la fin :

Marikawa (l’infirmère) : alors, la ! Respect. Non, franchement. Pensez mettre une infirmière Ă  gros seins, blonde de surcroit, tout le monde y aurait pensĂ©, certainement. Mais oser rajouter dans ses traits de caractères “cruche” ainsi que “très naĂŻve” et “maladroite”, il fallait oser, vraiment. Ben oui, parce que non content de trĂ©bucher sur de la poussière, elle va tenter de soigner les premiers zombies qui se prĂ©sentent Ă  elle “viens la mon petit que je te soigne, t’as l’air souffrant” T_____T

VoilĂ  voilĂ , c’Ă©tait donc, High School of the Dead, un anime qui vous fera passer un peu de votre temps, mais qui ne restera dans les mĂ©moires de personne, je pense. A part l’opening peut ĂŞtre.

A noter que j’en suis Ă  l’Ă©pisode 4, et que dans cet Ă©pisode, j’ai rĂ©alisĂ© que pour couronner le tout, la sĂ©rie est censurĂ©e… On n’y voit mĂŞme pas les mamelles dĂ©nudĂ©es se faire grassement tripoter alors qu’on les a pourtant fait pendouiller habillĂ©es durant 3 Ă©pisodes durant, nous forçant Ă  n’avoir que cette idĂ©e que de les prendre Ă  pleines mains pour les tâter comme des melons -que dis-je, des pastèques. Un scandale.
[Nota ben pour les féministes qui passeraient pas hasard par ici (% de chance : 0,1) et qui auraient lu l'article jusqu'au bout (% de chance : -1) : je plaisante, je n'ai -je crois, pas l'esprit aussi mal tourné que cela, mais force est de constater que les généreuses poitrines sont souvent mises en avant]



Popularity: 10% [?]